L’insécurité pousse davantage de Burkinabés à l’exil, aggravant les tensions dans la fragile région du Sahel

Un père et son enfant dans un centre pour familles déplacées à Ouahigouya, au Burkina Faso.   © HCR/Benjamin Loyseau


La région du Sahel, déjà en proie à l’instabilité politique, à une violence généralisée, à des pénuries alimentaires et touchée de manière disproportionnée par la crise climatique, est aujourd’hui confrontée à une augmentation des mouvements de réfugiés en provenance du Burkina Faso. Ces derniers fuient les attaques brutales de groupes armés, notamment dans la région frontalière avec la Côte d’Ivoire.

Lire ICI

La dernière décennie de conflits au Sahel a entraîné le déplacement de 2,5 millions de personnes


Mairama porte son fils dans le dos sur un site pour familles déplacées à Ouahigouya, au nord du Burkina Faso.   © HCR/Benjamin Loyseau


Le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, appelle à une action internationale concertée pour mettre fin au conflit armé dans la région du Sahel central, qui a forcé plus de 2,5 millions de personnes à fuir leur foyer au cours de la dernière décennie.

Lire ICI

Moumouni Kinda : « Ne laissons pas la faim tuer plus que le virus ! »



Le directeur général d’Alima, une ONG qui apporte des soins médicaux d’urgence dans des zones de conflit, souligne l’urgence d’agir contre la faim dans le Sahel, alors que la malnutrition atteint cet hiver des niveaux bien plus élevés du fait, notamment, de la pandémie.

Lire ICI

« Les politiques internationales sont inaptes à prendre en compte la complexité des sociétés sahéliennes »


La mise en œuvre de programmes sécuritaires ou de développement échoue le plus souvent car ces derniers favorisent l’instauration d’institutions inspirées du « modèle légal rationnel occidental », explique la politiste Niagalé Bagayoko dans une tribune au « Monde ».

Lire ICI