Dans l’actualité


En Afrique, plus de trois quarts des avortements seraient non sécurisés


Migrants : une route vers les États-Unis semée de périls


L’Iran réprime les manifestations avec le concours d’une entreprise active en Europe


Qatar Mondial 2022 : révélations sur un scandale international


Un colloque anti-IVG a-t-il été organisé par une députée RN à l’Assemblée nationale?


Violences familiales: on vous raconte le parcours d’une victime, de son arrivée au commissariat à son dépôt de plainte


Des proches du député RN Philippe Schreck menacent un journaliste


Cameroun : Exactions des séparatistes dans les régions anglophones

Décombres d’une salle de classe de l’école primaire publique de Molyko, à Buea dans la région du Sud-Ouest au Cameroun ; cette école a été incendiée par des combattants séparatistes présumés le 7 février 2022. Photo prise le 8 février 2022. © 2022 Privé


Il faut poursuivre et sanctionner les combattants pour les crimes commis contre des civils.

Lire ICI

Une dent, seul reste de la dépouille de Patrice Lumumba, remise à sa famille


Lire ICI

Burkina Faso : exactions de toutes parts contre la population

Un soldat burkinabé passe devant un groupe de villageois déplacés par les hostilités dans la région du Sahel dans le nord du Burkina Faso, le 3 février 2020. © 2020 Olympia de Maismont/AFP via Getty Images


Des islamistes armés ont tué et violé des civils. L’armée et des milices pro-gouvernementales ont riposté en procédant à des exécutions sommaires et à des disparitions forcées.

Lire ICI

Assassinat de Camille Lepage : l’affaire oubliée


Huit ans après que la photoreporter française a été tuée par balle en République centrafricaine (RCA), les investigations sont complètement à l’arrêt et les circonstances de sa mort restent à éclaircir. Reporters sans frontières (RSF) demande aux autorités judiciaires françaises et centrafricaines de relancer l’enquête et d’agir pour faire toute la lumière sur cette affaire. 

Lire ICI

Cameroun : Hausse des violences à l’encontre de personnes LGBTI

Un drapeau arc-en-ciel, symbole de la fierté LGBT. © Wikimedia Commons


Ces personnes manquent de protection contre les attaques de bandes et les autorités arrêtent souvent les victimes.

Lire ICI

Génocide au Rwanda : un ancien préfet rwandais, habitant dans l’Aube depuis 20 ans, jugé à partir du 9 mai


Laurent Bucyibaruta était préfet de Gikongoro en 1994, l’une des plus grandes préfectures du Rwanda. Il est accusé de génocide et de complicité de génocide. La cour d’assises de Paris l’entendra pendant plus de deux mois. Cet habitant de Saint-André-les-Vergers dans l’Aube devra répondre de la mort de plus de 100.000 Tutsi.

Lire ICI

République centrafricaine : Premier procès devant la Cour pénale spéciale

La salle d’audience de la Cour pénale spéciale (CPS) à Bangui, en République centrafricaine. Le premier procès pour crimes internationaux graves commis depuis 2003 dans ce pays s’y ouvrira le 19 avril 2022. © 2021 Inès Laure N’Gopot


Ce tribunal chargé de juger des crimes de guerre est un potentiel modèle de justice que d’autres pays pourraient adopter.

Lire ICI

Mali : la famille d’Olivier Dubois, journaliste retenu en otage depuis un an, déplore « le silence le plus total » sur sa situation

Capture écran d’une vidéo non authentifiée montrant le journaliste français Olivier Dubois, le 13 mars 2022. (AFP)


Le journaliste, seul otage français dans le monde, est retenu par un groupe jihadiste au Mali depuis un an. Le quai d’Orsay assure déployer « tous les efforts » pour le libérer.

Lire ICI

Ces Africains LGBT qui demandent l’asile en France pour fuir les persécutions : « Si on me renvoie dans mon pays, c’est la mort »

Dans la ville du Cap, en Afrique du Sud, lors de la Gay Pride, le 26 février 2022. RODGER BOSCH / AFP


Pour ces exilés, souvent traumatisés par de terribles violences, exposer son orientation sexuelle devant l’administration française reste une épreuve douloureuse.

Lire ICI

Sécheresse en Afrique : pourquoi le Forum mondial de l’eau doit aboutir à des décisions radicales


Confronté dans certaines régions à une sécheresse inédite depuis plusieurs décennies, le continent va-t-il pouvoir s’adapter aux changements rapides provoqués par le réchauffement climatique ? Alors que le Forum mondial de l’eau s’ouvre ce 21 mars à Dakar, Jeune Afrique décrypte les défis auxquels le continent est confronté.

Lire ICI

Rwanda : Vague de poursuites visant la liberté d’expression

Les autorités devraient libérer les journalistes, commentateurs et membres des partis d’opposition injustement emprisonnés

La prison de Nyarugenge dans le secteur de Mageragere, à Kigali (Rwanda), où plusieurs YouTubeurs sont en attente de jugement ou purgent leur peine. © 2019 Privé


(Nairobi) – Les autorités judiciaires au Rwanda poursuivent des membres de l’opposition, journalistes et commentateurs pour leurs discours et opinions, a déclaré Human Rights Watch aujourd’hui. En 2020 et 2021, Human Rights Watch a suivi plusieurs procès lors desquels les autorités judiciaires ont engagé des poursuites pour des motifs politiques et entretenu un climat d’intolérance à l’égard de la dissidence.

Lire ICI

Pour les associations ivoiriennes, les aides aux retours volontaires ne sont pas la solution

Un migrant ivoirien traverse le col de l’Échelle entre l’Italie et la France, dans les Alpes, en 2018. Crédit : AFP


L’UE réaffirme sa volonté de faire de la lutte contre l’immigration illégale l’une de ses priorités. Pour ce faire, elle entend renforcer sa « stratégie de retour volontaire des migrants » et réviser plusieurs textes fondamentaux de sa politique migratoire. En Côte d’Ivoire, fort pays d’immigration irrégulière avec au moins 7 400 départs ces trois dernières années, les associations rappellent que les aides au retour ne seront jamais suffisantes sans le développement économique et l’égalité territoriale dans le pays.

Lire ICI

Afrique : violences policières

Au Soudan, deux manifestants tués dans des défilés contre le pouvoir militaire

Manifestation appelant à un gouvernement civil et dénonçant l’administration militaire, à Omdurman, la ville jumelle de Khartoum, la capitale du Soudan, le 14 février 2022. AFP


La 81e victime a été tuée lundi 14 février à Khartoum d’une « balle réelle dans la poitrine » tirée par « les forces de sécurité soudanaises ».

Lire ICI



SÉNÉGAL : DES MANIFESTANTS TUÉS PAR LA POLICE

Un manifestant fait un geste vers la police lors d’une manifestation à Dakar le 8 mars 2021 / © John Wessels – AFP


Il y a un an, le Sénégal traversait la pire crise de son histoire récente. Suite à l’arrestation de l’opposant politique Ousmane Sonko, la jeunesse sénégalaise est descendue dans la rue : jour après jour, les manifestations ont gagné plusieurs villes du pays. Les autorités les ont réprimées dans la violence : usage excessif de la force, tirs de grenades lacrymogènes, tirs à balles réelles. 14 personnes ont été tuées. Un an après, ces crimes restent impunis. Les familles des victimes attendent justice et vous pouvez agir !

Lire ICI

Afrique : les dictatures

En Tunisie, le président, Kaïs Saïed, renforce son contrôle de la justice

Manifestation contre le président tunisien, Kaïs Saïed, le 13 février 2022 à Tunis. HASSENE DRIDI / AP


Le chef de l’Etat s’est attribué par décret le pouvoir de limoger les magistrats et leur interdit de faire grève.

Lire ICI



Egypte : grève de la faim d’un médecin prodémocratie détenu depuis 2018

Une immense bannière représentant le président Abdel Fattah Al-Sissi sur un pont d’autoroute, dans le quartier de Nasr City, au Caire, le 15 janvier 2021. AMIR MAKAR / AFP


Walid Shawky avait été en 2008 l’un des fondateurs du Mouvement du 6 avril, puis emprisonné le 14 octobre 2018 pour « appartenance à une organisation terroriste ».

Lire ICI

RD Congo : Le massacre oublié des autochtones de Bianga


Il n’y a pas eu de véritable enquête sur le meurtre de 66 autochtones Iyeke et l’incendie de leurs villages.

Lire ICI

La répression brutale au Burundi n’a jamais cessé

Les États-Unis et l’Union européenne ont simplement choisi de l’ignorer

Le président burundais Évariste Ndayishimiye lors de sa cérémonie de prestation de serment à Gitega, au Burundi, le 18 juin 2020. © 2020 Evrard Ngendakumana/Xinhua via Getty Images


En juin 2020, lorsqu’Évariste Ndayishimiye a prêté serment en tant que président du Burundi après le décès soudain de son prédécesseur violent et autocratique, Pierre Nkurunziza, il s’est engagé à « maintenir l’unité entre les Burundais » et à garantir « la paix et la justice pour tous ». Pourtant, depuis un an et demi, son gouvernement continue largement à marcher sur les pas de Pierre Nkurunziza. Il a intimidé et réprimé ses opposants, détenu et torturé ses détracteurs, et, comme l’atteste un nombre grandissant de preuves recueillies par des organisations internationales et burundaises de défense des droits, a tué et fait disparaître un grand nombre de personnes qu’il soupçonne de travailler avec l’opposition politique ou avec des groupes rebelles.

Lire ICI

Mali : le journaliste Birama Touré porté disparu depuis 6 ans est très probablement mort (RSF)


Selon l’enquête menée par Reporters sans frontières (RSF), le journaliste malien est très probablement mort des suites des sévices infligés lors de sa détention au secret dans les locaux des services de renseignement en 2016. RSF demande à la justice malienne de poursuivre ses efforts sans relâche pour faire toute la lumière sur cette affaire.

Lire ICI

L’insécurité pousse davantage de Burkinabés à l’exil, aggravant les tensions dans la fragile région du Sahel

Un père et son enfant dans un centre pour familles déplacées à Ouahigouya, au Burkina Faso.   © HCR/Benjamin Loyseau


La région du Sahel, déjà en proie à l’instabilité politique, à une violence généralisée, à des pénuries alimentaires et touchée de manière disproportionnée par la crise climatique, est aujourd’hui confrontée à une augmentation des mouvements de réfugiés en provenance du Burkina Faso. Ces derniers fuient les attaques brutales de groupes armés, notamment dans la région frontalière avec la Côte d’Ivoire.

Lire ICI

Cameroun : Des soldats ont perpétré des actes de violence dans la région du Nord-Ouest

Image satellite enregistrée le 12 décembre 2021, montrant les emplacements des bâtiments (carrés rouges) endommagés le 8 décembre par des incendies près de Mbengwi Road à Bamenda, dans la région du Nord-Ouest du Cameroun. © 2022 Image satellite Planet Labs Inc. Analyse et graphiques HRW


Les autorités devraient garantir des enquêtes indépendantes et sanctionner les responsables.

(Nairobi) – Des soldats camerounais ont tué au moins huit personnes et incendié des dizaines de maisons et de magasins au cours de trois opérations militaires distinctes dans la région anglophone du Nord-Ouest en décembre 2021, a déclaré Human Rights Watch aujourd’hui. Parmi les morts figurent trois enfants, deux femmes et un homme âgé.

Lire ICI