L’avenir incertain de l’aide aux personnes handicapées dans les camps de réfugiés au Bangladesh

Nour (à droite), un réfugié rohingya vivant avec un handicap dans le camp de réfugiés de Kutupalong, au Bangladesh, assiste à une session de sensibilisation sur la traite des êtres humains dans le cadre du programme du HCR pour l’inclusion des personnes handicapées.   © HCR/Saikat Mojumder


Plusieurs fois par semaine, Nour, un réfugié de 18 ans atteint de paralysie cérébrale, se déplace avec peine durant une heure sur les pistes poussiéreuses ou boueuses de l’installation de Kutupalong pour se rendre de son abri étouffant à un centre communautaire où il peut se sentir inclus et passer du temps avec les autres.

Lire ICI

Le Rwanda, ou le mirage d’une « terre promise » pour les réfugiés

Des jeunes réfugiés dans le centre de Gashora, au Rwanda. Crédit : DW


Choisi par le Royaume-Uni pour y transférer ses demandeurs d’asile en attendant le traitement de leur dossier, le Rwanda s’impose, depuis quelques années, comme le pays d’accueil de prédilection des réfugiés du monde entier. Mais derrière les effets d’annonce et les articles élogieux d’une presse locale cadenassée, la réalité est bien différente pour les exilés.

Lire ICI

Migrations


Toulouse : l’évacuation de jeunes migrants de l’ancien Ehpad des Tourelles est terminée

Evacuation de jeunes migrants de l’ancien Ehpad des Tourelles à Toulouse ce vendredi 26 août au matin. • © FTV/ Nathan Fillol


De nombreux policiers sont mobilisés ce matin pour évacuer l’ancien Ehpad des Tourelles à Toulouse. Il était occupé par de jeunes migrants. La justice a recensé 3 mineurs isolés parmi ces occupants, ce que contestent les associations. L’opération vient de se terminer.

Lire ICI



Au Pays-Bas, le système d’accueil dans la tourmente après la mort d’un bébé dans un centre pour migrants

Le centre d’hébergement de Ter Apel est surpeuplé depuis plusieurs mois. La situation s’est dégradée jusqu’à devenir une crise humanitaire. Un bébé de trois mois hébergé dans un gymnase de la ville est mort, mercredi 24 août 2022. Crédit : Picture alliance


Un bébé de trois mois est mort, mercredi, dans le centre d’hébergement pour demandeurs d’asile de Ter Apel, aux Pays-Bas. Les conditions de vie se sont fortement dégradées depuis un an dans cette structure prévue pour accueillir 2 000 personnes. Quelque 700 personnes dorment actuellement à l’extérieur, dans des conditions extrêmement précaires. Pour la première fois, MSF a lancé, jeudi, une mission humanitaire dans le pays.

Lire ICI


Mauritanie : Mbera, l’un des plus grands camps de réfugiés maliens au Sahel


Des dizaines de milliers de Maliens ont afflué dans le camp de réfugiés de Mbera en Mauritanie, ces derniers mois. Ils fuient la multiplication des attaques djihadistes et l’intensification des combats avec l’armée dans le centre du pays, au sud de la frontière avec la Mauritanie.



Méditerranée : 212 personnes secourues en deux jours au large de la Libye

41 personnes ont été secourues lors d’une opération menée dans la nuit du 24 au 25 août. Crédit: SOS Méditerranée


Au total, 212 personnes se trouvent à bord de l’Ocean Viking suite à quatre sauvetages. L’un a été mené avec l’ONG allemande Resqship et un autre avec Open Arms.

Lire ICI

EN SYRIE, UN ENFANT TUÉ PAR BALLE DANS LE CAMP D’AL-HOL

Des femmes et des enfants syriens attendent leur départ du camp d’Al-Hol, géré par les Kurdes, où sont détenus des proches présumés de combattants du groupe État islamique (EI), le 18 mars 2021 © DELIL SOULEIMAN / AFP


Le 7 février 2022, les forces kurdes de l’Asayesh ont fait feu dans le camp d’Al-Hol. Au moins un enfant aurait été tué et trois autres blessés. Cet événement rappelle les conditions épouvantables dans lesquelles vivent des milliers d’enfants.

Lire ICI

Tempête Aurore : « Beaucoup de tentes se sont envolées ou n’ont pas supporté le poids de l’eau »


Le camp de Grande-Synthe a subi de plein fouet le passage de la tempête Aurore. Crédit : Utopia 56


La tempête Aurore qui a frappé le nord de la France dans la nuit de mercredi à jeudi n’a pas épargné les camps de fortune, notamment à Grande-Synthe et Calais, où vivent presqu’un millier de migrants dans les bois. De nombreux exilés « en détresse » ont appelé toute la nuit les ONG pour obtenir de l’aide. Leurs abris ont été détruits par la force du vent et les tentes n’ont pas résisté aux fortes pluie.

Lire ICI