Moumouni Kinda : « Ne laissons pas la faim tuer plus que le virus ! »



Le directeur général d’Alima, une ONG qui apporte des soins médicaux d’urgence dans des zones de conflit, souligne l’urgence d’agir contre la faim dans le Sahel, alors que la malnutrition atteint cet hiver des niveaux bien plus élevés du fait, notamment, de la pandémie.

Lire ICI

« C’est le plus gros contrat militaire à composante française de notre histoire », se félicite Emmanuel Macron après la vente de 80 Rafale aux Émirats

Emmanuel Macron, le 30 novembre 2021, à Paris. (THOMAS COEX / AFP)


La valeur du contrat des 80 avions de combat Rafale et des 12 hélicoptères Caracal vendus aux Émirats arabes unis s’élève à 17 milliards d’euros.

Lire ICI

ICI

et ICI

Robots tueurs : Négocier un nouveau traité pour protéger l’humanité


Devant le bureau des Nations Unies à Genève, des membres de la Campagne contre les robots tueurs exprimaient visuellement le message « Stop Killer Robots ». Cette campagne appelle les gouvernements à ne pas autoriser le développement de systèmes d’armes capables de sélectionner et d’attaquer des cibles sans aucune intervention humaine. © Clare Conboy


Les inquiétudes grandissantes et l’incertitude juridique montrent le besoin urgent de règlementation.

  • Les gouvernements devraient ouvrir de nouvelles négociations afin de légiférer à l’échelon international sur les systèmes d’armes létales autonomes, également connus sous le nom de « robots tueurs ».
  • Le droit international actuel n’est pas adapté aux menaces pressantes que représentent ces armes, lesquelles sont en cours de développement par plusieurs pays.
  • Les pays devraient envisager des solutions pour avancer sur ce sujet, y compris celle d’un processus indépendant par le biais de l’Assemblée générale des Nations Unies.

Lire ICI

LES ENFANTS OUBLIÉS

EN SYRIE, 27 000 ENFANTS SONT RETENUS PRISONNIERS DANS L’ENFER DU CAMP D’AL-HOL



Des dizaines de milliers d’enfants syriens, irakiens et ressortissants de près de 60 pays tiers sont piégés dans l’enfer du camp d’Al-Hol, le plus grand des deux principaux camps du nord-est de la Syrie, une zone contrôlée par l’administration autonome kurde. Après avoir survécu à la guerre en Syrie, ils sont abandonnés à la misère, l’insécurité et la violence. 

Lire ICI

Myanmar : Les investisseurs devraient agir pour stopper les versements de fonds à la junte




Les revenus provenant des entreprises étrangères maintiennent les militaires au pouvoir

Lire ICI

L’ONU redoute des « atrocités de masse » de la junte en Birmanie


L’ONU pour les droits de l’Homme en Birmanie a accusé vendredi la junte birmane de « masser des dizaines de milliers de troupes et des armes lourdes » dans le nord du pays. L’organisation dit craindre de « probables crimes contre l’humanité et crimes de guerre ».

Voir ICI

Syrie : Les Syriens qui s’étaient réfugiés à l’étranger risquent de graves abus à leur retour


Un homme circulait à moto dans une zone dévastée du quartier d’al-Khaldieh à Homs, en Syrie, le 18 septembre 2018. © 2018 Reuters/Marko Djurica

Ces personnes ont aussi de grandes difficultés à survivre dans un contexte de dévastation et de destruction de propriétés.

(Beyrouth) – Des réfugiés syriens qui sont retournés en Syrie entre 2017 et 2021, en provenance du Liban et de la Jordanie, ont subi de graves violations de leurs droits humains et des persécutions de la part du gouvernement syrien et des milices alliées, a déclaré Human Rights Watch dans un rapport publié aujourd’hui. Des personnes rapatriées en Syrie ont également eu des difficultés à survivre et à se procurer de quoi répondre à leurs besoins essentiels, dans ce pays décimé par le conflit.

Lire ICI

Liban : sans justice, pas de paix


Les affrontements entre des partisans du Hezbollah, qui manifestaient contre le juge chargé de l’enquête sur l’explosion dans le port de Beyrtouth, et ceux de l’ancienne milice chrétienne Forces libanaises, ont réactivé les vieux réflexes communautaires, au risque d’un engrenage vers une nouvelle guerre civile.

Lire ICI

Aucun pays de l’Union européenne ne doit renvoyer les réfugiés syriens entre les mains de Bachar Al-Assad

L’Afghanistan au bord du chaos, entre attentats et détresse économique

Depuis l’arrivée des talibans, l’Afghanistan fait face à un défi sécuritaire important, mais doit également gérer une crise économique d’ampleur.

Voir la vidéo ICI

Des crimes de guerre et contre l’humanité ont été commis en Libye, selon une enquête de l’ONU


© Ansa | Plus de 350 migrants interceptés par les garde-côtes libyens dans un centre de détention en Libye, en janvier 2018.


Des crimes de guerre et des crimes contre l’Humanité ont été commis en Libye, y compris l’utilisation d’enfants soldats, selon un rapport d’enquête d’experts de l’ONU qui se sont rendus sur place.

Les civils ont payé un lourd tribut durant les hostilités de ces cinq dernières années, souligne les experts onusiens. Des raids aériens ont tué des dizaines de familles, les infrastructures de santé ont été détruites, empêchant l’accès aux soins et les mines antipersonnel laissées par des mercenaires dans les quartiers résidentiels ont tué et blessé de nombreux civils.

Lire la suite ICI

La vie en Afghanistan sous le nouvel ordre des talibans en vingt images



WILLIAM DANIELS POUR « LE MONDE
« 


Les Afghans tentent de survivre dans un pays en proie à une grave crise économique tandis que les troupes des talibans découvrent la vie civile.

Voir ICI

UNHCR: « Deux tiers des jeunes réfugiés risquent de ne jamais connaître le lycée »


Alors que nos enfants rejoignaient les bancs de l’école il y a quelques semaines, nous tenions à partager cette triste réalité : deux tiers des jeunes réfugiés risquent de ne jamais connaître le lycée et seulement 5% accèderont à l’enseignement supérieur.
Nous publions notre rapport « Garder le cap – Les défis de l’éducation des réfugiés ». Découvrez, entre autres, les témoignages de Maria, écolière vénézuélienne qui rêve de devenir neurochirurgienne ou encore d’Ibrahim, professeur syrien, qui s’improvise cinéaste après la fermeture des classes à cause de la pandémie.

LIRE LE RAPPORT du HCR

Malgré des chiffres encourageants sur la scolarisation des jeunes réfugiés en primaire (68%), l’accès à l’enseignement secondaire et supérieur reste très difficile. Les statistiques révèlent également que la situation des jeunes filles est encore plus précaire. Or, nous savons que l’éducation est essentielle pour accéder à un avenir meilleur.Sans éducation, les jeunes réfugiés verront leur avenir compromis. L’éducation reste essentielle pour l’humanité.

Djawahir, jeune mère de famille réfugiée au Tchad :


« C’est l’ignorance qui a conduit à la guerre du Darfour. Nous devons étudier pour ne pas reproduire les erreurs du passé. »

« Un massacre en silence »: la famine rôde au Tigré


Des ouvriers transportent des sacs de blé pour 4.503 personnes ayant fui les violences dans la région éthiopienne du Tigré, à Mekele le 22 juin 2021 – Yasuyoshi CHIBA (AFP)


Derrière le fracas des combats, la faim avance en silence: dans la région éthiopienne du Tigré ravagée par la guerre depuis plus de dix mois, des mères de famille racontent avoir dû nourrir leurs enfants avec des feuilles d’arbres pour les maintenir en vie.

Lire ICI

Les Nations unies vont mettre fin au statut de réfugié pour les Ivoiriens à l’horizon 2022


Le président ivoirien Alassane Ouattara reçoit l’ancien président Laurent Gbagbo à Abidjan le 27 juillet 2021. ISSOUF SANOGO / AFP


Plus de 300 000 ressortissants avaient fui les violences post-électorales de 2011 dans les pays voisins. L’ONU estime le pays suffisamment sûr pour un retour.

Lire ICI

Lafarge : l’annulation des poursuites pour « complicité de crimes contre l’humanité » invalidée


Vue générale montrant l’usine de Lafarge Cement Syria (LCS) à Jalabiya, dans le nord de la Syrie, le 19 février 2018. AFP


La Cour de cassation française a cassé, mardi, une décision de justice invalidant la mise en examen du cimentier Lafarge pour « complicité de crimes contre l’humanité » dans le cadre de ses activités en Syrie en 2013 et 2014.

Lire ICI

Ahmad Massoud, chef de la résistance dans le Panchir, se dit prêt à discuter avec les Taliban


Ahmad Massoud, à Bazarak, dans la province du Panchir, en Afghanistan, le 5 septembre 2019. © Mohammad Ismail, Reuters

Ahmad Massoud, leader de la résistance face aux Taliban, a affirmé, dimanche, qu’il acceptait de « poursuivre les négociations » pour mettre fin aux combats dans la vallée du Panchir, dernier gros foyer de résistance armée aux nouveaux maîtres de l’Afghanistan. Il a réclamé un cessez-le-feu. 

Lire et écouter ICI

Guinée : coup d’Etat surprise mais pas « étonnant »


Scènes de liesse hier dans les rues de Conakry, où des Guinéens ont envahi les rues pour dire leur joie de voir le Président Alpha Condé renversé• Crédits : CELLOU BINANI – AFP


Le Président Guinéen Alpha Condé fait prisonnier par des putschistes hier. Pour quelles raisons, et qui est le chef des putschistes ? Réponse dans la presse guinéenne.

Voir et écouter ICI

« Les politiques internationales sont inaptes à prendre en compte la complexité des sociétés sahéliennes »


La mise en œuvre de programmes sécuritaires ou de développement échoue le plus souvent car ces derniers favorisent l’instauration d’institutions inspirées du « modèle légal rationnel occidental », explique la politiste Niagalé Bagayoko dans une tribune au « Monde ».

Lire ICI

Les personnes portées disparues sont les « conséquences les plus dommageables » des conflits armés


Un convoi de la Croix-Rouge escorté par des rebelles traverse Monrovia, la capitale du Liberia, lors de la guerre civile en août 2003. (GEORGES GOBET / AFP)


Le Comité International de la Croix-Rouge établit à 48 000 le nombre de personnes dont on est sans nouvelles en Afrique. Un nombre largement sous-estimé reconnaît l’organisme.

Lire ICI