Communiqué LDH, MRAP, SAF : Non aux boucs émissaires

Ligue des droits de l’Homme
Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples
Syndicat des Avocats de France

COMMUNIQUÉ

Nantes, le 6 octobre 2022

Non aux boucs émissaires

L’émotion est importante avec la répétition d’actes criminels ces derniers jours dans la métropole nantaise.

Dans les médias, des personnes dont des responsables politiques soulignent après ces actes la présence de migrants dans la métropole faisant ainsi un lien entre immigration et délinquance.

Nous répétons avec force que l’association des termes migrants et insécurité est infondée et dangereuse.

Infondée car les personnes commettant des délits qu’elles soient françaises ou étrangères sont poursuivies par la justice et condamnées si leur culpabilité est reconnue. À niveau économique, social et scolaire équivalent, français et étrangers qui commettent des délits sont traduits en justice sensiblement dans les mêmes proportions : l’insécurité n’est pas plus étrangère que française.

Dangereuse parce que ces propos conduisent à stigmatiser une catégorie de résident.e.s dans notre pays : les migrants. Et voilà que le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin choisit délibérément ce moment pour annoncer la création d’un centre de rétention administrative (CRA) en Loire-Atlantique alimentant ainsi les discours visant les étrangers. Pourtant un CRA, et M. Darmanin le sait bien, est utilisé pour retenir les étrangers auxquels l’administration ne reconnaît pas le droit de séjourner sur le territoire français mais n’a pas pour fonction de recevoir des délinquants ou de lutter contre la délinquance. Ces propos contribuent aux divisions de notre société auxquelles participe la peur de l’autre.

L’association des termes migrants et insécurité génère confusion et amalgame. Désigner des résidents de notre pays comme responsables de la délinquance permet d’éviter de répondre aux problèmes clefs.

Par ailleurs, on entend que les étrangers condamnés doivent être expulsés. Nous sommes opposés à ce qui représenterait une double peine, sanction pénale et expulsion, car elle rompt l’égalité de tous devant la justice. Les personnes françaises et étrangères doivent pouvoir se réinsérer dans la société à l’issue de leur peine.

L’instrumentalisation, la récupération de ces actes criminels notamment pour désigner des boucs émissaires qui seraient responsables de tous nos maux, conduisent aux discriminations puis au rejet. Nous attendons, des élu.e.s et des pouvoirs publics particulièrement, une parole publique qui contribue à la cohésion de la société.

Communiqué dégradations centre Nosig : Un nouvel acte de haine intolérable

Un nouvel acte de haine intolérable

Nantes, le 29 juillet 2022

Nosig, le centre dédié aux personnes LGBTQIA+ (Lesbiennes, Gay, Bisexuel·les, Trans, Queer, Intersexe, Asexuel·les & +) de Nantes a de nouveau été la cible de dégradations de ses locaux dans la nuit du mardi 26 au mercredi 27 juillet 2022. La devanture a été couverte de croix celtiques, symbole utilisé par des groupes d’extrême droite pour exprimer le rejet et la haine.

La Ligue des droits de l’Homme, parce qu’elle est profondément convaincue de la nécessité de faire valoir l’égalité des droits de toutes et tous sur le territoire, parce qu’elle lutte pour les libertés de toutes et tous,

– dénonce ces actes haineux, d’autant plus inquiétants qu’ils sont réitérés puisque le centre NOSIG de Nantes avait déjà été l’objet de détériorations ces dernières années et encore en février et que les couleurs des Marches des Fiertés à Nantes sont, de façon récurrente, volontairement endommagées ;

– réaffirme qu’au regard de la liberté d’expression, détériorer un local associatif n’est jamais tolérable ;

– rappelle la vigilance essentielle qu’elle continuera d’exercer sur toutes les menaces ciblant les personnes en raison de leur orientation sexuelle ou leur identité de genre ;

– continuera à apporter soutien, conseil et assistance aux personnes discriminées ;

– demande que les moyens soient mis en œuvre pour que les auteurs de ces actes homophobes soient poursuivis en justice comme la loi le prévoit.

Ciné-débat « Visa pour la liberté » au Concorde le lundi 23 mai, 20h30

La section nantaise de la Ligue des droits de l’Homme propose, en association avec NOSIG le centre LGBTQI+ de Nantes, un ciné-débat autour du film « Visa pour la liberté » (Titre original : Mr. Gay Syria)

lundi 23 mai à 20h30 au Concorde

Le débat qui suivra, animé par des militants de la LDH et de NOSIG, sera l’occasion d’évoquer les entraves aux libertés de circulation, les atteintes aux droits, les discriminations faites aux personnes homosexuelles, notamment en Syrie, puis en Turquie, sujet de ce film.

Ce film est soutenu nationalement par la LDH :

Esclavage des Roms dans les Balkans : exposition – débat – spectacle !

Le collectif Romeurope de l’agglomération nantaise, dont la LdH fait partie, présente au Château des ducs de Bretagne, tour du Fer à cheval :

– une exposition intitulée : « L’esclavage des Roms dans les principautés roumaines : cinq siècles d’esclavage oublié », les samedi 26 et dimanche 27 mars de 10h à 18h.

D’autres initiatives sont prévues à cette occasion :

– une conférence-débat : « Roms : cinq siècles d’esclavage et leurs conséquences contemporaines«  du sociologue Olivier Peyroux le mercredi 23 mars de 18 h à 19h30 avec l’expression des habitants des bidonvilles ;

– un spectacle de conte : « Chez nous les roms… » avec Nouka Maximoff le dimanche 27 mars matin de 11 h à 12h.

Le débat doit contribuer à changer notre regard sur ces populations, sans faire non plus d’anachronisme.

Vous trouverez un flyer récapitulatif ainsi que le programme en pièces jointes.

Ce projet correspond à une volonté de partage des Mémoires et une meilleure compréhension de l’histoire des populations tsiganes venues d’Europe de l’Est.

L’humain d’abord en un temps fort organisé par le Château des ducs de Bretagne – musée d’histoire de Nantes et de nombreuses associations partenaires, dans le cadre de l’exposition L’abîme. Nantes dans la traite atlantique et l’esclavage colonial, 1707-1830, des Semaines d’éducation contre le racisme et les discriminations (SECD) et des 10 ans du Mémorial de l’abolition de l’esclavage.

Tous les liens de réservation ici

Au plaisir de vous y retrouver !

Communiqué LdH, Mrap : Refusons les propos inacceptables

Ligue des droits de l’Homme

Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples

COMMUNIQUÉ

Nantes, le 7 janvier 2022

Refusons les propos inacceptables

A la sortie d’une visite du commissariat de police de Nantes, Valérie Pécresse, candidate à l’élection présidentielle, accompagnée d’Eric Ciotti et de Laurence Garnier, élue nantaise et sénatrice, a déclaré : « Ils [les policiers] nous ont décrit une délinquance souvent étrangère, avec l’impossibilité de renvoyer chez eux des délinquants étrangers qui ont commis des délits chez nous (…) on voit des délinquants, des réseaux mafieux étrangers et des faux mineurs isolés qui commettent des délits à répétition puisqu’il n’y a pas de réponse judiciaire ». Presse-Océan, Ouest-France, 31 décembre 2021.

Non Mme Pécresse, la délinquance dans notre pays, à situation sociale équivalente, n’est pas davantage le fait d’étrangers que de français. Les étrangers condamnés pour des actes de délinquance ne sont pas et n’ont pas à être expulsables car il s’agirait alors à leur encontre d’une double peine qui rompt l’égalité de tous devant la justice : la sanction pénale et l’expulsion. Non Mme Pécresse, les jeunes étrangers commettant des actes de délinquance qui sont poursuivis en justice font l’objet d’une évaluation de minorité ou de majorité et sont jugés comme mineurs ou comme majeurs, avec les voies de justice correspondantes, comme les mineurs et majeurs français.

Mme Pécresse, vous choisissez de faire l’amalgame entre étrangers, délinquance, mineurs et réseaux mafieux.

Ces propos stigmatisent les étrangers et particulièrement les mineurs en les présentant comme une menace et attisent la politique de la peur. Ces propos contribuent au rejet de l’autre et empruntent aux idées des extrêmes droites en reprenant notamment la proposition de double peine pour les étrangers. Ces discours doivent cesser parce qu’ils conduisent à opposer entre elles les personnes qui vivent dans notre pays. Ces discours sont dangereux pour notre société.

Face à ces discours, nous opposons les valeurs d’égalité réelle d’accès aux droits pour toutes et tous et demandons que les personnes en responsabilité politique décident enfin de fournir les moyens pour vivre ensemble, libres, égaux et solidaires.

Appel participation marche militante Coordination Pride 12 juin 14h – Rendez-vous Miroir d’eau

La LdH soutient et appelle à être présent à la marche militante organisée par la Coordination Pride ce samedi 12 juin 14h – Rendez-vous Miroir d’eau

———————————————————————-
——– Message transféré ——–
Sujet : URGENT MANIFESTATION DU 12 JUIN 2021
De : Nosig, Centre LGBT de Nantes

MARCHE MILITANTE DU 12 JUIN
Départ de la manifestation à 14H du Miroir d’Eau.
Pour les stands, nous maintenons :
=> 2 stands Place de l’Ecluse pour l’accueil et les animations
=> 3 stands au Miroir d’Eau pour la vente des goodies et drapeaux.

RENDEZ VOUS SAMEDI AU MIROIR D’EAU A 14H
Coordination Pride

Ni Pauvres, Ni Soumis – 81ème rassemblement silencieux le 21 décembre 2019

Communiqué du Mouvement inter associatif Ni Pauvres Ni Soumis – Nantes le 18/12/19

Le mouvement inter associatif « Ni Pauvres Ni Soumis » dont notre association est partie prenante tiendra son 81ème rassemblement silencieux le 21 décembre de 15h à 16h angle de la rue de la Barillerie et du cours des 50 otages.
Merci de venir soutenir ce mouvement qui lutte  pour que les personnes en situation de handicap accèdent à un revenu décent.

Expulsion d’un bidonville boulevard de Cormerais en pleine canicule

Communiqué de presse du collectif Romeurope – Nantes le 26 juin 2019

Expulsion d’un bidonville boulevard de Cormerais en pleine canicule

Urgence, il y a urgence à boire de l’eau, se mettre au frais, éviter les efforts, car c’est la canicule !
Urgence, il y a urgence, car en raison d’une épidémie de rougeole sur l’agglomération nantaise, il faut dépister l’entourage des personnes atteintes pour protéger les femmes enceintes et les bébés de moins de 1 an.
Urgence à faire une campagne de vaccination contre la rougeole et à faire appel à la Réserve Sanitaire afin de mener à bien dépistage et vaccination dans des conditions complexes et limiter la propagation.

Était-il urgent d’expulser une 30aine de familles, de démolir les abris autour des caravanes qui les protègent un peu de la chaleur, pour les envoyer stationner sur le bord de la route des Sables sans aucun accès à l’eau en pleine canicule et sans aucune proposition d’hébergement ?

Contacts Presse :
Collectif Romeurope : romeurope.nantes@gmail.com

Marche des fiertés à Nantes : affirmer ensemble l’égalité des droits sans aucune discrimination

Le 17 mai avait lieu la journée internationale de lutte contre les LGBTphobies qui commémore la suppression en 1990 par l’OMS de l’homosexualité de la liste des maladies mentales. C’est une journée qui doit nous rappeler que le combat contre les actes LGBTphobes continue, un combat dans lequel la Ligue des droits de l’Homme (LDH) s’engage pleinement.

En France, le nombre d’agressions physiques à l’égard d’une personne se définissant comme LGBT a augmenté[1]. Dans le même temps, la politique du gouvernement peine à passer des paroles aux actes. Pour preuve, le énième recul du gouvernement sur l’ouverture de la PMA pour les femmes seules et les couples de femmes.

De même, les politiques mises en œuvre par le gouvernement ne permettent pas d’accueillir dignement toutes les personnes qui fuient leurs pays et souhaitent se réfugier en France pour y vivre leur identité de genre et leurs vies privées comme elles l’entendent.

La Ligue des droits de l’Homme, fidèle à sa mission, poursuivra son combat pour assurer l’égalité et l’effectivité des droits pour toutes et tous et partout. Elle réclame l’ouverture de la PMA à toutes les femmes sans rien céder aux lobbys religieux et aux visions moralistes de la famille. Elle exige des moyens en faveur des associations de terrain. Elle plaide pour un droit d’asile réaffirmé et ouvert avec toutes les garanties nécessaires d’instruction et de recours afin d’accueillir toute personne menacée en raison de son orientation sexuelle ou son identité de genre.

Ainsi, la Ligue des droits de l’Homme appelle les citoyens et les citoyennes à se joindre à la Marche organisée à Nantes le samedi 1er juin à 14h.