Rassemblement ce lundi 2 décembre devant le consulat d’Algérie à Nantes

Communiqué de la section – Nantes le 1/12/19

La section LdH de Nantes et du pays nantais invite au rassemblement ce lundi 2 décembre à 18h devant le Consulat d’Algérie, 57 rue du Général Buat à Nantes, pour la libération immédiate et sans conditions de Louisa Hanoune et de tous les détenus d’opinion en Algérie.

La section lira le texte ci-joint lors de ce rassemblement.

« La LDH, section de Nantes et du Pays nantais, exige  la libération immédiate et sans conditions des détenus d’opinion en Algérie.

En Algérie, depuis le 22 février 2019, un mouvement « Hirak » de contestation populaire inédit et massif, se rassemble en une vaste manifestation tous les vendredis à Alger.

Malgré des interdictions de manifester, une bonne partie de la jeunesse (notamment) est dans la rue, réclamant l’éviction « de responsables politiques corrompus, corrupteurs et prédateurs  », « l’ouverture d’une société bloquée ».

Les manifestants et manifestantes revendiquent « le droit d’avoir un avenir ».
Le « Hirak » exige le démantèlement du « système politique » au pouvoir depuis 1962.
Il a obtenu en Avril, la démission de Abdelaziz Bouteflika (Pt depuis 1999).
Les manifestants disent « NON à des élections présidentielles, le 12 Décembre, qui ne feraient que régénérer ce système »

Parmi ceux-ci, Louisa Hanoune, célèbre figure politique de l’opposition depuis des décennies, est emprisonnée depuis le 9 Mai.
Son expression, son action politiques sont criminalisées. En effet, elle a été jugée et condamnée à 15 ans de prison pour « Atteinte à l’autorité militaire » et « Complot contre l’Etat » ! Elle fait appel de ce jugement.
Qui est Louisa Hanoune ?
. Elle dirige un parti politique trotskiste, le Parti des  Travailleurs (PT)… Elle est députée, d’ailleurs élue à 5 reprises.
. Elle a été 3 fois candidate aux élections présidentielles dès que « l’ouverture au multipartisme » a rendue la chose possible.
. Féministe, elle dénonce Le code de la famille.

Ses revendications capitales pour l’Algérie sont : les instaurations d’une Démocratie et le respect des Droits de l’Homme.

Comment y parvenir ? Il s’agirait pour elle et pour bon nombre de militants à ses côtés, de mettre en place – d’élire – une Assemblée Constituante destinée à rédiger une Constitution nouvelle, visant donc, un changement de système, de régime et pas seulement un changement de responsables politiques, d’ailleurs perpétuellement puisés dans cette oligarchie militaire toute puissante.

Souvenons-nous : en 1987, déjà, la jeunesse était dans la rue. La répression fut mortelle.
Deux chefs historiques de la Guerre d’Algérie -Ahmed Ben Bella (MDA) et Hocine Aït Ahmed (FFS)- n’ont pu accepter que l’armée tire sur cette jeunesse. Ils ont réussi à faire taire leurs antagonismes pour s’allier et construire pour la première fois depuis 1962, un projet, une alternative démocratique au régime d’Alger. L’avocat Ali Mécili, cheville ouvrière de cette initiative, a été assassiné en Avril 1987, à Paris.

Et tant de manifestations ou d’actes de résistance ont été violemment réprimées depuis…

Aujourd’hui, des moyens lourds sont mis en œuvre pour disperser les manifestations comme pour ce 41ème vendredi. Ils sont accompagnés de centaines d’arrestations arbitraires et d’emprisonnements, d’intimidations de journalistes, d’universitaires, d’étudiants, de syndicalistes, d’avocats, de défenseurs des Droits de l’Homme et plus généralement de manifestants pacifiques.
Toute alternative démocratique serait-elle, hier comme aujourd’hui, interdite aux Algériens ?La section de Nantes et du Pays nantais de la Ligue des droits de l’Homme exige la libération immédiate et sans conditions des détenus d’opinion en Algérie. »

Urgent appel à rassemblement mercredi 20 novembre à 18h devant la préfecture

Chére-es amie-s,
Jalal, soudanais, a été enfermé en centre de rétention à Rennes suite au recensement des migrants dans le gymnase Jeanne-Bernard.
Ce jeune homme est en passe d’être renvoyé dans son pays d’où il a fui après avoir vu périr sa famille.
Il a subi des mauvais traitements particulièrement graves durant son parcours migratoire notamment en Libye où il a été bloqué 4 ans .
Malgré la situation critique au Soudan, où des centaines de personnes continuent de se faire massacrer, où des tortures sont commises quotidiennement, la France continue d’expulser vers le Soudan, et ce, après que l’Union Européenne ait mis fin aux accords avec ce pays pour des raisons de droits de l’homme.
Venez nombreuses et nombreux pour dire non au renvoi de Jalal vers une mort certaine.

1ères Assises de l’Hébergement pour Tous – samedi 23 novembre

Sans réponse de la préfecture à la demande de lieu permanent de travail pour traiter la question du « sans abrisme », l’intercollectif « Personne à la rue » qui regroupe une quarantaine d’associations et organisations syndicales, et dont notre association est partie prenante, organise les 1ères Assises de l’Hébergement pour toutes et tous le
samedi 23 novembre à partir de 9h30
à la maison des syndicats – 2 place de la Gare de l’Etat à Nantes
Bus : C5 – arrêt Gare de l’Etat ou Tram 1 : arrêt Chantiers Navals puis 10 minutes à pied

Venez nombreuses et nombreux.
Vous trouverez ci-dessous le tract d’appel et le communiqué que nous adressons ces jours aux médias.

1989-2019, 30 ans de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant (CIDE)

 

Toutes et tous pour le respect des engagements pris par les États pour les droits de l’Enfant

Rendez-vous le 20 novembre 2019, à 15 h au Miroir d’eau à Nantes

A l’initiative de la Ligue des droits de l’Homme avec le soutien de Youth For Climate Nantes

Télécharger le flyer

https://www.facebook.com/events/467427663904923/

La LDH appelle à manifester le 10 novembre contre l’Islamophobie et contre tous les racismes

La section de Nantes et du pays nantais souhaite mettre plus particulièrement l’accent sur  le communiqué national ci-dessous

Depuis plusieurs dizaines d’années, les musulmans vivant en France sont victimes de manifestations de racisme, qu’elles concernent la pratique de leur foi, leur apparence ou leur origine.

Assimilés au terrorisme, suspectés de ne pas adhérer aux principes de la République, les musulmans font l’objet de discriminations et de stigmatisations constantes.

Les discours de haine se répandent partout y compris au sein des responsables politiques de toute obédience qui n’hésitent plus à les attiser en instrumentalisant les principes de la République.

Ce qui s’est produit à Bayonne en est la conséquence et doit être dénoncé pour ce qu’il est : un acte raciste commis contre un édifice du culte et deux personnes parce que musulmans.

La Ligue des droits de l’Homme (LDH) appelle à rejeter cette haine et à manifester une solidarité sans réserve à l’égard de celles et ceux qui en sont les victimes.

Elle appelle à inscrire la lutte contre l’islamophobie dans la lutte contre toutes les formes de racisme.

Paris, le 4 novembre 2019

Télécharger le communiqué en format PDF

Journée du Refus de la misère – 19/10/19

Communiqué de la section, Nantes le 17/10/19

La section de Nantes et du pays nantais de la LdH soutient les initiatives prises notamment samedi 19 octobre à l’occasion de la journée mondiale du refus de la misère.

Journée du Refus de la misère (télécharger le tract )
Samedi 19 octobre place du Bouffay à partir de 11h
repas partagé, ouvreurs de paroles, interventions artistiques, débats populaires

Rappel des dates d’actions des prochaines semaines :
  • Mardi 22 octobre à 11h : conférence de presse pour manifestation du 26 octobre
    Inter collectif « Personne à la rue » – Salle A du Bâtiment central de la Maison des Syndicats (présence souhaitée d’une personne (max) par asso ou collectif)
  • Manifestation PERSONNE A LA RUE
    Samedi 26 octobre départ 15H Square Daviais
  • les 10 ans du DAL : samedi 2 novembre – à partir de 14h à Pol’n
  • Rassemblement Mensuel « Personne à la Rue » – mercredi 6 novembre de 17h à 19h – centre ville
  • 1eres Assises de l’Hébergement pour Toutes et Tous – samedi 23 novembre de 9H30 à 17h – Maison des Syndicats – avec Forum des associations (besoin d’une équipe logistique)

Soutien aux militants politiques algériens – Rassemblement

Communiqué de la section de Nantes et du pays nantais, Nantes le 24/09/19

Nous vous avions déjà informé du soutien de la Ligue des droits de l’Homme à la militante algérienne emprisonnée pour ses opinions Louisa Hanoune. Nous vous rappelons ci-dessous ce communiqué du 17 juin 2019.

A cette occasion nous vous avions invités à participer à un rassemblement organisé le 20 juin devant le consulat d’Algérie à Nantes.

Dans le contexte de répression qui s’installe de plus en plus en Algérie ces temps-ci, nous vous invitons à participer à

Un rassemblement pour la libération de Louisa Hanoune

et des prisonniers politiques

devant le consulat d’Algérie le 26 septembre à 18h

(57 Boulevard du Général Buat – 44000 Nantes)

Rappel du communiqué national du 17 mai 2019

voici le texte qui a été lu à cette occasion :

La LdH, section de Nantes et du Pays nantais, exige la libération immédiate et sans conditions des détenus d’opinion en Algérie.

 

En Algérie, malgré des interdictions de manifester, une bonne partie de la jeunesse (notamment) est dans la rue, réclamant l’éviction « de responsables politiques corrompus, corrupteurs et prédateurs  », « l’ouverture d’une société bloquée ».

Les manifestants et manifestantes revendiquent « le droit d’avoir un avenir » et « le droit d’avoir des droits ».

Ce sont des centaines de manifestant-e-s qui ont été arrêté-e-s ( certain-e-s relaché-e-s ) depuis le début des manifestations, ces mois derniers.

De nombreux militant-e-s sont emprisonné-e-s pour avoir exprimé, manifesté leurs opinions politiques.

Parmi ceux-ci, Louisa Hanoune, célèbre figure politique de l’opposition depuis des décennies, est emprisonnée depuis le 9 Mai.

Son expression, son action politiques sont criminalisées. En effet, elle vient d’être jugée et condamnée à 15 ans de prison pour « Atteinte à l’autorité militaire » et « Complot contre l’Etat » !

Elle fait appel de ce jugement.

Qui est Louisa Hanoune ?

. Elle est députée, d’ailleurs élue à 5 reprises.

. Elle a été 3 fois candidate aux élections présidentielles dès que  « l’ouverture au multipartisme » a rendue la chose possible.

. Elle dirige un parti politique trotskiste, le Parti des  Travailleurs (PT).

. Féministe, elle dénonce Le code de la famille.

Ses revendications capitales pour l’Algérie sont : les instaurations d’une Démocratie et du respect des Droits de l’Homme.

Par quels moyens parvenir à ces instaurations ?

Il s’agirait pour elle et pour bon nombre de militants à ses côtés, de mettre en place – d’élire – une Assemblée Constituante destinée à rédiger une Constitution nouvelle, visant donc, un changement de régime, de système et pas seulement un changement de responsables politiques, d’ailleurs perpétuellement puisés dans cette même oligarchie  militaire toute puissante.

Louisa Hanoune emprisonnée est mise hors course.

Toute expression et toute action politiques lui sont ainsi interdites y compris lors des relatives ouvertures à la parole que pourrait constituer  la campagne électorale pour l’élection présidentielle du 14 décembre prochain.

Souvenons-nous : en 1987, déjà, la jeunesse était dans la rue. La répression fut mortelle.

Deux chefs historiques de la Guerre d’Algérie -Ahmed Ben Bella (MDA) et Hocine Aït Ahmed (FFS)- n’ont pu accepter que l’armée tire sur cette jeunesse. Ils ont réussi à faire taire leurs antagonismes pour s’allier et construire pour la première fois depuis 1962, une alternative démocratique au régime d’Alger. L’avocat Ali Mécili, cheville ouvrière de cette initiative, a été assassiné en Avril 1987, à Paris.

Et tant d’autres manifestations ont été violemment réprimées depuis…

Toute alternative démocratique serait-elle, hier comme aujourd’hui, interdite aux Algériens ?

La section de Nantes et du Pays nantais de la Ligue des droits de l’Homme exige la libération immédiate et sans conditions des détenus d’opinion en Algérie.

L’antisémitisme n’est pas une opinion mais un délit !

Communiqué de la section, Nantes le 3 septembre 2019

Spectacle de Dieudonné près de Nantes, le 7 septembre ?

L’antisémitisme n’est pas une opinion mais un délit !

La Ligue des droits de l’Homme (LdH) de Nantes et du pays nantais appelle chacun à la lucidité et à la vigilance face à « l’humoriste » Dieudonné qui prétend au droit et à la liberté d’expression pour inciter à la haine raciale, à l’antisémitisme (ce pour quoi, il a été maintes fois condamné par la justice française), à la négation de l’Holocauste…

Ses propos sont politiques. Ils ne pourraient qu’engendrer – comme dans le pire passé – précisément, les négations de droits humains et de la liberté d’expression.

Sa proximité de « victime » déclarée avec les Gilets Jaunes surprend autant que ses appels répétés à des dons, alors même qu’il ne s’est toujours pas acquitté de ses dettes pour fraudes fiscales, blanchiment et abus de biens sociaux…

La LdH appelle chacun à regarder s’il doit alimenter cette affaire très rentable de haine toxique au nom « du droit à rire d’un spectacle humoristique ».

Un rassemblement contre l’antisémitisme et tous les racismes aura lieu le vendredi 6 septembre à 18 heures devant le monument aux Cinquante Otages. La LdH invite à le rejoindre.

La Ligue des droits de l’Homme (LdH) de Nantes et du pays nantais appelle chacun à la lucidité et à la vigilance face à « l’humoriste » Dieudonné qui prétend au droit et à la liberté d’expression pour inciter à la haine raciale, à l’antisémitisme (ce pour quoi, il a été maintes fois condamné par la justice française), à la négation de l’Holocauste…

Ses propos sont politiques. Ils ne pourraient qu’engendrer – comme dans le pire passé – précisément, les négations de droits humains et de la liberté d’expression.

Sa proximité de « victime » déclarée avec les Gilets Jaunes surprend autant que ses appels répétés à des dons, alors même qu’il ne s’est toujours pas acquitté de ses dettes pour fraudes fiscales, blanchiment et abus de biens sociaux…

La LdH appelle chacun à regarder s’il doit alimenter cette affaire très rentable de haine toxique au nom « du droit à rire d’un spectacle humoristique ».

Un rassemblement contre l’antisémitisme et tous les racismes aura lieu le vendredi 6 septembre à 18 heures devant le monument aux Cinquante Otages. La LdH invite à le rejoindre.

Pour le droit de manifester, encore et toujours !

Communiqué LDH, Paris, le 2 août 2019

La LDH a saisi, en urgence, le juge administratif de Nantes pour obtenir la suspension de l’arrêté portant interdiction de la tenue, dans le centre-ville de Nantes, d’une manifestation non déclarée le samedi 3 août 2019.

Quelques jours après la découverte du corps de Steve Maia Caniço, lundi dernier, un appel au rassemblement était lancé en élan de soutien aux proches du défunt.

Ce rassemblement a été interdit par un arrêté du préfet de la Loire-Atlantique, pris le 1er août 2019, qui interdit toute manifestation ou rassemblement dans la plus grande partie du centre-ville de Nantes, le samedi 3 août 2019 entre 10h et 20h.

Cet arrêté pris moins de 48 heures avant le rassemblement prévu, restreignant ainsi la possibilité de le contester devant le tribunal administratif, porte une atteinte grave à la liberté de manifestation, empêchant ainsi la population de se recueillir et d’exprimer sa douleur.

Télécharger le communiqué en format PDF

Décès de Steve : une affaire de trop

Communiqué LDH, Paris, le 2 août 2019

Le 21 juin dernier à Nantes, lors de la soirée de la fête de la musique, plusieurs personnes ont été contraintes de se jeter dans l’eau suite à une intervention très violente de la part des forces de l’ordre.

Ces dernières n’ont pas hésité à utiliser sans discernement des gaz lacrymogènes et des grenades de désencerclement alors que le lieu où se déroulaient les faits était dangereux.

Depuis plus d’un mois la disparition de Steve, tombé dans la Loire, était passée sous silence de la part des autorités. La découverte de son corps le 29 juillet a malheureusement conforté ce que tout le monde craignait.

Il est l’heure aujourd’hui de faire le bilan de cette triste soirée.

La Ligue des droits de l’Homme (LDH) dénonce, une fois de plus, les conditions d’intervention des forces de l’ordre qui ont à l’évidence manqué totalement de discernement, démontrant que le pouvoir choisit la répression comme méthode face aux contestations ou événements de toutes sortes qu’ils soient revendicatifs ou simplement… festifs.

Elle demande que toute la lumière soit faite par le biais d’une enquête judiciaire impartiale, claire et complète.

Le rapport de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN), sorti le jour même de la découverte du corps de Steve, et ses conclusions selon lesquelles « Il ne peut être établi de lien entre l’intervention de police et la disparition » laissent pour le moins interrogatif devant ce simulacre d’enquête. Même le Premier ministre semble ne pas vouloir se contenter de ce rapport.

La LDH constate que l’IGPN est saisie de centaines de plaintes depuis de nombreux mois sans qu’il y ait de suite, ce qui démontre que cette institution rattachée au ministère de l’Intérieur n’est plus crédible. Etant à la fois juge et partie, l’IGPN ne peut, par sa fonction même, que mettre à mal la confiance que la société devrait avoir en la police.

La nécessité d’une autorité indépendante, comme cela existe dans la plupart des pays européens, devient une évidence car cela pose la question du lien de confiance entre les forces de l’ordre et les citoyens, socle fondamental de notre démocratie.

La LDH mènera ce combat nécessaire. Elle présente ses condoléances à la famille de Steve et les assure de sa solidarité.

Paris, le 2 août 2019

Télécharger le format PDF