La Gazette Novembre 2019

Cliquez ici pour télécharger la version pdf

Retrouvez les gazettes des mois précédents

Chaque nuit dans l’agglomération nantaise des enfants, des femmes, des hommes dorment dans la rue, dans des squats, dans des bidonvilles indignes. Le 15 octobre, la Maison du peuple, squat où s’étaient mises à l’abri huit familles qui appelaient le 115 sans aucune réponse, a été évacuée par 18 fourgons de police (photo ci-dessous). Pourtant, comme nous le rappelle Annie dans sa tribune, le droit à l’hébergement d’urgence est un droit fondamental.

Sylvie nous entraîne de son côté au Tek’Steve’All, teknival organisé en mémoire de Steve et contre la répression sous toutes ses formes.

 

Bonne lecture à tous·tes.

Photo prise par un militant du DAL 44 présent sur place

SOMMAIRE

Tribune militante par Annie Richard

Le Tek Steve’All : Rien n’arrête un peuple qui pense

Dates à retenir

Les communiqués de presse locaux

Les communiqués de presse nationaux

 

 

TRIBUNE MILITANTE
Toute personne sans abri, en situation de détresse médicale, psychique, sociale, a accès, à tout moment, à un dispositif d’hébergement d’urgence…

Annie Richard, membre du collectif « personne » à la rue, pour la LDH.

Articles L.345-2-2 et L.345-2-3 du code de l’aide sociale et des familles

Photo Marc Depriester

 

 

 

 

 

Le code de l’aide sociale et des familles est clair, le droit à l’hébergement d’urgence est un droit fondamental qui s’adresse à toutes et tous, sans condition de nationalité ou de régularité de séjour.

Ce texte comporte :

-Un principe de continuité :

Toute personne accueillie dans une structure d’hébergement d’urgence doit pouvoir y bénéficier d’un accompagnement personnalisé et y demeurer, dès lors qu’elle le souhaite, jusqu’à ce qu’une orientation lui soit proposée. Cette orientation est effectuée vers une structure d’hébergement stable ou de soins, ou vers un logement, adaptés à sa situation. »

-Un principe d’accompagnement pour la personne hébergée :

Cet hébergement d’urgence doit lui permettre […] de bénéficier […] d’une première évaluation médicale, psychique et sociale, réalisée au sein de la structure d’hébergement ou, par convention […] »

« Toute personne accueillie dans une structure d’hébergement d’urgence doit pouvoir y bénéficier d’un accompagnement personnalisé […] »

La charte des droits fondamentaux de l’Union Européenne stipule dans son article 11 : « Les États parties au présent Pacte reconnaissent le droit de toute personne à un niveau de vie suffisant pour elle-même et sa famille, y compris une nourriture, un vêtement et un logement suffisants, ainsi qu’à une amélioration constante de ses conditions d’existence. »

La déclaration universelle des droits de l’homme stipule dans son article 25 : « Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment pour l’alimentation, l’habillement, le logement, les soins médicaux ainsi que pour les services sociaux nécessaires. »

La Convention Internationale des Droits de l’Enfant stipule dans son article 27 : « Les États parties reconnaissent le droit de tout enfant à un niveau de vie suffisant pour permettre son développement physique, mental, spirituel, moral et social. »

Mais alors, malgré une telle affirmation du droit, malgré un cadre légal aussi fort, pourquoi y a-t-il, dans l’agglomération nantaise, comme dans toutes les grandes agglomérations françaises, tant de personnes qui survivent à la rue, dans des squats, dans des bidonvilles indignes : des enfants, des femmes, des hommes, des citoyen-nes français-es, des exilé-es, des migrants d’Europe de l’est, des personnes avec et/ou sans emploi ?

Il y a avant tout un problème de logement : selon la FNARS (Fédération des Acteurs de la Solidarité), 30 % des bénéficiaires d’hébergement d’urgence seraient en mesure de se payer un logement social, mais ils n’en trouvent pas de disponible. Un des premiers facteurs de la crise du logement est le déficit de logements abordables financièrement.

Alors que le nombre de ménages augmente (vieillissement de la population, séparations conjugales, recompositions familiales), le niveau de construction ne couvre pas les besoins, particulièrement en logements abordables.

Par ailleurs, le gouvernement vend une partie du parc de logements sociaux, voyant là un moyen de pallier la mise en place de la réduction du loyer de solidarité. Les opposants y voient surtout le risque d’une marchandisation d’une partie du patrimoine commun de la nation.

Enfin, la pression du coût du loyer est telle pour les personnes aux revenus les plus modestes (jusqu’à plus de 40 % parfois) que pour nombre d’entre elles le maintien dans le logement n’est plus possible, d’autant que la prévention des impayés et l’accompagnement social sont souvent défaillants.

Il y a aussi une insuffisance et une inadaptation des places d’hébergement : en 2018, 70 % des appels au 115 n’ont pas abouti et sur les 30 % des appels traités, un quart est resté sans solution. Les pressions sur le 115 sont telles qu’elles sapent le caractère inconditionnel du droit à l’hébergement et créent une hiérarchisation au sein des publics les plus vulnérables. L’hébergement en hôtel reste le mode privilégié pour l’hébergement d’urgence, alors qu’il est extrêmement onéreux (de 17 à 40 euros par personne et par nuit) et ne répond pas aux besoins des personnes hébergées, des familles dans la plupart des cas.

Les dispositifs d’hébergement déjà insuffisants saturent parce que le taux de rotation est trop faible, faute de logements pérennes, adaptés, et accessibles financièrement, comme dit dans le chapitre précédent.

Mais que fait la LDH devant ce déni de droit ? Elle participe activement au collectif « personne à la rue », et avec la quarantaine d’associations et l’intersyndicale qui le composent, elle interpelle les pouvoirs publics (préfecture, mairies, conseil départemental) pour qu’une instance de travail soit mise en place, elle interpelle l’opinion publique, elle appelle à la solidarité, elle organise le 23 novembre à la Maison des syndicats à Nantes, les « Assises de l’hébergement », pour dénoncer, informer et contribuer à construire des réponses.

Rejoignez-nous !

 

 

 LE TEK STEVE’ALL : « Rien n’arrête un peuple qui pense »

LE

Dates à retenir en novembre

Mercredi 6 novembre : Rassemblement « Personne à la rue », avec collecte solidaire, 17h-19h, angle rue barillerie cours des 50 otages

Mercredi 13 novembre : Table ronde sur la justice climatique avec des intervenants de la LdH, Alternatiba et Oxfam, dans le cadre du Festisol – 19h à la MCM.

Mardi 19 novembre, à partir de 15h : forum et débat « Et si la Sécu disparaissait ? Comment garantir l’accès aux soins et à la santé ? », organisé par la MCRN, avec la participation de Jean-Luc Landas, ancien praticien hospitalier et militant de la LDH

Mercredi 20 novembre : commémoration des 30 ans de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant

Samedi 23 novembre : Assises du logement et de l’hébergement, à la Maison des syndicats

Lundi 25 novembre, 18h : Marche contre les violences faites aux femmes, rendez-vous devant le magasin Zara, rue du Calvaire

Vendredi 29 novembre, 19h : Représentation du spectacle « Porteurs d’espoir », produit par la LdH, au Centre Socio Culturel de Bellevue, rue du Jamet

S COMMUNIQUES LOCAUX

Les communiqués de presse locaux d’octobre

«  Où est l’urgence ? Où est l’hébergement inconditionnel ? », communiqué de presse commun

À lire ici

« Manifestons notre solidarité ! Personne à la rue ! », samedi 26 octobre 2019

À lire ici

Débat sur la politique migratoire, les associations réagissent, communiqué de presse des États Généraux des Migrations

À lire ici

« Halte à l’impunité des multinationales, signez la pétition », lettre ouverte collective, Nantes le 16 octobre 2019

À lire ici

Journée mondiale du refus de la misère, 19 octobre 2019, communiqué de la section

À lire ici

Invitation Cercle de silence de Nantes contre les violences en CRA – 18h 30 – mardi 24 oct. 2019 – place Royale

À lire ici

 

 

Les communiqués de presse nationaux d’octobre

La LDH dans la presse du 13 au 19 septembre 2019

À lire ici

La LDH dans la presse du 20 au 26 septembre 2019

À lire ici

Aéroports de Paris : la LDH appelle à se saisir du référendum d’initiative partagée

À lire ici

Débat sur l’immigration : lettre ouverte des associations

À lire ici

1er octobre 2019 – Tribune collective « L’appel des 108 célébrités à Emmanuel Macron pour sauver l’hôpital », publiée dans Le Parisien

À lire ici

La LDH soutient le film « Papicha », de Mounia Meddour

À lire ici

17 octobre 1961 – 17 octobre 2018 : 58e anniversaire – Vérité et justice

À lire ici

Observer les pratiques policières n’est pas un délit !

À lire ici

Sectes : à quoi joue le gouvernement

À lire ici

« Débat présidentiel sur l’immigration, les dangereux calculs du président de la République« , communiqué LDH

À lire ici

Pour une police républicaine

À lire ici

Appel urgent de l’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’Homme en soutien à Camille Halut

À lire ici

H&L numéro 187

À lire ici

La LDH dans la presse du 27 septembre au 3 octobre 2019

À lire ici

Amendes de 500 euros : les personnes sans-abri menacées

À lire ici

Lettre ouverte à Mme la Maire de Cayenne suite à la décision d’expulser les habitant-e-s du quartier de la Mâtine et de détruire leurs logements

À lire ici

Débat sur la politique migratoire de la France et de l’Europe, les associations réagissent et en appellent à une politique migratoire radicalement différente

À lire ici

Séminaire « Combattre la violence sur les réseaux sociaux »

À lire ici

Répression généralisée du mouvement de protestation en Algérie : les défenseurs des droits humains ciblés par le régime

À lire ici

Procès des indépendantistes catalans à Madrid : la FIDH et EuroMed Droits dénoncent des irrégularités

À lire ici

Les élus locaux face à la résorption des squats et bidonvilles

À lire ici

Syrie : arrêtons d’urgence l’engrenage

À lire ici

La LDH dans la presse du 4 au 10 octobre 2019

À lire ici

Non a l’abandon des kurdes face a Erdogan !

À lire ici

Lettre ouverte sur la carte de paiement des demandeurs d’asile

À lire ici

54e anniversaire de l’enlèvement et la disparition de Mehdi Ben Barka

À lire ici

Catalogne : les libertés politiques mises à mal

À lire ici

25e Université d’automne : écologie, justice et droits fondamentaux

À lire ici

Il n’y a pas d’âge pour être solidaire – Le Festisol se fait l’écho des voix trop souvent minorées de celles et ceux qui n’ont pas atteint la majorité

À lire ici

Le fichage : un outil sans limites au service du contrôle des frontières ?

À lire ici

L’arrestation d’acteurs de la société civile engagés contre le projet de nouvelle Constitution, nouveau tournant autoritaire en Guinée

À lire ici

Sur la situation d’Alain Ferrandi et de Pierre Alessandri

À lire ici

16 octobre 2019 – Tribune collective « Champs d’éoliennes d’EDF : des populations mexicaines dénoncent la violation de leurs droits fondamentaux », publiée dans L’Obs

À lire ici

Lettre ouverte suite aux attaques subies par le Bulgarian Helsinki Committee (BHC) du fait de ses actions de défense des droits humains

À lire ici

Madame Buzyn, il faut donner plus de moyens pour notre santé !

À lire ici

22 octobre 2019 – tribune « Nucléaire : la désobéissance civile plus que jamais nécessaire en démocratie », publiée dans le JDD

À lire ici

Appel au soutien des maraudeurs poursuivis en justice

À lire ici

Pour en finir avec les féminicides et les violences sexuelles, je marcherai le 23 novembre

À lire ici

Cide – 20 novembre 1989 – Et si on parlait des violences faites aux enfants en France aujourd’hui ?

À lire ici

Liberté pour Vincenzo Vecchi

À lire ici

12e Journée mondiale pour le droit de mourir dans la dignité, 2 novembre 2019

À lire ici

La LDH dans la presse du 11 au 17 octobre 2019

À lire ici

La LDH dans la presse du 18 au 24 octobre 2019

À lire ici

27 octobre 2019 – Tribune « Sur l’enlèvement et la disparition de Mehdi Ben Barka », publiée sur Mediapart

À lire ici

L’État veut-il abandonner la lutte contre les dérives sectaires et leurs victimes ?

À lire ici

Journée d’étude « La place du patient dans le soin : plus de qualité, moins d’inégalités ? »

À lire ici

Bayonne : un crime raciste qui nous blesse tous

À lire ici

À la veille de l’hiver, le Collectif des associations unies appelle à une mobilisation nationale pour les personnes à la rue

À lire ici

« Le racisme dévoilé », tribune de M. Salemkour, président de la LDH

À lire ici

Tribune « Défendre les droits humains en France peut présenter des risques… »

À lire ici

 

Les anciennes gazettes

La Gazette n°7 – octobre 2019

La Gazette n°6 – septembre 2019

La Gazette n°5 – juillet 2019

La Gazette n°4 – juin 2019

La Gazette n°3 – mai 2019

La Gazette n°2 – avril 2019

La Gazette n°1 – février 2019