Bienvenue

En 1898, des citoyens, révoltés par l’injustice dont était victime le Capitaine Dreyfus, décidaient de créer la Ligue française pour la défense des droits de l’Homme et du citoyen. Ils s’engageaient alors à porter aide et assistance « à toute personne dont la liberté serait menacée ou dont le droit serait violé ». Cet engagement est toujours le nôtre. C’est avec la même exigence d’une lutte contre « toutes les formes d’intolérance et d’arbitraire » que nous voulons construire le mouvement civique de demain

Nous sommes à votre écoute au 02.51.86.22.39. Laissez-nous un message, nous écoutons régulièrement notre répondeur. Vous pouvez également nous envoyer un courriel à nantes@ldh-france.org

Adhérer
Faire un don   en ligne                Faire un don   à l’aide du formulaire

Rassemblement Stopper les porteurs de haine – jeudi 30 mai – 18h – devant le bar Le Petit Marais – Nantes

Le Collectif de Lutte pour les droits et les libertés Ensemble Contre les idées et les actes des Extrêmes Droites (CLECED) appelle à un

RASSEMBLEMENT

habillé.es de couleurs vives

Stopper les porteurs de haine

jeudi 30 mai 18h Nantes devant le bar Le Petit Marais 15, rue Kervégan

Le bar nantais Le Petit Marais a annulé suite à des menaces une soirée drag-queen prévue ce 30 mai dans le cadre du mois des fiertés LGBTQIA+ .

Cette annulation fait suite à d’autres faits à Nantes. Des tags rue Joffre, le 25 juin 2023 : « Mort au LGBT » et « Pédophiles ». L’empêchement, le 7 décembre 2021, d’un concert à l’église Notre-Dame-de-Bon-Port par des personnes jugeant les textes de l’artiste « blasphématoires ». L’annulation en février dernier de concerts de L’Homme armé : une messe pour la paix à la suite d’une campagne d’intimidations par les milieux catholiques intégristes considérant que ce spectacle est « un acte profanatoire ». Ces menaces et annulations montrent les pressions qu’exercent aujourd’hui des groupuscules intégristes et des extrêmes droites.

Nous exprimons notre solidarité avec les responsables et le personnel du bar Le Petit Marais – celui-ci organise ce 30 mai en remplacement de la soirée annulée un échange sur la question de la tolérance envers les LGBTQIA+ en 2024.

Entrave à la liberté d’expression, intolérance, haine, violences, ça suffit.

Nous appelons à ce rassemblement pour rappeler :

– que la seule limite à la liberté d’expression est celle prévue par la loi qui condamne les appels à la haine ou à la violence ;

– que nous dénonçons ces menaces et intimidations de quelques-uns qui prônent séparation et exclusion ;

– que nous appelons à ne pas céder face aux actes destinés à faire peur et exigeons le respect de la liberté d’expression ;

– que nous demandons aux pouvoirs publics de protéger les lieux d’expression et les événements prévus ;

– que nous demandons à la justice de retrouver les auteurs de ces menaces et discours de haine et de les poursuivre devant un tribunal.

Collectif de Lutte pour les droits et les libertés Ensemble Contre les idées et les actes des Extrêmes Droites (CLECED) :

Attac, Confédération Générale du Travail, Fédération des Amicales Laïques-Ligue de l’Enseignement, Fédération Syndicale Unitaire, France Palestine Solidarité, Ligue des droits de l’Homme, Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples, Syndicat des Avocats de France, Union syndicale Solidaires

——————————————————–

Lien vers le communiqué du 13 mai du CLECED : https://site.ldh-france.org/nantes/communique-cleced-stopper-les-porteurs-de-haine/

Nouvelle-Calédonie : Rassemblement – mercredi 22 mai – 18h – Préfecture – Nantes

La LDH section de Nantes et du pays nantais appelle, sur la base du communiqué national de la LDH « Nouvelle Calédonie : plutôt qu’une politique arrogante, un dialogue démocratique pour parvenir à la décolonisation« , à se joindre au rassemblement organisé ce mercredi 22 mai à 18 h devant la Préfecture à Nantes.

Ci-après le lien vers ce communiqué : https://www.ldh-france.org/nouvelle-caledonie-plutot-quune-politique-arrogante-un-dialogue-democratique-pour-parvenir-a-la-decolonisation/

Manifestation Pas de CRA ni ici, ni ailleurs – samedi 25 mai – 15h – Miroir d’eau – Nantes

La LDH Nantes et pays nantais appelle à participer à la manifestation samedi 25 mai 15h Nantes Miroir d’eau contre les CRA.

Ci-joint et repris ci-dessous le flyer d’appel à la manifestation de la coordination Pas de CRA ni ici, ni ailleurs.

https://www.facebook.com/events/1581650062404172?

Appel à rassemblement Palestine – mercredi 15 mai – 17h30 – place du Commerce – Nantes – Empêchons une nouvelle Nakba

Nous relayons cet appel à rassemblement de la Plateforme 44 des ONG pour la Palestine dont la LDH est membre :

PALESTINE en DANGER !

Appel à Rassemblement

Mercredi 15 mai à Nantes à partir de 17h30 – Place du Commerce

  • 1947-1953 : plus de 700 000 Palestiniens expulsés
  • 1967 : plus de 300 000 Palestiniens expulsés
  • 2023-2024 : des centaines de Palestiniens expulsés en Cisjordanie dont Jérusalem-Est , des centaines de milliers de Gazaouis déplacés de force à plusieurs reprises et menacés expulsion : empêchons une nouvelle Nakba !

La France ne doit pas laisser faire !

Plateforme 44 des ONG pour la Palestine : Association France Palestine Solidarité, Pays de Loire Gaza Jérusalem, MRAP – Nantes et St-Nazaire, Ligue des Droits de l’homme, CIMADE, CCFD-Terre solidaire 44, Artisans du monde-Nantes et St-Nazaire, UJFP (Union juive française pour la paix), ABJC (Ass. Bouguenais Jumelage Coopération), Les Amis d’Abu-Dis Solidarité Palestine (Rezé), CSPRN (Comité Solidarité Palestine Région nazairienne), ATTAC 44, ARP (Amis de la Résistance palestinienne)
Observateur : ACAT (Actions des chrétiens pour l’abolition de la torture)

Communiqué CLECED : Stopper les porteurs de haine

Collectif de Lutte pour les droits et les libertés Ensemble Contre les idées et les actes des Extrêmes Droites (CLECED)

COMMUNIQUÉ

Stopper les porteurs de haine

Nantes, le 13 mai 2024

Le bar nantais Le Petit Marais a annulé une soirée drag-queen prévue le 30 mai dans le cadre du mois des fiertés LGBTQIA+. Cette annulation fait suite à des messages circulant sur des comptes sociaux, dans la sphère catholique d’extrême droite, dénonçant l’affiche sur la porte de présentation de la soirée et parlant d’un « manque de respect à la religion chrétienne ». S’en est suivi un débordement de menaces et de haine sur les réseaux sociaux dont certaines à caractère homophobe : « cette soirée [est] blasphématoire », « on allait leur casser la bouche et […] finir sur un coin de trottoir » ou encore que « [votre] bar de merde allait bientôt brûler » et que « les responsables du club [étaient] une bande de dégénérés, de malades mentaux ». Cette soirée thématique était la quatrième et les précédentes s’étaient bien déroulées.

Cette annulation consécutive à des menaces fait suite à d’autres faits à Nantes. Des tags rue Joffre, le 25 juin 2023 : « Mort au LGBT » et « Pédophiles ». L’empêchement, le 7 décembre 2021, d’un concert à l’église Notre-Dame-de-Bon-Port par des personnes jugeant les textes de l’artiste « blasphématoires ». L’annulation en février dernier de concerts de L’Homme armé : une messe pour la paix à la suite d’une campagne d’intimidations par les milieux catholiques intégristes considérant que ce spectacle est « un acte profanatoire »*.

Ces menaces et annulations montrent les pressions qu’exercent aujourd’hui des groupuscules intégristes et des extrêmes droites.

Entrave à la liberté d’expression, intolérance, haine, violences, ça suffit. C’est grave et inadmissible.

Le CLECED rappelle que la seule limite à la liberté d’expression est celle prévue par la loi qui condamne les appels à la haine ou à la violence.

Le CLECED dénonce ces menaces et intimidations de quelques-uns qui prônent séparation et exclusion, appelle à ne pas céder face aux actes destinés à faire peur et exige le respect de la liberté d’expression.

Nous exprimons notre solidarité avec les responsables et le personnel du bar Le Petit Marais.

Nous demandons aux pouvoirs publics de protéger les lieux d’expression et les événements prévus.

Nous demandons à la justice de retrouver les auteurs de ces menaces et discours de haine et de les poursuivre devant un tribunal.

Collectif de Lutte pour les droits et les libertés Ensemble Contre les idées et les actes des Extrêmes Droites (CLECED) :

Attac, Confédération Générale du Travail, Fédération des Amicales Laïques-Ligue de l’Enseignement, Fédération Syndicale Unitaire, France Palestine Solidarité, Ligue des droits de l’Homme, Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples, Syndicat des Avocats de France, Union syndicale Solidaires

* Communiqué du CLECED du 13 février 2024

Invitation à une conférence-débat – En Iran, « Femmes, Vie, Liberté » : un espoir avorté ? – Mardi 14 mai – 18h30, Cosmopolis

Conférence-débat

« Femmes, Vie, Liberté : un espoir avorté ? »

mardi 14 mai à 18h30

Espace Cosmopolis

18 rue Scribe, Nantes – Entrée libre et gratuite

Dans le cadre de l’événement de Cosmopolis « 1979-2024 : L’Iran en révolutions », vous êtes invité.es à une conférence-débat « Femmes, Vie, Liberté : un espoir avorté ? » organisée par la section LDH Nantes et pays nantais avec Maryse Artiguelong, membre du Bureau national de la LDH (Ligue des Droits de l’Homme), Vice-présidente de la FIDH (Fédération Internationale pour les Droits Humains).

Plus de 18 mois après le début du soulèvement populaire « Femmes, Vie, Liberté » de 2022 suite à la mort de Mahsa Jina Amini, arrêtée et molestée par la police pour non-respect du strict code vestimentaire iranien, les autorités iraniennes continuent de réprimer les droits à la liberté d’expression, d’association et de réunion pacifique. Elles intensifient la répression à l’encontre des femmes et des jeunes filles qui défient les lois sur le port obligatoire du voile et viennent juste de condamner à mort Toomaj Salehi, rappeur très populaire, arrêté en octobre 2022.

Pourtant Narges Mohammadi, figure de la résistance iranienne, arrêtée à douze reprises depuis 30 ans, qui n’a pas pu recevoir le Prix Nobel de la Paix qui lui a été attribué en 2023, pense que le gouvernement a perdu son autorité et que le peuple iranien retournera dans la rue et atteindra ses objectifs en poursuivant les luttes civiles…

Flyer d’invitation, ci-dessous ou cliquez sur le lien suivant : https://partage.ldh-france.org/s/nrR5yd5d8Cp2G8B

La LDH appelle à se mobiliser ce 1er Mai aux côtés des organisations syndicales et du mouvement social

La section de Nantes et du pays nantais appelle à manifester le mercredi 1er Mai avec les organisations syndicales de salarié.es :

Manifestation CGT-FO-FSU-Solidaires :

– Nantes, 10h30 place Bretagne

Pour la manifestation, rendez-vous LDH côté bureau de poste
– Châteaubriant, 10h30 devant la mairie

– Ancenis, 10h00 garage Esso
– Couëron, 10h esplanade Jeremy Huguet

– Clisson, 18h devant la Gare

Rassemblement CFDT :

Nantes, 11h30 place de la gare de l’État (devant Maison des syndicats)

Vous trouverez ci-dessous le communiqué national de la LDH

1er Mai : mobilisons-nous pour défendre nos droits, nos libertés et plus largement la démocratie

Communiqué LDH

Le 1er Mai est la Journée de solidarité internationale des travailleuses et travailleurs. C’est un moment important pour réaffirmer l’universalité et l’indivisibilité des droits et en particulier l’importance des droits économiques et sociaux.

Chaque année, ils sont de plus en plus bafoués et ce sont les personnes les plus fragiles qui payent le prix cher. La liste des attaques est de plus en plus longue : Code du travail, allocations chômage, retraites, santé, logement, éducation, droits des personnes étrangères….

Et la réponse aux protestations se résume par toujours plus de répression, avec des atteintes de plus en plus graves aux libertés et notamment à la liberté d’expression comme en témoigne les poursuites contre des centaines de militantes et de militants syndicalistes, associatifs et politiques.

Rien ne semble résister à la machine à abimer l’Etat mise en place par le président de la République. Elu pour faire barrage aux extrêmes droites, il en fait chaque jour un peu plus le lit.

Or c’est sur cette montée des inégalités sociales et territoriales qu’elles se nourrissent, alors même qu’elles n’ont aucune solution à proposer sauf pour alimenter des haines et désigner des boucs émissaires. Nous ne les laisserons pas s’approprier indûment les luttes sociales qu’elles n’ont jamais soutenues, ni leur célébration comme ce 1er Mai.

Plus que jamais la LDH (Ligue des droits de l’Homme) pense que c’est avec le rassemblement des forces progressistes que peuvent se construire des alternatives. C’est pourquoi, comme chaque année, elle appelle à se mobiliser ce 1er Mai aux côtés des organisations syndicales et du mouvement social partout en France pour défendre les droits, les libertés, l’Etat de droit et, plus largement, la démocratie.

Paris, 29 avril 2024

Invitation Festival anti-CRA – samedi 27 avril 6 -ateliers de Bitche – Nantes

La Coordination COLERE Nantes CRA, ni ici, ni ailleurs dont est partie prenante la LDH Nantes et pays nantais invite à participer à un Festival anti-CRA, samedi 27 avril de 15h à 1h30, Ateliers de Bitche, 3 rue de Bitche Nantes. Ci-dessous le flyer d’appel.

15h30 – Table ronde : A l’intérieur des CRA

17h/17h30  – Entretiens : De quelle politique le CRA est-il le nom ? Dans quelles politiques s’inscrivent les CRA ? Quelles résistances ? Quelles alternatives d’accueil possible ?

Concerts à partir de 19h30

Cantine de 19h à 21h30

Buvette – Exposition – Table presse

Palestine : Rassemblement mercredi 17 avril à 17h au Carrefour des trams à Nantes

Journée internationale de solidarité avec tous les prisonniers politiques dans le monde

Appel à Rassemblement
mercredi 17 avril à 17h au Carrefour des trams à Nantes
Nous exigeons la libération de tous les prisonniers politiques palestiniens !

La Journée de solidarité avec les prisonniers attire l’attention sur ces hommes, ces femmes et ces enfants qui sont derrière les barreaux, dans les prisons israéliennes ;
beaucoup d’entre eux depuis des années mais des milliers de plus depuis le 7 octobre.
Les effets de l‘incarcération de masse sur la population palestinienne ne se limitent pas au nombre de personnes arrêtées et détenues.
Pour les familles et les communautés de prisonniers, ce sont tous les domaines de leur vie qui sont touchés et toute la société palestinienne ciblée.

GAZA toujours sous les bombes ! Cessez-le-feu immédiat et permanent !

Nous exigeons :
➢le cessez-le-feu immédiat et permanent,
➢le retrait complet des forces israéliennes de Gaza et de Cisjordanie,
➢l’entrée sans restriction de l’aide humanitaire et le rétablissement du financement de l’UNRWA,
➢la libération de tous les prisonniers politiques palestiniens,
➢la libération des otages civils israéliens détenus par le Hamas,
➢l’arrêt immédiat de la vente à Israël d’armes par des états de l’UE et la fin de toute coopération militaire et sécuritaire avec cet État,

GAZA stop à l’inhumain ! Stop aux massacres !

À l’appel de la Plateforme44 des ONG pour la Palestine et d’organisations du collectif nantais pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens.

« Centre de rétention administrative (C.R.A), ni ici, ni ailleurs » – Évènement ce samedi 13 avril – 10h-13h – place Royale – Nantes

La Coordination COLERE Nantes Centre de rétention administrative (C.R.A), ni ici, ni ailleurs, dont la LDH est partie prenante, organise un évènement ce samedi 13 avril de 10h à 13h place Royale – Nantes pour :

– échanger et informer sur les Centres de rétention administrative C.R.A ;

– exprimer notre opposition aux C.R.A !

Ci-dessous le visuel ainsi qu’un texte de présentation de la LDH expliquant pourquoi nous sommes opposés aux C.R.A.

Centres de Rétention Administrative : Enfermements aux frontières du droit

La LDH est une association généraliste qui agit pour les libertés et les droits de toutes et tous, tous les droits pour toutes et tous.

La LDH s’oppose aux Centres de Rétention Administrative (CRA). Pourquoi ? Pour des raisons de principe. Une personne ne peut être enfermée que si elle a été reconnue coupable par la justice d’avoir commis une faute. Les personnes sont mises en CRA par l’administration et non par la justice. Les personnes dans les CRA n’y sont pas parce qu’elles ont commis une faute mais au seul motif qu’elles sont migrantes. Le seul fait pour une personne de se voir refuser le séjour dans notre pays par l’administration n’est en rien une faute commise par cette personne.

Les CRA sont également emblématiques de la « double peine » puisque des personnes ayant purgé une peine de prison y sont enfermées puis sont obligées de quitter le territoire.

Les CRA sont alors des lieux de détention arbitraire et discriminatoire. On l’a vu lors de la dernière guerre dans notre pays, on le voit dans différents pays du monde aujourd’hui, il faut s’inquiéter pour les libertés quand l’État peut mettre une personne dans un centre d’enfermement sans décision de justice parce qu’elle est considérée comme « indésirable ».

Le droit de l’Union européenne a prévu que l’assignation à résidence devait être le principe pour éviter d’avoir recours à l’enfermement. Au contraire dans notre pays, la privation de liberté est devenue la norme. Les CRA alimentent un amalgame devenu de plus en plus courant entre « étranger » et « criminel », que le ministère de l’Intérieur, notamment, s’emploie à relayer. Les dispositions législatives et les pratiques administratives isolent toujours davantage les personnes migrantes pour mieux les invisibiliser, quitte à se jouer des limites de la légalité.

La loi Darmanin votée en janvier 2024 allonge les délais pour accéder au juge des libertés en zone d’attente et en CRA, allonge la durée exécutoire des obligations à quitter le territoire – OQTF – et donc la durée de l’enfermement, renforce la possibilité du placement en rétention des personnes avant l’enregistrement de leur demande d’asile.

La LDH dénonce cette criminalisation des personnes migrantes et l’utilisation de l’enfermement administratif comme variable d’ajustement de la politique migratoire.

Si la loi interdit désormais l’enfermement des mineurs en CRA, cette disposition ne s’appliquera sur le territoire de Mayotte que le 1er janvier 2027. Cette différence de traitement pour un département de notre pays est inadmissible. De plus, le ministre de l’Intérieur a déclaré que pour le reste du pays « l’un des parents peut être placé en rétention et l’autre [avec les enfants] assigné à résidence« . Cette séparation des familles dont l’enfant supporte les conséquences au motif du statut migratoire de ses parents est contraire au principe de l’intérêt supérieur de l’enfant et donc à la Convention des droits de l’enfant qui s’applique pour toutes les personnes de moins de 18 ans.

C’est pourquoi, la LDH demande depuis toujours la fermeture des CRA ici et ailleurs et participe à la Coordination contre le projet de CRA à Nantes.

|1| |2| |3| |65|