Bienvenue

En 1898, des citoyens, révoltés par l’injustice dont était victime le Capitaine Dreyfus, décidaient de créer la Ligue française pour la défense des droits de l’homme et du citoyen. Ils s’engageaient alors à porter aide et assistance « à toute personne dont la liberté serait menacée ou dont le droit serait violé ». Cet engagement est toujours le nôtre. C’est avec la même exigence d’une lutte contre « toutes les formes d’intolérance et d’arbitraire » que nous voulons construire le mouvement civique de demain

Dans cette période exceptionnelle de crise sanitaire, nous restons à votre écoute au 02.51.86.22.39. Laissez-nous un message, nous écoutons régulièrement notre répondeur. Vous pouvez également nous envoyer un courriel à nantes@ldh-france.org

Participer à une manifestation déclarée dans l’espace public     Attestation de déplacement dérogatoire
Faire un don   en ligne                Faire un don   à l’aide du formulaire

Marchons contre les violences faites aux femmes. Nantes 25 novembre 2021 – 18h30

Partie prenante du Collectif 25 nov, la LdH appelle à la marche contre les violences faites aux femmes ce jeudi 25 novembre – 18h30 – place Bretagne – Nantes.
Ci-joint et repris ci-dessous le communiqué d’appel.

————————————————————–

MARCHONS CONTRE LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES
25 NOVEMBRE 2021


Harcelées, humiliées, terrorisées, excisées, insultées, violées, vendues, achetées, frappées, tuées…

Les violences contre les femmes, non seulement ne reculent pas, mais se diffusent avec force dans toutes les sphères
de la vie des femmes : violences dans la famille et au travail, harcèlement dans la rue, dans les écoles et sur les réseaux
sociaux, diffusion d’une culture pornographique et explosion des pratiques prostitutionnelles.

La lutte contre les violences faites aux femmes avait été érigée comme grande cause quinquennale du Président
Macron. À l’évidence, les offensives politiques, du local au national, ne sont pas à la hauteur. En France, près de 210
000 femmes subissent encore chaque année des violences conjugales. Déjà plus de 100 féminicides depuis le début
de cette année 2021 !

L’égalité femmes/hommes pour une société apaisée se fait toujours attendre.

Et pendant ce temps-là, la violence masculine est à l’offensive.

Comment construire l’égalité quand la moitié de l’humanité grandit dans la peur ?

À Nantes, les organisations engagées dans ce combat appellent à descendre dans la rue le 25 novembre. La marche partira à 18h30 de la place de Bretagne.

Venez nous rejoindre, venez marcher avec nous pour faire entendre nos voix et celles des femmes qui ne peuvent pas se faire entendre. Que notre détermination soit visible !

Collectif Unitaire 25 novembre :
44 Vilaines filles, SOlidarité femmeS Loire-Atlantique, Ligue des Droits de l’Homme, Nous Toutes 44, Mouvement du Nid, Espace Simone de Beauvoir, Femmes solidaires, la France insoumise 44, Zéromacho 44, SOS Inceste et violences sexuelles, Osez le féminisme 44, CGT 44, Solidaires 44, FSU 44, GDS, Ensemble 44, CFDT 44, Émulsion, ALFA Appel Égalité.

Chronique JetFM consacrée à la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes

Chers amis,

Voici une chronique introductrice d’un mal aussi vieux que le monde, la violence faites aux femmes ; mère, fille, épouse… de tous les pays et de toutes les aventures. Un mal en conséquence des inégalités qui régissent nos sociétés, la première étant la loi du plus fort. En faisant cette chronique nous avons souhaité donner la parole à des associations locales qui luttent au quotidien face à ces violences.

Lien vers la chronique : https://soundcloud.com/user-513968441/novembre-2021-violences-femmes?si=efebd9dde9b44b1e8a1619f22a722d8f

Bonne écoute et rendez-vous le 25 novembre à 18h30 Place Bretagne !

Exposition « Medhi Ben Barka » par Pierre Boulat, à Cosmopolis du 3 au 13 novembre 2021

Dans le cadre du Festival des solidarités, la Ligue des droits de l’Homme propose un photoreportage « Medhi Ben Barka » par Pierre Boulat, à l’Espace Cosmopolis du 3 au 13 novembre 2021 (Flyer ci-joint).

En France, des assassinats politiques ont été commis sur la personne de tel et tel opposant au régime politique dirigeant son pays d’origine.
La France a une pratique systématique de non-poursuite et donc d’impunité pour les assassins et leurs commanditaires impliqués dans ces assassinats politiques, dans ces assassinats d’États.
Ce fut le cas pour ceux qui firent disparaître Mehdi BEN BARKA, le 29 octobre 1965.
Mehdi Ben Barka, principal opposant politique au régime marocain du roi Hassan II, chef de file du mouvement tiers-mondiste et pan-africaniste, reste « disparu » et sans sépulture depuis 1965.
Il n’aura pas même bénéficié de l’humaine dignité qui aurait justifié que soit menée et poursuivie une enquête révélant son sort, aboutissant aux sanctions en justice des coupables et révélant les commanditaires de ce crime d’État.

Rassemblement soutien Maison du peuple – 30 octobre à 15h au miroir d’eau

Bien que ne participant pas directement aux activités de la Maison du Peuple, notre association appelle à soutenir le rassemblement qu’elle organise le 30 octobre à 15h au miroir d’eau pour porter les revendications suivantes : des locaux pour héberger toutes et tous.

Vous trouverez donc ici le communiqué de presse, rédigé par la Maison du Peuple.

La démocratie sur JetFm

Voici une chronique emblématique pour la Ligue des droits de l’Homme, puisqu’il s’agit de la Démocratie. Un sujet vaste, mais crucial. La période, avec les clivages qu’elle charrie, ses défis et l’agenda politique de l’année à venir, nous a décidés à aborder la saison du bon pied. Alors quoi de mieux que de commencer par la base de tout engagement, de toute action citoyenne : la démocratie, d’où elle vient et ce qu’elle devient.

La chronique est en ligne sur https://soundcloud.com/user-513968441/democratie

Bonne écoute !

Communiqué commun : Pour les libertés et contre les idées des extrêmes droites, encore et toujours.

L’intersyndicale et interassociations de Loire-Atlantique manifestait à Nantes et Saint-Nazaire le 12 juin dernier pour les libertés et contre les idées des extrêmes droites.

Les idées des extrêmes droites opposent les personnes entre elles et conduisent à la haine. Elles menacent nos libertés et l’égalité en voulant briser la solidarité. Elles sont dangereuses pour le vivre ensemble.

Eric Zemmour, qui vient à Nantes le 30 octobre, attise les peurs à l’égard de nos compatriotes qui, d’après lui, n’ont pas à être inclus dans une société qu’il veut blanche et chrétienne.

Ses idées nauséabondes l’ont conduit à plusieurs reprises à être condamné pour injures racistes et provocation à la haine.

Il vient de se positionner contre l’augmentation des salaires, une priorité pour des millions de personnes. Il oublie de critiquer un modèle économique injuste et préfère trouver des boucs émissaires, les étrangers et/ou les pauvres.

Nous, syndicats et associations de Loire-Atlantique, continuons et continuerons à promouvoir une société démocratique, laïque et sociale. Nous persisterons à identifier et à dénoncer les idées des extrêmes droites quelles que soient les personnes qui les portent.

Appel de l’intercollectif personne à la rue à être présent devant le prochain conseil métropolitain – vendredi 8 octobre à 8h30

Appel à être présent devant le prochain conseil métropolitain – cité des congrès
Vendredi 8 octobre à 8H30 avec tractage aux élus de la lettre (format A5 ci-joint) à l’entrée de la séance du conseil

Lors de ce conseil métropolitain les règles d’attribution du 1% métropolitain doivent être votées

Objectif : mettre la pression sur les maires pour que ce budget de 1% ne soit pas un leurre ou un dispositif de plus non mis en œuvre !

Soyons nombreux

Solidairement

Pour l’inter-collectif « Personne à la rue! »

URGENT. Loi Ravacley et régularisation des jeunes majeurs : lancement d’une campagne éclair

Le 13 octobre 2021, le Sénat examinera une proposition de loi visant à « sécuriser l’intégration des jeunes majeurs étrangers pris en charge par l’Aide sociale à l’enfance », à l’initiative de Jérôme Durain, sénateur de Saône-et-Loire et du groupe socialiste au Sénat. Cette proposition de loi est soutenue par Stéphane Ravacley, boulanger à Besançon avec Patron.ne.s Solidaires, la LDH, (Ligue des droits de l’Homme) et RESF (Réseau Education sans frontières).

Les  médias se font, régulièrement et notamment depuis janvier 2021, l’écho de décisions administratives abruptes (Obligations de quitter le territoire français assorties d’Interdictions de retour sur le territoire  ou d’assignations à résidence) interrompant le parcours de jeunes majeurs en formation, plongeant ceux-ci dans le désespoir, et leurs employeurs dans l’incompréhension et la révolte, jusqu’à entreprendre des grèves de la faim, des actions appuyées par de larges mobilisation citoyennes. Il en est de même pour les jeunes poursuivant leur formation dans des établissements d’enseignement général.

La pétition « Régularisation pour les jeunes étrangers en formation » est aujourd’hui mise en ligne sur le site Change.org, ayant déjà recueilli la signature de plus de 150 personnalités et organisations. Son objectif est d’amener le plus grand nombre à soutenir ces jeunes, qui représentent par leur investissement et leur détermination une véritable richesse pour l’ensemble de la société et obtenir que la loi garantisse leurs parcours. 

Nous vous invitons à signer cette pétition et à la diffuser largement.

Merci pour votre engagement

Jeunes majeurs, sortir de l’impasse Loire-Atlantique

Signataires : Égide solidarité, Ligue de l’Enseignement – FAL 44, Ligue des droits de l’Homme, Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples, Réseau Éducation Sans Frontières, (liste en cours)

Collectif droit à la santé. Invitation à participer manifestation 5 octobre.

Le Collectif nantais pour le droit à la santé et à la protection sociale pour toutes et tousdont notre section est adhérente invite à participer à l’initiative des organisations syndicales du 5 octobre prochain (rassemblement à 10h devant la préfecture à Nantes).

Le Collectif nantais relaie le communiqué de la Coordination Nationale des Comités de Défense des Hôpitaux et Maternités de Proximité dont il est membre.

La crise sanitaire a mis en évidence la faiblesse du service public hospitalier et pourtant les fermetures n’ont jamais cessé, les personnels, pris dans des injonctions paradoxales, sous-payés, confrontés à des conditions de travail délétères, démissionnent.

Le manque de soignants, l’éloignement des structures hospitalières, mettent en danger les patients.

Nous demandons que le droit à la santé soit respecté partout et pour tous, pour cela un service public est une nécessité, tant pour la médecine de 1er recours que pour les soins spécialisés.

Nous demandons l’arrêt immédiat de toutes les fermetures et réductions de postes, de lits et de services. Nous exigeons un recrutement massif des personnels et une répartition égalitaire de ceux ci sur tous les territoires en fonction des besoins et de l’intérêt général.

|1| |2| |3| |43|