Pour les droits, les libertés, l’égalité et la solidarité… le 1er Mai

Le 1er Mai est un moment pour réaffirmer l’universalité et l’indivisibilité des droits et des libertés pour toute l’humanité : les droits de tous, tous les droits et partout.

Un moment d’affirmation et de défense des droits fondamentaux, civiques et politiques, économiques, sociaux, culturels et environnementaux, ici et ailleurs pour toutes et tous. Un moment aussi pour crier notre refus du racisme sous toutes ses formes. Un moment pour dire notre exigence de liberté, d’égalité et de fraternité.

La Ligue des droits de l’Homme (LDH) appelle à se mobiliser ce 1er Mai aux côtés des organisations syndicales et du mouvement social, pour faire de cette date une manifestation de solidarité et d’engagement citoyen.

Initiatives publiques dans le pays nantais :

  • rassemblements CGT-FSU-Solidaires : Ancenis 10h30 Jardin de l’Eperon ; Châteaubriant 10h30 Marché couvert ; Nantes 10 h Nantes Métropole à côté Cité des Congrès
  • FO fait un meeting devant Maison des syndicats et rejoint le cortège nantais.

Vendredi 23 avril place Graslin – 17h : table LdH après manifestation contre emploi précaire et réforme de l’assurance chômage

La section LdH a été invitée à être présente ce vendredi 23 avril de 17h à 18h place Graslin à un « village des résistances ». Elle y tiendra une table avec de la documentation à disposition du public. Les adhérentes et adhérents qui le souhaitent sont invités à y passer.
Ce « village des résistances » fera suite à une manifestation contre l’emploi précaire et la réforme de l’assurance chômage dont nous transférons ci-dessous l’appel pour information.
L’équipe d’animation de la section LdH
———————————————-

APPEL A MANIFESTER CONTRE L’EMPLOI PRÉCAIRE

ET LA REFORME DE L’ASSURANCE CHÔMAGE.

VENDREDI 23 AVRIL 2021 – 13H PLACE GRASLIN – NANTES

Retrouvons-nous pour une mobilisation de tous les secteurs d’activité.

Code vestimentaire : tout en noir avec un élément de couleur à découvrir. Aux musicien·ne·s : pensez à vos instruments pourle bourdon de la colère.

Le mouvement d’occupation des lieux culturels concerne tout le monde.

Il met en lumière celles et ceux qui sont en difficulté et qui pensent qu’ensemble nous pouvons faire naître un projet qui mette le bien commun au centre de tout.

Nous défendons les droits de tout·e·s les salarié·e·s en contrat discontinu qui pour la plupart ne perçoivent aucune aide. Nous demandons l’abandon de la réforme de l’assurance chômage, l’extension de l’année blanche à tout·e·s les chômeur·se·s et la reprise adaptée de l’activité de tous les secteurs empêchés.

Les professionnel·le·s du spectacle sont à l’initiative des occupations de lieux culturels, mais nous occupons ces lieux avec et aux côtés de tou·te·s celles et ceux qui ont à cœur de penser un  autre demain : étudiant·e·s, salarié·e·s précaires, retraité·e·s…

En ces temps de crise sanitaire et de grande confusion, où le gouvernement nous voudrait abattue·e·s et isolé·e·s, les occupations se veulent porteuses d’espoir.

Nous vous appelons toutes et tous au regroupement interprofessionnel du 23 avril à 13h, pour une agora et une grande manifestation régionale, dans le cadre de la journée nationale de lutte contre la précarité et pour des emplois respectueux des travailleuses et des travailleurs !

Soyons solidaires ! C’est le sens d’une lutte, forte et déterminée.

Soyons bien claires, c’est ensemble que nous avons  la capacité de gagner !!!!

Signataires (liste en cours) : SFA CGT – Section Syndicale CGT FAPT – Syndicat des Cirques et Compagnies de Création /SCC – Réseau Salariat Pays de la Loire- Solidaires Etudiant-e-s Nantes – Comité CGT chômeurs, privés d’emploi et précaires Nantes 44 – Synavi national- Occupation Graslin – Culture en Lutte autour de Nantes– SNAP CGT – Syndicat National des Artistes Plasticien·nes CGT – SNAM CGT – Colère 44 – Attac 44 – CGT Spectacle – Syndicat CHU Nantes – Union Solidaires44 – UD CGT 44 – Synptac CGT

L’enfance : portion congrue des politiques publiques

communiqué de presse commun des sections LDH de St Nazaire et Nantes.

Dans Ouest-France en date du mercredi 24 mars 2021, un article nous parle du manque de lits en pédopsychiatrie en Loire Atlantique malgré l’ouverture dernière d’un nouveau service à St-Nazaire, conduisant de ce fait à hospitaliser en service de psychiatrie adulte des enfants dès 12 ans. Ce phénomène génère beaucoup de problématiques éthiques, de risques pour les patients et bien souvent d’obligation de mise en chambre d’isolement pour éviter un côtoiement dangereux avec les autres patients. Cette réalité rend complexes les prises en charge et dénature l’humanisation psychiatrique. La médicamentation remplace de plus en plus le lien humain et une attention soutenue à la souffrance psychique.

La psychiatrie se retrouve au-devant de toutes les décompensations, angoisses, tentatives de suicide, troubles phobiques, anxiété, augmentés par la Covid-19 et son climat anxiogène. Pourtant, depuis plus de 30 ans, les réformes hospitalières ont conduit à fermer des lits d’hospitalisation psychiatrique non compensés par des prises en charge ambulatoires de qualité. La psychiatrie est devenue le parent pauvre de l’hôpital public, déjà lui-même en perdition.

Tenir, tenir coûte que coûte est la mission que se donnent sans compter tous les personnels de pédopsychiatrie malgré un manque cruel de moyens.

Depuis un an, la crise sanitaire fournit de multiples exemples des carences des politiques publiques envers les mineurs.

Les services de protection de l’enfance de toute la France connaissent à des degrés divers les mêmes problèmes : mesures non exercées, enfants confiés auprès de personnes non formées, enfants à l’hôtel ou en gite, personnels déconsidérés, salaires faibles, intensification du travail, mal-être professionnel en hausse, turn-over importants et aussi crise de recrutement.

Investir dans les besoins des enfants est absolument nécessaire pour nous armer face aux enjeux de demain.

La LDH dénonce cette situation. Des moyens doivent rapidement voir le jour pour l’enfance, angle mort de nos politiques publiques. Les critères économiques et financiers ne peuvent plus être l’alpha et l’oméga de la pédopsychiatrie et de la protection de l’enfance.

Manifestation Droit au logement 27 mars – 15h – Miroir d’eau – Nantes

SAMEDI 27 MARS 2021

Dans 21 pays d’Europe, journée d’action pour le droit au  logement, l’arrêt des expulsions et contre le logement cher !

A Nantes RDV samedi 27 mars à 15h au Miroir d’eau

Nous revendiquons :

  • Un logement abordable, stable, décent, durable et écologique pour tou.te.s, sans discriminations !
  • Arrêt des expulsions, des coupures d’énergie, des remises à la rue et trêve hivernale pour tou.te.s !
  • Arrêt de la répression contre les sans-abris, les personnes vivant dans des habitats alternatifs, les occupant.e.s sans titre, les plus précaires et dans les quartiers populaires !
  • Application réelle de la loi de réquisition, du Droit Au Logement Opposable, du droit à un hébergement décent jusqu’au relogement et de toutes les lois votées pour nous protéger !
  • Baisse des loyers tout de suite, taxation des plus-values de la spéculation, limitation des plates-formes Airbnb & Co, sanctions contre les bailleurs fraudeurs !
  • Réalisation annuelle de 200 000 HLM, de logements étudiants, 30% de HLM dans les communes en zone tendue, augmentation des aides à la pierre, arrêt des ventes et des démolitions de HLM !
  • Revalorisation et retrait de la réforme des APL (RLS, contemporanéité, gels…)

Amsterdam, Athènes, Bruxelles, Belgrade, Barcelone…En Europe les habitants se mobilisent !

A BERLIN LES LOCATAIRES MANIFESTENT, OBTIENNENT UN BLOCAGE GÉNÉRAL DES LOYERS, ENTRE 6 ET 12€ LE M²

POURQUOI PAS NOUS ?

Mobilisons-nous et organisons-nous partout dans le département 44, dans nos quartiers, pour exiger : la réquisition des habitats vacants, le droit à un logement décent et bon marché pour toutes et tous.

Signataires :ATTAC-44, L’AUTRE CANTINE, AUTRE CLASSE, AVEC NANTES, BIENVEILLEURS- 44, CGT-UD 44, CIMADE-44, CNL-44, CSF-44, DAL44, DMDC-44, EELV-44, ÉGIDE SOLIDARITÉ, ENSEMBLE-44, F.I-44, FSU-44, GREF 44, INDECOSA-CGT-44, JC-44, LDH-44, MDM-44, MDP NANTES, MNLE-PDL, MRAP NANTES, PCF-44, RESF-44, SOLIDAIRES-UD-44, SOS.FAMILLES.EMMAUS 44, TAMO-CEMEA-PDL, 100 pour 1 NANTES AGGLO.

LES COLLECTIFS : REFUS DE LA MISÈRE, ROM-EUROPE-44, SOLIDARITÉS INDRAIS – SOUTIEN MIGRANTS NANTES.

La culture aussi est un droit

La Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1948 dans son article 27, précise que « Toute personne a le droit de prendre part librement à la vie culturelle de la communauté, de jouir des arts et de participer au progrès scientifique et aux bienfaits qui en résultent ». Le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (PIDESC – adopté en 1966 par l’Assemblée générale des Nations unies), par son nom même, met au même niveau les droits économiques, sociaux et culturels. Ce Pacte requiert des États qu’ils agissent en vue d’assurer le plein exercice des droits économiques, sociaux et culturels.

Ainsi, la culture est un droit essentiel reconnu comme tel.

Face à la pandémie avec le Covid 19, pour préserver le droit à la santé, il appartient aux exécutifs au niveau national, européen et mondial de maintenir le plus possible l’effectivité de tous les droits et d’arbitrer de manière adaptée et équilibrée les contradictions pouvant apparaître entre les différents droits.

Force est de constater qu’avec l’état d’urgence sanitaire, le gouvernement a fait des choix. Il privilégie le fonctionnement des entreprises en permettant aux salariés d’aller au travail laissant ainsi s’agglutiner les personnes dans les transports en commun ; il permet l’ouverture des lieux de culte avec une jauge proportionnelle à la grandeur de l’édifice. Il ferme les lieux culturels, les cinémas et musées, les cafés-restaurants, les salles de sport et les cours en amphithéâtre pour les étudiants.

Les artistes ont le droit de créer et de diffuser leurs œuvres ; les citoyennes et les citoyens ont le droit d’avoir accès à la culture dont le spectacle vivant.

La Ligue des droits de l’Homme (LdH) demande que le droit à la culture puisse s’exercer avec la réouverture des endroits de rencontre artistiques – espace public et lieux culturels – dans des modalités permettant de concilier la liberté de la culture et les mesures sanitaires à définir en concertation avec les professionnels concernés.

Dans ce cadre, la LdH exprime sa solidarité avec le mouvement actuel des professionnels du spectacle.

Marche d’une délégation des Oublié.e.s de l’État d’Urgence Sanitaire

Communiqué de l’inter-collectif « Personne à la Rue ! » dont la LdH est partie prenante, Nantes le 09/01/202

Il y a urgence !


Cela fait depuis trop longtemps que les habitant.e.s de « l’Orangeraie » vivent sans électricité et sans chauffage dans leur lieu de vie ! Là où la situation se dégrade de jour en jour, là où les nuits nantaises descendent dans les températures négatives, les pouvoirs publics doivent agir, et vite !

L’inter-collectif « Personne à la rue ! » organise mardi 12 janvier une Marche de soutien aux Oublié.e.s de l’État d’Urgence Sanitaire. Une délégation forte de plusieurs représentant.e.s de l’inter-collectif aura pour mission de porter haut les besoins élémentaires des laissé.e.s-pour-compte, à savoir de pouvoir dormir au chaud et en sécurité dans cet abri.

La Marche de cette délégation partira de « l’Orangeraie », au croisement entre rue Daubenton et rue Babonneau. Rendez-vous y est donné à 11h pour marcher vers la mairie puis vers la préfecture. Le cortège passera à la Maison du Peuple à 12h, où il sera possible de le rejoindre. Enfin, il sera aussi possible de rejoindre la Marche directement devant la mairie de Nantes à 12h30.

Diffusez cet appel autour de vous, rencontrez celles et ceux que l’État a placé dans ce bâtiment par son inaction, aidez l’inter-collectif à faire pression sur les institutions qui sont elles bien au chaud ! Rejoignez-nous !
Rendez-vous :

  • à 11h devant l’Orangeraie, au croisement des rue Daubenton et Babonneau
  • à 12h devant la Maison du Peuple, 2 rue du Chapeau Rouge
  • à 12h30 devant la mairie centrale de Nantes, 29 rue de Strasbourg
  • à 13h30 devant la préfecture, place du Port Communeau

Suite à l’évacuation du squat de Talensac le 21 décembre par la police municipale.

Communiqué de l’inter-collectif « Personne à la rue » dont la LdH est partie prenante, Nantes, le 02/01/21

L’inter collectif « Personne à la rue ! » regroupant une quarantaine d’organisations avait proposé à la mairie d’utiliser l’Auberge de jeunesse pour les personnes sans-abris dont les exilés, en impliquant les associations et notamment celles qui prennent en charge les personnes SDF du quartier.

L’inter collectif tient à faire part de sa totale surprise et de son incompréhension par rapport à l’évacuation des locaux occupés à Talensac, où les conditions minimum de vie étaient assurées (électricité, chauffage, sanitaires). Les militants et bénévoles se sentent méprisés par la mairie qui a rompu de fait tout dialogue avec l’Autre Cantine et qui a ignoré les associations impliquées dans le devenir de l’Auberge de jeunesse. 

L’inter-collectif observe ainsi, que la Mairie et la préfecture sous la pression d’un propriétaire foncier, au patrimoine estimé à plus de 23 milliards d’euros et dans l’ignorance du jugement rendu considérant qu’il n’y avait pas urgence, ont ainsi supprimé 130 places destinées à l’hébergement des personnes sans-abris.

L’inter-collectif alerte à nouveau la mairie et la préfecture sur l’urgence de proposer des solutions dignes et en concertation pour les résidents du bâtiment de l’Orangeraie (rue Daubenton) qui souffrent de promiscuité, de froid, d’insécurité ainsi qu’à toutes les personnes qui appellent le 115 sans proposition et pour lesquels l’Auberge de jeunesse constituait une des solutions.

Cette situation inquiète les associations et collectifs mobilisés dans l’accueil et l’accompagnement qui réaffirment aujourd’hui la nécessité d’intervenir en urgence et en réelle concertation. 

Une lettre ouverte à Madame la Maire et Présidente de Nantes Métropole et au Préfet sera envoyée début 2021 pour renouveler les propositions de l’inter collectif « Personne à la rue ! »

Signataires :

ATD Quart Monde, Afrique Loire, ASAMLA, ATTAC44, CIMADE, Collectif des Hébergeurs solidaires de Nantes et alentours, Collectif Refus de la Misère, Collectif Solidarité Indrais, Collectif Soutien migrants Nantes, Collectif Urgence jeunes migrants 44, CSF, Cent pour Un Nantes Agglo, DAL44, Du Monde dans la classe, Ecole Hors les Murs, Egide Solidarité, Emmaüs 44, GASPROM, GREF, Habitat & Humanisme, Hom’less, JRS Loire-Atlantique, L’Autre Cantine, L’Autre Classe, La Maison, LDH, Le Logis Saint Jean, Les Bienveilleurs 44, Ligue de l’Enseignement – FAL 44,  Maison du Peuple, Maison des Citoyens du Monde, Médecins du Monde, MRAP, Nosig, Prépa Solidaire, RESF 44, Romeurope, Secours Catholique, SOS Famille Emmaüs 44, Tamo/ Cemea PDLL, UJM44 – L’Intersyndicale 44 (UD CGT – CFDT – FSU – UNSA – SOLIDAIRES 44)

Marché Solidaire des 19 et 20 décembre à la Maison du Peuple

Communiqué du Collectif soutien migrants/ exilés 44, Nantes le 19/12/20

Le marché Solidaire des 19 et 20 décembre à la Maison du Peuple
présence d’une dizaine d’artisans, artistes petite modification d’horaire :  de 14 h à 19H
Les gâteaux maisons sont les bienvenus, ils seront mise en vente avec le vin chaud

Hommage aux morts de la rue et isolés

Chaque année, des gens meurent de la rue, à n’importe quelle saison.
Chaque année, notre association est présente  à la cérémonie que l’association « De l’ombre à la lumière » (dont nous sommes adhérent-es) organise pour elles et eux.
Nous sommes présent-es pour honorer leur mémoire mais aussi pour affirmer que le logement et l’hébergement d’urgence inconditionnel sont des droits garantis par la Constitution.Notre association défend ces droits au travers de l’inter collectif « Personne à la rue » que nous contribuons à animer.

de l’Ombre à la Lumière
Association d’Accompagnement des Morts de la Rue

de l’Ombre à la Lumière
Association d’Accompagnement des Morts de la Rue
5 bis Place de la Manu
44000 Nantes
Tel : 07 50 92 26 13 courriel : mortsdelarue44@orange.fr
Les décisions relatives au confinement ne nous permettent pas de réunir les personnes attentives aux situations de précarité pour célébrer comme à l’habitude une cérémonie commémorative. Toutefois, pour faire mémoire des vingt personnes décédées ayant vécu dans la rue ou isolées que nous avons accompagnées au cours de l’année,nous vous proposons à chacun(e) qui se sent interpelé(e) une démarche individuelle pour leur rendre hommage.

‘’de l’ombre à la Lumière’’

vous invite le samedi 7 novembre à offrir un temps de votre vie : un silence, une pensée, un geste, une prière…
en hommage aux défunts de la rue et Isolés de cette année.
Patrick M, Dominique H, Laura G, Simina F, Gilles B dit Gilou, Jean
Claude L, Marcel M, Philippe C, Yannick B, Christophe B, Jean Yves M, Bruno G, Robert B dit Bébert, Louis-Gilles J, Bernard O , Antoine F, Marcel A, Michel G, Christian L, Yves L. »

En interpellant la société, en honorant ces morts, nous agissons aussi pour les vivants.
Olivier Jobert
Président ‘’ de l’ombre à la Lumière’’