Manifestation Pas de CRA ni ici, ni ailleurs – samedi 25 mai – 15h – Miroir d’eau – Nantes

La LDH Nantes et pays nantais appelle à participer à la manifestation samedi 25 mai 15h Nantes Miroir d’eau contre les CRA.

Ci-joint et repris ci-dessous le flyer d’appel à la manifestation de la coordination Pas de CRA ni ici, ni ailleurs.

https://www.facebook.com/events/1581650062404172?

Invitation Festival anti-CRA – samedi 27 avril 6 -ateliers de Bitche – Nantes

La Coordination COLERE Nantes CRA, ni ici, ni ailleurs dont est partie prenante la LDH Nantes et pays nantais invite à participer à un Festival anti-CRA, samedi 27 avril de 15h à 1h30, Ateliers de Bitche, 3 rue de Bitche Nantes. Ci-dessous le flyer d’appel.

15h30 – Table ronde : A l’intérieur des CRA

17h/17h30  – Entretiens : De quelle politique le CRA est-il le nom ? Dans quelles politiques s’inscrivent les CRA ? Quelles résistances ? Quelles alternatives d’accueil possible ?

Concerts à partir de 19h30

Cantine de 19h à 21h30

Buvette – Exposition – Table presse

« Centre de rétention administrative (C.R.A), ni ici, ni ailleurs » – Évènement ce samedi 13 avril – 10h-13h – place Royale – Nantes

La Coordination COLERE Nantes Centre de rétention administrative (C.R.A), ni ici, ni ailleurs, dont la LDH est partie prenante, organise un évènement ce samedi 13 avril de 10h à 13h place Royale – Nantes pour :

– échanger et informer sur les Centres de rétention administrative C.R.A ;

– exprimer notre opposition aux C.R.A !

Ci-dessous le visuel ainsi qu’un texte de présentation de la LDH expliquant pourquoi nous sommes opposés aux C.R.A.

Centres de Rétention Administrative : Enfermements aux frontières du droit

La LDH est une association généraliste qui agit pour les libertés et les droits de toutes et tous, tous les droits pour toutes et tous.

La LDH s’oppose aux Centres de Rétention Administrative (CRA). Pourquoi ? Pour des raisons de principe. Une personne ne peut être enfermée que si elle a été reconnue coupable par la justice d’avoir commis une faute. Les personnes sont mises en CRA par l’administration et non par la justice. Les personnes dans les CRA n’y sont pas parce qu’elles ont commis une faute mais au seul motif qu’elles sont migrantes. Le seul fait pour une personne de se voir refuser le séjour dans notre pays par l’administration n’est en rien une faute commise par cette personne.

Les CRA sont également emblématiques de la « double peine » puisque des personnes ayant purgé une peine de prison y sont enfermées puis sont obligées de quitter le territoire.

Les CRA sont alors des lieux de détention arbitraire et discriminatoire. On l’a vu lors de la dernière guerre dans notre pays, on le voit dans différents pays du monde aujourd’hui, il faut s’inquiéter pour les libertés quand l’État peut mettre une personne dans un centre d’enfermement sans décision de justice parce qu’elle est considérée comme « indésirable ».

Le droit de l’Union européenne a prévu que l’assignation à résidence devait être le principe pour éviter d’avoir recours à l’enfermement. Au contraire dans notre pays, la privation de liberté est devenue la norme. Les CRA alimentent un amalgame devenu de plus en plus courant entre « étranger » et « criminel », que le ministère de l’Intérieur, notamment, s’emploie à relayer. Les dispositions législatives et les pratiques administratives isolent toujours davantage les personnes migrantes pour mieux les invisibiliser, quitte à se jouer des limites de la légalité.

La loi Darmanin votée en janvier 2024 allonge les délais pour accéder au juge des libertés en zone d’attente et en CRA, allonge la durée exécutoire des obligations à quitter le territoire – OQTF – et donc la durée de l’enfermement, renforce la possibilité du placement en rétention des personnes avant l’enregistrement de leur demande d’asile.

La LDH dénonce cette criminalisation des personnes migrantes et l’utilisation de l’enfermement administratif comme variable d’ajustement de la politique migratoire.

Si la loi interdit désormais l’enfermement des mineurs en CRA, cette disposition ne s’appliquera sur le territoire de Mayotte que le 1er janvier 2027. Cette différence de traitement pour un département de notre pays est inadmissible. De plus, le ministre de l’Intérieur a déclaré que pour le reste du pays « l’un des parents peut être placé en rétention et l’autre [avec les enfants] assigné à résidence« . Cette séparation des familles dont l’enfant supporte les conséquences au motif du statut migratoire de ses parents est contraire au principe de l’intérêt supérieur de l’enfant et donc à la Convention des droits de l’enfant qui s’applique pour toutes les personnes de moins de 18 ans.

C’est pourquoi, la LDH demande depuis toujours la fermeture des CRA ici et ailleurs et participe à la Coordination contre le projet de CRA à Nantes.

Chronique LDH de mars sur Jetfm : balade dans les coulisses du spectacle « Quand l’espoir s’en mêle »

Chronique de la section LDH Nantes et pays nantais sur JetFM en mars : https://urlz.fr/q3FB

Voici une balade dans les coulisses du spectacle : « Quand l’espoir s’en mêle », création de la LDH Nantes et pays nantais. Nous y avons attrapé quelques témoignages et croisé deux/trois protagonistes de la pièce. Assis entre deux chaises, dans la presque pénombre de la coulisse à jardin, vous y entendez sûrement des chants venus d’ailleurs.

Spectacle Ces Mots Vers Toi de la MCM – Samedi 30 mars – 16h15 – Centre socioculturel – 25, rue du Jamet Bellevue – Nantes

Nous relayons cette invitation de la Maison des Citoyens du monde (MCM) dont la section LDH est partie prenante.


[SECD / Place auX MondeS 🌍] La MCM présentera le spectacle “Ces Mots Vers Toi” !

La MCM présentera le spectacle “Ces Mots Vers Toi”, créé et joué par des bénévoles de la MCM dans le cadre des Semaines d’Éducation Contre les racismes et toutes les formes de Discriminations (SECD) de la FAL44 et du programme « Place auX mondeS » de la Ville de Nantes.

Rendez-vous le samedi 30 mars de 16h00 à 21h00 au Centre socio-culturel de Bellevue (25 rue du Jamet, 44100 Nantes) dans le cadre des Semaines d’Éducation Contre le racisme et toutes les formes de Discriminations (SECD) de la Ligue de l’Enseignement et du programme « Place auX mondeS » de la Ville de Nantes.

Programme de cette journée interculturelle :

  • 16h00 : Ouverture au public
  • 16h15  : Spectacle « Ces Mots Vers Toi ».
    Lecture théâtralisée de récits sur l’expérience de l’exil
  • 17h45 : Concert de Nayel Hóxò, Alona Sliusarenko et Michèle Buirette
    Exposition « L’Encyclopédie des migrants ».
  • 19h : Le Festin Des Langues
    Échanges : dégustations et cuisines du monde autour des langues, cultures, migrations
    Dégustation du Monde préparée par les associations : Robando Sonrisas, AVLA (amitié Vietnam Loire-Atlantique), AGLA (association des Gabonnais de Loire-Atlantique), Anbu India, La Faguila et Les Ponts.

Prix libre, sur réservation en remplissant le petit formulaire ici : https://www.mcm44.org/spip.php?article3440&var_mode=calcul

⭐ Accès : Tram 1 arrêt « Lauriers » / Bus 11 arrêt « Jamet »

Lire en ligne « [SECD / Place auX MondeS 🌍] La MCM présentera le spectacle “Ces Mots Vers Toi” ! »

La MCM présentera le spectacle « Ces Mots Vers Toi », créé et joué par des bénévoles de la MCM dans le cadre des Semaines d’Education Contre les racismes et toutes les formes de Discriminations (SECD) de la FAL44 et du programme « Place auX mondeS » de la Ville de Nantes le 30 mars 2024 au centre socioculturel de Bellevue !

[𝐂𝐞𝐬 𝐌𝐨𝐭𝐬 𝐕𝐞𝐫𝐬 𝐓𝐨𝐢 🪶] La MCM est honorée de vous présenter le fruit d’un travail de plusieurs années

💡 A partir des correspondances nantaises, le comédien Gilles Gelgon compose un montage original intitulé ’Ces mots vers toi’ et accompagne des lectures théâtralisées qui racontent l’expérience de l’exil dans une création pleine d’enseignement et d’humanité.
🗓️La prochaine représentation aura lieu lors de l’événement Place Aux Mondes le 30 mars 2024. En attendant, découvrez l’histoire de ce beau projet.
🏃‍♂️ Génèse du projet :
En décembre 2015, la Maison des citoyens du monde envoie (…)

Lire en ligne « [𝐂𝐞𝐬 𝐌𝐨𝐭𝐬 𝐕𝐞𝐫𝐬 𝐓𝐨𝐢 🪶] La MCM est honorée de vous présenter le fruit d’un travail de plusieurs années »

Chronique LDH de février sur JetFM : la loi asile et immigration

Alors que le 26 janvier, est promulguée la loi asile et immigration, nous faisons le point avec Christine Bernazeau qui a épluché le texte dans ses moindres détails. Elle nous parlera des graves atteintes sur le droit des étrangers qu’une telle loi représente. Nous aurons également la chance d’entendre Marie-Christine Vergiat, vice-présidente nationale de la LDH qui a fait le déplacement à Nantes pour notre journée Vive l’Égalité ! Précisons que cette chronique a été enregistrée juste avant les propos de M. Darmanin sur le droit du sol à Mayotte, c’est pourquoi il n’en est pas question ici.

Écouter cette chronique : https://www.jetfm.fr/depot/SAISON_23-24/La_Chronique_LDH/Chronique_LDH_fevrier2024_loi_immigration.mp3

« Quand l’espoir s’en mêle » – Spectacle SECD – jeudi 14 mars – CSC Bellevue – 20h

Pour ceux qui n’ont pas pu venir le jour de la première, le 10 février, nous vous invitons à assister au spectacle

« Quand l’espoir s’en mêle »

Jeudi 14 mars à 20h, au CSC Bellevue, 25 rue du Jamet à Nantes

Dans le cadre des SECD (Semaines d’éducation contre le racisme et toutes les formes de discrimination) organisées par la FAL – Ligue de l’enseignement

 Après « Porteurs d’espoir », la LDH met à nouveau l’espoir en scène.

Un espoir qui déjoue, dans les rires et les pleurs, les menaces qui pèsent contre les droits humains, le vivre ensemble, le vivant…

Un espoir qui aide à lutter, à résister, à désobéir… L’humour est son allié, le débat son arme, l’égalité son horizon.

La LDH se mêle de tout, de l’accueil des migrants, des retraites, du climat, du maintien de l’ordre, des violences sexistes… Partout, au marché, à la cantine, en manif !

Quand l’espoir s’en mêle, il n’y a plus qu’à réfléchir, débattre, agir en commun pour démêler les fils de la complexité de notre monde.

Venez nombreux voir le spectacle, rire et pleurer, et juste à la suite, discuter, débattre avec les comédiens et militants sur nos droits et libertés à toutes et tous.

Un spectacle créé et joué par des militantes et militants de la LDH, professionnelles et professionnels, amatrices et amateurs.

Mis en scène par Claudine Merceron avec le « Théâtre d’ici ou d’ailleurs ».

Un spectacle libre et gratuit (le chapeau circulera pour aider à financer les frais)

Avec :

les pros : Cedric Cartier, Élodie Retière, Michel Hermouet, Kristine Maerel, Claudine Merceron, Emmanuel Siret

les amatrices et amateurs : Myriam Auger, Béatrice Bachelier, Sylvie Clabecq, Marc Depriester, Fabienne Froger, Jeanne Gantier

Communiqué de Presse « COLERE Nantes – CRA, ni ici, ni ailleurs » – Réunion publique au bar « Mon Oncle » ce mercredi 6 mars à 20h

Communiqué de la Coordination Opposée à L’Enfermement et à la Répression des Étranger.e.s de Nantes (COLERE Nantes – CRA ni ici, ni ailleurs) dont la section LDH est partie prenante.

Communiqué de presse

Réunion publique contre le projet de CRA à Nantes

Un CRA (Centre de Rétention Administrative), c’est une prison qui ne dit pas son nom. On y enferme, sur décision administrative du préfet, des hommes et femmes « sans papiers » en attendant d’être expulsé·e·s.

A onze reprises, la France a été condamnée par la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) pour l’enfermement d’enfants dans les CRA, dont des nourrissons.

Les conditions d’enfermement sont largement décriées par tou·te·s : nourriture insuffisante, locaux insalubres et mal entretenus, soins médicaux inadaptés…

Ce mercredi 6 mars à 20h, COLERE Nantes vous invite à sa réunion publique de lancement au bar Mon Oncle (16 rue d’Alger).

COLERE Nantes (Coordination Opposée à L’Enfermement et à la Répression des Etranger·e·s) est née à la suite de l’annonce en 2022 par le ministre de l’Intérieur de sa volonté de construire un centre de rétention administrative dans le département de la Loire-Atlantique.

En réponse, nos organisations associatives, syndicales et politiques se sont réunies sous le nom de « COLERE Nantes », qui :

• S’oppose à la construction d’un CRA en Loire-Atlantique ;

• Refuse le principe même de l’enfermement administratif des personnes étranger.e.s et revendique la fermeture de tous les CRA ;

• Dénonce le traitement pénal discriminatoire réservé aux personnes étranger.e.s qui n’ont pas obtenu de régularisation administrative, et la double peine que les personnes sortant de prison exécutent pour le simple fait d’être étranger·e·s ;

• Combat tous les racismes ;

• Revendique la solidarité internationale entre les peuples.

Aussi, COLERE Nantes organisera le samedi 13 avril 2024, une action de sensibilisation place Royale ainsi qu’une grande journée festive le samedi 27 avril aux ateliers de Bitche (3 rue de bitche).

D’autres évènements dont des manifestations, projections, s’y ajouteront.

Membres de la coordination COLERE Nantes :Syndicats : Union Syndicale Solidaires, SAF, CGT 44, FSU 44.Associations : LDH, GASPROM, Soutien exiles 44, Cimade, ATTAC 44, Les Bienveilleurs 44, DAL44, MRAP, AVEC, AFPS.Organisations politiques : Les Écologistes–EELV Nantes, GDS, Ensemble!, La France Insoumise 44, Nantes en Commun

contact@colere-nantes.fr

Retrait de la loi Darmanin – Appel à rassemblement ce jeudi 25 janvier 18h30

Mobilisation contre la loi asile et immigration

Appel national

Alors que la décision du Conseil constitutionnel sur la loi asile et immigration est attendue le jeudi 25 janvier, associations, collectifs de personnes exilées, juristes et chercheur•ses se rassembleront près de cette juridiction aux côtés des personnes sans papiers en lutte, syndicats et grévistes dans plusieurs secteurs pour dénoncer ce texte et demander son retrait.

Même s’il est probable qu’elle soit en partie censurée par le Conseil constitutionnel, cette loi porte gravement atteinte aux droits des personnes exilées et remet en question les engagements internationaux de la France.

Nous, personnes concernées et actrices de la société civile, restons mobilisées contre ce texte et la propagation de discours xénophobes et racistes, ainsi que ceux à l’encontre des personnes en situation de précarité. Avec la loi Darmanin, l’extrême droite revendique la victoire de ses idées, auxquelles s’est honteusement ralliée une majorité de parlementaires. Depuis trop longtemps, les personnes exilées ne sont qu’une variable d’ajustement destinée à satisfaire des calculs politiques, vidant de son sens la devise « Liberté, Égalité, Fraternité ».

Depuis des mois, le gouvernement et une partie de la classe politique se servent de la figure de l’étranger comme bouc-émissaire construite depuis de nombreuses années, alimentant des amalgames honteux et exploitant des événements tragiques pour justifier cette loi abjecte et dangereuse.

Après l’adoption du texte au Parlement, le Conseil constitutionnel a été saisi, notamment par le président de la République lui-même. Pourtant garants du respect des institutions et de la Constitution – et plutôt que d’examiner à nouveau le texte ou de le retirer- Emmanuel Macron, ainsi que Gérald Darmanin, ont sciemment encouragé l’adoption de mesures inconstitutionnelles, avant de les laisser entre les mains des Sages.

Même censuré de quelques dispositions jugées anticonstitutionnelles, ce texte, le plus hostile aux personnes étrangères depuis 1945, ne fera qu’aggraver la précarité de dizaines de milliers de personnes : il facilitera l’enfermement et l’expulsion de personnes parfois installées de longue date, rendra impossible le droit de mener une vie de famille et ne favorisera pas l’intégration des personnes.

Ces dernières sont déjà confrontées à un système administratif très complexe, qui limite leur accès à des droits fondamentaux déjà réduits au minimum. Pourtant, nous le savons bien : l’augmentation des inégalités sociales et le durcissement d’un système administratif discrétionnaire et judiciaire dégradé ne conduiront jamais à davantage de sérénité et de cohésion.

Nous, personnes concernées et acteur•rice•s de la société civile, exigeons le retrait de cette loi et l’adoption de dispositions législatives garantissant enfin le respect des droits des personnes étrangères et leur accueil digne en France.

Plutôt que de laisser nos responsables politiques diviser notre pays, construisons ensemble un destin positif, qui doit commencer par le retrait de cette loi de la honte que nous rejetons collectivement.

Rassemblement Nantes jeudi 25 janvier 18h30
devant la préfecture

Signataires locaux (liste non close) :

Attac, Cimade, Confédération Syndicale des Familles, Ligue de l’enseignement-Fédération des Amicales Laïques, Ligue des droits de l’Homme, Du Monde Dans la Classe,
Fédération Syndicale Unitaire, Union Pirate, Union syndicale Solidaires, …

Soutenu par :

Ensemble !, Gauche Démocratique et Sociale, Jeunes Insoumis, La France Insoumise, …

Manifestation Pas de CRA ni ici, ni ailleurs. Samedi 20 janvier Nantes 14h – départ parking MacDo Beaujoire

La LDH est opposée aux Centres de Rétention Administrative.

Un Collectif anticra organise ce samedi 20 janvier une manifestation en direction du lieu présumé de construction d’un Centre de Rétention Administrative (CRA) en Loire-Atlantique sur la base Pas de CRA ni ici, ni ailleurs.

Rendez-vous 14h, parking du MacDo de la Beaujoire.