Le nouvel impérialisme colonialiste




Ukraine: Russification forcée de l’enseignement dans les zones occupées


Imposition d’un programme scolaire russe et propagande anti-ukrainienne.

  • Les autorités russes imposent le programme scolaire russe et font la propagande du Kremlin dans les écoles ukrainiennes des zones occupées, et ont exercé des représailles contre les enseignants s’ils refusent d’appliquer le programme russe imposé.
  • La Russie devrait mettre un terme à toutes les mesures visant à russifier le système éducatif ukrainien ; les autorités ukrainiennes et les bailleurs de fonds étrangers devraient travailler avec la société civile pour maintenir les enfants connectés à l’apprentissage sous occupation ou pendant les déplacements.
  • Les lois de la guerre exigent d’une puissance occupante qu’elle rétablisse les services dans le territoire occupé mais lui interdisent d’imposer ses propres lois, notamment en matière d’éducation.

Dans les écoles des régions d’Ukraine occupées par la Russie, les autorités russes imposent des programmes scolaires russes enseignés dans cette langue et ont supprimé tout curriculum enseigné en ukrainien, a déclaré Human Rights Watch dans un rapport publié aujourd’hui



« Effacer l’identité même de ce peuple » : en Chine, des centaines de villages ouïghours renommés de force


D’après l’ONG Human Rights Watch, des centaines de noms de villages ont été changés dans la région où vivent les Ouïghours.

Des noms de villages ont été effacés dans le Xinjiang, dans l’ouest de la Chine, la région où vivent les Ouïghours. Selon un rapport de l’ONG Human Rights Watch, publié mardi 18 juin, des changements seraient intervenus dans 3 600 localités sur les 25 000 que compte la région, avec des évolutions à la marge qui passent par la ponctuation ou l’orthographe. Mais au moins 630 de ces villages auraient totalement changé de nom, notamment ceux qui se référaient directement à la culture et à l’histoire ouïghoure

Israël – Gaza : « La communauté internationale a abandonné ce conflit depuis des années »



Face à un conflit israélo-palestinien délaissé par le reste du monde, le Hamas tente d’imposer les revendications palestiniennes aux acteurs du monde, au risque de déstabiliser encore davantage la région, explique la politologue Agnès Levallois.

Lire ICI


 «  Je suis profondément préoccupée par le bien-être des enfants en Israël et dans l’État de Palestine.« 


Blocus de Gaza: des parlementaires palestiniens demandent réparations à la CPI


Des parlementaires palestiniens demandent réparation pour le blocus de Gaza. Lundi matin 26 juin, leurs avocats ont déposé une demande au Fonds pour les victimes, un organe lié à la Cour pénale internationale (CPI). Ils estiment à 25 milliards les dommages causés depuis le début du blocus imposé par Israël en 2007. Ils demandent donc à la Cour d’ordonner le gel de biens de l’État d’Israël alors que le bureau du procureur de la CPI est censé enquêter depuis mars 2021 sur les crimes commis dans les territoires occupés et à Gaza.

Lire ICI