Chine : l’impossible commémoration de la répression de Tiananmen


Depuis la répression sanglante sur la place Tiananmen à Pékin il y a 33 ans, la Chine s’attèle à effacer tout souvenir du drame. Hong Kong faisait exception à la règle jusqu’en 2020. Samedi 4 juin, les Hongkongais qui souhaitaient commémorer l’anniversaire de l’événement, ont dû agir subtilement. Les autorités veillent au grain et ont interdit tout rassemblement.

Lire ICI et ICI

Guerre en Ukraine : RSF dénonce la reprise de la propagande russe par les médias d’État chinois

PHOTO : CCTV4 (Traduction du bandeau d’information : « Comment les États-Unis attisent pas à pas la crise ukrainienne »)


Reporters sans frontières (RSF) dénonce la reprise de la propagande russe par les médias d’État chinois et appelle le public à ne se fier qu’aux informations factuelles publiées par des médias indépendants reconnus.

Lire ICI

LA CHINE ACCUEILLE LES JO… ET ENFERME DES MUSULMANS DANS DES CAMPS

Notre action devant l’Assemblée nationale pour dénoncer le traitement des minorités musulmanes dans le Xinjiang, Paris le 26 janvier


Le 4 février 2022 marque le début des Jeux olympiques d’hiver de Pékin. Un événement sportif très médiatisé que la Chine utilise pour redorer son image. Nous ne le permettrons pas. Tant que le gouvernement continuera à bafouer la liberté d’expression et à se rendre responsable de violations terribles des droits humains, notamment d’atrocités envers les Ouïghours et autres minorités musulmanes, nous continuerons à les dénoncer.

Lire ICI

et ICI

Chine : un commentateur politique détenu pour “subversion”


Reporters sans frontières (RSF) appelle à la libération de Guo Feixiong, un défenseur historique de la liberté de la presse en Chine, qui la semaine dernière a été formellement accusé « d’incitation à la subversion du pouvoir de l’État » après plus d’un mois de détention.

Lire ICI

L’Assemblée nationale adopte une résolution dénonçant le « génocide » des Ouïgours par la Chine

Séance de questions au gouvernement, le 11 janvier 2022. (ISA HARSIN/SIPA / ISA HARSIN/SIPA)


Le texte a été adopté à la quasi-unanimité avec 169 votes pour, un contre et cinq abstentions.

Lire ICI

et voir ICI

L’ONU se dit « troublée » par un rapport qui évoque un « génocide » des Ouïgours


Un rassemblement en soutien aux Ouïgours, le 25 juillet 2020 à Paris. (Jérôme Leblois/Hans Lucas/Hans Lucas via AFP)


Après plusieurs mois d’enquête, un groupe d’avocats et d’experts des droits humains estime que la façon dont la Chine traite les Ouïgours relève du génocide.

Lire ICI

Ouïgours : « Pour contraindre un Etat à cesser ses crimes génocidaires, il faut d’abord reconnaître leur caractère génocidaire »

Ouïgours : « Pour contraindre un Etat à cesser ses crimes génocidaires, il faut d’abord reconnaître leur caractère génocidaire »

Lire ICI

Emma Reilly, une lanceuse d’alerte seule contre les Nations unies

Cette ancienne « agente des droits de l’homme » à l’ONU reproche à sa hiérarchie d’avoir cédé aux pressions de la Chine en livrant par avance les noms d’opposants appelés à s’exprimer devant les instances internationales.

Voilà deux ans qu’on ne lui confie plus aucune mission. Depuis début septembre, cette Irlandaise de 42 ans n’a plus accès à ses courriels professionnels. C’est le prix à payer pour avoir dénoncé les passe-droits que le Conseil des droits de l’homme de l’ONU (CDH) a accordés à la Chine sous la pression.

LIRE ICI

Le président chinois, Xi Jinping, poursuit sa campagne de purges


un Lijun, alors vice-ministre de la sécurité publique, le 7 avril 2020 à Wuhan. AP


Entre février 2020 et juillet 2021, 178 431 personnes ont fait l’objet d’investigations et ont été punies.

En juillet 2020, Chen Yixin, secrétaire général de la commission centrale aux affaires politiques et juridiques du Parti communiste chinois, avait prévenu : « Il faut gratter le poison jusqu’à l’os. » Quelques mois plus tôt avait démarré une série de purges visant la police, la justice et l’appareil de sécurité d’Etat. 

Lire ICI

DISPARITIONS, INTERNEMENT, OPACITÉ : LES CRIMES SUBIS PAR LES MINORITÉS MUSULMANES DANS LE XINJIANG


Amnesty International


Nous avons enquêté sur les crimes contre l’humanité qui pourraient avoir été commis dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang, en Chine. Parmi ces potentiels crimes figurent les disparitions forcées de personnes.

Lire ICI


En Chine, un milliard de personnes connectées et surveillées


Une femme prend un selfie devant un écran projetant le discours du président chinois Xi Jinping, place Tiananmen, à l’occasion du 100e anniversaire du Parti communiste chinois, le 1er juillet. (Noel Celis/AFP)


Selon le dernier pointage réalisé en juin, le pays, dont le gouvernement surveille étroitement Internet, a passé la barre du milliard d’internautes. C’est près de 22 millions de plus qu’il y a six mois.

Lire ICI

Alors que les talibans progressent, la Chine prépare le terrain pour accepter une réalité difficile


Le conseiller d’Etat chinois et ministre des Affaires étrangères Wang Yi rencontre le mollah Abdul Ghani Baradar, chef politique des talibans afghans, à Tianjin, Chine, le 28 juillet 2021. Li Ran/Xinhua via REUTERS


BEIJING, 14 août (Reuters) – Une série de photos publiées le mois dernier par les médias d’Etat chinois du ministre des Affaires étrangères Wang Yi se tenant côte à côte avec un responsable taliban en visite vêtu d’une tunique traditionnelle et d’un turban a levé les sourcils sur les réseaux sociaux du pays.

Depuis lors, la machine de propagande chinoise a tranquillement commencé à préparer son peuple à accepter un scénario de plus en plus probable selon lequel Pékin pourrait devoir reconnaître les talibans, le mouvement islamiste de ligne dure qui gagne rapidement du territoire en Afghanistan , comme un régime légitime.

« Même s’ils ne peuvent pas contrôler l’ensemble du pays, ils seraient toujours une force importante avec laquelle il faut compter », a écrit jeudi un commentateur influent des médias sociaux connu pour être familier avec la pensée de la politique étrangère de la Chine. Le commentateur, qui porte le pseudonyme de Niutanqin, ou « Vache jouant de la cithare », a fait ces remarques sur sa chaîne WeChat.

Vendredi, le Global Times, un grand tabloïd soutenu par l’État, a publié une interview avec le chef d’un parti d’opposition afghan qui a déclaré que « le gouvernement de transition doit inclure les talibans ».

L’élan des talibans alors que les forces américaines se retirent est gênant pour la Chine, qui a accusé l’extrémisme religieux de force déstabilisatrice dans sa région occidentale du Xinjiang et craint depuis longtemps que le territoire contrôlé par les talibans ne soit utilisé pour abriter des forces séparatistes.

Mais la Chine respecte également une politique de non-ingérence dans les affaires intérieures des autres pays.

Il a également considérablement renforcé la sécurité au Xinjiang, durcissant ses frontières et plaçant ce que les experts de l’ONU et les groupes de défense des droits estiment être au moins un million d’Ouïghours et d’autres musulmans dans des centres de détention que la Chine décrit comme des centres de formation professionnelle pour aider à éradiquer l’extrémisme et le séparatisme islamistes.

La réunion du mois dernier à Tianjin, dans le nord de la Chine, faisait suite à une visite similaire d’une délégation talibane en 2019, mais intervient alors que le groupe est beaucoup plus puissant, Wang affirmant qu’il espérait que l’Afghanistan puisse avoir une « politique islamiste modérée ».

« N’est-ce pas le même taliban qui a fait exploser les bouddhas de Bamiyan devant les médias mondiaux ? Ne devrions-nous pas avoir un bilan ? un internaute chinois a commenté Weibo, semblable à Twitter, sous un clip d’actualité montrant Wang debout à côté d’un responsable taliban.

LA CHINE PRAGMATIQUE

Face aux talibans, une Chine de plus en plus puissante pourrait tirer parti du fait que, contrairement à la Russie ou aux États-Unis, elle ne les a jamais combattus.

Lorsque les talibans étaient au pouvoir pour la dernière fois entre 1996 et 2001, la Chine avait déjà suspendu ses relations avec l’Afghanistan, ayant retiré ses diplomates en 1993 suite au déclenchement de la guerre civile.

« C’est nous qui sommes pragmatiques. La façon dont vous voulez gouverner votre pays est en grande partie votre propre affaire, mais ne laissez pas cela affecter la Chine », a déclaré Lin Minwang, expert en Asie du Sud à l’Université Fudan de Shanghai.

« Quand une grande puissance asiatique comme la Chine montre qu’elle reconnaît la légitimité politique des talibans en les rencontrant si ouvertement, cela donne aux talibans une grande victoire diplomatique », a déclaré Lin.

Les médias d’État ont publié cette semaine au moins deux articles analytiques soulignant que l’Afghanistan avait été le « cimetière des empires » et mettant en garde la Chine de ne pas s’embourber dans le « Grand Jeu », renforçant le message selon lequel la Chine n’a ni l’intention d’envoyer des troupes en Afghanistan ni l’illusion qu’il peut combler le vide de pouvoir laissé par les États-Unis.

Après leur rencontre avec Wang, les talibans ont déclaré qu’ils espéraient que la Chine pourrait jouer un rôle économique plus important.

« Cela montre que la Chine pourrait avoir fait miroiter des promesses d’aide économique et d’investissement à un Afghanistan d’après-guerre comme une carotte pour encourager les deux parties à arrêter les combats et à parvenir à un règlement politique », a déclaré Zhang Li, professeur d’études sud-asiatiques à l’Université du Sichuan. .

Les risques d’instabilité régionale pour la Chine ont été mis en évidence le mois dernier lorsque 13 personnes, dont neuf travailleurs chinois, ont été tuées au Pakistan dans un attentat suicide dans un bus. La Chine construit d’énormes projets d’infrastructure au Pakistan dans le cadre de son initiative Belt & Road.

« La priorité numéro un de la Chine est l’arrêt des combats, car le chaos engendre l’extrémisme religieux et le terrorisme », a déclaré Zhang.


Reportage par Yew Lun Tian Montage par Tony Munroe et Kim Coghill


(Traduction automatique)

Les droits de l’Homme en Chine

LES DROITS DE L’HOMME EN CHINE