Israël: à Masafer Yatta, en Cisjordanie, le cycle des expulsions semble sans fin

Mohamed Mamdouh dispose de 96 heures pour détruire lui-même sa maison, comme l’exige l’administration d’occupation israélienne. © S.Boukhelifa/RFI


Depuis des années, c’est le même drame qui se joue dans les collines, au sud de la ville d’Hébron. Masafer Yatta est une zone semi-désertique qui abrite une communauté de Palestiniens. Ils vivent principalement de l’agriculture et de l’élevage. Leurs maisons sont régulièrement détruites par l’armée israélienne, qui a décrété leurs terres zone d’entraînement militaire. Démolition, reconstruction, un acte de résistance, mais pour combien de temps encore ? L’arrivée au pouvoir du nouveau gouvernement de droite en Israël, fait craindre le pire aux habitants. Ils redoutent d’être définitivement chassés de la région. 

Lire et écouter ICI

D’ici et d’ailleurs, le pire et le meilleur


« Démago, partisane, menée à deux contre un » : la CGT France Télévisions critique l’interview d’un syndicaliste par Franceinfo

Soudan : un an après le coup d’État, les espoirs brisés des femmes, « premières victimes du retour en arrière »


ISRAËL : À QUAND UNE ENQUÊTE SUR LES CRIMES DE GUERRE COMMIS EN AOÛT À GAZA ? 


Avec le food truck des hôtels sociaux de la banlieue sud


Un service de bagagerie et laverie gratuit pour les sans-abri


De la rue à une prestigieuse école d’ingénieurs : l’extraordinaire parcours d’un jeune migrant congolais reçu au bac avec mention « Très bien »


D’ici et d’ailleurs



Dans les écoles américaines, les chrétiens conservateurs mènent la guerre des livres


ÉGYPTE : AVANT LA COP 27, COMMENT LES AUTORITÉS REDORENT LEUR IMAGE


Des ONG dénoncent un important projet gazier de TotalEnergies en Afrique du Sud


Sabra et Chatila: 40 ans après, retour sur un massacre impuni

Une affiche des victimes est exposée à Beyrouth lors de la cérémonie commémorative du 28e anniversaire du massacre de Sabra et Chatila, le 16 septembre 2010. © Anwar Amro / AFP


Pendant quarante heures, entre le 16 et le 18 septembre 1982, des centaines de civils palestiniens, en majorité des femmes et des enfants, sont massacrés dans les camps de Sabra et de Chatila. Quarante ans après, on en sait un peu plus sur ce carnage pour lequel personne n’a jamais été condamné. 

Lire ICI et ICI