L’Assemblée nationale adopte une résolution dénonçant le « génocide » des Ouïgours par la Chine

Séance de questions au gouvernement, le 11 janvier 2022. (ISA HARSIN/SIPA / ISA HARSIN/SIPA)


Le texte a été adopté à la quasi-unanimité avec 169 votes pour, un contre et cinq abstentions.

Lire ICI

et voir ICI

OUÏGHOURS, KAZAKHS, ET AUTRES MINORITÉS MUSULMANES : 323 832 PERSONNES EXIGENT LEUR LIBÉRATION 


Remise de la pétition exigeant la libération des minorités musulmanes détenues dans le Xinjiang à Paris © Benjamin Girette


Amnesty International: À nos côtés, des centaines de milliers de personnes de 184 pays exigent la libération des minorités musulmanes détenues dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang en Chine.

De par le monde, des centaines de milliers de personnes ont signé notre pétition pour dénoncer les crimes contre l’humanité que subissent les musulmans dans le Xinjiang. Torture, internement de masse, persécution, ces hommes et ces femmes vivent l’inimaginable. Nous avons recueilli 323 832 signatures dans 184 pays et territoires pour la pétition qu’elle a adressée aux autorités chinoises afin de réclamer leur libération.

Lire ICI

Torture contre les Ouïghours : «On les battait jusqu’à ce qu’ils soient meurtris et gonflés»


«Jiang», un ancien policier chinois, a raconté à CNN les actes de torture commis sur les Ouïghours dans le Xinjiang. (Capture CNN)


Un ancien inspecteur de police chinois a livré à CNN des détails précis sur les rafles et les méthodes d’interrogatoire utilisées durant ses missions au Xinjiang, documentant encore plus la répression de masse.

«Quand tu veux faire avouer quelqu’un, tu utilises une matraque électrique. On attachait deux fils électriques sur la pointe et on entourait leurs parties génitales alors qu’ils étaient immobilisés. Le résultat était meilleur.» Alors que, samedi, près de 2 000 personnes manifestaient à Paris pour «la reconnaissance du génocide des Ouïghours» et qu’Amnesty International organise jeudi un sit-in devant l’ambassade de Chine pour dénoncer «les graves violations de droits humains au Xinjiang», CNN publie le témoignage d’un ancien policier chinois, témoin et acteur d’actes de torture, un des aspects les plus sombres des opérations menées par Pékin au nom de «la lutte antiterroriste» dans cette région.

Lire l’article ICI

OUÏGHOURS, KAZAKHS ET AUTRES MINORITÉS MUSULMANES VICTIMES DE CRIMES CONTRE L’HUMANITÉ


Des gardes entourent un grand groupe de détenus dans un camp d’internement au Xinjiang, en Chine © Molly Crabapple

En Chine, des centaines de milliers de personnes musulmanes sont internées, torturées et persécutées dans des camps dits de « transformation par l’éducation ». Le but ? L’assimilation à une nation laïque et homogène par l’élimination de leurs traditions religieuses et culturelles.

Lire ICI

A Londres, esquisses de justice pour les Ouïghours


Pendant quatre jours à partir de vendredi, victimes et témoins des persécutions des Ouïghours sont entendues par le Tribunal Ouïghour de Londres. (Alberto Pezzali/AP)


Le Tribunal d’opinion Ouïghour entame ce vendredi une seconde série d’audiences pour enquêter sur «les atrocités en cours et un éventuel génocide». Une démarche citoyenne qui pourrait être le point de départ d’une réelle poursuite des responsables.

Lire ICI