DATAJUST : VIOLER LA LOI SOUS COUVERT D’EXPÉRIMENTATION


Fin mars 2020, en plein confinement, le ministère de la justice s’autorisait à traiter massivement les données personnelles présentes dans les décisions de justice avec le fichier DataJust. L’objectif affiché : développer un obscur algorithme d’aide à la décision en matière d’indemnisation de préjudices corporels. Ici, le fantasme de la justice prédictive s’accompagne d’une dangereuse méthode : sous couvert d’expérimentation, l’État s’affranchit des lois qui protègent les données personnelles et la vie privée. Nous avions déposé un recours l’an dernier contre ce fichier. L’audience publique devant le Conseil d’État s’est tenue vendredi dernier et le rapporteur public a conclu à la validation de ce fichier.

Lire ICI

Pass sanitaire : la Cnil demande des preuves de l’efficacité


© © Simon Lehmann – PhotoGranary_123RF


[PASS SANITAIRE] Alors que le pass sanitaire est considérablement durci, la Commission nationale informatique et libertés pointe du doigt le gouvernement, qui n’a toujours pas fourni les données pour évaluer l’efficacité du dispositif.

Voir ICI

La CNIL met en demeure Francetest après la fuite de données de santé sur les tests de dépistage du Covid-19

Le service de l’entreprise spécialisée dans le transfert de données de tests de dépistage du coronavirus présenterait toujours plusieurs insuffisances en matière de sécurité de données.

Lire ICI

AMENDE DE 746 MILLIONS D’EUROS CONTRE AMAZON SUITE À NOS PLAINTES COLLECTIVES



Le 16 juillet 2021, l’autorité luxembourgeoise de protection des données personnelles s’est enfin prononcée sur notre plainte collective déposée par 10 000 personnes contre Amazon en mai 2018. Cette décision intervient après trois années de silence qui nous avaient fait craindre le pire (relire nos craintes qui, s’agissant du cas d’Amazon, sont donc aujourd’hui caduques).


Lire ICI

CNIL : sanction de 400 000 euros à l’encontre de la société MONSANTO

© John Thys AFP/Archives


La CNIL a sanctionné la société MONSANTO d’une amende de 400 000 euros pour ne pas avoir informé les personnes dont les données étaient enregistrées dans un fichier à des fins de lobbying.


Lire ICI

La Technopolice progresse, la Cnil mouline