Aux Etats-Unis, une société est accusée de faciliter l’identification des femmes se rendant dans des cliniques qui pratiquent l’avortement


L’agence américaine de protection des consommateurs réclame à l’entreprise Kochava d’effacer les données de déplacement récoltées par les applications mobiles. Le sujet est devenu sensible depuis la décision de la Cour suprême des Etats-Unis de revenir sur l’arrêt Roe vs Wade.

Lire ICI

D’ici et d’ailleurs


Port d’arme : que sait-on de la formation de «30 000 réservistes» attendus pour renforcer la police nationale?


« La situation est intenable » : 31 sénateurs demandent la légalisation du cannabis



Afghanistan : un an après la chute de Kaboul, « 70% de la population du pays ne mange pas à sa faim »


Un an après la chute de Kaboul, l’Afghanistan a perdu plus de la moitié de ses journalistes


Cameroun : Meurtres et disparitions imputables à l’armée dans la région du Nord-Ouest

Aux États-Unis, Facebook a transmis à la police les messages d’une adolescente poursuivie pour avortement

Après la décision de la Cour Suprême, le patron de Facebook (Meta) avait assuré que des efforts seraient faits pour protéger ces données sensibles © AFP – JOAN CROS / NURPHOTO


Ces messages ont révélé des échanges avec sa mère, où celle-ci lui donne des pilules abortives et lui explique comment les prendre, passés les délais légaux. Facebook s’est défendu dans un communiqué, arguant que le mandat judiciaire portait sur une enquête pour « fausse-couche » et non « avortement ».

Lire ICI

Droits et Libertés

Vidéosurveillance : les caméras « intelligentes » ne sont pas autorisées dans l’espace public, tranche la Cnil


Alexandria Ocasio-Cortez arrêtée à Washington avec d’autres parlementaires lors d’une manifestation pour le droit à l’avortement


Dans l’actualité




PEGASUS, RÉVÉLATIONS SUR UN SYSTÈME MONDIAL DE SURVEILLANCE


Discriminations : les Français n’ont jamais été aussi nombreux à revendiquer leur tolérance, selon un rapport


Hanouna, « TPMP » et les médias


Mohamed, « passé à tabac » par des gardiens de prison


El Salvador : Les personnes transgenres privées de l’égalité des droits

Tanzanie : surveillance et répression, le projet brut de Total

(c) Adrien Colrat


Depuis son annonce en 2017, l’oléoduc de pétrole brut d’Afrique de l’Est est pointé par les ONG comme le prochain scandale social et environnemental majeur du continent africain. En Tanzanie, régime particulièrement répressif, journalistes et experts peinent à documenter la situation : intimidations, arrestations arbitraires, flicage, poursuites et menaces de mort… Pour ceux qui s’intéressent de trop près à l’EACOP, le mégaprojet de TotalEnergies, l’adversité est une réalité parfaitement tangible. À leurs risques et périls. Blast est allé voir sur place.

Lire ICI

Un rapport sénatorial préconise d’expérimenter la reconnaissance faciale pour une durée de trois ans

Une caméra de surveillance sur les bords de la Seine, le 22 avril 2022. (LILIAN CAZABET / HANS LUCAS / AFP)


Une loi d’expérimentation fixerait les conditions dans lesquelles la reconnaissance biométrique pourrait être utilisée.

Lire ICI

Espérons seulement qu’il n’y ait aucun rapport de cause à effet avec la levée de l’obligation du port du masque dans les transports en commun…

Les brèves de Jean

L’actu sous la loupe de Jean Camus

 

Aux frontières de l’Europe, en mer Égée : Frontex et son fichier trompeur.

Une enquête menée par des médias indépendants démontre que Frontex a enregistré dans sa base de données « JORA » plusieurs refoulements illégaux, tous présentés comme des « préventions au retour », des bateaux de migrants interceptés ou déroutés avant qu’ils aient atteint les côtes grecques. Des canots de survie orange correspondraient à ceux achetés par les autorités grecques, via un financement de l’Europe, les migrants avaient accosté et ont été refoulés.

L’enquête montre que la base de données de Frontex est à tout le moins erronée, voire mensongère. Un agent de Frontex reconnaît que ce fichier comporte des « descriptions douteuses » et parfois « fantaisistes ». Pour un policier grec, l’agence « ne fera rien pour mettre l’État dans l’embarras », « nous n’avons aucun pouvoir pour enquêter sur les agissements des autorités nationales ».

Pour une eurodéputée écologiste « l’agence doit être plus indépendante sous peine de se rendre complice de violations de droits fondamentaux ».

L’agence européenne est accusée de fermer les yeux.

 

 

La dégradation de terres, un péril majeur  

Selon un rapport de l’ONU, publié le 17 avril, 40% des sols sont épuisés, une menace pour le PIB mondial, qui affecte directement la moitié de l’humanité. La précédente édition en 2017 évaluait à 25% la part des sols dégradés. Des causes multiples mais la principale responsable est explicitement désignée: l’agriculture moderne. Les modèles de monoculture intensive dopée aux intrants chimiques dévorent les espaces naturels.

« restaurer les terres n’est pas un problème, c’est la solution à de multiples crises, sociales, et environnementales. C’est même la réponse la moins chère pour l’atténuation et l’adaptation au changement climatique »;

Les auteurs présentent plusieurs scénarios d’évolution, citant des dizaines d’expériences de réhabilitation.

 

Source Le Monde 29 avril  2022

 

Russie : censure des médias


Russie: l’étau se resserre encore sur les médias et la liberté d’expression

Kiosque à journaux, Moscou (novembre 2020): à la faveur de la guerre en Ukraine, le Kremlin contrôle plus étroitement encore les médias, y compris les rares journaux encore indépendants comme Novaya Gazeta. AFP – ALEXANDER NEMENOV


Au 6ème jour de la guerre, Moscou rassemble ses troupes et la bataille pour Kiev se profile. En Russie, l’étau sur une liberté d’expression déjà minimale se resserre. Haro sur les « traîtres » qui critiquent la guerre et les dispositions légales de plus en plus étouffantes.

Lire ICI



Guerre en Ukraine : le régulateur russe des médias censure les journalistes, sommés de suivre la ligne du Kremlin

Crédit : AFP


Une chape de plomb s’abat sur les journalistes et médias indépendants en Russie. La guerre menée par les autorités sur le territoire ukrainien rend leur travail, auparavant déjà entravé, de plus en plus difficile. Reporters sans frontières (RSF) soutient leurs efforts pour relayer une information fiable dans ce contexte dramatique.

Lire ICI

Le Royaume-Uni va installer des caméras en France pour surveiller les traversées de migrants

Des policiers patrouillent sur la plage à la recherche de migrants à Wimereux, dans le Pas-de-Calais, le 17 novembre 2021.


Ce projet baptisé “Terminus” concerne “l’ensemble des communes du littoral”.

Lire ICI

Le passe vaccinal comme outil de contrôle politique


Reporterre

Selon notre chroniqueuse, le passe vaccinal peut servir à brider la contestation politique, comme dans une commune du sud-ouest. Le passe est une mesure de police administrative. Or, écrit le Conseil d’État, «la police administrative porte en elle les germes de la tyrannie».

Lire ICI

Au Royaume-Uni, trois demandeurs d’asile accusent le Home office d’avoir saisi leurs téléphones pour en extraire des données

Des migrants tentant de traverser la Manche (image d’illustration). Crédit : Reuters


Trois demandeurs d’asile accusent le Home office d’avoir confisqué leurs téléphones à leur arrivée au Royaume-Uni et d’en avoir extrait des données personnelles. Depuis mardi, la Haute cour de justice de Londres examine le dossier. Face aux juges, le Home office a défendu la légalité de cette pratique controversée.

Lire ICI

« Nous vivons de plus en plus dans un cocon numérique »


<img src="https://reporterre.net/local/cache-vignettes/L720xH480/arton24239-6c3e5.jpg?1640352787" alt="«<small class="fine d-inline"> </small>Nous vivons de plus en plus dans un cocon numérique<small class="fine d-inline"> 
Pose de la charpente à Notre-Dame-des-Landes, en janvier 2020, deux ans après l’abandon du projet d’aéroport. – © Yves Monteil/Reporterre


Lier luttes politiques et formes de vie alternatives permettra aux citoyens d’accéder à plus d’autonomie, selon le philosophe Aurélien Berlan. Il appelle ainsi à déserter la mégamachine, et à lutter contre elle.

Lire ICI

et ICI

DATAJUST : VIOLER LA LOI SOUS COUVERT D’EXPÉRIMENTATION


Fin mars 2020, en plein confinement, le ministère de la justice s’autorisait à traiter massivement les données personnelles présentes dans les décisions de justice avec le fichier DataJust. L’objectif affiché : développer un obscur algorithme d’aide à la décision en matière d’indemnisation de préjudices corporels. Ici, le fantasme de la justice prédictive s’accompagne d’une dangereuse méthode : sous couvert d’expérimentation, l’État s’affranchit des lois qui protègent les données personnelles et la vie privée. Nous avions déposé un recours l’an dernier contre ce fichier. L’audience publique devant le Conseil d’État s’est tenue vendredi dernier et le rapporteur public a conclu à la validation de ce fichier.

Lire ICI

« Pour une réforme de l’IGPN »



Dans le prolongement du sujet sur l’IGPN, Blast vous propose l’entretien de Sarah Massoud en intégralité. La présidente du Syndicat de la Magistrature fait le constat que la problématique du contrôle de la police est avant tout une question de structure et de culture. De là, la magistrate propose des pistes pour imaginer une refonte de l’IGPN pour prévenir les dérives de la police, tout en soulignant qu’elles sont bien souvent la conséquence de choix politiques.

Voir ICI

Pass sanitaire : la Cnil demande des preuves de l’efficacité


© © Simon Lehmann – PhotoGranary_123RF


[PASS SANITAIRE] Alors que le pass sanitaire est considérablement durci, la Commission nationale informatique et libertés pointe du doigt le gouvernement, qui n’a toujours pas fourni les données pour évaluer l’efficacité du dispositif.

Voir ICI

Mémorial : les autorités russes veulent réduire au silence un géant des droits humains

JO 2024 : la frénésie sécuritaire

En 2024, Paris organisera les Jeux Olympiques d’été, l’occasion pour le gouvernement français et les industriels de s’allier pour tester, déployer et normaliser leur arsenal de nouveaux dispositifs de surveillance : drones, reconnaissance faciale, analyses de comportements…

Les JO se préparent de longue date et la coupe du monde de Rugby en 2023 semble se profiler pour être une sorte de répétition générale sécuritaire. Mais avant cela, il faut mettre au point les technologies, former les agent·es qui les utiliseront et anticiper les réactions du public. Il s’agit d’abord de financer, d’expérimenter en grandeur nature des technologies illégales. Alors que le cadre législatif n’autorise en aucun cas – pour l’instant – ce type de traitement des données biométriques, les industriels et les pouvoirs publics passent par le procédé très commode des « expérimentations ». Celles-ci, de par leur cadrage temporel et spatial, rendraient la surveillance (et la violation de la loi) plus « acceptable ».

LIRE ICI

En devenant Meta, le groupe Facebook se projette dans l’infini et au-delà



Meta, c’est le nouveau nom de l’entreprise qui gère Facebook, Instagram, Whatsapp… Mark Zuckenberg, qui fait face à un courant de critiques, a décidé de miser sur les méta-univers, pour augmenter la réalité, avec ses réseaux sociaux. Toute une métamorphose…

Lire ICI

Contre les migrants, toujours plus de technologie


Un mannequin porte un casque équipé d’un dispositif de vision nocturne au salon Milipol 2021. – © Ludovic Marin / AFP


Reporterre s’est rendu au salon Milipol pour découvrir les innovations technologiques sécuritaires. Elles sont de plus en plus déployées pour repousser les migrants.

Lire ICI