Le combat des militantes colombiennes pour construire la paix

En Colombie, des militantes mettent en place des comités populaires et associatifs pour (re)construire la paix, et aider à la réconciliation, dans un pays ravagé par des décennies de violence, comme ici au Musée itinérant de la mémoire.
©Soraya Bayuelo Mochuelo/ Musée itinérant de la mémoire


La question de la paix se retrouve au coeur de l’élection présidentielle colombienne, dont le premier tour se déroule le 29 mai. La présidence Duque qui s’achève a été marquée par une recrudescence des attentats contre les défenseurs et défenseures des droits humains comme Maria Ciro Zuleta, Soraya Bayuelo et Daniela Soto. Portrait de trois femmes qui risquent leur vie pour construire la paix.

Lire ICI

« La politique, c’est des paroles en l’air » : on a suivi les jeunes pendant toute la campagne présidentielle

 

Franceinfo a donné la parole aux 18-30 ans du 1er septembre jusqu’à l’élection présidentielle. Une semaine après le second tour, voici le bilan. 

 

Lire ICI

Bourgeoisie réac’, gilets jaunes, déclassés : qui sont les électeurs de Marine Le Pen ?

STREET PRESS A REGARDÉ LA CARTE ÉLECTORALE AVEC JULIEN AUDEMARD, CHERCHEUR AU CNRS

Les cartes électorales du premier et deuxième tour. / Crédits : DR


Au second tour, Marine Le Pen a réussi à réunir des classes moyennes qui se sentent déclassées, des habitants d’Outre-mer en colère et une partie de la bourgeoisie tradi’ autrefois gaulliste. Analyse de Julien Audemard, chercheur en science politique.

Lire ICI

Soirée électorale sur France 2 : l’invisible contestation


Au soir de la réélection d’Emmanuel Macron, des rassemblements et manifestations se sont déroulés à Strasbourg, Marseille, Paris, Lyon, Nantes, Caen, Toulouse, Rennes, Montpellier, etc. Aucune image, aucune mention n’ont percé les écrans de France 2.

Lire ICI

Macron réélu : les analyses de la presse étrangère

Photo Sergei Ponomarev/ The New York times


Dimanche 24 avril, Emmanuel Macron a remporté l’élection présidentielle avec 58,54 % des voix, contre 41,46 % pour Marine Le Pen. Suivez en direct les retombées de cette victoire avec les commentaires de la presse étrangère.

Lire ICI

Présidentielle en Champagne-Ardenne

Le second tour de l’élection présidentielle a été remporté par Emmanuel Macron. • © ALEXIS SCIARD / IP3 / MAXPPP

Nous nous réjouissons (du moins, nous nous consolons) d’avoir nos pénates à Sainte-Savine où, même s’il est sans doute le plus fort de tous les temps, le score de Marine Le Pen est de 37,8 %, soit le plus faible de toutes les villes de Champagne-Ardenne comptant plus de 5000 électeurs inscrits…

Lire ICI

Si Marine Le Pen accède au pouvoir

Marine Le Pen en meeting à Perpignan, le 7 avril 2022. © Photo : Lionel Bonaventure / AFP


Candidate pour la troisième fois à l’élection présidentielle, Marine Le Pen n’a sans doute jamais été aussi proche d’accéder à l’Élysée. Mediapart a donc décidé, exceptionnellement, de permettre la lecture à tous et toutes de certains de nos articles qui racontent ce péril.

Lire ICI

50 raisons de s’inquiéter si Marine Le Pen gagne l’élection présidentielle

Marine Le Pen lors d’un meeting à Arras, le 21 avril. (THOMAS SAMSON / AFP)


Et si le scénario que beaucoup n’osent imaginer arrivait ? Et si Marine Le Pen était élue, la cohésion de la société serait en danger pour une multitude de raisons. En voici 50.

Lire ICI

Présidentielle 2022: CONTRE L’EXTRÊME DROITE, VOTEZ !


« Le Pen ne fait plus peur » : la faute à qui ?


Ces derniers jours, deux questions ont rythmé partie de la scène médiatique : « Pourquoi Le Pen ne fait plus peur ? » et « Marine Le Pen est-elle d’extrême droite ? » Le fait que les journalistes (se) posent la seconde permet – en partie – de répondre à la première. Car hormis quelques sursauts journalistiques – heureux quoique de circonstance, entre-deux-tours oblige –, attachés à documenter (et rappeler) la nature autoritaire, raciste et xénophobe du projet frontiste, la « dédiabolisation » de l’extrême droite n’est désormais plus tant un processus qu’une donnée structurante du paysage médiatique.

Lire ICI



Débat du second tour, petits arrangements avec la vérité ?


C’était le temps fort de la campagne présidentielle. Mercredi soir, les deux candidats qualifiés au second tour se trouvaient face à face. 2h50 de débat entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Des sujets aussi variés que l’Europe, la sécurité, les retraites ou l’éducation. Et dans chacun des thèmes, des candidats s’offrant quelques libertés avec la réalité. Tour d’horizon du vrai, du faux, du presque pas vrai et du partiellement faux !

Voir ICI



Un débat « révélateur de l’état de la démocratie »


Au lendemain du très attendu – et peu suivi par les téléspectateurs – débat entre les candidats au second tour de la présidentielle, quelles leçons en tirer ? Emmanuel Macron et Marine Le Pen ont-ils été convaincants sur les sujets de préoccupations des Français ? Invitée de TV5MONDE, la philosophe et analyste politique Myriam Revault d’Allonnes en dresse un bilan très critique.

Voir ICI



L’extrême droite, une menace pour les médias : les cas de la Hongrie et la Pologne

En Hongrie, la dernière radio indépendante Klubradio a perdu sa fréquence en 2021. Ici, une manifestation de soutien en 2012. – © AFP/Ferenc Isza


Les médias seront-ils libres en cas de victoire de Marine Le Pen à la présidentielle? L’exemple de la Hongrie et de la Pologne donne un aperçu de la réponse : ces dirigeants proches de l’extrême droite y ont affaibli la presse. Et la candidate du RN pourrait s’en inspirer.

Lire ICI




Hongrie, Pologne : quand les droites extrêmes sont au pouvoir


Nul besoin d’aller très loin ni de remonter loin dans le temps pour savoir ce que fait une majorité autoritaire et ultranationaliste à la tête de l’État. À Budapest depuis 2010, à Varsovie depuis 2015, c’est une combinaison de lois liberticides, de réformes conservatrices et de mainmise sur les médias. L’expérience du pouvoir ne les a pas affaiblies.

Lire ICI

Présidentielle : Le Pen

Antisémites, fascistes, identitaires : les radicaux avec Le Pen

StreetPress


Antisémites, identitaires, catho tradi’ au RN de Marine Le Pen on trouve encore toutes les familles les plus radicales de l’extrême droite. Et c’est sans compter ceux qui la soutiennent de l’extérieur. Revue des troupes.

Lire ICI



Derrière la « dédiabolisation » de Marine Le Pen, le véritable danger du RN pour les LGBTI+


Marine Le Pen a réussi à faire oublier le programme et les sorties homophobes de son père. Mais derrière sa façade « gay-friendly », les positions, les votes et les soutiens du Rassemblement national représentent un vrai danger.

Lire ICI




Emmaüs appelle à voter contre Le Pen

Loader Loading…
EAD Logo Taking too long?

Reload Reload document
| Open Open in new tab

Download

Clientélisme : Macron détourne les aides à la biodiversité au profit des chasseurs

Crédits photo/illustration : (c) Adrien Colrat / BLAST


Depuis 2019, l’Office français de la biodiversité octroie une enveloppe annuelle de 10 millions d’euros dédiée à « la protection et la reconquête de la biodiversité » aux fédérations de chasseurs. Selon le conseil scientifique de l’établissement public, ces fonds dépensés sans supervision dans des projets de qualité « très faible, voire mauvaise » sapent l’OFB et posent un risque juridique majeur. Malgré cette alerte, la convention-cadre signée entre l’OFB et la Fédération nationale des chasseurs a été renouvelée pour 5 ans. Nos révélations.

Lire ICI

Présidentielle : Marine Le Pen veut encadrer l’abattage rituel « au nom de la dignité animale », mais pas la tauromachie ni la chasse

Le président du Rassemblement national, Jordan Bardella, le 19 avril 2022 sur franceinfo. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)


Le président du Rassemblement national, qui a justifié l’encadrement de l’abattage rituel par le bien-être animal, s’est par ailleurs dit opposé à un encadrement de la tauromachie au nom des « traditions ».

Lire ICI

Contre l’extrême droite et ses idées, pas de Marine Le Pen à l’Élysée

Le rassemblement sous le soleil de ce jour à Troyes n’a pas reçu le succès qu’il méritait. Mais la détermination à ne pas laisser l’extrême-droite s’emparer du pouvoir demeure entière pour les opposants à  la haine, la xénophobie, la démagogie nationaliste et la mise en opposition de tous contre tous, qui étaient présents en fin de matinée place de l’Hôtel de ville, toutes associations, organisations et générations confondues.

NON À L’EXTRÊME DROITE, POUR LA JUSTICE ET L’ÉGALITÉ !


RASSEMBLEMENT À TROYES

11 H PLACE DE L’HÔTEL DE VILLE

La cause et les droits des enfants sont incompatibles avec la politique de “priorité nationale” : rejetons‐la !

Amitiés troubles et prêts bancaires : Marine Le Pen sous influence russe

©blast


La candidate d’extrême droite fait tout pour gommer ses amitiés russes et la manière dont une banque proche de Poutine tient son parti grâce à un prêt très avantageux. Retour sur l’influence russe et les amitiés très encombrantes qui condamnent Marine Le Pen à faire allégeance au Kremlin.

Lire ICI

« Non » à l’extrême droite, pour la justice et l’égalité !


Rassemblement à Troyes

11 h place de l’Hôtel de ville



Appel unitaire


« Non » à l’extrême droite, pour la justice et l’égalité !


L’extrême droite est à nouveau présente au second tour de l’élection présidentielle, forte d’un niveau de voix jamais atteint. Nous refusons de la voir accéder au pouvoir.
Les causes en sont diverses et anciennes, elles ont été analysées et sont connues.
Les responsabilités sont à chercher du côté des politiques ultralibérales menées depuis des années qui ont exacerbé les injustices et les inégalités sociales, enfoncé des territoires et des populations dans la précarité et le désarroi. Nos organisations les ont combattues, comme elles ont dénoncé les attaques portées contre les libertés. Elles les dénonceront encore demain, sans désemparer face à l’adversité.
L’urgence, aujourd’hui, c’est d’affirmer collectivement la force des idées et des valeurs qui nous rassemblent. Elles sont constitutives de la démocratie et totalement incompatibles avec la haine, la xénophobie, la démagogie nationaliste et la mise en opposition de tous contre tous que portent les mouvements d’extrême droite.
En rejetant Marine Le Pen, il s’agit d’empêcher l’avènement d’un projet de société destructeur de l’État de droit, de la république démocratique sociale et solidaire que nous défendons chaque jour. Il s’agit de dénoncer son programme trompeur qui
frapperait durement les plus faibles, les plus démunis, les femmes, les personnes LGBTI ou étrangères.
Ensemble, nous voulons réaffirmer que la devise « Liberté, Egalite, Fraternité » doit, plus que jamais, rester à l’ordre du jour, pour toutes et tous, sans exclusive ni distinction. Dans la diversité de nos approches et formes d’actions, nous voulons construire un destin commun de justice sociale et environnementale autour de
l’égalité des droits, par le débat démocratique, un dialogue social et civil renforcé, un État de droit qui garantisse pleinement nos libertés, une République laïque et solidaire, protectrice de l’arbitraire, riche de services publics confortés, reconnus, bénéficiant des moyens de leur pleine efficacité.
Cette ambition commune serait gravement mise en cause avec l’arrivée au pouvoir de l’extrême droite.
C’est pourquoi, ensemble, nous invitons chacune et chacun à participer à de larges rassemblements populaires dans toutes les communes de France et à Paris, le samedi 16 avril 2022 autour d’un même appel : « contre l’extrême droite et ses idées, pas de Marine Le Pen à l’Élysée ».

Ligue des droits de l’Homme (LDH), Confédération générale du travail (CGT), Confédération paysanne, Fédération des associations générales étudiantes (Fage), Fédération syndicale unitaire (FSU), Fédération syndicale étudiante (FSE), Mouvement national lycéen (MNL), Syndicat des avocats de France (Saf), Syndicat de la magistrature (SM), Union nationale des étudiants de France (Unef), Union syndicale Solidaires, Vigilance et initiatives syndicales antifascistes (Visa), ActionAid France, Action non-violente COP21, Alternatiba, Amis de la Terre France, APF France handicap, Assemblée citoyenne des originaires de Turquie (Acort), Association culturelle des travailleurs immigrés de Turquie, Association des familles des prisonniers et disparus Sahraouis (AFAPREDESA), Association des femmes de l’Europe méridionale (Afem), Association des Marocains de France (AMF), Association de promotion des cultures et du voyage, Association des travailleurs maghrébins de France (ATMF), Attac France, Campagne antiracisme et solidarité, Centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active (Ceméa), Centre de recherche et d’information et de développement (Crid), Centre de recherches et d’initiatives de solidarité internationale (Cedetim), La Cimade, Coalition libertés associatives, Collectif Chabatz d’entrar de la Haute-Vienne, Collectif Front populaire écologique, Collectif Ganges solidarités (CGS), Collectif ivryen de vigilance contre le racisme (CIVCR), Collectif national pour les droits des femmes (CNDF), Collectif les Outils du soin,  Collectif pour l’avenir des foyers (Copaf), Collectif Unis pour le climat, Comité pour les relations nationales et internationales des associations de jeunesse et d’éducation populaire (Cnajep), Comité pour le respect des libertés et des droits de l’Homme en Tunisie (CRLDHT), Confédération nationale du logement (CNL), Droit au logement (Dal), Extinction Rebellion, Education World 86, Fasti, Fédération Citoyens & Justice, Fédération des conseils de parents d’élèves (FCPE), Fédération nationale des Francas, Fédération des mutuelles de France, Fédération des Tunisiens pour une citoyenneté des deux rives (FTCR), Fédération indépendante et démocratique lycéenne (FIDL), Fédération internationale pour les droits humains (FIDH), Fédération sportive et gymnique du travail (FSGT), Fondation Copernic, France Amérique Latine (Fal), Front social (FS), Greenpeace France, Groupe accueil et solidarité (Gas), HES LGBTI+, Inter-LGBT, Jeunesse au plein air (JPA), Ligue de l’enseignement, Ligue des femmes iraniennes pour la démocratie (LFID), Marche mondiale des femmes France, Marche des solidarités, Mémorial 98, Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (Mrap), Mouvement de la Paix, Mouvement Utopia, Observatoire national de l’extrême-droite, Oxfam France, Osez le féminisme, Planning familial, Réseau d’actions contre l’antisémitisme et tous les racismes (RAAR), Réseau Euromed France (Ref), Réseau Ruptures, Solidarité Laïque, SOS Racisme, Tous Migrants, Union des femmes socialistes (SKB) – Belgique, Union fédérale d’intervention des structures culturelles (Ufisc), Union juive française pour la paix (UJFP), Uniopss, La Voix lycéenne, 350.org.

Paris, le 14 avril 2022

Comprendre l’abstention des jeunes en cinq questions

A Ris-Orangis, le 8 avril 2022. Emmanuel Dunand/AFP


Si les jeunes votent en général moins que leurs aînés, leur niveau d’abstention était particulièrement élevé ce 10 avril 2022, lors du premier tour de l’élection présidentielle. Directrice de recherches en sociologie et en science politique CNRS au CEVIPOF (Sciences Po), Anne Muxel nous aide à remettre ce résultat en contexte.

Lire ICI

Le vote d’extrême droite en France en 2022


Le camp nationaliste et souverainiste pèse un peu plus de 32 % des voix au premier tour de l’élection présidentielle. Décryptage en cartes.

Voir ICI

Présidentielle 2022 : les Afghans sont-ils protégés en France, comme l’affirme Gérald Darmanin ?

Des Afghans dans les rues de Pantin, au nord de Paris, en février 2022. Crédit : InfoMigrants


Depuis la prise de pouvoir par les Taliban, les Afghans en France ne peuvent pas être expulsés vers Kaboul, comme l’a souligné le ministre de l’Intérieur d’Emmanuel Macron, Gérald Darmanin. En revanche, certains peuvent être renvoyés vers des pays-tiers européens qui, eux, restent flous sur leur politique d’éloignement. Précisions.

Lire ICI