Adhésion de l’Ukraine à l’UE : est-ce possible et pour quoi faire ?

Le président ukrainien s’est exprimé le 1er mars en vidéo devant le Parlement européen demandant notamment « une procédure spéciale » pour que son pays puisse rejoindre rapidement l’Union européenne.


Après avoir signé en début de semaine une demande d’adhésion à l’Union européenne, le président ukrainien a demandé à pouvoir bénéficier d' »une procédure spéciale » pour accélérer cette adhésion. Celle-ci est-elle possible, et qu’en attend l’Ukraine ? Explications.

Lire ICI

DANS LA TÊTE DE VLADIMIR POUTINE

Actes Sud, 2015


Et si la philosophie russe nous aidait à comprendre la stratégie de Vladimir Poutine ? Cette idée n’a rien d’absurde, tant les prophètes du conservatisme, de « la voie russe » et de « l’empire eurasiatique » ont le vent en poupe au Kremlin et le soutien de toutes les extrêmes droites européennes, le Front national en tête. Le philosophe Michel Eltchaninoff est venu à la Fondation Jean-Jaurès discuter de ce qui se passe « dans la tête de Vladimir Poutine ».

Lire ICI

Voir la vidéo

L’extrême droite française se fracture sur le front ukrainien

À CHACUN SES NÉONAZIS


Les poutiniens Le Pen et Zemmour tentent de se rhabiller en non-alignés. Du côté de l’extrême droite extra-parlementaire, les positions sont plus contrastées, pour ne pas dire franchement opposées.

Lire ICI

Salomé Zourabichvili : « Vladimir Poutine est en train de provoquer tout ce qu’il voulait éviter »

La guerre dure depuis maintenant cinq jours en Ukraine suite à l’offensive lancée par la Russie. Salomé Zourabichvili, Présidente de la République de Géorgie est l’invitée du Grand entretien. Son pays a lui même été en guerre contre la Russie, en 2008.


Lire ICI

Guerre en Ukraine : une nuit aux côtés des civils sur la route de l’exode

Guerre en Ukraine : une nuit aux côtés des civils sur la route de l’exode. Crédit : Mehdi Chebil


Des milliers de civils ukrainiens fuient depuis jeudi l’invasion russe et tentent de rejoindre la Pologne voisine. Une évacuation chaotique, avec des dizaines de kilomètres d’embouteillages côté ukrainien, qui préfigure une crise humanitaire de grande ampleur. Reportage de notre envoyé spécial.

Lire ICI

Liban : le gâchis de la saga Hariri

Le retrait de Saad Hariri, fils de Rafic Hariri, de la vie politique marque l’échec d’un projet sunnite modéré au Moyen-Orient susceptible de faire contrepoids à l’Iran et de résister au discours djihadiste.

Lire ICI

Calme mais prudence à la frontière entre l’Ukraine et la Russie

Le poste-frontière de Hoptivka, au nord-est de l’Ukraine (image d’illustration). © Sébastien Gobert

La situation se tend encore plus en Ukraine alors que le gouvernement américain a conseillé la nuit dernière à ses ressortissants de quitter l’Ukraine, préparant également une évacuation des familles de son personnel diplomatique. Washington met de nouveau en garde contre la possibilité d’une invasion russe de l’Ukraine. Pourtant, à la frontière entre l’Ukraine et la Russie, le calme règne.

Lire ICI

« Les Ukrainiens sont comme des frères » : l’opinion publique russe ne veut pas d’une guerre

Un hélicoptère Kamov Ka-52M, une version améliorée de l’hélicoptère de reconnaissance et d’attaque Ka-52 Alligator, observé lors de la réception de produits militaires sur un aérodrome militaire dans la région de Rostov, en Russie © AFP / Sergey Pivovarov / Sputnik / Sputnik via AFP


La majorité des Russes ne veut pas croire à la guerre avec l’Ukraine et ne veut pas d’un conflit. Si les études d’opinion donnent peu de soutien populaire aux options militaires du Kremlin, elles montrent aussi que les Russes désignent les Etats-Unis comme responsables de la crise.

Lire ICI

La dernière décennie de conflits au Sahel a entraîné le déplacement de 2,5 millions de personnes


Mairama porte son fils dans le dos sur un site pour familles déplacées à Ouahigouya, au nord du Burkina Faso.   © HCR/Benjamin Loyseau


Le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, appelle à une action internationale concertée pour mettre fin au conflit armé dans la région du Sahel central, qui a forcé plus de 2,5 millions de personnes à fuir leur foyer au cours de la dernière décennie.

Lire ICI

La Biélorussie a bien aidé les migrants, déclare Loukachenko, mais sans son aval


Les migrants se rassemblent dans un centre de transport et de logistique près de la frontière biélorusse-polonaise dans la région de Grodno, en Biélorussie, le 19 novembre 2021. Crédit : Reuters


Alors que la Pologne et l’Union européenne accusent Minsk d’instrumentaliser la crise des migrants massés à la frontière polono-biélorusse, et que certains ont à nouveau tenté de pénétrer en Pologne, le président Alexandre Loukachenko a déclaré à la BBC qu’il était « tout à fait possible » que ses forces de sécurité aient aidé les migrants.

Lire ICI

Déclaration commune en solidarité avec les organisations de défense des droits humains palestiniennes

Et la Grèce redevint exemplaire

par Serge Halimi dans LE MONDE diplomatique

Athènes vient d’offrir un Noël anticipé à ses armées : vingt-quatre avions de combat Rafale et trois frégates dernier cri, en attendant des F-35 et des hélicoptères Sikorsky, sans oublier drones, torpilles et missiles. Les officiers grecs ne seront pas seuls à la fête puisque des groupes d’armement français, Dassault en particulier, comptent au nombre des principaux fournisseurs d’Athènes.

La suite ICI

Les clés pour comprendre la COP 26

Ce magasin Co-op à Glasgow a refait sa devanture en prévision de la COP26. – © Andy Buchanan / AFP


La COP26 débute ce lundi 1er novembre. Six ans après l’Accord de Paris, les États du monde manquent cruellement d’ambition. Entre réduction des émissions de gaz à effet de serre et soutien aux pays pauvres, Reporterre fait le tour des enjeux du sommet.

Lire ICI

Aux Nations Unies, les femmes afghanes lancent un appel : ne laissez pas les talibans entrer

De gauche à droite : l’ancienne diplomate afghane Asila Wardak, l’ancienne femme politique afghane et négociatrice de paix Fawzia Koofi, la journaliste afghane Anisa Shaheed et l’ancienne femme politique afghane Naheed Fareed s’adressent aux journalistes en dehors du Conseil de sécurité de l’ONU


NATIONS UNIES, 22 octobre (NNN-AGENCIES) – Un groupe de femmes afghanes a exhorté les Nations Unies à empêcher les talibans d’obtenir un siège au sein de l’organisation mondiale, appelant à une meilleure représentation de leur pays lors d’une visite au siège de l’organisation à New York.

Lire ICI

Attaques, diffamation : décryptage des stratégies de délégitimation de la défense des Palestiniens

Tunisie : Les ambiguïtés d’un appel à la « communauté internationale »


L’inquiétude sur la dérive autoritaire du président Kaïs Saïed est fondée, mais le refus et la condamnation de l’ingérence étrangère constituent un thème fédérateur tant l’hégémonie de l’Euro-Amérique suscite des réactions hostiles, souligne, dans une tribune au « Monde », l’universitaire Michel Camau.

Lire ICI

Le HCR officialise la fin du statut de réfugié pour les Ivoiriens


Alors que les femmes ne représentaient que 8% des Ivoiriens ayant débarqué en 2015, elles représentent 46% du total en 2019. Crédit : Reuters


À partir de juin 2022, les ressortissants de Côte d’Ivoire ne pourront plus obtenir, sauf exception, le statut de réfugié. Le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés a acté officiellement, au motif d’une stabilité retrouvée dans le pays, cette recommandation. Un programme de retour volontaire est d’ores et déjà déployé au Libéria.

Lire ICI

Nous ne pouvons qu’être dubitatifs devant cette « stabilité » retrouvée lorsque la seule section LDH de l’Aube a reçu, parmi les nouvelles et nouveaux demandeurs d’asile qui l’ont sollicitée, 31 personnes originaires de Côte d’Ivoire entre novembre 2020 et septembre 2021. Le nombre de ces demandes est loin d’être en réduction. Par comparaison, nous n’en comptons pour la même période que 10 venant d’Afghanistan…

«Les Biélorusses ne veulent plus vivre en dictature»

Photo: Stringer / Agence France-Presse Des manifestants pro-démocratie à Minsk, en octobre dernier


À 39 ans, jamais Svetlana Tikhanovskaïa n’aurait cru, il y a quelques mois à peine, se retrouver à la tête de l’opposition au « dernier dictateur d’Europe ». Exilée à Vilnius, cette professeure d’anglais a choisi de remplacer son mari, candidat aux élections présidentielles du 9 août 2020 jusqu’à son emprisonnement par le régime. Sans expérience politique, Svetlana Tikhanovskaïa le dit sans ambages, une fois la démocratie advenue, elle quittera son rôle de leader démocrate. Propos recueillis par Patrice Sénécal, à Varsovie.

Lire l’entretien ICI

« LE TERME “APARTHEID” PERMET DE PENSER DANS LA DURÉE L’ASYMÉTRIE DES RELATIONS ISRAÉLO-PALESTINIENNES »

Trésors de Mésopotamie

Des archéologues face à Daech, un documentaire on ne peut plus d’actualité.


Ce soir sur ARTE à 20h50