Enquête exclusive de RSF sur la mort de Maks Levin : “les informations et preuves collectées indiquent que ce journaliste ukrainien a été exécuté »

RSF


Au terme d’une mission d’enquête menée en Ukraine du 24 mai au 3 juin, Reporters sans frontières (RSF) publie un rapport qui rassemble des informations et des preuves matérielles attestant que le photoreporter Maks Levin et son accompagnateur ont été froidement exécutés et peut-être préalablement interrogés, voire torturés par des soldats russes le 13 mars 2022. 

Lire ICI, ICI et ICI

Guerre en Ukraine : la liste des journalistes victimes d’exactions s’allonge de jour en jour

Livraison de casques et de gilets pare-balles au Centre pour la liberté de la presse créé par RSF à Lviv  ©Robin Grassi RSF


Depuis le début de l’offensive russe en Ukraine, Reporters sans frontières (RSF) documente les attaques visant directement les professionnels des médias portant un brassard “Presse” et déplore de plus en plus de journalistes morts et blessés dans l’exercice de leur métier. RSF offre un soutien aux journalistes sur le terrain et demande aux autorités russes et ukrainiennes de garantir leur sécurité, conformément aux conventions internationales.

Lire ICI

Guerre en Ukraine


Amnesty international accuse la Russie de faire usage de bombes à sous-munitions

Une femme marche dans un quartier dévasté du nord de Kharkiv (Ukraine), le 29 mai 2022. (GENYA SAVILOV / AFP)


Selon un rapport de l’ONG publié ce dimanche, l’armée russe fait un large usage de ces armements, notamment à Kharkiv, la deuxième ville du pays, au mois de mars. Des bombes pourtant interdites par la Convention d’Oslo.

Lire ICI

SOUS LES BOMBES À KHARKIV

Des habitants enlèvent les débris d’un supermarché dans un centre commercial endommagé par une frappe de missile russe, alors que l’attaque de la Russie contre l’Ukraine se poursuit, à Kharkiv, en Ukraine, le 8 juin 2022 © REUTERS/Ivan Alvarado



« Tout le monde peut mourir à tout moment. » C’est le nom de notre dernière enquête sur les bombardements aveugles de la Russie sur la ville de Kharkiv en Ukraine. L’utilisation d’armes à sous-munitions, imprécises par nature, a fait des centaines de victimes. Les aires de jeu et les centres d’aide humanitaire ne sont pas épargnés par ces attaques aveugles.

Lire ICI



Russie : Disparition forcée d’une enseignante ukrainienne

Viktoria Andrusha.  © Privé


Les autorités devraient d’urgence confirmer le lieu où elle se trouve et mettre fin aux détentions arbitraires.

Lire ICI

Ukraine : Des frappes russes ont tué de nombreux civils à Tchernihiv

Des débris éparpillés dans une salle de classe de l’école 21 à Tchernihiv en Ukraine, photographiée le 19 avril 2022 ; cette école a été endommagée par une attaque russe menée le 3 mars 2022. © 2022 Belkis Wille/Human Rights Watch


Les deux parties au conflit ont l’obligation de minimiser les souffrances des civils.

Lire ICI


YÉMEN : TROIS ENTREPRISES D’ARMEMENT FRANÇAISES SOUPÇONNÉES DE COMPLICITÉ DE CRIMES DE GUERRE

Des proches se recueillent autour des cercueils de soldats yéménites tués par des frappes aériennes menées par l’Arabie saoudite sur une base militaire touchée par erreur, à al-Abr, à la frontière avec l’Arabie saoudite, july 11, 2015 © REUTERS/Stringer


Inédit. Trois associations portent plainte contre les entreprises d’armement françaises Thalès, Dassault Aviation et MBDA. Ces sociétés devront répondre de leur possible complicité dans les crimes de guerre commis au Yémen. Explications.

Lire ICI

Exactions contre les journalistes

Le baromètre de RSF


Voir ICI

Journaliste français tué en Ukraine : Reporter sans frontières dénonce la « désinformation russe » et pointe la responsabilité de Vladimir Poutine


Après la mort de Frédéric Leclerc-Imhoff, journaliste de BFMTV, Christophe Deloire, le secrétaire général de RSF, estime qu’au total, depuis le début du conflit, cinquante évènements sont qualifiables crime de guerre contre les journalistes.

Lire ICI

UKRAINE

Guerre en Ukraine : un rapport indépendant estime qu’il existe « un risque très sérieux de génocide » des Ukrainiens par la Russie

Une femme ukrainienne visite la tombe de son mari retrouvé dans une fosse commune, à Boutcha, le 12 mai 2022. (HIROTO SEKIGUCHI / YOMIURI / AFP)


La rhétorique de Moscou incite à la destruction du groupe national ukrainien, et légitime les exactions (viols, meurtres de masse…) commises par les soldats russes, selon les experts interrogés.

Lire ICI



Ukraine : la guerre d’agression du Kremlin est aussi une guerre contre l’information


Reporters sans frontières (RSF) a recensé plus de 50 attaques, qualifiables de crimes de guerre, visant les journalistes et les médias depuis le début du conflit en Ukraine. Des crimes qui démontrent que l’armée russe mène une véritable guerre contre l’information. RSF dépose une cinquième plainte auprès du procureur de la Cour pénale internationale et de la procureure générale d’Ukraine.

Lire ICI

UE : Soutenir les efforts pour renforcer la justice internationale

Des drapeaux de l’Union européenne flottent devant le siège de la Commission européenne à Bruxelles, en octobre 2015. © 2015 Reuters


La Journée européenne contre l’impunité met en lumière les opportunités à saisir et les défis à relever.

Lire ICI

Ukraine : Tortures et exécutions subies sous l’occupation russe


Les abus commis par les forces russes dans les régions de Kiev et de Tchernihiv s’apparentent à des crimes de guerre.

Lire ICI

Guerre en Ukraine : « J’avais les mains attachées en permanence dans le dos », confie un Ukrainien déporté en Russie

Un soldat dans une rue de Severodonetsk, dans la région du Donbass, en avril 2022. (RONALDO SCHEMIDT / AFP)


La situation des civils en Ukraine est toujours aussi préoccupante. Selon une responsable du gouvernement ukrainien, cité « plus de 1,19 million de nos citoyens, y compris plus de 200.000 enfants, ont été déportés vers la Fédération de Russie ». Volodymyr, qui travaille dans l’humanitaire, a accepté de témoigner.

Lire ICI

UKRAINE : LES CRIMES DE GUERRE DES FORCES RUSSES DANS LA RÉGION DE KIEV

Bâtiments 429 et 429A qui ont été bombardés le 1er mars 2022 à Borodyanka. Crédit : Amnesty International.


Après une enquête de terrain de douze jours, des dizaines d’entretiens menés et une analyse poussée de preuves matérielles, nos chercheurs publient un nouveau rapport intitulé He’s Not Coming Back’ : War Crimes in Northwest Areas of Kyiv Oblast. Il apporte de nouvelles preuves des crimes de guerre commis par les forces russes dans la région au nord-ouest de Kiev, la capitale de l’Ukraine.

Lire ICI

Ukraine : quand les médias s’intéressent enfin aux civils (FAIR)

Nous traduisons ci-dessous un article paru le 18 mars sur le site de FAIR [1], observatoire des médias étatsuniens. Au moment où tous les médias mettent la guerre en Ukraine à la Une, FAIR compare le traitement de ce conflit avec d’autres impliquant les États-Unis et leurs alliés, notamment en Irak. (Acrimed)

Lire ICI

Ukraine : Les forces russes ont tiré sur des véhicules civils

Le pare-brise criblé de balles de la voiture de Maksym Maksymenko, photographié en avril 2022 à Hostomel, en Ukraine. Les forces russes ont ouvert le feu sur son véhicule le 28 février 2022, alors qu’il tentait d’évacuer la ville avec sa femme, leur jeune fils, sa mère et sa belle-mère. Maksym et sa femme ont été blessés, sa mère a été tuée. © 2022 Richard Weir/Human Rights Watch


Des civils ont été tués près de postes de contrôle alors qu’ils tentaient de fuir des zones de conflit.

Lire ICI

De la difficulté d’enquêter sur les crimes de guerre russes

DES RUINES À BOUTCHA, UKRAINE. PHOTO : IMAGO



Comment collecter les preuves ? Quelles conséquences éventuelles pour les coupables ? Un expert répond à nos questions.

Lire ICI

Crimes de guerre: «Il faut aider les enquêteurs ukrainiens à faire ce travail de documentation, ce sera long»

Un policier après le déterrement d’une fosse commune à Bucha, le 10 avril 2022. (Rafael Yaghobzadeh/Libération)


Pour l’ancien chef de l’Office central de lutte contre les crimes contre l’humanité, le travail d’enquête sur les violences de la Russie envers l’Ukraine doit faire l’objet d’une coopération internationale.

Lire ICI

Ukraine: les enfants victimes de la guerre

Pourquoi Poutine parle-t-il tout le temps des nazis ?


Poutine désigne régulièrement ses ennemis comme des néonazis. (Montage L’Obs)


VIDÉO. A coups de lois mémorielles et de défilés militaires, Vladimir Poutine a façonné un mythe de la victoire soviétique sur les nazis en 1945. Un socle sur lequel il s’appuie désormais pour qualifier ses ennemis de néonazis – une vieille pirouette soviétique – pour justifier son expansionnisme en Ukraine.

Voir ICI

République centrafricaine : Premier procès devant la Cour pénale spéciale

La salle d’audience de la Cour pénale spéciale (CPS) à Bangui, en République centrafricaine. Le premier procès pour crimes internationaux graves commis depuis 2003 dans ce pays s’y ouvrira le 19 avril 2022. © 2021 Inès Laure N’Gopot


Ce tribunal chargé de juger des crimes de guerre est un potentiel modèle de justice que d’autres pays pourraient adopter.

Lire ICI

Conflit en Ukraine: l’armée russe utilise-t-elle le viol comme une arme de guerre ?

Natalya, dont le mari a été tué, crie dans son jardin de Bucha en Ukraine, le 4 avril dernier. Dans les territoires occupés, les récits selon lesquels les Russes tuent les hommes et violent les femmes se multiplient. AP Photo/Vadim Ghirda


Les récits de viols d’Ukrainiennes par des soldats russes se multiplient à Irpin, Boutcha et Hostomel, villes de la banlieue de Kiev. Les violences sexuelles perpetrées par les soldats russes contre les populations civiles sont-elles systématiques en Ukraine ?  Réponses de Véronique Nahoum-Grappe, anthropologue et ethnologue française à l’EHESS,  spécialiste des crimes de guerre et des conflits de ex-Yougoslavie (1990-1999) et de Tchétchénie (1994-1996; 1999-2000). Entretien.

Lire ICI