Dans l’actualité


Londres approuve l’extradition de Julian Assange aux Etats-Unis


Guerre en Ukraine : dans les ruines de Lyssytchansk où les habitants ne « réagissent même plus quand les obus tombent »


Ukraine, Bosnie-Herzégovine : comment reconstruire après la guerre


CARRIÈRE POLITIQUE ET DÉONTOLOGIE: pantouflage au sommet de l’État


Affaire Damien Abad : pourquoi demander aux victimes de violences sexuelles de porter plainte n’est pas si simple


Afrique : Mettre fin aux violations des droits des filles


En Italie, l’avortement légal se heurte à l’objection de conscience


Apple Daily : un an après la fermeture forcée à Hong Kong, sept membres de l’équipe toujours détenus


Palestine : la désinformation au 20h de France 2 continue


LA GRÈCE DOIT ABROGER LA DÉCISION DE CONSIDÉRER LA TURQUIE COMME UN PAYS SÛR

« Je dépends des autres pour faire manger mon fils » : dans le camp grec de Nea Kavala, des migrants toujours sous la menace de la faim

Le camp de Nea Kavala, au nord de la Grèce, en octobre 2021. Crédit : InfoMigrants


À Nea Kavala, rien ne change. Depuis plusieurs mois, de nombreux migrants de ce campement grec, non loin de la frontière macédonienne, n’ont plus accès à la nourriture. C’est le cas de Marie, une mère de famille congolaise et de son fils de 7 ans. Elle et son enfant ont été exclus du dispositif alimentaire. Témoignage.

Lire ICI

« Ni canot, ni gilet de sauvetage » : deux migrants morts noyés après avoir été jetés à la mer par des garde-côtes grecs

Souvent, les garde-côtes grecs placent les migrants dans des radeaux de sauvetage pour les renvoyer en Turquie. Crédit : Compte twitter d’Aegean Boat Report


Selon une enquête menée par plusieurs médias européens, des garde-côtes grecs ont battu puis jeté à la mer trois migrants, sans canot ni gilet de sauvetage, en septembre dernier. Deux d’entre eux sont morts noyés suite à ce refoulement illégal. Un autre homme est porté disparu depuis fin janvier après avoir subi le même sort.

Lire ICI

Grèce : la nouvelle politique d’asile aggrave l’errance des migrants

La neige recouvre un camp de migrants au nord d’Athènes, 24 janvier 2022. Crédit : compte Twitter @PatColon


Depuis le mois d’octobre, la Grèce n’accepte plus que les demandes d’asile déposées sur les îles de la mer Égée. Conséquence : de nombreux migrants sur le continent – arrivés via la frontière terrestre turque – se retrouvent à la rue sans prise en charge, ni solution d’hébergement. Le pays enregistre ces dernières semaines des températures glaciales.

Lire ICI

Le HCR déplore les pertes en vies humaines en mer Égée, avec au moins 31 morts et plusieurs personnes disparues

La côte égéenne en Grèce.   © HCR/Achilleas Zavallis


Le HCR, l’agence des Nations Unies pour les réfugiés, est profondément attristé par le bilan tragique des récents naufrages en mer Égée, en Grèce. Au moins 31 personnes ont perdu la vie dans trois naufrages distincts entre le 21 et le 24 décembre. De nombreuses personnes sont toujours portées disparues.

Lire ICI

Grèce : face aux restrictions, les migrants cherchent d’autres routes


Face à la politique migratoire restrictive mise en place par le gouvernement grec, les migrants se replient sur des routes alternatives. (Image d’illustration). Crédit : AP


Face à la politique migratoire restrictive mise en place par le gouvernement conservateur grec, les migrants et les passeurs cherchent d’autres routes pour entrer en Europe. Un phénomène qui s’observe particulièrement à travers les accidents.

Lire ICI

Et la Grèce redevint exemplaire

par Serge Halimi dans LE MONDE diplomatique

Athènes vient d’offrir un Noël anticipé à ses armées : vingt-quatre avions de combat Rafale et trois frégates dernier cri, en attendant des F-35 et des hélicoptères Sikorsky, sans oublier drones, torpilles et missiles. Les officiers grecs ne seront pas seuls à la fête puisque des groupes d’armement français, Dassault en particulier, comptent au nombre des principaux fournisseurs d’Athènes.

La suite ICI

Des centaines de migrants anonymes enterrés dans un cimetière à la frontière gréco-turque


Le cimetière de migrants anonymes de Sidiro, à la frontière turque. Crédit : InfoMigrants


Depuis plusieurs années, les corps de migrants non-identifiés reposent à Sidiro, un petit village grec à quelques kilomètres de la frontière turque. Beaucoup sont morts noyés en tentant de traverser l’Evros, d’autres sont décédés d’hypothermie ou ont été victimes d’accidents de la route. Il y aurait 200 corps enterrés dans le village, sans nom et sans date.

Lire ICI

Grèce : Koufontinas : « Je continue ! »

Condamné à la perpétuité, Dimitris Koufontinas, membre du groupe révolutionnaire du 17-Novembre , est en grève de la faim depuis le 8 janvier

Le prisonnier a appris par son fils que la demande de suspension de sa peine venait d’être rejetée. Il s’y attendait depuis le début. Il a décidé d’aller jusqu’au bout de sa grève de la faim et de la soif « pour la justice ». Mais de nouveaux obstacles viennent de surgir…

Lire ICI

Grèce : le père de l’enfant mort en mer arrêté pour « mise en danger de la vie d’autrui »

Image d’archives du camp de migrants de Samos. Crédit : InfoMigrants


Lire ICI