Inédit en Chine

De mémoire d’observateurs, c’est du jamais-vu depuis l’occupation de la place Tiananmen en juin 1989. Ce week-end, dans plusieurs villes de Chine, des centaines de personnes sont descendues spontanément dans les rues et ont participé à des manifestations collectives, malgré les risques encourus

Malgré la censure, des dizaines de vidéos ont été postées montrant l’ampleur des mobilisations.

Des manifestants tiennent des feuilles de papier blanc en signe de protestation contre les restrictions liées au coronavirus, à Pékin, le 28 novembre 2022.
Des manifestants tiennent des feuilles de papier blanc en signe de protestation contre les restrictions liées au coronavirus, à Pékin, le 28 novembre 2022. THOMAS PETER / REUTERS

LIRE ICI

D’ici et d’ailleurs


Hébergement d’urgence : le gouvernement maintient « le nombre de places, autour de 197 000 », indique le ministre Olivier Klein


« Un grand affectif », un « homme d’honneur » : des hebdos conquis par Didier Lallement


Nomination d’un ambassadeur aux droits LGBT+ : pas convaincue, la gauche jugera sur pièce


Le génocide des Ouïghours expliqué en BD


RSF active neuf mécanismes de l’ONU pour dénoncer la répression des journalistes en Iran

Ouïgours : le trop tardif réveil des Nations unies


Le temps mis par la haut-commissaire aux droits humains, Michelle Bachelet, à publier le rapport de l’ONU sur la répression dans la région du Xinjiang montre l’emprise qu’exerce la Chine sur les institutions internationales censées défendre les droits fondamentaux.

Lire ICI

« Crimes contre l’humanité » et « preuves crédibles » de tortures : le rapport de l’ONU sur le Xinjiang confirme la persécution des Ouïgours

Manifestation en soutien aux Ouïgours à Paris, le 12 janvier 2020. (SEVGI/SIPA)


Dans un document très attendu, publié mercredi soir, les Nations unies dressent un réquisitoire contre la répression menée par Pékin contre la minorité musulmane dans cette région du nord-ouest de la Chine et appelle la communauté internationale à agir.

Voir ICI

D’ici et d’ailleurs




Grand Paris Express : «Les accidents du travail sont invisibilisés»


La société française Eutelsat doit cesser de collaborer avec la machine de propagande de guerre russe


Égalité femmes-hommes: et maintenant, agir


Sauvons l’édition indépendante et engagée !


Des associations luttant contre l’homophobie déposent plainte contre la ministre Caroline Cayeux après ses propos sur le mariage pour tous, « un dessein qui va contre la “nature” »


Afghanistan : Les filles durement touchées par l’interdiction de suivre des études secondaires


Afghanistan : des fillettes vendues pour survivre


Chine : cinq ans après la mort de Liu Xiaobo, au moins 15 défenseurs de la liberté de la presse en danger de mort dans les geôles chinoises


Dans l’actualité


Des patrons plaident pour la régularisation des travailleurs sans papiers, de Paris au Pays basque


Royaume-Uni : depuis 2020, 82 demandeurs d’asile sont morts dans des logements officiels


Aux Etats-Unis, la Cour suprême limite le pouvoir de l’État fédéral pour lutter contre le changement climatique


Quand le photovoltaïque allemand produit plus que le nucléaire français


Inde : des femmes font barrage à la sécheresse


Vingt-cinq ans après la rétrocession à la Chine, la liberté de la presse à Hong Kong plus menacée que jamais


UKRAINE : L’ATTAQUE DU THÉÂTRE DE MARIOUPOL CONSTITUE UN CRIME DE GUERRE


Attentats du 13-Novembre : contre la terreur, un procès exemplaire


Chine : l’impossible commémoration de la répression de Tiananmen


Depuis la répression sanglante sur la place Tiananmen à Pékin il y a 33 ans, la Chine s’attèle à effacer tout souvenir du drame. Hong Kong faisait exception à la règle jusqu’en 2020. Samedi 4 juin, les Hongkongais qui souhaitaient commémorer l’anniversaire de l’événement, ont dû agir subtilement. Les autorités veillent au grain et ont interdit tout rassemblement.

Lire ICI et ICI

Guerre en Ukraine : RSF dénonce la reprise de la propagande russe par les médias d’État chinois

PHOTO : CCTV4 (Traduction du bandeau d’information : « Comment les États-Unis attisent pas à pas la crise ukrainienne »)


Reporters sans frontières (RSF) dénonce la reprise de la propagande russe par les médias d’État chinois et appelle le public à ne se fier qu’aux informations factuelles publiées par des médias indépendants reconnus.

Lire ICI