Venue de Marine Le Pen à Bergères jeudi : la Journée des plantes « ne prendra jamais un caractère politique », avance l’organisation


L’annonce de la venue de Marine Le Pen à la Journée des plantes de Bergères, ce jeudi, à l’approche des élections européennes, n’a pas manqué de susciter des réactions et même des crispations. « On a reçu beaucoup de messages de gens qui nous disent ne pas vouloir venir, et même une exposante qui vient de se désister. (…) La Région, jusqu’à Strasbourg, m’appelle. Nous ne sommes pas responsables de la venue d’une personnalité politique, insiste Florence Petit, maire de Bergères, qui ne souhaite pas être associée aux couleurs du Rassemblement national. Je suis très contrariée de me dire que ça va gâcher notre fête ».



Visite de Marine Le Pen à Bergères

Dites-le avec des fleurs…

Un jeudi de convivialité et de détente à la campagne ou des politiques en campagne.

Marine Le Pen sera à la traditionnelle journée des plantes à Bergères le 9 mai.

Une visite qui serait officiellement déclarée à titre personnel alors qu’elle est organisée par le RN, comme l’a indiqué la presse locale.

Une visite qui sème le trouble parmi les organisateurs, des exposants fidèles qui ont exceptionnellement annulé leur participation et des visiteurs habituels qui ont informé de leur absence. Une visite qui perturbe la fête.

Personne ne tient à porter atteinte à la liberté de circulation, tout au moins pour les défenseurs des libertés.

En revanche, la journée des plantes n’est pas une tribune pour servir les discours et la propagande de certains. Dès lors qu’une visite d’un responsable politique est placée sous l’égide de son parti, elle ne peut pas être qualifiée de privée, sauf à vouloir entretenir la confusion au mépris des personnes et à cultiver non pas les plantes mais la duplicité sans complexe.

La journée des plantes n’est pas une opportunité, mais un rassemblement local des amoureux de la nature qui souhaitent vivre ensemble en paix, un moment qui mérite le respect de celles et ceux qui en assurent la promotion et qui y participent.

HB et RD

En Belgique, il existe un « cordon sanitaire » dans les médias pour contrer les discours d’extrême droite


Depuis le début des années 1990, la Belgique a mis en place un « cordon sanitaire médiatique » dans lequel l’audiovisuel francophone s’engage à ne pas donner la parole en direct à des partis qui défendent des thèses racistes ou discriminantes. Explications avec le politologue Pascal Delwit.

Voir ICI

Papacito, l’épreuve de la justice


Ce mercredi, le youtubeur figure de l’extrême-droite comparaît en correctionnelle à Paris devant la 17ème chambre du tribunal judiciaire pour « provocation à la haine ». Depuis plus d’un an et demi, la petite commune de Montjoi dans le Tarn-et-Garonne est prise dans une tempête médiatique, qu’il a déclenchée et nourrie. Tout est parti d’un banal conflit de voisinage comme il en existe des milliers. C’était sans compter sur son irruption. Depuis, le village est dans l’œil du cyclone et le maire la cible de menaces. Une mauvais farce devenue cabale politique, qui vaut à son auteur ce rendez-vous avec la justice. Il pourrait signer sa chute.

Lire ICI


Maire de Montjoi attaqué par Papacito : menaces, homophobie, simulation de viol… pourquoi l’influenceur d’extrême droite est jugé ce mercredi

« Le Pen donnée gagnante » : rampe de lancement médiatico-sondagière pour le RN


« Seule alternative crédible », « vote attrape-tout », « grande gagnante des multiples crises sociales » : assurément Marine Le Pen et le RN n’ont pas à se plaindre du matraquage sondagier incessant qui agite le journalisme politique à plus de trois ans de la prochaine élection présidentielle. Après avoir promu, légitimé et mis en scène sous forme de prophétie auto-réalisatrice un duel entre Macron et Le Pen sept années durant [1], ce journalisme d’anticipation nous offre ces derniers jours son nouveau pronostic : une victoire inéluctable de l’extrême droite en 2027.

Lire ICI

Guerre Israël-Palestine : « Nous avons besoin d’un cessez-le-feu immédiat »


Déclaration des principaux membres du Comité permanent interagences (IASC) sur Israël et les territoires palestiniens occupés.

Lire ICI


D’Israël à Gaza : sur BFM-TV, une propagande « en continu »

Les journalistes politiques déjà obnubilés par 2027


Tout au long de l’année, et plus encore depuis la rentrée, les journalistes politiques jouent les oracles en vue de la future élection présidentielle. Au menu : cueillette de « off » indiscrets, dissertations autour d’interviews « exclusives », accompagnement des plans de comm’ de (certaines) rentrées politiques, bavardage sondagier… L’indigestion est proche, mais les professionnels du commentaire, eux, se régalent.

Lire ICI

C’est plus fort que lui, il doit faire le buzz



« Comment peut-on dire qu’ils ne sont pas républicains ? », interroge Nicolas Sarkozy à propos du Rassemblement national


Les propos de Nicolas Sarkozy « pas acceptables », dénonce l’ambassadeur d’Ukraine en France


Financement libyen de la présidentielle de 2007 : Nicolas Sarkozy sera jugé en 2025, annonce le procureur national financier 

 

 

Lycée militaire du Prytanée : quand l’ultradroite déclenche une mutinerie





Au Prytanée national militaire de La Flèche, dans la Sarthe, un petit groupe de lycéens a vandalisé les locaux de l’établissement et blessé plusieurs personnels encadrants. Ils ont été traduits en justice en mai dernier. Quelques articles ont paru dans la presse, mais les faits rapportés ont été plutôt édulcorés. Selon nos infos, il s’agissait d’un petit groupe d’extrême droite qui voulait défier l’autorité
militaire.

Le Prytanée est un monde à part. C’est l’un des six ­lycées de la défense français, qui accueille notam­ment des enfants de militaires au sein de son internat, dont beaucoup embrasseront une carrière dans la grande muette. L’établissement est à la fois sous la direction de l’armée de terre et de l’Éducation nationale. Un monde à part, car, pour l’aborder, il faut apprendre tout un jargon propre à l’établissement, comme « marab », qui désigne l’aumônier militaire, qui, dit-on, a le pouvoir de faire et défaire les réputations de profs ou d’élèves. Autre exemple, le « bordel quartier ». Comprenez : un moment de chahut autorisé par le Prytanée, qui fait partie des « activités de tradition ». La hiérarchie militaire le tolère, tant que cela reste dans un cadre à peu près festif, à base de chants militaires, de déguisements, d’épreuves sportives, de plongée dans des fontaines d’eau froide… Mais cette fois-là, le 24 mars 2022, c’est autre chose qui se passe.En pleine nuit, plusieurs dizaines d’élèves de première et de terminale, masqués et encapuchonnés, ont entrepris de saccager l’établissement. Ils s’en sont pris aux locaux, mais aussi au personnel surveillant l’internat ce soir-là. Bilan : une surveillante a été blessée au poignet et au cou, une autre a reçu un coup au visage, une autre a été bousculée. Des cadres militaires ont été plaqués au sol, roués de coups, certains ont eu plusieurs jours d’arrêt de travail. Côté matériel : 10 vitres ont été brisées, 12 extincteurs endommagés, une fenêtre et trois portes cassées. Étonnamment, certains encadrants auraient eu vent que quelque chose de violent se préparait. On avait alors dit aux élèves de seconde de rester à l’intérieur de leurs quartiers de l’internat et de se barricader, mais les plus grands auraient défoncé les portes. Les élèves se sont alors réfugiés dans le gymnase, des sous-­officiers se sont interposés pour les protéger. C’est à ce moment que plusieurs d’entre eux auraient été frappés. « Ils cherchaient à taper des sous-officiers », précise un proche d’une personne qui travaille au Prytanée. Au lendemain de cette soirée d’émeutes, signe de l’importance de ce qui s’est passé, le général de division Philippe César ­Baldi, commandant la formation de l’armée de terre, s’est rendu sur place pour présenter les excuses de l’armée de terre aux cadres de l’établissement qui avaient été blessés.

Des émeutiers d’ultradroite

À lire les articles sur le sujet dans la presse locale, les mobiles de ce chahut seraient « les 100 jours avant le bac », ou encore la protestation contre une hiérarchie trop dure envers des secondes. Sauf qu’il y a un élément jusque-là passé sous silence dans les médias : les « émeutiers » s’apparenteraient à un petit groupe d’extrême droite. Ces violences se sont déroulées d’ailleurs dans un contexte de campagne présidentielle. « Plusieurs des émeutiers sont proches de Reconquête !, on a vu certains d’entre eux s’investir dans la campagne de Zemmour et coller des affiches », témoigne un enseignant en poste au moment des faits. Stanislas Rigault, porte-parole des jeunes avec Zemmour, n’est pas impliqué lui-même dans ces mutineries, mais il est un ancien du Prytanée, ce qui fait dire à plusieurs enseignants que des liens ont pu être conservés.Plus largement, cette « sédition » est révélatrice d’un problème de fond au Prytanée. « L’établissement est devenu un refuge de lycéens engagés à l’extrême droite, il y en a beaucoup plus qu’avant », témoigne l’enseignant. Ils restent minoritaires, mais « ils ont un pouvoir disproportionné par rapport à leur effectif », m’explique-t-on. La source qui travaille sur place ­affirme avoir vu dans les locaux, outre des affiches pro-Zemmour, des drapeaux sudistes, royalistes, des auto­collants L’Action française, et même une croix gammée. Un autre professeur évoque la présence de « mouvements néofascistes ».

Un colonel « sous le choc »

Nous avons contacté l’armée de terre pour obtenir sa réaction. Le commandant en charge de la communication minimise : il souligne que la qualification d’émeutes est « inappropriée », et assure également qu’il s’agit « avant tout d’un chahut lancé à l’occasion du père Cent [tradition qui veut qu’à 100 jours du baccalauréat les élèves se déguisent, ndlr], traditionnellement bon enfant et qui en l’occurrence, sous l’impulsion de quelques élèves qui se sont mal conduits, a dégénéré ».Pourtant, le chef de corps de l’établissement d’alors, le colonel Emmanuel Dosseur, dénonce lui-même, via un mail envoyé en interne, une action « préparée avec la ferme volonté de défier l’autorité ». Il pointe lui aussi la présence de certains groupes d’élèves : « Il appartiendra au commandement supérieur […] de s’interroger sur le recru­tement de certaines familles d’ultra­conservateurs défiant toute forme d’autorité légitime par principe […] Il y a là un enjeu majeur de la restauration de l’autorité « objective » de la hiérarchie militaire, de l’autorité du professeur, du rôle de l’adulte, etc. » Il se dit « sous le choc », estime avoir été « trahi par une population, heureusement extrêmement réduite, dont nous n’imaginions pas la capacité à se transformer en « black blocs » ». 

Face à cette situation, l’équipe enseignante s’est fracturée. Une partie a demandé un droit de retrait le lendemain, quand d’autres estimaient qu’il n’y avait pas matière à s’inquiéter. Depuis cet événement, plusieurs enseignants ont demandé leur mutation. Pour l’un d’entre eux, ces émeutes étaient un « point de non-retour ». Un autre estime que cette crise était prévisible, que les équipes éducatives ont accepté des « hiérarchies parallèles », certains élèves étant eux-mêmes nommés par exemple « préfets de police ». « C’était une erreur stratégique du commandement de s’allier avec ces groupes-là », dénonce-t-il. Il semblerait aussi, selon le témoignage de plusieurs enseignants, que des élèves se sentent d’autant plus autorisés à agir de la sorte que leurs parents sont des hauts gradés de l’armée. Au-delà de ces violences, certains élèves n’hésitent pas à contester l’enseignement qui leur est dispensé : en cours d’histoire, certains, dans la lignée de Zemmour, affirmeraient que Pétain a sauvé des Juifs. On apprend aussi en discutant avec un enseignant que des élèves ont crevé les pneus d’un prof. « Du vandalisme qu’on imaginerait pas dans un lycée tel que le Prytanée », glisse-t-il.


Des peines faiblardes

Après ces violences, 22 élèves sont passés devant le conseil de discipline. « Ces événements ont été condamnés et sanctionnés fermement par le commandement », nous assure l’armée. Mais quelques-uns auraient été retirés du lycée par leurs parents, avant une éventuelle sanction, pour éviter toute trace dans le dossier scolaire. La direction a par ailleurs porté plainte, et plusieurs élèves ont été poursuivis en justice. Là encore, des parents gradés seraient intervenus auprès des gendarmes en charge de l’enquête pour exercer une certaine pression.En mai dernier, trois anciens élèves, Tugdual, Victor et Margaux, âgés de 19 et 20 ans, ont comparu devant le tribunal du Mans pour « outrage, rébellion et violences ». France Bleu, qui a suivi le procès, rapporte le mea culpa de ces jeunes, qui rêvent toujours d’une carrière militaire. Les peines sont plutôt faibles : soixante-dix heures de travaux d’intérêt général (TIG). On ne peut s’empêcher de comparer ce verdict aux peines beaucoup plus sévères à l’encontre des émeutiers issus des « quartiers populaires », parfois condamnés à de la prison ferme. La procureure d’ailleurs avait requis trois mois de prison avec sursis en plus des soixante-dix heures de TIG. Elle avait mis en avant le profil de « ces jeunes gens de bonne famille qui n’avaient jamais eu affaire à la justice auparavant », comme le rapporte France Bleu. Pauvres petits choux.En septembre prochain, cinq leaders seront jugés devant le tribunal pour enfants, étant mineurs au moment des faits. Une chose est sûre, les généraux « putschistes » qui avaient signé une tribune dans Valeurs actuelles ont trouvé leurs rejetons.  

Laure Daussy

  👉 Du même auteur : Violences policières : un rapport contre le racisme enterré ?

Un article offert par Charlie

Jura : après une distribution de tracts antisémites, la justice ouvre une enquête pour apologie de crime contre l’humanité


La mairie de Clairvaux-les-Lacs avait informé dimanche son intention de porter plainte.

Lire ICI

Attaque au couteau à Annecy : effroi et consternation

Autres questions de fond


Extrême-droite

Le Planning familial de Bordeaux visé par un groupuscule d’extrême droite

Le Planning familial de la Gironde ciblé par un groupuscule d’extrême droite pour la deuxième fois en deux semaines


Racisme

Je suis noire et mon voisin est raciste


Médias

« C ce soir » et « l’affaire » Thomas Portes : ambiance feutrée pour rappels à l’ordre

France Info : naufrage Total

C8 sanctionnée par l’Arcom : les droites contre le droit


Inégalités

Les inégalités sociales, de l’école primaire à la fin du collège

Aissé, 13 ans, morte à cause du mal-logement


Crime environnemental

Infiltration au cœur du trafic illégal de bois entre la France et la Chine

Trafic de bois : l’Etat ferme les yeux sur le pillage des forêts publiques françaises

D’ici et d’ailleurs

Fable cruelle à l’assemblée

dénichée par Jean Camus


Contre-réforme des retraites, éléments de langage médiatique


Enquête sur les mercenaires de la désinformation


TRACEUR GPS, CAMERAS DE SURVEILLANCE… DARMANIN SE LA JOUE FILM D’ESPIONNAGE CONTRE CET ACTIVISTE


Afrique du Sud: communautés et activistes se mobilisent contre un projet gazier de TotalEnergies


Royaume-Uni/États-Unis : L’expulsion de Chagossiens il y a 50 ans, un crime contre l’humanité

D’ici et d’ailleurs


« Violences policières, le combat des familles »


La nouvelle dynamique mondiale des inégalités de revenus


Les femmes LBQ+ sont confrontées à des attaques brutales et à la discrimination généralisée


«Europe Ecologie – Les Bruns», ce site nazi français qui organise l’élection du «sale juif de l’année»


Myriam Bahaffou : «La nature est pétrie d’érotisme»

Faisons battre en retraite les chiens de garde!


Le deuxième tract réalisé par Acrimed à destination des manifestantes et manifestants contre la réforme des retraites. Le premier, distribué pendant les manifestations de janvier, est disponible ici. Des tracts à imprimer et distribuer sans modération !

D’ici et d’ailleurs


Réforme des retraites


Non, le travail n’est pas une « valeur » !


Europe 1 en tenue de combat


A qui profitera le bourbier de la réforme des retraites ?



À Créteil, les gardiens d’immeubles en ont marre


RD Congo : Les atrocités de la rébellion du M23, soutenue par le Rwanda


Hong Kong: 47 militants pro-démocratie jugés pour atteinte à la sécurité nationale


Canada: le Chemin Roxham, l’anomalie administrative à l’origine de la crise migratoire au Québec

Les cheminots mangent-ils les enfants ? Les ressorts d’une propagande malhonnête

Coup de gueule, coup de coeur, coup de blues… Dans cette rubrique diffusée à l’improviste, un journaliste du Média se saisit d’une question d’actualité tout en se gardant bien de se cacher derrière son petit doigt.


Et si Noël était gâché par les grèves parce que les cheminots nous prennent en otage pour les fêtes ? C’est ce que laissent entendre les médias mainstream, le gouvernement et la direction de la SNCF.

Voir ICI

Guerre en Ukraine : le combat des mères et épouses de soldats russes pour obtenir des nouvelles de leurs proches

Vladomir Poutine a reçu le 25 novembre 2022 des mères de militaires envoyés en Ukraine au Kremlin. Le collectif Conseil des mères et des épouses de soldats n’a pas été convié. 
(ALEXANDER SHCHERBAK / SPUTNIK)


Contre la guerre menée par Vladimir Poutine contre l’Ukraine, des voix s’élèvent en Russie. Celles des femmes notamment comme celles du Conseil des mères et des épouses de soldats, un collectif monté par Olga Tsukanova. Elles dénoncent, entre autres, l’opacité de Moscou sur les pertes.

Lire ICI

D’ici et d’ailleurs


Deux canards chez les poulets


Essais nucléaires en Polynésie : l’Etat se livre à une opération de propagande


Brésil : Jair Bolsonaro gracie des agents des forces de sécurité coupables de crimes


Une nouvelle fois, Béziers forcée par la justice à retirer la crèche dans l’Hôtel de Ville

Depuis plusieurs années, Robert Ménard tente d’installer un crèche dans l’enceinte de l’hôtel de ville. Ce que la justice lui ordonne de défaire. (ALAIN ROBERT/SIPA / SIPA)


Le maire de Béziers Robert Ménard, proche du Rassemblement national de Marine Le Pen, compte déplacer la crèche sur le parvis de l’Hôtel de Ville.

Lire ICI

D’ici et d’ailleurs


Au Parisien, barrage à Philippe Martinez, libre antenne pour Emmanuel Macron


Dans la campagne bretonne, 17 travailleurs sans-papiers réduits en esclavage


Salut néonazi et drapeau marocain piétiné : la soirée foot de militants de Reconquête


Législatives en Tunisie: un débat pour parler librement de politique à la veille du scrutin


Pologne : L’érosion de l’état de droit nuit aux femmes et aux personnes LGBT


Les « citoyens du Reich » : ces nostalgiques de l’empire allemand qui veulent renverser la République