Les cheminots mangent-ils les enfants ? Les ressorts d’une propagande malhonnête

Coup de gueule, coup de coeur, coup de blues… Dans cette rubrique diffusée à l’improviste, un journaliste du Média se saisit d’une question d’actualité tout en se gardant bien de se cacher derrière son petit doigt.


Et si Noël était gâché par les grèves parce que les cheminots nous prennent en otage pour les fêtes ? C’est ce que laissent entendre les médias mainstream, le gouvernement et la direction de la SNCF.

Voir ICI

Guerre en Ukraine : le combat des mères et épouses de soldats russes pour obtenir des nouvelles de leurs proches

Vladomir Poutine a reçu le 25 novembre 2022 des mères de militaires envoyés en Ukraine au Kremlin. Le collectif Conseil des mères et des épouses de soldats n’a pas été convié. 
(ALEXANDER SHCHERBAK / SPUTNIK)


Contre la guerre menée par Vladimir Poutine contre l’Ukraine, des voix s’élèvent en Russie. Celles des femmes notamment comme celles du Conseil des mères et des épouses de soldats, un collectif monté par Olga Tsukanova. Elles dénoncent, entre autres, l’opacité de Moscou sur les pertes.

Lire ICI

D’ici et d’ailleurs


Deux canards chez les poulets


Essais nucléaires en Polynésie : l’Etat se livre à une opération de propagande


Brésil : Jair Bolsonaro gracie des agents des forces de sécurité coupables de crimes


Une nouvelle fois, Béziers forcée par la justice à retirer la crèche dans l’Hôtel de Ville

Depuis plusieurs années, Robert Ménard tente d’installer un crèche dans l’enceinte de l’hôtel de ville. Ce que la justice lui ordonne de défaire. (ALAIN ROBERT/SIPA / SIPA)


Le maire de Béziers Robert Ménard, proche du Rassemblement national de Marine Le Pen, compte déplacer la crèche sur le parvis de l’Hôtel de Ville.

Lire ICI

D’ici et d’ailleurs


Au Parisien, barrage à Philippe Martinez, libre antenne pour Emmanuel Macron


Dans la campagne bretonne, 17 travailleurs sans-papiers réduits en esclavage


Salut néonazi et drapeau marocain piétiné : la soirée foot de militants de Reconquête


Législatives en Tunisie: un débat pour parler librement de politique à la veille du scrutin


Pologne : L’érosion de l’état de droit nuit aux femmes et aux personnes LGBT


Les « citoyens du Reich » : ces nostalgiques de l’empire allemand qui veulent renverser la République

308 000 entrées clandestines en Europe depuis janvier ? L’extrême droite ne comprend toujours pas les communiqués de Frontex

A bord du bateau humanitaire «Ocean Viking», le 10 novembre. (Vincenzo Circosta/AP)


Bras droit d’Eric Zemmour, Nicolas Bay s’appuie sur un communiqué de l’agence européenne de surveillance des frontières qu’il comprend de travers.

Lire ICI

Les chasseurs condamnés pour avoir plagié la Ligue pour la protection des oiseaux

Chasseurs, illustration. – Pixnio / USFWS


«Les chasseurs premiers écologistes de France» : le slogan avait fait bondir la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) en août 2018 quand elle avait découvert la campagne de communication menée par la Fédération nationale des chasseurs. Pour l’association, cette campagne «volontairement provocatrice» utilisait des visuels «fortement inspirés de la charte graphique de la LPO».

Lire ICI

D’ici et d’ailleurs


“L’Appel du 2 novembre” : avec RSF, huit procureurs s’engagent contre l’impunité des crimes visant les journalistes


L’affirmation douteuse de Macron sur le rôle de l’immigration illégale dans la moitié des délits commis à Paris


Démobiliser et disqualifier : le refrain médiatique des conflits sociaux


Dérives sectaires : les saisines de la Miviludes atteignent un nouveau record


Syrie : Des résidences civiles démolies lors d’une opération sécuritaire


RSF et Propuesta Cívica déposent plainte à l’ONU pour la disparition de journalistes au Mexique


Méditerranée : près de mille rescapés attendent un port sûr

Un journalisme de préfecture



Le Nouveau Monde -Tableau de la France néolibérale a paru aux éditions Amsterdam le 10 septembre 2021. Ce livre collectif accorde notamment une large place à la critique des médias et des industries culturelles. Nous publions ici un chapitre (Acrimed).

Lire ICI

Affaire Lola : l’extrême droite en roue libre


Lyon, Paris, Montpellier, Rennes : un peu partout en France, l’extrême droite la plus violente s’est manifestée la semaine dernière. Plus aucun filtre, plus aucune volonté de maintenir un semblant de respectabilité : des nervis, parfois très jeunes, expriment librement leur haine et leur violence. A Rennes, fief de gauche, des bagarres ont opposé néofascistes et antifas. Un militant d’extrême droite a failli être lynché.

Lire ICI



Les faits divers et l’exploitation politique, une longue tradition française


Bien avant la récupération par l’extrême droite du meurtre de Lola, 12 ans, le 14 octobre, à Paris, de nombreux faits divers médiatisés ont déclenché la mobilisation très intéressée du milieu politique.

Lire ICI

Les plateformes ne doivent pas devenir les jouets des grandes fortunes

Logo de l’application du réseau social Parler sur l’écran d’un téléphone portable avec une photo du rappeur américain Kanye West  RSF/AFP

Après avoir vu certains de ses propos retirés d’Instagram et Twitter, le rappeur et homme d’affaires Kanye West, qui se fait désormais appeler Ye, a fait part de son projet de détenir son propre réseau social, comme Elon Musk ou Donald Trump. Reporters sans frontières (RSF) s’inquiète de l’émergence de ces nouveaux magnats des réseaux sociaux, et rappelle que les plateformes ne devraient jamais être inféodées aux desideratas des divas du web.

Lire ICI

Russie: vingt ans de prison supplémentaires pour l’opposant Vladimir Kara-Mourza?

Vladimir Kara Murza à Moscou, le 29 janvier 2016. © AP – Dmitri Beliakov


Vladimir Kara-Mourza est l’une des dernières figures emblématiques de l’opposition restée en Russie. Placé derrière les barreaux au printemps dernier après avoir été accusé de discréditer l’armée, il est selon plusieurs médias russes depuis ce jeudi 6 octobre accusé également de haute trahison et encourt vingt ans de prison supplémentaires. 

Lire ICI

Russie: la journaliste Marina Ovsiannikova sur la liste des personnes recherchées

Marina Ovsiannikova avait interrompu en direct le journal télévisé d’une des principales chaînes russes. (DR)


Connue pour avoir brandi une pancarte en défaveur de la guerre en Ukraine à la télévision russe qui l’employait au tout début du conflit, la journaliste Marina Ovsiannikova, 44 ans, a été placée sur la liste des personnes recherchées en Russie, selon une notice consultée ce lundi par l’Agence France-Presse. Le site du ministère russe de l’Intérieur indique que Mme Ovsiannikova est recherchée dans le cadre d’une affaire pénale. Elle avait été inculpée en août pour « diffusion de fausses informations » sur l’armée russe, un crime passible de dix ans d’incarcération, et était depuis lors assignée à résidence.

L’extrême droite française offre sa caution aux référendums russes en Ukraine


Xavier Moreau, André Chanclu, Yvan Benedetti ou encore Arnaud Develay… Plusieurs figures de l’extrême droite radicale et du complotisme hexagonal ont fait le déplacement côté russe pour jouer le rôle d’«observateurs étrangers» des référendums d’annexion organisés par Moscou dans le Donbass.

Lire ICI

D’ici et d’ailleurs



Calais : nouvelles accusations de violences policières contre des migrants


Système ARENH : « Une arnaque à 8 milliards »


États-Unis: un juge du Texas conteste l’obligation de rembourser des médicaments anti-sida


En Suisse comme ailleurs, les mouvements pro-vie gagnent du terrain


Désinformation et propagande de guerre russe diffusées par Eutelsat : RSF saisit l’ARCOM


Syrie : Les enfants handicapés manquent de protection


Éducation: cinq écoles pour filles ont rouvert dans l’est de l’Afghanistan

RUSSIE : DES LOIS POUR RÉDUIRE AU SILENCE LES VOIX ANTI-GUERRE

Vue de la prison de l’artiste russe Aleksandra Skochilenko, compositrice et artiste de Saint-Pétersbourg détenue depuis juin 2022 pour ses actions anti guerre / © Amnesty International


Alors que la Russie poursuit sa guerre contre l’Ukraine, elle mène également une bataille sur le « front intérieur ». Les cibles : les étudiants, avocats, journalistes, artistes s’exprimant contre la guerre en Ukraine. Beaucoup sont aujourd’hui en prison. Analyse de l’arsenal législatif déployé par le Kremlin pour faire taire les voix critiques.

Lire ICI

La presse sous pression au Brésil- RSF analyse les attaques en ligne contre les journalistes pendant les élections présidentielles


Ces dernières années, les insultes, menaces et campagnes de harcèlement se sont intensifiées contre les journalistes et les médias au Brésil, notamment de la part des autorités publiques, de la classe politique et de ses supporters. Les réseaux sociaux, utilisés comme caisse de résonance, sont devenus un terrain miné. Cette tendance a un impact négatif non seulement sur le travail et la vie personnelle des journalistes, mais aussi sur le débat public et la liberté de la presse dans le pays.

Lire ICI

Extrême-droite

Fiasco du Stade de France: quand l’extrême droite déverse sa haine raciste

Sur les grilles menant au Stade de France, samedi soir. (Christophe Ena/AP)


La fachosphère n’a pas tardé à instrumentaliser les incidents en marge de la finale de la Ligue des champions pour cibler immigrés et musulmans. A ce petit jeu, le théoricien du «grand remplacement» Renaud Camus et le youtubeur Papacito se sont particulièrement distingués.

Lire ICI




En Ukraine, l’extrême droite française joue la carte de l’humanitaire

COM’ ET SOUTIEN TRÈS CIBLÉ


Depuis le début de l’invasion russe, une partie de l’extrême droite française met en scène son engagement humanitaire sur la zone. Mais que font-ils vraiment là-bas ?

Lire ICI

UKRAINE

Guerre en Ukraine : un rapport indépendant estime qu’il existe « un risque très sérieux de génocide » des Ukrainiens par la Russie

Une femme ukrainienne visite la tombe de son mari retrouvé dans une fosse commune, à Boutcha, le 12 mai 2022. (HIROTO SEKIGUCHI / YOMIURI / AFP)


La rhétorique de Moscou incite à la destruction du groupe national ukrainien, et légitime les exactions (viols, meurtres de masse…) commises par les soldats russes, selon les experts interrogés.

Lire ICI



Ukraine : la guerre d’agression du Kremlin est aussi une guerre contre l’information


Reporters sans frontières (RSF) a recensé plus de 50 attaques, qualifiables de crimes de guerre, visant les journalistes et les médias depuis le début du conflit en Ukraine. Des crimes qui démontrent que l’armée russe mène une véritable guerre contre l’information. RSF dépose une cinquième plainte auprès du procureur de la Cour pénale internationale et de la procureure générale d’Ukraine.

Lire ICI

« A l’aéroport, tout le monde passe. Sauf moi » : les coulisses du reportage de notre journaliste en Russie

Notre reporter Natacha Tatu raconte son reportage en Russie. Derrière, la façade de l’opéra de Voronej, en Russie, est recouvert du signe « Z », symbole de soutien à la guerre en Ukraine. (Montage l’Obs/Patrick Wack/Inland)


Six ans après un premier reportage à Voronej, en Russie, notre journaliste Natacha Tatu est retournée dans cette ville d’un million d’habitants marquée par un fort soutien à Vladimir Poutine. Elle raconte face caméra les coulisses de son voyage et les difficultés à interroger des Russes muselés par la peur et manipulés par la propagande.

Voir ICI