Égypte : Des réfugiées victimes d’abus sexuels ne parviennent pas à obtenir justice

Une femme réfugiée en Égypte et ayant subi des agressions sexuelles dans ce pays, photographiée au Caire le 16 octobre 2019. Son visage est dissimulé pour protéger son identité. © 2019 Reuters


La police s’abstient souvent de mener des enquêtes ou d’assurer un suivi adéquat.

Lire ICI

Journée contre les violences faites aux femmes à Troyes

Sur le parvis de l’hôtel de ville. Photo HB

Les associations organisatrices ont fait preuve d’un sens de l’organisation sans faille au rassemblement d’environ 200 personnes aujourd’hui à Troyes.

Le LDH était également présente à la projection du documentaire « Riposte Féminine » au cinéma CGR ce jeudi 17 novembre.

La mobilisation eût mérité pour l’une comme pour l’autre une présence plus massive car nous sommes réellement tou(te)s concerné(e)s, par ce fléau des violences faites aux femmes.

En 2021, 32 des 122 femmes tuées avaient déjà été victimes de violences alors que 74 % d’entre elles l’avaient signalé auparavant aux forces de l’ordre, toujours selon les données publiées par la place Beauvau. (Source)

En 2022 (à ce jour et a minima), on dénombre 100 féminicides par (ex)compagnons (+15 tiers dont 9 enfants), dont 84 femmes tuées à leur domicile…(Source)


RD

Abus et agressions sexuels dans le foot féminin : la Fédération américaine confrontée à une pratique « systémique »

L’équipe nationale des Etats-Unis, emmenée notamment par Alex Morgan et Megan Rapinoe avant la rencontre de Coupe du monde contre la France, au Parc des Princes, à Paris, le 28 juin 2019. LIONEL BONAVENTURE / AFP


Une enquête avait été diligentée il y a un an par la fédération (USSF), dans le sillage, d’accusations d’agressions sexuelles contre l’entraîneur anglais Paul Riley, licencié par le North Carolina Courage. Le rapport évoque des « abus enracinés » dans le football féminin.

Lire ICI

Sohane, morte brûlée vive dans une banlieue parisienne, il y a vingt ans

Une stèle érigée dans la cité Balzac à Vitry-sur-Seine, rend hommage à Sohane Benziane, brûlée vive le 4 octobre 2002.  ©DR


Sohane Benziane est morte brûlée vive dans un local à poubelle d’une cité, à Vitry-sur-Seine, le 4 octobre 2002. Elle avait 17 ans. Ce premier crime sexiste reconnu par la justice mettait en lumière la condition des filles des quartiers populaires, en proie au machisme, au sexisme et à la violence. Vingt ans plus tard, le combat contre les féminicides continue.  

Lire ICI

Violences sexistes et sexuelles en politique : « Pas une de plus ! »

« Les agresseurs et auteurs de violences ne peuvent représenter nos combats politiques et nous refusons catégoriquement de militer avec des hommes auteurs de violences, ou leurs ami·e·s complices », lancent les 500 signataires de cette tribune de #RelèveFéministe dans Libération.  (Ici, photo de la manifestation de novembre 2021 à Paris)
©IM/Terriennes


Face aux récentes affaires de violences sexistes et sexuelles qui secouent le monde politique français, 500 militantes féministes signent une tribune dans le quotidien Libération. Élues, écrivaines, chercheuses, citoyennes engagées, toutes dénoncent « une solidarité masculine qui protège les agresseurs ». Une situation qui « n’est plus tenable », estime l’historienne Mathilde Larrere, l’une des signataires du texte. 

Lire ICI

Les plaintes pour violences sexuelles en hausse de 30% à Paris en 2022

Le nombre de plaintes pour violences sexuelles déposées à Paris a progressé de 30% par rapport à 2021 afp.com – JOEL SAGET


Le nombre de plaintes pour violences sexuelles déposées à Paris a progressé de 30% par rapport à 2021, a annoncé jeudi la procureure de la République de Paris Laure Beccuau sur franceinfo.

Lire ICI

Accidents et maladies du travail : pourquoi les femmes sont de plus en plus touchées

Caissière (2007) ©flickr


En baisse chez les hommes ces vingt dernières années, les accidents du travail connaissent, chez les femmes, une nette progression. Désormais, plus du tiers des accidents du travail concerne une femme, selon l’Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail. Décryptage d’une assymétrie avec Florence Chappert, spécialiste du genre.

Lire ICI

Dix ans après, l’impact de l’affaire Jacqueline Sauvage, victime et coupable

La mobilisation pour la libération de Jacqueline Sauvage défie le temps…
Facebook https://www.facebook.com/events/369922580008741/


C’était un 10 septembre. Il y a tout juste dix ans. Victime durant des décennies de violences récurrentes, Jacqueline Sauvage tuait son mari de trois coups de fusil de chasse dans leur maison située dans un petit village du Loiret. Jugée, condamnée, emprisonnée, elle sera finalement totalement grâciée sur décision présidentielle, en 2017, cinq ans avec de décéder. Retour sur l’histoire de celle qui est devenue, malgré elle, symbole de la lutte contre les violences conjugales en France.

Lire ICI

«L’école est le premier lieu de cristallisation du sexisme»


Une intervention au sein du collège Camille-Claudel de Villepinte (Seine-Saint-Denis) de l’association En avant toute(s), dont le programme vise à «susciter la parole chez les collégiens pour lutter contre les inégalités filles-garçons et prévenir les violences conjugales», en mai 2021. (Marie Rouge/Libération)


La présidente du Haut Conseil à l’égalité enjoint les pouvoirs publics à mettre sur pied «un plan d’urgence de l’égalité à l’école» pour cette rentrée, et à impliquer davantage les établissements dans la lutte contre les violences et les discriminations sexuelles.

Lire ICI

L’esclavage contemporain, un fléau tenace pour les minorités dans le monde entier

Des hommes rohingyas travaillent au milieu d’un canal d’eaux usées dans le camp de réfugiés de Kutupalong à Ukhia (Bangladesh), en mars dernier. (Munir uz zaman/AFP)


Esclavage traditionnel ou sexuel, travail forcé, mariage d’enfants… Des Ouïghours aux Rohingyas, du Mali à la Serbie, nombre de minorités subissent des formes d’exploitation, souligne Tomoya Obokata, rapporteur de l’ONU sur l’esclavage contemporain.

Lire ICI

Somalie : un média 100% féminin pour dénoncer les violences sexuelles

Bilan media est le premier média féminin en Somalie, un pays où aucune loi ne punit les violences sexistes et sexuelles.  ©bilan media/twitter


Bilan Media, c’est le nom de ce nouveau et premier média 100% féminin en Somalie. Six femmes journalistes composent l’équipe. Reportages, enquêtes, interviews : leur objectif est de mettre en lumière la situation des femmes dans la très conservatrice société somalienne. Parmi les sujets les plus tabous : les violences sexistes et sexuelles, contre lesquelles aucune loi n’existe. 

Lire ICI

Pétition pour la défense des droits reproductifs des femmes

« Faire face », un livre de photographie sur les violences conjugales


Comment parler des violences conjugales, comment mettre des vies sur les chiffres ? En France, une femme est assassinée tous les trois jours par son compagnon ou son ex-compagnon. Camille Gharbi, photographe, a décidé de montrer cette réalité en images dans son livre Faire face

La pression se maintient sur le gouvernement dans l’affaire Abad: «On oublie souvent la présomption de sincérité» des plaignants

La ministre de la Santé, Brigitte Bourguignon, et le ministre des Solidarités, Damien Abad, accusé de viol, samedi à Paris. (Geoffroy van der Hasselt/AFP)


Aux micros des matinales, les réactions gênées ou carrément révoltées se sont succédé ce mercredi matin alors que le ministre des Solidarités reste solidement accroché à son poste malgré les accusations de viol qui le visent.

Lire ICI

Handicapées, elles portent plainte pour des violences sexuelles et sont très mal reçues par la police

MOQUERIES, DÉNIGREMENTS, REFUS DE PLAINTE…


202 personnes handicapées ont répondu à notre questionnaire sur les violences sexuelles et leurs prises en charge par les forces de l’ordre. Le constat est accablant : peu vont porter plainte et quand elles le font, ça se passe souvent mal.

Lire ICI

« On va chercher à en tirer profit » : les femmes plus vulnérables que les hommes sur la route de l’exil

Dans les centres de détention de Libye, les femmes risquent à tout moment d’être vendues à des réseaux criminels. Crédit : AP Photo/Yousef Murad


Quelques jours après l’offensive russe sur l’Ukraine, des centaines milliers de personnes ont quitté le pays, direction les frontières polonaises, roumaines ou hongroises. En grande majorité, des femmes et des enfants, partis de chez eux avec seulement quelques affaires. Galina, rencontrée par InfoMigrants, a fui Kiev pour Zahony, en Hongrie, avec son fils de 8 ans, Pasha. Mais sur le chemin, les épreuves qui l’attendent sont nombreuses. Ekrame Boubtane, économiste et spécialiste des migrations internationales, détaille pour InfoMigrants les menaces spécifiques auxquelles sont confrontées les exilées, notamment la prostitution ou le chantage sexuel.

Lire ICI

« Mon chef me touche les fesses » : les élèves des écoles hôtelières formés contre les violences en cuisine

Les cheffes cuisinières Manon Fleury (à gauche) ett Laurène Barjoux (à droite) devant une classe du lycée hôtelier Jean Drouant à Paris © Radio France / Faustine Calmel


Depuis quelques années, de rares chefs ou anciens employés de la restauration dénoncent les injures, les coups, voire les agressions sexuelles dans les cuisines. Pour alerter les futurs professionnels sur le sujet, l’association Bondir.e, créée par de jeunes cheffes trentenaires, intervient dans les écoles hôtelières.

Lire ICI

Les violences sexuelles ont fortement augmenté en 2021

(Illustration François Destoc)


Les violences sexuelles ont fortement augmenté de 33 % en 2021, en France, selon les chiffres provisoires dévoilés par le ministère de l’Intérieur.

Lire ICI

POUR UNE RECONNAISSANCE EFFECTIVE DES MOTIFS D’ASILE PROPRES AUX FEMMES, AUX FILLES ET AUX PERSONNES LGBTIQA+



Les violences sexuelles et sexistes (notamment les violences domestiques, l’exploitation sexuelle, le mariage forcé, les mutilations génitales, la traite, les législations discriminatoires, la répudiation, la privation de leurs enfants) poussent de nombreuses femmes, filles et personnes LGBTIQA+ à fuir leur pays et à demander l’asile en Europe.

SIGNEZ LA PÉTITION FÉMINISTE EUROPÉENNE

L’ampleur des violences conjugales chez les 12-24 ans mesurée dans cette enquête


Près d’une femme hétéro sur deux, de 12 à 24 ans, affirme avoir déjà été insultée par son ou sa partenaire. REALPEOPLEGROUP VIA GETTY IMAGES


Insultes, dévalorisation, menaces au sein du couple… les adolescentes et jeunes adultes sont 40% à craindre que leur partenaire ne révèle leur intimité à leur entourage ou sur les réseaux sociaux.

VIOLENCES – L’âge ne change rien au problème. Les plus jeunes, commençant à goûter au plaisir de se mettre en couple, ne sont pas épargnées par les violences psychologiques, exercées par leur partenaire.

Lire ICI