Un proprio met illégalement une famille à la rue puis la police la place en garde à vue

PAS DE TRÊVE HIVERNALE POUR EUX

Diawo, Inaya et leurs deux enfants ont été expulsés illégalement du squat qu’ils occupaient. Pour les aider, un voisin appelle la police… qui les a placés en garde à vue.

Lire ICI

« Le spécialiste de la location de luxe dans les Alpes » refuse de louer aux gens du voyage



Le groupe Alpine Collection, spécialiste des locations de luxe dans les stations de ski ne veut plus de « gitans » dans ses logements. Il a mis en place un système de discrimination illégal. Enquête.

Lire ICI


« On pensait qu’ici, c’était le paradis » : une centaine de mineurs isolés vivent dans un tunnel à Paris


Une centaine de mineurs étrangers vivent dans un tunnel, dans le nord de Paris. Crédit : InfoMigrants


Ils s’appellent Amadou, Adama ou encore Alassane. Ils n’ont pas 18 ans et sont venus en France dans l’espoir d’une vie meilleure. Mais après le rejet de leur minorité par l’État, ils n’ont bénéficié d’aucune prise en charge. Depuis deux mois voire plus, ils vivent dans un tunnel, sous le périphérique parisien, dans des conditions insupportables.

Lire ICI

En Ile-de-France, les campements ont disparu, pas les migrants



José a beau tenir sa main pour l’empêcher de trembler, il peine à masquer sa nervosité. Depuis un mois, il a un toit. Mais dans le squat de banlieue parisienne qu’il partage avec 250 autres migrants africains, il parvient tout juste à « ne pas devenir fou ».

Lire ICI

40 % des femmes victimes de violences conjugales sans solution adaptée pour fuir leur conjoint


7 820, c’est le nombre de places adaptées à la situation de ces femmes en détresse. | OUEST FRANCE


Malgré les efforts déployés depuis le Grenelle contre les violences conjugales de 2019, un nombre encore trop important de victimes ne se voit pas proposer d’accompagnements adaptés pour les aider à fuir leur conjoint selon la Fondation des femmes.

Lire ICI

Migrants : intervention de la police contre l’installation de tentes devant l’hôtel de ville de Paris


La police est intervenue sur la place de la Libération, devant l’hôtel de ville de Paris (illustration). / © LUDOVIC MARIN / AFP


Alors que l’association d’aide aux migrants Utopia 56 a organisé une manifestation sur l’Esplanade de la Libération, afin de réclamer « un hébergement digne » pour plusieurs dizaines de personnes SDF, la préfecture de police de Paris est intervenue.

Lire ICI

Les SDF avaient, en moyenne, une espérance de vie de 48 ans en 2020, selon un recensement du collectif Les morts de la rue


Des SDF à Lyon (Rhône), le 27 octobre 2021. (MAXPPP)


Dans le reste de la population française, l’espérance de vie est en moyenne de 79 ans.

C’est un décompte difficile à établir. Les personnes sans domicile fixe, dont la mort a pu être recensée en 2020, sont en moyenne décédées à l’âge de 48 ans, contre 79 ans pour le reste de la population, selon un décompte publié mercredi 27 octobre par le collectif Les morts de la rue (PDF), qui analyse ces décès chaque année. 

Lire ICI

Impayés de loyer : « La crise sanitaire a fait bouger les lignes »


(Photo d’illustration François Destoc/Le Télégramme)


Trois propriétaires sur dix déclarent avoir déjà été confrontés à des impayés de loyer. Mais la crise sanitaire a eu le mérite de provoquer une prise de conscience et de modifier les comportements.

Lire ICI

Incendies dans les bidonvilles de Montpellier : les associations dénoncent « des méthodes fascistes »

Outre le sort de ces populations plongées dans la misère, c’est la « violence » dont elles font l’objet que dénonce un collectif d’associations, de syndicats et de militants à l’appel de La Ligue des Droits de l’Homme, après trois incendies en moins d’un mois touchant des bidonvilles de Montpellier, le dernier le jeudi 16 septembre.

Montpellier : quatre caravanes détruites par le feu dans un bidonville -  midilibre.fr

La Présidente de la Ligue des Droits de l’Homme de Montpellier dénonce « des méthodes fascistes: mettre le feu à des hébergements la nuit pour faire partir des gens dont on pense qu’ils ne sont pas dignes de la même humanité que nous. On demande que ces procédés cessent, la fin des incendies, des expulsions, un hébergement digne pour tous, que ces gens qui ont fait des dossiers SIAO (hébergement d’urgence) puissent accéder au logement social, ce qui leur est refusé. Des familles ont peur de mourir dans une caravane qui brûle »

Lire ICI

Comment la législation française bafoue le droit au logement des « gens du voyage »

Ségrégation, discriminations, répression : l’Observatoire pour le droit des citoyens itinérants montre dans un rapport que la France exclut les voyageuses et voyageurs du droit au logement et des politiques urbaines.

https://i2.wp.com/www.humanite.fr/sites/default/files/images/183402-caravanes-de-gens-du-voyage-le-19-aout-2010-a-chaumont.jpg?w=680&ssl=1
Dans un rapport rendu public le 15 septembre, l’Observatoire pour le droit des citoyens itinérants (ODCI) démontre que la France bafoue largement le droit au logement des voyageuses et voyageurs.

Lire ICI