Nouvelle réforme du chômage : les règles applicables au 1er juillet seront fixées par décret


L’Assurance chômage a, ces dernières années, fait l’objet de nombreuses réformes. L’une amorcée en 2019, l’autre adoptée fin 2022. Et ce n’est pas terminé ! Une nouvelle convention chômage a été signée fin 2023. Elle est en attente d’agrément. En attendant, les règles actuellement applicables ont été prolongées jusqu’au 30 juin 2024. Mais pour compliquer encore davantage les choses, Gabriel Attal a annoncé qu’il y aura bien, encore, une nouvelle réforme de l’Assurance chômage. En raison de l’échec des dernières négociations sur l’emploi des seniors, le Gouvernement va reprendre la main. La réforme devrait intervenir par décret. Voici un point sur les règles applicables jusqu’au 30 juin 2024 et les pistes envisagées à compter du 1er juillet.



DES CHIFFRES ET DES ÊTRES


Au moment où bénéfices et dividendes battent tous les records, Macron, Attal et Le Maire ont eu une idée géniale pour trouver de l’argent, et marcher en chantant vers le « plein-emploi » : taillader davantage encore les droits des chômeurs.
Contre toute logique économique et sociale, contre les faits et les études, mais par pure idéologie. Avec un mantra en guise d’argument : « ça fonctionne. » Le chômage, ça y est, ils en seraient venus à bout, ou presque. Comme eux ne rencontreront jamais les victimes de leurs décisions, on est allé les voir. On s’est plongé dans les chiffres.
Et la réalité est légèrement différente de celle qu’ils nous vendent.

Le gouvernement n’exclut pas de « sanctuariser » certaines périodes sans grève, par exemple pendant les vacances scolaires


« On peut s’interroger sur le recours au droit de grève quand on a une mission de service public », a déclaré sur Sud Radio Marie Lebec, ministre déléguée des Relations avec le Parlement.

Lire ICI

Droits sociaux: doutes et inquiétudes


Le versement du RSA sera conditionné à 15 à 20 heures d’activité, confirme Borne


Emmanuel Macron annonce un plan pour le handicap, les associations circonspectes

RETRAITES : NON À UNE NOUVELLE RÉGRESSION DES DROITS SOCIAUX

Communiqué national:


Dans l’Aube

Les unions départementales de tous les syndicats appellent les Aubois à les rejoindre ce jeudi 19 janvier pour manifester contre la réforme des retraites annoncée.

  • à 10 h à Troyes devant la Bourse du Travail (place Jean-Jaurès),
  • à 14 h à Romilly-sur-Seine (Bourse du Travail)
  • à 15 h 30 à Bar-sur-Aube (place de l’Hôtel de ville).

Ailleurs dans le monde


Togo : le Comité régional de l’OMS pour l’Afrique aborde la sécurité sanitaire et la gestion des urgences


Égypte : les femmes dénoncent un système judiciaire et social qui ne les protège pas


L’exode massif des Rohingya de Birmanie vers le Bangladesh


2022, année la plus meurtrière de l’histoire pour les journalistes au Mexique

L’extension du domaine de l’amende forfaitaire délictuelle, une bascule irresponsable et des plus dangereuses

Au moins dix milliards d’euros d’aides sociales ne seraient pas réclamés chaque année en France

Au moins dix milliards d’euros d’aides sociales ne seraient pas réclamés chaque année en France


De nombreux Français ne réclament pas les aides sociales auxquelles ils ont pourtant droit.

Lire ICI

La Défenseure des droits dénonce un discours visant à « rogner sur les droits » des étrangers et plus pauvres

« On entend une petite musique qui suggère que la solution aux problèmes que l’on rencontre serait de rogner sur les droits, les droits des étrangers, les droits sociaux, notamment des plus pauvres », a déclaré Claire Hédon.

« En désignant des boucs-émissaires (si vous souffrez, c’est parce que d’autres ont des droits) on finit par légitimer les discriminations, les inégalités, les exclusions ». 

La Défenseure des droits Claire Hédon à l'Elysée, à Paris, le 17 octobre 2017.  (LUDOVIC MARIN / AFP)
 450 délégués du Défenseur des droits se sont réunis lors d’une convention à Paris.

Lire ICI