Élections au Brésil : le vote des femmes pourrait faire la différence


C’est un électorat stratégique et elles pourraient faire basculer l’élection du 2 octobre. Au Brésil, les femmes représentent 53% des 82 millions d’électeurs qui composent l’électorat du pays. Pourtant, elles n’occupent que 17% des sièges au Sénat et sont confrontées au manque de moyens dans leur campagne. Reportage à Rio de Janeiro de Perrine Juan et Julia Courtois. 

Italie : Aboubakar Soumahoro, porte-voix des ouvriers agricoles, élu député

Aboubakar Soumahoro lors d’une manifestation en soutien aux migrants. Crédit : ANSA


De justesse, le militant d’origine ivoirienne a été élu député lundi 26 septembre, sauvé par le vote à la proportionnelle.

Lire ICI

Une nouvelle suggestion de lecture


Voir ICI

D’ici et d’ailleurs

Marseille : une cinquantaine de migrants mineurs isolés installent leurs tentes sur la Canebière


Le second sommet pour l’information et la démocratie se réunit à New York le 22 septembre 2022


Ukraine: un employé de l’OSCE condamné à treize ans de prison par les séparatistes pro-russes


Les Iraniens bouleversés par la mort d’une femme arrêtée par la police des mœurs


Angola : les enfants des rues de Luanda, visages d’un pays miné par les inégalités


ARGENTINE : IVG, LA RÉVOLUTION DES FEMMES


Quelles sont les limites au droit (menacé) de manifester ?



Aujourd’hui, nous allons parler du droit de manifester. En effet, la crise de confiance affectant les institutions engendre, dans une logique d’autoprotection de ces dernières, un durcissement législatif et réglementaire affectant gravement les libertés fondamentales. Au nombre de ces libertés, figure la liberté de manifestation, encore menacée, en mai 2021, par l’adoption de la loi pour une sécurité globale ou, plus anciennement, en 2019 par la loi visant à renforcer et garantir le maintien de l’ordre public lors des manifestations. L’instrumentalisation de législations des régimes d’exception, dont les états d’urgence antiterroristes puis sanitaires, a également contribué à fragiliser ce droit. Un certain nombre de pratiques policières, dont celle de la nasse, pourtant jugée illégale par le Conseil d’État, finissent de le mettre en péril. Aujourd’hui On a même pu voir de nombreuses manifestations avec un nouveau concept : la nasse mobile. Les manifestants sont encadrés par les forces de l’ordre de bout en bout et celles-ci décident concrètement quand un manifestant peut entrer ou sortir du cortège.

Lire ICI

Avortement : la Hongrie désavouée par le Parlement européen après une loi sur l’accès à l’IVG

L’hémicycle du Parlement européen, à Strasbourg (Bas-Rhin), le 6 juin 2022. (DURSUN AYDEMIR / ANADOLU AGENCY / AFP)


Depuis jeudi, un décret oblige les Hongroises qui désirent avorter à écouter les battements de cœur du fœtus.

Lire ICI

D’ici et d’ailleurs


Les catholiques antirépublicains de la Fraternité Saint-Pie-X


Depuis l’invasion de l’Ukraine, la répression des journalistes s’intensifie en Crimée annexée


Le journaliste vietnamien Le Anh Hung condamné à cinq ans de prison pour “abus de libertés démocratiques”


Myanmar : Décès d’activistes lors de leur détention

La presse sous pression au Brésil- RSF analyse les attaques en ligne contre les journalistes pendant les élections présidentielles


Ces dernières années, les insultes, menaces et campagnes de harcèlement se sont intensifiées contre les journalistes et les médias au Brésil, notamment de la part des autorités publiques, de la classe politique et de ses supporters. Les réseaux sociaux, utilisés comme caisse de résonance, sont devenus un terrain miné. Cette tendance a un impact négatif non seulement sur le travail et la vie personnelle des journalistes, mais aussi sur le débat public et la liberté de la presse dans le pays.

Lire ICI

Intelligence artificielle : l’UE investit dans des technologies « à haut risque » pour contrôler les flux migratoires

L’intelligence artificielle est de plus en plus utilisée pour contrôler les droits humains (image d’illustration). Crédit : Getty Images


Au nom du contrôle de ses frontières, l’Union européenne investit dans l’intelligence artificielle. Dernier exemple en date : Itflows, un logiciel d’anticipation des mouvements migratoires. Le site d’investigation Disclose révèle des alertes internes concernant de potentielles dérives dans son application. Des expertes du sujet, interrogées par Infomigrants, s’inquiètent de la place grandissante donnée à ces technologies à « haut risque » pour les droits humains.

Lire ICI



Paris : un tribunal refuse d’ouvrir les centres pour déplacés ukrainiens aux autres migrants


70 mineurs isolés dorment sous un pont d’Ivry-sur-Seine



LA DOUBLE PEINE NE S’ASSUME PAS, ELLE SE SUPPRIME.

Dans l’actualité


Afghanistan : un séisme de magnitude 5,9 fait au moins 920 morts


Tunisie : Forte mobilisation contre le projet de nouvelle Constitution


Des sénateurs américains dévoilent une proposition de loi pour limiter la violence par arme à feu


Cambodge : Annuler les condamnations des « cinq d’ADHOC »


Affaire Fiminco : Bruno Le Maire ne répond plus


En Tanzanie, des Masaï expulsés de leurs terres au nom de la protection de la faune sauvage et du tourisme

Scandales alimentaires: la CGT dénonce les ravages de la rentabilité financière à tout prix

EXTRADITION DE JULIAN ASSANGE : UNE TACHE SUR LA DÉMOCRATIE BRITANNIQUE, UN JOUR SOMBRE POUR LA LIBERTÉ DE LA PRESSE

Élections législatives : un vote essentiel pour l’avenir démocratique du pays

Tunisie : le président Saied s’oppose à la présence d’observateurs étrangers lors des prochains scrutins

Manifestation de soutien à Kais Saieb le 8 mai 2022 à Tunis. © AP Photo/Hassene Drid


Le président tunisien Kais Saied s’est dit hostile à la présence d’observateurs étrangers aux prochains scrutins prévus en Tunisie. Il s’est exprimé ce 12 mai lors de la prestation de serment de nouveaux membres de l’Autorité électorale qu’il s’était arrogé le droit de nommer.

Voir ICI

Chasse : « La nature n’est pas à tout le monde », le président des chasseurs conseille aux promeneurs inquiets de marcher « chez eux »

Willy Scharen, le président national des chasseurs. /Photo MaxPPP


Le président de la Fédération nationale des chasseurs a estimé que les promeneurs inquiets d’être victime d’un accident de chasse devaient se promener « chez eux ».

Lire ICI

Une démocratie fragile à refonder d’urgence

La LDH en campagne

Un assassinat en prison

Burkina Faso : Le coup d’État est une menace pour les droits humains

Une capture d’écran montre le capitaine Kader Ouedraogo (porte-parole) en train de confirmer le coup d’État militaire à la télévision d’État RTB à Ouagadougou, au Burkina Faso, le 24 janvier 2022. © 2022 Anadolu Agency via Getty Images


Au Burkina Faso, les militaires responsables du coup d’État perpétré en janvier devraient garantir la protection des droits humains et faciliter une transition rapide vers un régime démocratique, a déclaré aujourd’hui Human Rights Watch. Ils devraient donner la priorité à un traitement digne des personnes en détention, garantir que les journalistes et activistes puissent travailler librement, et veiller à ce que les opérations de lutte contre le terrorisme soient menées dans le respect des droits fondamentaux.  

Lire ICI

Communiqués

Le groupuscule interdit Génération identitaire défile et agresse dans Paris

LA PRÉFECTURE A LAISSÉ FAIRE

Génération identitaire, groupuscule violent dissous, a pu défiler ce samedi dans Paris. La manif, déclarée en préfecture au préalable, n’a pas été interdite. Et ce qui devait arriver arriva : des militants ont tabassé un passant. Reportage.

Lire ICI