Le handicap expose à la pauvreté et aux bas niveaux de vie   



La moitié des personnes handicapées ont un niveau de vie inférieur à 1 512 euros par mois, soit 300 euros de moins que le niveau de vie médian des personnes valides. 19,5 % des adultes handicapés vivent sous le seuil de pauvreté.

Le taux de pauvreté des personnes handicapées [1] atteint presque 20 % (au seuil de pauvreté de 60 % du niveau de vie médian [2], donnée 2019 du ministère des Solidarités), un niveau très supérieur à celui des personnes valides (12,8 %). Au total, près de 840 000 personnes handicapées sont pauvres.

Leur morale, chroniques d’audience


Mira B. et Jelena D., nées à Sarajevo il y a 19 ans, comparaissent pour avoir volé leur carte bleue à 27 personnes, approchées sous différents prétextes pendant qu’elles rechargeaient leur titre de transport.

D’emblée, la présidente est réprobatrice : « La plupart des victimes sont des dames âgées. L’une d’elles avait même une canne ! » Avec les cartes volées, les prévenues allaient immédiatement retirer de l’argent et faire quelques courses. Deuxième indignation de la présidente : « Il y a des achats au bureau de tabac et dans un magasin de cosmétiques ! »

Toulouse, chambre des comparutions immédiates, mars 2024.

AME : « Nous alertons sur le risque éthique, humain, économique d’une nouvelle restriction de l’accès aux soins »



Une tribune publiée dans Le Monde et co-signée par un collectifs de médecins, professionnels de santé et sociétés savantes, alerte sur les dangers d’une réforme de l’Aide médicale d’Etat (AME), qui engendrerait un risque humain et économique. 

« A la veille d’une réforme annoncée, nous, professionnels de santé, appelons à nouveau à la défense de l’AME contre toute réduction risquant de dégrader son contenu et, par extension, le système de soin français. Nous souhaitons rappeler que les personnes sans couverture maladie sont plus souvent que les autres prises en soins à des stades plus avancés, au risque d’augmenter la saturation du système de santé et le coût des soins », écrit le collectif composé entre autres du Pr Paul Frappé, président du Collège de médecine générale, ou encore du Pr Olivier Saint-Lary, président du Collège national des généralistes enseignants.



Aide médicale d’État  : les femmes précaires dans le collimateur du gouvernement ?


Le gouvernement s’oriente vers une réforme de l’Aide médicale d’État (AME) via une série de mesures techniques, sans information de l’opinion publique ni débat parlementaire et malgré les alertes de nos associations. Si le texte est adopté, il aura pour conséquence de priver de soins des dizaines de milliers de femmes étrangères en situation de précarité.



Le nombre de sans-abris a augmenté de 17% en un an à Paris


Selon les derniers chiffres de « la Nuit de la Solidarité », le nombre de personnes vivant à la rue a augmenté de 17% à Paris, par rapport à l’an dernier. Parmi eux, des mineurs. Ils seraient entre 400 et 500 à dormir sous des tentes dans les rues de la capitale.

Lire ICI

30 000 euros de dette et pas encore 18 ans : quand les amendes forfaitaires facilitent l’arbitraire


Les forces de l’ordre ont de plus en plus recours aux amendes forfaitaires, et parfois arbitraires, contre les jeunes des quartiers populaires. Certains se retrouvent dans une impasse, paralysés par des dettes de plusieurs milliers d’euros.

Lire ICI

Quand le gouvernement ne respecte pas ses engagements sur l’assurance chômage


En deçà de 9% de chômage, le gouvernement prévoit de réduire de 25% la durée d’indemnisation de la plupart des demandeurs d’emploi, à l’exception des allocataires qui se trouvent en outre-mer et des intermittents du spectacle.

Lire ICI

Remaniement : « une déclaration de guerre aux locataires », la nomination de Guillaume Kasbarian au Logement passe mal auprès des associations


Guillaume Kasbarian, député d’Eure-et-Loir a été nommé ministre du logement par le Premier ministre Gabriel Attal, jeudi 8 février. Une annonce qui passe mal auprès des associations de lutte contre la précarité.

Lire ICI

JEUX OLYMPIQUES ET PARALYMPIQUES PARIS 2024 : ON N’EST PAS ENCORE PRÊTS


Les cinq hommes les plus riches du monde ont doublé leur fortune depuis 2020 tandis que cinq milliards de personnes se sont appauvries depuis le début de la « décennie des fractures »



  • La fortune des cinq hommes les plus riches du monde a bondi de 114 % depuis 2020.
  • D’après les prévisions d’Oxfam, nous pourrions voir pour la première fois la fortune d’un multimilliardaire franchir le cap des 1 000 milliards de dollars dans seulement dix ans, alors qu’il faudra plus de deux siècles pour mettre fin à la pauvreté. 
  • Un milliardaire est à la tête ou est actionnaire principal de sept des dix plus grandes entreprises mondiales.
  • Au total, 148 des plus grandes entreprises ont réalisé 1 800 milliards de dollars de bénéfices, ce qui représente une hausse de 52 % par rapport aux bénéfices moyens des trois dernières années. Elles ont redistribué des bénéfices records à leurs riches actionnaires, alors que des centaines de millions de personnes sont confrontées à une baisse de leur salaire réel.
  • Oxfam appelle à une nouvelle ère d’action publique, incluant les services publics, la régulation des entreprises, le démantèlement des monopoles et l’instauration d’impôts permanents sur la fortune et les bénéfices excédentaires.

Lire ICI

 

Avons-nous vraiment besoin d’un « trillionaire » ?


Inflation : le RSA ne suit pas

Santé mentale : les enfants les plus pauvres sont trois fois plus souvent hospitalisés pour des problèmes psychiatriques que les autres


Selon cette étude de l’Assurance maladie et de Santé publique France, chez les deux à trois millions d’enfants les plus modestes, les pathologies psychiatriques, notamment des retards mentaux ou affectifs, sont plus fréquentes.

Lire ICI


Les pygmalions parlementaires de la psychiatrie sécuritaire ?

Pauvreté : « Un pays n’est pas fort lorsqu’on fonde sa cohésion sur les pressions des plus faibles », dénonce le président de la Fédération des acteurs de la solidarité


Depuis lundi, France Travail remplace Pôle emploi. L’objectif du gouvernement est d’atteindre l' »objectif de plein-emploi » mais le président de la Fédération des acteurs de la solidarité dit redouter mardi que cela soit « l’occasion de taper encore un peu plus sur les plus fragiles ».

Lire ICI

Alerte météo


Malgré l’interpellation du gouvernement par de nombreuses personnalités politiques, des enfants dorment toujours à la rue, en France. À Rennes, un collectif de parents d’élèves a décidé, depuis la rentrée 2022, de mettre les familles à l’abri dans les écoles. Mais, alors que les mauvaises conditions météorologiques aggravent encore la précarité de celles et ceux qui n’ont rien, que fait l’État ?

Lire ICI

Plus d’un enfant sur cinq vit dans la pauvreté dans les pays riches, selon l’Unicef


Leur nombre diminue par rapport à 2014, mais la tendance est inverse dans certains pays, dont la France.

Lire ICI

Villes : « Il y a un vrai problème d’ambition lié à l’orientation politique de ce gouvernement »


Gilles Leproust, maire d’Allonnes et président de l’association des maires Ville et Banlieue de France revient sur le comité interministériel des villes, tenu le 27 octobre. S’il reconnaît des avancées, il critique le manque d’ambition et le trop grand flou de certaines annonces.

Lire ICI

Dans le Médoc, un « couloir de pauvreté » qui coïncide avec la carte des grands crus


Avec ses bordeaux aux appellations prestigieuses, le Médoc fait figure de fleuron du luxe à la française. Pourtant, la vigne a contribué à l’appauvrissement de ce territoire. Un phénomène que les journalistes d' »Envoyé spécial » ont pu constater à Pauillac, sa capitale aux dix-huit grands crus classés.

Voir ICI

Les Restos du cœur seront contraints de refuser des bénéficiaires « à partir de novembre », une « première » dans l’histoire de l’association



Début septembre, l’association avait déjà alerté sur ses difficultés financières.

Lire ICI

L’indécence française



Quelques réactions

Versailles : chacune de leurs gorgées coûte plusieurs jours de SMIC


MILLIARDAIRE BRAISÉ EN SAUCE: NOUVEAU MENU DES RESTOS DU CŒUR


Mégayachts : sur la mer comme dans les airs, les riches nous butent à petit feu

Une personne sur quatre a déjà renoncé à des soins pour raisons financières, selon une enquête



Selon un sondage de l’Ifop commandé par le Crédit Mutuel, les personnes les plus défavorisées en France sont les premières concernées par le renoncement à des soins ou des équipements médicaux.

Lire ICI


UN LIEN ENTRE CATASTROPHES NATURELLES ET HAUSSE DES MARIAGES FORCES

Par Jean Camus (Les brèves de Jean)


Des effets peu escomptés, selon une étude publiée dans la revue International Social Work, des enquêtes menées entre 1990 et  2022 par des chercheurs de l’université de l’OHIO  dans des pays en voie de développement.

Des inondations, des sécheresses, des cyclones ou appauvrissement des sols. Au Bangladesh, une vague de chaleur de plus de trente  jours, le  nombre de mariages de filles entre 11 et 14 ans a augmenté de 50%, en Ethiopie, le mariage forcé a augmenté  en moyenne de 119% en 2022 durant la  sécheresse la plus dure depuis 40 ans.

Selon l’UNICEF, 640 millions de femmes ont été mariées alors qu’elles étaient mineures.

Les chercheurs notent que les familles avaient atténué l’impact de la sécheresse pour les filles par la dot.

Le mariage forcé peut donc  être utilisé comme un mécanisme de « protection ». «  C’est pensé comme une façon de protéger l’enfant, alors qu‘on sait que c’est le contraire ».

Les filles mariées  avant 15 ans ont près de 50%  de risques d’être victimes de violence conjugale.

Les chercheurs notent que l’éducation joue un rôle important ; selon le niveau de scolarité des enfants et des parents l’incidence des mariages forcés diminue. Mais la « plupart du temps, en situation d’urgence, la fille est perçue comme un fardeau dont il faut se décharger d’une manière ou d’une autre »

[…]« le changement climatique ne fait qu’exacerber des inégalités ou des oppressions qui existent déjà ».  Ces catastrophes « intensifient des éléments d’oppression systématiques, comme les inégalités de genre ».   

Source Le Monde mardi 19 sept 2023

France: le nouveau plan pauvreté du gouvernement déçoit largement les associations



Après l’avoir maintes fois repoussé, le gouvernement français a présenté ce lundi 18 septembre son plan pauvreté. Malgré des mesures contre la pauvreté chez les enfants, des places d’hébergement d’urgence et des aides pour le retour à l’emploi, les associations restent sur leur faim. Elles dénoncent principalement un manque d’ambition et la vision à court terme, sans travail structurel, sur la pauvreté en France. 

Lire ICI


Les privations matérielles sont stables en France

14 % des ménages déclarent devoir se priver d’un confort qui parait « normal » en France. Malgré la baisse du chômage, cette proportion ne diminue pas.


Détresse pour les précaires, hausse des marges pour les entreprises : à qui profite l’inflation ?


Inflation, pauvreté : Thomas Porcher démonte les mensonges de Bruno Le Maire