« On vit dans une société violente et il faut être en mesure de se défendre » : qui sont ces jeunes identitaires qui multiplient les actions ?


Depuis le meurtre de Thomas dans la Drôme il y a un mois, des militants d’ultradroite se sont mobilisés. D’où viennent ces jeunes ? Quelles sont leurs motivations, leurs modes d’actions ?

Lire ICI


L’ultradroite ne cesse d’étendre son influence, malgré les dissolutions de groupuscules

Meurtre de Thomas à Crépol : l’extrême-droite se constitue en milices


Après le décès du jeune Thomas, 16 ans, à Crépol dans la Drôme, le 19 novembre, 80 activistes d’extrême droite, surarmés, ont défilé, aux abords du quartier de la Monnaie à Romans-sur-Isère, d’où sont originaires certains des jeunes impliqués dans la rixe mortelle. Entonnant des slogans racistes et haineux, les nervis ont aussi affronté les forces de l’ordre à coups de mortiers d’artifice. D’abord prise de court, la police a fini par reprendre le contrôle. Mais ce coup de force aurait pu très mal se terminer. Un jeune militant d’ultra droite a été tabassé par des jeunes du quartier avant que d’autres habitants n’interviennent. L’homme est grièvement blessé mais ses jours ne sont pas en danger.

Lire ICI


Expédition de Romans-sur-Isère : les néo-nazis avaient une liste de noms et d’adresses à attaquer


Rassemblement d’extrême droite à Lyon : «Putain de merde, c’est les fachos !»


« Ratonnade » : le retour d’un mot du racisme colonial


Gérald Trump ?

Mort de Thomas à Crépol : l’utradroite souffle sur les braises


Dans le sillage de la mort de Thomas à Crépol, l’ultradroite fait parler d’elle. Des menaces visant les mosquées de Valence (Drôme) et Cherbourg (Manche) ont été proférées. Samedi 25 novembre, une descente dans le quartier de La Monnaie à Romans-sur-Isère (Drôme) s’est tenue.

Lire ICI

Les manifestants d’ultradroite avaient-ils le droit de défiler masqués ?


Le défilé de groupes néofascistes le 6 mai à Paris n’a pas été interdit en amont, et aucun participant n’a été interpellé, alors que de nombreux manifestants dissimulaient leur visage, ce que la loi, en théorie, interdit.

Lire ICI

Intimidations, agressions, terrorisme, de quoi « l’ultradroite » est-elle le nom ?


Après le match France-Maroc le 14 décembre au soir, des hordes de militants racistes ont lancé des attaques planifiées contre des supporters du Maroc, en pleine rue, notamment à Paris, Lyon, Nice, Montpellier ou Annecy.

Voir ICI

Treize militants d’ultradroite interpellés sur l’ensemble du territoire


Plusieurs armes ont également été saisies, a précisé le parquet de Marseille, mardi, dans un communiqué.

Lire ICI

Ultradroite : le trait commun des militants est « qu’ils sont convaincus que la guerre raciale a commencé », selon un chercheur


L’alvarium, un groupuscule de la mouvance d’ultradroite avait été créé en janvier 2018 à Angers. Il a été dissous le 17 novembre 2021 par décret. (JOSSELIN CLAIR / MAXPPP)


Chez les « accélérationnistes, il y a l’idée qu’il faut provoquer le chaos de manière à survivre », développe Nicolas Lebourg, historien et spécialiste de l’extrême droite européenne.

Lire ICI