Italie : le choc après le meurtre d’un Nigérian battu à mort devant des témoins indifférents

Une femme dépose des fleurs là où Alika Ogorchukwu a été assassiné, Civitanova Marche, Italie, le 30 juillet 2022. © AP Photo/Chiara Gabrielli, File)


L’Italie s’indigne : dans une petite ville balnéaire de l’Adriatique, personne n’est intervenu pour sauver la vie d’Alika Ogorchukwu, un vendeur ambulant nigérian de 39 ans. Un Italien de 32 ans l’a agressé et maintenu à terre en le tuant. La scène qui a duré quatre longues minutes a été filmée par des témoins qui n’ont pas jugé bon d’intervenir.

Lire ICI

Hongrie : en déclarant ne pas vouloir d’une « race mixte », que cherche Viktor Orban ?

Le Premier ministre hongrois Victor Orban, en conférence de presse, à Bruxelles (Belgique), le 20 mars 2022. (EMMANUEL DUNAND / AFP)


Le Premier ministre hongrois a tenu des propos racistes qui ont « horrifiés » et indignés en Europe.

Lire ICI


Les Etats-Unis condamnent les propos racistes de Victor Orban, le Premier ministre hongrois défend un « point de vue culturel »

Racisme, sexisme, islamophobie… Le sentiment de discrimination augmente en France, surtout chez les femmes

Une femme participe à une manifestation organisée par le collectif féministe Nous Toutes, le 20 novembre 2021, à Paris. (ALAIN JOCARD / AFP)


Une étude de grande ampleur, dévoilée mardi par l’Insee et l’Ined, met en lumière des évolutions notables par rapport au premier volet réalisé en 2008 et 2009. 

Lire ICI

Dans les Hauts-de-Seine, de plus en plus de jeunes apprentis étrangers menacés d’expulsion

Samedi 2 juillet, Resf a organisé un pique-nique dans le parc de Sceaux pour soutenir les jeunes apprentis étrangers qui ont reçu une OQTF. Crédit : InfoMigr


Dans le département des Hauts-de-Seine, de plus en plus de jeunes majeurs étrangers, arrivés mineurs en France, reçoivent des Obligations de quitter le territoire français (OQTF) malgré leur scolarisation et même, souvent, des promesses d’embauche. Les associations dénoncent un acharnement des autorités.

Lire ICI

Etats-Unis : des manifestations dans l’Ohio après la vidéo d’un homme noir criblé de balles par la police

Des manifestants tiennent des pancartes « Justice pour Jayland » devant l’hôtel de ville d’Akron pour protester contre le meurtre de Jayland Walker, abattu par la police, à Akron (Ohio), le 3 juillet 2022. (MATTHEW HATCHER / AFP)


Jayland Walker, 25 ans, a été tué le 27 juin alors qu’il fuyait des policiers à pied après une poursuite en voiture.

Lire ICI et voir ICI

Législatives dans l’Aube : l’extrême-droite en embuscade


Abstention 51,41 %

Le RN présent au 2ème tour dans les 3 circonscriptions avec 30353 voix au 1er tour (30.90% des suffrages exprimés)


Résultats complets

Lire également ICI

Guerre en Ukraine : le sort des réfugiés africains en Hongrie


Une partie de leur futur se trouvait en Ukraine. Mais depuis le début de la guerre lancé par Vladimir Poutine, leur avenir est en suspend en Europe. Certains étudiants d’origine africaine qui ont fui les affrontements attendent toujours de recevoir un statut de réfugié. C’est notamment le cas en Hongrie.

Extrême-droite

Fiasco du Stade de France: quand l’extrême droite déverse sa haine raciste

Sur les grilles menant au Stade de France, samedi soir. (Christophe Ena/AP)


La fachosphère n’a pas tardé à instrumentaliser les incidents en marge de la finale de la Ligue des champions pour cibler immigrés et musulmans. A ce petit jeu, le théoricien du «grand remplacement» Renaud Camus et le youtubeur Papacito se sont particulièrement distingués.

Lire ICI




En Ukraine, l’extrême droite française joue la carte de l’humanitaire

COM’ ET SOUTIEN TRÈS CIBLÉ


Depuis le début de l’invasion russe, une partie de l’extrême droite française met en scène son engagement humanitaire sur la zone. Mais que font-ils vraiment là-bas ?

Lire ICI

Comment les nationalistes pensent le monde ?



Les extrêmes droites sont obsédées par les questions de « la survie de la race blanche ». Cette question va modeler tout le reste, y compris leurs visions de la géopolitique. Entretien avec le chercheur Stéphane François.

Lire ICI

L’extrême droite aux Etats-Unis, un empoisonnement meurtrier des esprits


L’éditorial du « Monde » revient sur la tuerie raciste et préméditée de Buffalo qui révèle que le terrorisme menaçant les Américains est désormais intérieur, motivé par le suprémacisme blanc.

Lire ICI

Aux puces de Saint-Ouen, tension entre exilés et riverains


MISÈRE ET VIOLENCES

© NnoMan Cadoret


Le 1er Mai, un exilé de 16 ans a été agressé sous un pont voisin des puces des Saint-Ouen. Comme une centaine d’autres mineurs isolés, il campait là depuis plus d’un mois. Une présence mal vue par les riverains et les commerçants.

Lire ICI

A la mémoire de Brahim Bouarram et de toutes les victimes du racisme pour un avenir de justice sociale

Présidentielle : Le Pen

Antisémites, fascistes, identitaires : les radicaux avec Le Pen

StreetPress


Antisémites, identitaires, catho tradi’ au RN de Marine Le Pen on trouve encore toutes les familles les plus radicales de l’extrême droite. Et c’est sans compter ceux qui la soutiennent de l’extérieur. Revue des troupes.

Lire ICI



Derrière la « dédiabolisation » de Marine Le Pen, le véritable danger du RN pour les LGBTI+


Marine Le Pen a réussi à faire oublier le programme et les sorties homophobes de son père. Mais derrière sa façade « gay-friendly », les positions, les votes et les soutiens du Rassemblement national représentent un vrai danger.

Lire ICI




Emmaüs appelle à voter contre Le Pen

Loader Loading…
EAD Logo Taking too long?

Reload Reload document
| Open Open in new tab

Download

Présidentielle 2022 : « Ça rappelle des heures assez sombres de l’histoire de France », s’inquiète un Français de confession juive qui a reçu le SMS de campagne d’Éric Zemmour


Une enquête pénale a été ouverte par le parquet de Paris, le mardi 12 avril, après l’envoi de messages par l’équipe du candidat à la présidentielle à des Français de confession juive.

Lire ICI


Réseaux sociaux et politique : « Les partisans de l’extrême droite sont de loin les plus violents »

En France, 45 % des post haineux sur Facebook proviennent de comptes de partisans des thèses du Rassemblement national selon une étude américaine. © Dado Ruvic, Reuters



En France, l’extrême droite est la force politique qui publie le plus de messages haineux et insultants sur les réseaux, selon une nouvelle étude de l’organisation américaine prodémocratie Reset Tech. Entretien.  

Ketanji Brown Jackson : première femme afro-américaine à la Cour suprême des Etats-Unis

Alors encore candidate à la Cour suprême, la juge Ketanji Brown Jackson, prête serment pour son audition de confirmation devant la commission judiciaire du Sénat, le 21 mars 2022, au Capitole à Washington.   ©AP Photo/Jacquelyn Martin


Joe Biden l’avait promis, il l’a fait. Il a choisi une femme noire pour siéger à la Cour suprême des Etats-Unis et son choix vient d’être validé par le Sénat. La nomination de la juge Ketanji Brown Jackson, favorite dès l’annonce du départ de son prédécesseur, est une première historique.

Lire ICI

Nadia Yala Kisukidi : « La question qui structure la vie politique française est celle du racisme »


La philosophe Nadia Yala Kisukidi, dans deux publications récentes, regarde la France en dialoguant avec le Brésil et explore la « pensée noire », notamment celle du Camerounais Fabien Eboussi Boulaga.

Lire ICI

L’immigration n’est pas le problème


Conférence de presse commune de la LDH, de la Cimade et du MRAP


La Ligue des droits de l’Homme, la Cimade et le Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples poussent un coup de gueule contre le vocabulaire utilisé depuis le début de la campagne pour dénigrer les étrangers en France. « L’immigration n’est pas un problème », militent-ils .


par CHRISTOPHE RUSZKIEWICZ


L ’immigration n’est pas un problème, l’étranger ne doit pas servir de bouc émissaire pour les maux de la France », s’insurge Sylvie Garet. La présidente du Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (Mrap) est, depuis le début de la campagne présidentielle, « affolée par ce qu’on peut entendre. Les pourvoyeurs de haine cherchent à diviser la société en brandissant le chiffon rouge de l’immigration massive ».


« Ce contre quoi
on lutte, c’est le vocabulaire utilisé. »


C’est pour pousser un coup de gueule en commun que le Mrap, la Ligue des droits de l’Homme et la Cimade s’unissent contre ces mauvais signaux envoyés. « Ce contre quoi on lutte, c’est le vocabulaire utilisé », soulignent ces associations d’une seule voix.
« Ministère de la remigration », « assimilation », « grand remplacement », autant de termes galvaudés selon elles. « À chaque élection présidentielle, il y a de la part de candidats une banalisation, une montée de comportements qui sont délictuels. Le racisme est un délit. (…) Derrière, il y a une volonté de stigmatisation, de propager des idées fausses, comme celle du Français de souche. La France est constituée de personnes différentes, et chacun a le droit de cité », fait valoir Hubert Bruneel, secrétaire de la Ligue des droits de l’Homme. « Et ce n’est plus seulement l’extrême droite », constate Jean-Louis Dufaut (Cimade).



DIPLÔME SUIVI D’UNE OQTF


Les trois associations regrettent le sort réservé aux jeunes majeurs réfugiés qui, une fois leur majorité atteinte, « sont laissés dans la nature » après leur apprentissage.
« Souvent, ils reçoivent leur diplôme et, juste derrière, leur OQTF (obligation de quitter le territoire français) », constate Hubert Bruneel. Hélène Darodes, pour la Cimade, regrette par ailleurs le développement de la dématérialisation des actes, « une machine à discriminer », engendrant « des lourdeurs administratives » et l’absence de prise en charge. Et d’ajouter que, depuis peu, « les Dublinés*, assignés à résidence, doivent aller signer en compagnie des enfants, obligés de quitter l’école, alors que c’est contraire aux textes », regrette Hélène Darodes.
Si elles sont favorables « au droit inconstitutionnel à l’accueil », la Ligue des droits de l’Homme, la Cimade et le Mrap regrettent la différence de traitement entre les réfugiés selon leur nationalité : « Pour l’Ukraine, heureusement qu’il y a cette mobilisation, mais cet accueil doit être inconditionnel. Combien de Syriens, d’Afghans, d’Érythréens n’ont pas le droit au même traitement ? On a vu l’élan de solidarité avec les Ukrainiens, on a vu que tout un coup, l’accueil était possible. C’est bien un choix politique… »



Certains discours
sont ouvertement homophobes, sexistes
et misogynes.


« Outre le problème lié au vocabulaire utilisé contre les étrangers, certains discours sont ouvertement homophobes, sexistes et misogynes », complète Rémy Dufaut, vice-président de la Ligue des droits de l’Homme. Hubert Bruneel est exaspéré de ce candidat qui considère que l’affaiblissement de la société dépend de la place que l’on donne aux femmes… Qui plus est, « ce sont des opinions que l’on essaie de faire passer pour des faits », s’agace Hubert Bruneel. « C’est tellement ahurissant dans le pays de la déclaration des Droits de l’Homme », conclut Jean Camus, secrétaire adjoint de la Ligue des droits de l’Homme.

*Les Dublinés sont soit des personnes qui
demandent l’asile sur le territoire français,
mais c’est un autre pays européen qui se
révèle responsable de leur demande ; soit
des personnes interpellées en situation
irrégulière et ayant formulé une demande
d’asile dans un autre pays européen.


Regardez “Le Grand Remplacement, histoire d’une idée mortifère”, un doc utile et salvateur


Ce documentaire signé de l’historien Nicolas Lebourg propose un rappel indispensable et historique sur cette thèse conspirationniste et xénophobe. “Télérama” vous propose de le voir en avant-première, avant sa diffusion sur LCP le 4 avril à 20h30.

Ce soir sur LCP à 20h30

Gazé, fouillé à nu, menacé : le calvaire d’un éducateur de rue


Le 14 février, Diafara, un éducateur de rue, vit un calvaire près de Chartres. Il passe 22 heures en garde à vue sans raison, accusé à tort, fouillé à nu avant d’être relâché sans poursuite. L’événement a choqué et mobilisé le quartier.

Lire ICI

« On nous vire pour faire place aux Ukrainiens, c’est du racisme »


Dans un centre d’hébergement de l’Essonne, 49 jeunes exilés risquent de se retrouver de nouveau à la rue. En cause ? L’arrivée d’Ukrainiens qui fuient la guerre. Des associations dénoncent cet accueil discriminatoire. La préfecture dément tout lien.

Voir ICI