Des associations alertent l’État sur des lits vacants dans un centre d’accueil de migrants

Pour les deux associations, il y a urgence à ouvrir les lits vacants dans le centre d’accueil des Ukrainiens, particulièrement en cette période de grand froid. (Image d’illustration) AP – Graham Hughes


Alors que des personnes en situation de grande précarité dorment dans les rues, des dizaines de lits restent vides dans un centre d’hébergement d’urgence parisien destiné à l’accueil de réfugiés ukrainiens. Pour pouvoir y loger des sans-abri, peu importe leur nationalité, les associations Médecins du monde et Utopia 56 ont donc saisi la justice afin qu’elle ordonne à l’État d’ouvrir ces lits vacants à des personnes et des familles sans solution de logement.

Lire ICI

Le camp de La Chapelle, lieu sordide et étape obligée pour les primo-arrivants à Paris

Dans ce camp, nombreux sont ceux qui dorment à même des cartons, faute de tente, par des températures négatives. Crédit : InfoMigrants


Entre 300 et 400 migrants, majoritairement afghans, vivent dans un camp, sous un métro aérien, entre les stations La Chapelle et Stalingrad, dans le 18e arrondissement de Paris. Dans l’attente de pouvoir déposer leur demande d’asile, ils n’ont d’autres choix que de dormir là, par des températures parfois négatives. lls y bravent le froid autour de feux de camp faits à partir d’objets trouvés dans la rue.

Lire ICI

Sans-abri : on vous explique le plan grand froid lancé dans plusieurs départements

Des bénévoles en maraude pour venir en aide aux sans abri alors que la neige est tombée sur Paris, en février 2021 (photo d’illustration)(SADAK SOUICI / LE PICTORIUM / MAXPPP)


Le plan grand froid a été lancé dans plusieurs départements lundi, Météo-France prévoyant des températures minimales négatives en Ile-de-France, dans les Hauts-de-France et le Grand Est notamment, après plusieurs jours de températures inférieures aux normales saisonnières.

Lire ICI

« On a peur d’être maltraitants » : en Seine-Saint-Denis, l’impuissance des travailleurs du 115 face à la détresse de la rue

Oumar travaille dans le centre d’appels du 115 pour la Seine-Saint-Denis depuis janvier. Crédit : InfoMigrants


À Montreuil, en Seine-Saint-Denis, la plateforme d’urgence 115 reçoit des centaines de demandes d’hébergement par jour, qu’elle ne peut satisfaire. La grande majorité provient de familles à la rue, par des températures désormais hivernales. Acteurs d’un système saturé qu’ils dénoncent, les travailleurs sociaux du 115 se retrouvent « en première ligne » d’une détresse contre laquelle ils ne peuvent rien. Reportage.

Lire ICI

Hébergement des sans-abri


En Seine-Saint-Denis, le nombre de personnes sans-abri atteint un nouveau record


Royaume-Uni: l’hébergement de réfugiés dans des hôtels suscite la polémique

« Au moins 706 personnes sont mortes de la rue en 2021 », selon un collectif

 Selon le collectif Les morts de la rue, depuis 2012 ce sont 5 508 personnes qui sont décédées des conséquences de leur existence passée dans la rue. Photo d’illustration. (PHILIPPE LOPEZ / AFP)


Julien Ambard, épidémiologiste au sein du collectif Les morts de la rue, précise que ce recensement est « non exhaustif ».

Lire ICI

Dix maires de France dénoncent la suppression de 14 000 places d’hébergement d’urgence par l’État

Un sans-abri dans les rues du Mans, le 7 octobre 2021. (GILE MICHEL/SIPA )


Le gouvernement a annoncé fin septembre la suppression de 7 000 places d’hébergements d’urgence en 2023, qui s’ajoutent aux 7 000 déjà supprimées depuis 2020. Une décision qui suscite l’indignation des maires de France.

Lire ICI

D’ici et d’ailleurs, le pire et le meilleur


« Démago, partisane, menée à deux contre un » : la CGT France Télévisions critique l’interview d’un syndicaliste par Franceinfo

Soudan : un an après le coup d’État, les espoirs brisés des femmes, « premières victimes du retour en arrière »


ISRAËL : À QUAND UNE ENQUÊTE SUR LES CRIMES DE GUERRE COMMIS EN AOÛT À GAZA ? 


Avec le food truck des hôtels sociaux de la banlieue sud


Un service de bagagerie et laverie gratuit pour les sans-abri


De la rue à une prestigieuse école d’ingénieurs : l’extraordinaire parcours d’un jeune migrant congolais reçu au bac avec mention « Très bien »


Les exilés à la rue racontent des violences policières trop banales

HARCÈLEMENT SEXUEL, COUPS, LACRYMOGÈNES


Il y a Ahmed et ses frères dont les tentes ont été détruites et gazées, Mustapha, réveillé à coup de pompes au visage ou Anila, victime de harcèlement sexuel. Ces sans domicile fixe et sans-papiers racontent des violences policières répétées.

Lire ICI

« Je ne veux pas que mes amis sachent que je vis dans la rue » : de plus en plus d’enfants sans-abri faute d’hébergements d’urgence

Des tentes hébergent des sans abris.  (ARNAUD JOURNOIS / MAXPPP)


Environ 2 000 enfants scolarisés sont contraints de dormir dehors en France, faute de places en hébergement d’urgence. Un collectif d’associations et des élus se mobilisent lundi pour interpeller les autorités sur cette situation qui s’aggrave, comme ici à Lyon.

Lire ICI

Rentrée scolaire

Plus de 1.600 enfants toujours sans logement à deux jours de la rentrée scolaire

Certains enfants dorment actuellement dans des tentes sur le trottoir à deux jours de la rentrée scolaire. © Radio France – Catherine Grain


Plusieurs associations lancent ce mardi un réseau national avec la FCPE, pour mieux repérer et reloger durablement les familles qui vivent à la rue. À deux jours de la rentrée scolaire, plus de 1.600 enfants sont sans solution de logement, ce qui va avoir un impact sur leur scolarité.

Lire ICI


LA DÉFENSEURE DES DROITS ALERTE SUR L’ACCÈS À L’ÉDUCATION DES ENFANTS EN SITUATION DE HANDICAP


À quelques jours de la rentrée scolaire, la Défenseure des droits, Claire Hédon, publie un rapport « L’accompagnement humain des élèves en situation de handicap » et propose 10 recommandations permettant d’instaurer une école réellement inclusive et sans discrimination.

Lire ICI


Afrique : De nombreuses jeunes mères sont confrontées à des obstacles à l’éducation

Il vient en aide aux sans-abri en souffrance psychique


Depuis 18 ans, Jean-Michel vient en aide aux sans-abri en souffrance psychique. Il fait partie des EMPP, les équipes mobiles psychiatrie précarité. Brut l’a suivi lors d’une maraude.

16 organisations alertent la Défenseure des droits sur la « chasse » aux personnes sans-abri