Présidentielle 2022 : les Afghans sont-ils protégés en France, comme l’affirme Gérald Darmanin ?

Des Afghans dans les rues de Pantin, au nord de Paris, en février 2022. Crédit : InfoMigrants


Depuis la prise de pouvoir par les Taliban, les Afghans en France ne peuvent pas être expulsés vers Kaboul, comme l’a souligné le ministre de l’Intérieur d’Emmanuel Macron, Gérald Darmanin. En revanche, certains peuvent être renvoyés vers des pays-tiers européens qui, eux, restent flous sur leur politique d’éloignement. Précisions.

Lire ICI

Communiqués de la LDH

Autriche: l’inquiétude des demandeurs d’asile afghans face au discours ferme de Kurz


L’Autriche n’accueillera pas davantage de réfugiés afghans, une position ferme de la part du chancelier Sebastian Kurz qui inquiète les demandeurs d’asile afghans. (Photo d’illustration) AP – Giuseppe Distefano


En Autriche, le chancelier conservateur Sebastian Kurz le martèle ces dernières semaines: son pays n’accueillera pas davantage de réfugiés afghans, malgré le retour des talibans. Un discours dur qui inquiète les demandeurs d’asile afghans.

Lire ICI

Pas de mesures supplémentaires pour la réunification familiale des Afghans, estime le Conseil d’État


Une famille afghane réunie en France après les évacuations de civils afghans de Kaboul, le 27 août 2021. Crédit : Reuters


Le Conseil d’État a estimé mercredi que des mesures supplémentaires pour la réunification familiale des Afghans n’étaient pas nécessaires, compte tenu des mesures annoncées par les autorités. Certaines familles attendent depuis plusieurs années de faire venir un proche en France.

Lire ICI

« Questions-réponses » sur les Afghan·e·s fuyant les talibans


Des femmes afghanes ayant fui leur province dans le nord du pays, photographiées parmi des tentes mises en place dans un parc public à Kaboul, Afghanistan, le vendredi 13 août 2021. Deux jours plus tard, le dimanche 15 août, les talibans ont saisi le contrôle de la capitale. ©2021 AP Photo/Rahmat Gul


Un programme global de réinstallation des réfugié·e·s est nécessaire de toute urgence. Tous les gouvernements devraient veiller à ce que les Afghan·e·s menacé·e·s de persécution aient la possibilité de demander l’asile, a déclaré Human Rights Watch aujourd’hui dans un nouveau document « questions-réponses ».

Lire ICI

Le monde à l’envers : à peine les talibans ont-ils conquis l’Afghanistan que la Cour nationale du droit d’asile envisage de restreindre la protection des Afghan-es…

Réfugiés afghans en France : le parcours du combattant pour faire venir sa famille


Une femme et sa sœur réunies en banlieue parisienne après les évacuations de civils afghans de Kaboul, le 27 août 2021. Crédit : Reuters


Depuis la prise de pouvoir totale des Taliban le 15 août, les Afghans réfugiés en France angoissent à l’idée ne pas pouvoir faire venir leur famille. Les procédures de réunification familiale, qui avaient subi de lourds retards en raison de la pandémie, se sont considérablement compliquées et prennent désormais des allures de course contre la montre.

Lire ICI

Un porte-parole taliban affirme que les Afghans expulsés d’Europe seront « traduits en justice »


Les Taliban affirment qu’ils respecteront les droits de l’homme. Crédit : kyodo/picture-alliance


Dans une déclaration au journal autrichien Kronen Zeitung, Zabihullah Mujahid, l’une des plus importantes voix des Taliban à Kaboul, a déclaré que les Afghans déboutés du droit d’asile en Europe et expulsés vers l’Afghanistan seraient traduits en justice.

Lire ICI

Afghanistan

Ce que la crise révèle de Biden et de l’Europe


Pour avoir arrêté le calendrier de la retraite des troupes américaines dans le pays sans prévoir la rapidité du retour des talibans, le président des Etats-Unis affronte la première grave crise politique de son mandat.


Lire ICI



Le Royaume-Uni prévoit des centres d’asile offshore dans d’autres pays pour les Afghans


lesactualites.news


Le secrétaire à la Défense a déclaré que des centres de traitement seraient utilisés pour ceux que la Grande-Bretagne a «l’obligation de» protéger.

La Grande-Bretagne envisage d’établir des centres d’asile offshore pour les réfugiés afghans dans des pays comme le Pakistan et la Turquie, car les ministres admettent que le Royaume-Uni ne sera pas en mesure de sauver les personnes éligibles à la réinstallation avant que les troupes ne quittent Kaboul.

Le secrétaire à la Défense, Ben Wallace, a déclaré dimanche dans un article de journal que le Royaume-Uni prévoyait d’établir une série de centres de traitement dans la région en dehors de l’ Afghanistan , pour les Afghans, il avait « l’obligation de ».

Au moins 1 429 Afghans ont été évacués de Kaboul depuis vendredi dernier, dans le cadre du programme de réinstallation Arap conçu pour aider les interprètes et autres personnes qui ont aidé les Britanniques au cours de leurs 20 années en Afghanistan.

Mais on estime qu’un nombre similaire – ou plus – reste dans le pays. Le pont aérien d’urgence se poursuivait dimanche, avec des vols de la RAF fonctionnant malgré un écrasement aux portes de l’aéroport alors que des Afghans désespérés tentaient de fuir.

L’OTAN pense que 20 personnes sont mortes autour de l’aéroport la semaine dernière, mais le ministre britannique des Forces armées, James Heappey, a déclaré que le flux à l’extérieur de l’aéroport s’était amélioré parce que les talibans « regroupaient les gens dans des files d’attente séparées pour l’évacuation américaine et britannique ». .

Au total, 1 721 personnes – Britanniques, Afghans et personnes de pays alliés – ont été évacuées de Kaboul sur huit vols au cours des dernières 24 heures, a déclaré Heappey, la RAF recevant l’aide de son homologue australien pour mettre les gens en sécurité.

Mais les responsables britanniques reconnaissent déjà qu’il est pratiquement impossible d’évacuer les personnes venant de l’extérieur de Kaboul, bien que des Afghans avec une réclamation aient dit aux travailleurs caritatifs qu’ils risqueraient de traverser le pays s’ils savaient qu’ils avaient un vol.

La nouvelle proposition est née de l’urgence, a déclaré Wallace dans un article du Mail on Sunday. « Le programme [Arap] n’est pas limité dans le temps. Nous respecterons nos obligations et étudions maintenant comment traiter les personnes en provenance de pays tiers et de camps de réfugiés », a-t-il écrit.

Ahmad Massoud

Cependant, il y avait des signes que le plan d’asile n’avait pas été très développé dimanche soir, lorsque la Turquie a déclaré qu’elle n’avait pas été approchée et rejetterait toute approche qui serait faite.

Les noms des pays avaient été communiqués par des responsables britanniques à titre d’exemples d’endroits où des centres de traitement pourraient être établis.

Un plan visant à établir un centre d’immigration offshore a été inclus dans le projet de loi sur la nationalité et les frontières du ministère de l’Intérieur, publié au début de l’été, avant que le gouvernement afghan soutenu par l’Occident ne s’effondre.

C’était controversé car l’intention était de permettre au Royaume-Uni d’envoyer des personnes dans un pays tiers pour permettre le traitement de leurs demandes. Les autorités avaient entamé des pourparlers avec le Danemark sur la création d’un centre de traitement en Afrique – mais la manière dont il sera relié aux centres d’urgence n’est pas claire.

La Grande-Bretagne a également accepté d’accueillir 20 000 réfugiés afghans dans le cadre d’un programme distinct annoncé mardi, dont 5 000 au cours de la première année. La priorité sera accordée aux groupes les plus exposés aux violations des droits humains, tels que les femmes, les filles et les membres des minorités religieuses.

Les ministres débattent également de la manière de répondre aux talibans, avec le ministre de l’Intérieur, Priti Patel, censé explorer avec les responsables de la sécurité s’ils devraient être interdits en tant qu’organisation terroriste aux côtés d’Isis.

Mais le Premier ministre Boris Johnson et d’autres ministères ont envisagé la possibilité de reconnaître le gouvernement taliban à Kaboul, arguant que le régime devrait être jugé sur « des actes et non des paroles ».

Dan Sabbagh Dim 22 août 2021 23.10 BST The Guardian

Traduction automatique

Le RN lance une pétition contre « l’accueil massif de réfugiés afghans »


L’ambassade d’Espagne évacue des auxiliaires Afghans, le 18 août 2021 à Kaboul
SPAIN MINISTRY OF DEFENSE VIA VIA REUTERS


Le Rassemblement national a notamment réagi aux déclarations de Gabriel Attal qui, cette semaine, avait assuré que “la France accueillera, comme chaque année, plusieurs milliers d’Afghans”.


Lire ICI

Afghanistan : « La France va encore être le pays européen à n’accueillir pratiquement personne », s’inquiète le Collectif pour une nation refuge


Un combattant taliban passe devant un salon de beauté vandalisé à Kaboul, le 18 août 2021. (WAKIL KOHSAR / AFP)


La membre du CNR Marie-Laure Malric dénonce la réticence d’Emmanuel Macron et de la France à accueillir plus de quelques centaines de réfugiés afghans, notamment des femmes, dont la vie est gravement menacée par l’arrivée des talibans au pouvoir. 


Lire ICI

Les premiers Afghans arrivent à Paris : « Ces gens étaient de par leurs professions et prises de position menacés par les Taliban »


Les premiers civils évacués d’urgence d’Afghanistan atterrissent à l’aéroport de Paris Charles-de-Gaulle. Crédit : compte twitter de l’Ofii


Un premier vol de 184 civils afghans s’est posé mercredi sur le tarmac de l’aéroport Roissy Charles-de-Gaulle, en région parisienne. Environ 200 autres devraient arriver dans la soirée de jeudi. Didier Leschi, le directeur général de l’Office français de l’immigration et de l’intégration (Ofii), a expliqué à InfoMigrants l’organisation de ces évacuations d’urgence. Et détaillé la suite de leur prise en charge sur le sol français.


Lire ICI


Voir aussi ICI