Dans l’actualité


Roundup : la Cour suprême des États-Unis condamne Monsanto


États-Unis : les anti-avortement concentrent leurs efforts à l’échelle locale


Deux portails d’information philippins censurés pour des accusations grotesques de “terrorisme communiste”

Être la voix des Russes qui n’accepteront jamais la guerre de Poutine : l’éditorial de « Novaïa Gazeta. Europe »


Le journal russe indépendant « Novaïa Gazeta » a tenu trente-deux jours après le déclenchement du conflit en Ukraine, malgré la censure de l’Etat russe. Mais une partie de la rédaction a dû quitter le pays et a lancé « Novaïa Gazeta. Europe », dont « Le Monde » soutient l’initiative.

Lire ICI

Ukraine : quelles armes face à la propagande russe ?

On va plus loin. © France 24


La journaliste Marina Ovsiannikova brave la censure en dénonçant la guerre en Ukraine en plein JT du soir en Russie. Jusqu’où s’étend la propagande du Kremlin ? Jusqu’en Afrique, où l’on n’hésite pas à remettre en cause la lecture occidentale du conflit ? On va plus loin avec Marie-Roger Biloa et Virginie Herz.

Guerre en Ukraine: en Russie, une opinion étouffée

Des policiers russes interpellent des protestataires lors d’une manifestation contre l’invasion de l’Ukraine, le 2 mars 2022 à Moscou. AFP – NATALIA KOLESNIKOVA


Au huitième jour d’offensive, la Russie est un pays fracturé et apeuré par une guerre que même ses élites n’ont pas vu venir. Il y a le soutien au pouvoir, le déni, et ceux qui avec leurs moyens tentent de protester avec les pires difficultés. Des enfants de 10 ans en Sibérie ont terminé au commissariat avec leurs pancartes : « Non à la guerre ». Malgré l’espace qui se restreint, quelques-uns tentent encore de faire entendre.

Lire ICI

Nantes Révoltée : un parfum de censure

Nous relayons un communiqué du SNJ relatif à l’annonce du ministre de l’Intérieur d’engager le processus de dissolution du média indépendant Nantes Révoltée [1]. (Acrimed)

Lire ICI

« Maus », la BD culte sur la Shoah, bannie d’une école du Tennessee pour une dizaine de gros mots et des « images de nu »

Art Spiegelman, auteur de « Maus », le 20 mars 2012, à Paris. BERTRAND LANGLOIS / AFP


L’ouvrage, monument de la bande dessinée reconnu pour son intérêt historique, a été interdit au motif qu’il contenait des éléments « inappropriés ». Dans la BD, des souris figurent les juifs, et des chats, les nazis.

Lire ICI