Exactions contre les journalistes

Le baromètre de RSF


Voir ICI

Royaume-Uni : RSF lance une nouvelle pétition #FreeAssange alors que le ministre de l’Intérieur envisage de demander l’extradition

RSF


À la suite de la décision du tribunal de district renvoyant l’extradition du fondateur de Wikileaks, Julian Assange, devant le ministère de l’Intérieur britannique, Reporters sans Frontières (RSF) a lancé une nouvelle pétition appelant la ministre de l’Intérieur Priti Patel à rejeter l’extradition de Julian Assange vers les États-Unis. RSF invite instamment ses partisans à se rallier à la demande adressée au ministre de l’Intérieur en signant et en partageant la pétition #FreeAssange avant le 18 mai !

Voir ICI

Centre pour la liberté de la presse de RSF à Lviv : livraison des premiers gilets pare-balles

Robin Grassi / RSF


Le secrétaire général de Reporters sans frontières (RSF) était à Lviv le samedi 11 mars pour l’ouverture du Centre pour la liberté de la presse, hébergé au sein de l’International Media Center.

Lire ICI

Prévenir les guerres de l’information : un “système de protection” des espaces informationnels démocratiques conçu par RSF


A l’occasion de la troisième Conférence globale sur la liberté des médias organisée en Estonie les 9 et 10 février, RSF préconise la mise en place d’un mécanisme de réciprocité sur la base des principes universels pour protéger le journalisme et les démocraties.

Lire ICI

Présidentielle 2022 : dix propositions de RSF pour la liberté et l’indépendance du journalisme


A deux mois du premier tour de l’élection présidentielle en France, Reporters sans frontières (RSF) présente aux différents candidats un programme pour renforcer la liberté de la presse et consolider l’indépendance du journalisme au cours de la prochaine mandature.

Lire ICI

Chine : un commentateur politique détenu pour “subversion”


Reporters sans frontières (RSF) appelle à la libération de Guo Feixiong, un défenseur historique de la liberté de la presse en Chine, qui la semaine dernière a été formellement accusé « d’incitation à la subversion du pouvoir de l’État » après plus d’un mois de détention.

Lire ICI

Un rapport à point nommé : Journalisme en Tunisie : l’heure de vérité


Au lendemain de la violente répression qui a touché une vingtaine de journalistes qui couvraient des manifestations contre le président Saïed, Reporters sans frontières (RSF) publie Journalisme en Tunisie : l’heure de vérité, un rapport qui met le doigt sur le risque de dilution des acquis de la révolution tunisienne.

Lire ICI

Kazakhstan : RSF saisit l’ONU face à l’alarmante escalade de violence contre les journalistes couvrant les manifestations

Les entraves et les cas de violences à l’égard des journalistes couvrant les manifestations et les sanglantes “opérations de nettoyage” menées par les autorités se multiplient de manière alarmante (crédit : AFP)


Alors que les manifestations en cours dans le pays sont réprimées dans le sang par le pouvoir en place, le chauffeur d’une équipe de télévision a été tué par balles pendant qu’il suivait un convoi officiel et les attaques contre les médias se multiplient. Reporters sans frontières (RSF) a décidé de saisir l’Organisation des Nations unies (ONU) et l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) pour alerter sur les dangers croissants qu’encourent les journalistes et les obstructions à leur travail.

Lire ICI

Bélarus : RSF demande la libération de deux blogueurs condamnés à plus de 10 ans de prison


Les blogueurs Édouard Palchys et Ihar Losik, en détention provisoire depuis des mois, ont été condamnés à 13 et 15 ans de prison. © Hawa Hiba et RFE/RL


Les blogueurs Édouard Palchys et Ihar Losik, en détention provisoire depuis des mois, ont été condamnés à 13 et 15 ans de prison. Reporters sans frontières (RSF) dénonce des peines extrêmement lourdes et demande au régime biélorusse leur libération immédiate.

Lire ICI

Afghanistan : plus de 40% des médias fermés et 80% des femmes journalistes au chômage depuis la prise de pouvoir des talibans



Une étude de Reporters sans frontières (RSF) avec l’Association des journalistes indépendants d’Afghanistan (AJIA) révèle un changement radical du paysage médiatique afghan depuis l’arrivée au pouvoir des talibans. Au total, 231 médias ont dû mettre la clé sous la porte et plus de 6 400 journalistes ont perdu leur emploi depuis le 15 août 2021. Les journalistes afghanes sont les plus affectées : quatre sur cinq ne travaillent plus.

Lire ICI

Une hausse de 20% du nombre de journalistes en détention arbitraire en 2021 : 488 aujourd’hui, dont 60 femmes



Le bilan annuel des exactions commises contre les journalistes dans le monde, publié par RSF, établit un nombre record de journalistes en détention. En outre, 65 sont otages. Le nombre de journalistes tués, 46, est pour sa part au plus bas depuis 20 ans.

Lire ICI