Gaza : plus de 1,1 million d’enfants menacés par le conflit, la malnutrition et les maladies


Les cas de diarrhée chez les enfants ont augmenté de 50 % en une semaine seulement, et 90 % des enfants de moins de deux ans sont désormais en situation de « pauvreté alimentaire sévère ».

Lire ICI

Les difficultés de financement du Programme alimentaire mondial pourraient pousser « 24 millions de personnes » au bord de la famine



« Pour la toute première fois, le PAM a vu ses contributions diminuer alors que les besoins augmentaient régulièrement », alerte l’organisation.

Lire ICI

2023, l’année de tous les dangers pour les femmes en zone de conflit ?

Des femmes tiennent leurs enfants souffrant de malnutrition à l’hôpital rural Hays à Hodeida, au Yémen, le 11 octobre 2022. Pendant des années, la famine a été une menace quotidienne pour les enfants du Yémen. Alors que la guerre menace de s’intensifier entre les parties belligérantes du pays après des mois d’une trêve ténue, on craint qu’elle ne s’aggrave.
©AP Photo/Hussam Al-Bakry


Avec les enfants et les personnes âgées, elles sont toujours les premières impactées en temps de guerre. Ukraine, Syrie, Yemen, Afghanistan … Au total, ce sont pas moins de 66 millions de femmes dans 65 pays dont la santé est en danger en raison de conflits et de crises. Le Fonds des Nations Unies pour la population lance un appel d’urgence aux donateurs.

Lire ICI

États-Unis : arrêtée pour distribution gratuite de la nourriture dans un parc, le sort d’une retraitée suscite une vague de soutien

Norma Thornton, 78 ans, menacée de quatre mois d’emprisonnement parce qu’elle nourrit des SDF à Bullhead aux États-Unis, sur le compte Twitter de @chatloder. (CAPTURE D’ÉCRAN)


À 78 ans, Norma Thornton qui distribue des repas depuis cinq ans dans l’Arizona s’est retrouvée au poste de police et menacée de quatre mois d’emprisonnement à cause d’un décret municipal interdisant toute distribution caritative. Une histoire qui enflamme les réseaux sociaux.

Lire ICI

D’ici et d’ailleurs, le pire et le meilleur


« Démago, partisane, menée à deux contre un » : la CGT France Télévisions critique l’interview d’un syndicaliste par Franceinfo

Soudan : un an après le coup d’État, les espoirs brisés des femmes, « premières victimes du retour en arrière »


ISRAËL : À QUAND UNE ENQUÊTE SUR LES CRIMES DE GUERRE COMMIS EN AOÛT À GAZA ? 


Avec le food truck des hôtels sociaux de la banlieue sud


Un service de bagagerie et laverie gratuit pour les sans-abri


De la rue à une prestigieuse école d’ingénieurs : l’extraordinaire parcours d’un jeune migrant congolais reçu au bac avec mention « Très bien »


Pouvoir d’achat : « Je gagne 1500 euros et je viens au Secours populaire », ces familles « dépitées » par la hausse des prix

Secours populaire. Photo d’illustration. (ISABELLE RIVIÈRE / FRANCE-BLEU POITOU)


Face à la flambée des prix des produits de la vie quotidienne, de plus en plus de familles se tournent vers des associations pour s’en sortir. Illustration dans un local du Secours populaire à Colomiers, près de Toulouse.

Lire ICI

Au Maghreb, la guerre en Ukraine agite le spectre d’une crise alimentaire

En Égypte, le pain subventionné est consommé par 70 % de la population. Crédit : FlickrCC


Le blé ukrainien pourrait-il (r)allumer la flamme de la contestation au Maghreb ? Quasi-exclusivement dépendantes de l’Ukraine et de la Russie en matière de céréales, la Tunisie et l’Égypte pourraient bien, à cause du conflit en cours, souffrir de pénuries alimentaires. Celles-là même à l’origine de plusieurs crises d’ampleur, à l’instar des Printemps arabes en 2011.

Lire ICI

Ukraine : trois solutions durables face à la crise alimentaire

Piqsels/CC0


La guerre contre l’Ukraine montre que notre système alimentaire n’est pas durable et est injuste, écrivent des scientifiques dans cette tribune. Selon eux, il est nécessaire d’aller vers une agriculture et une alimentation plus saines, justes et respectueuses de l’environnement.

Lire ICI

Afghanistan : l’ONU a besoin de cinq milliards de dollars pour éviter la catastrophe humanitaire

Quelque 22 millions de personnes, plus de la moitié de la population de l’Afghanistan, ont un besoin urgent d’aide. (Javed TANVEER/AFP)


L’ONU a demandé ce mardi cinq milliards de dollars pour tenter d’empêcher l’Afghanistan de sombrer dans l’une des plus graves catastrophes humanitaires de son histoire.

Lire ICI

et ICI

« Je dois soutenir ma famille » : la crise économique en Afghanistan affecte aussi les réfugiés afghans en France

Des Afghans récupèrent des colis d’aide alimentaire distribués par une ONG turque, le 15 décembre 2021, à Kaboul. Crédit : Reuters


Quatre mois après le retour des Taliban au pouvoir en Afghanistan, le pays s’enfonce dans une grave crise économique. De très nombreux Afghans ont perdu leur emploi et plus de 20 millions de personnes sont aujourd’hui confrontées à la faim, selon le Programme alimentaire mondial. En France, les réfugiés afghans redoublent d’efforts pour venir en aide à leurs familles restées dans le pays.

Lire ICI

En Afghanistan, la faim s’installe et menace « particulièrement des bébés de moins de six mois »

Médecins Sans Frontières (MSF) constate une augmentation inquiétante de la malnutrition, aggravée chez les bébés de moins de six mois. Plus d’un enfant sur cinq ne survit pas à la faim.

Le système de santé s’est écroulé. La Banque mondiale finançait près de 75 % du système de santé afghan, or elle a gelé ses financements après la prise de pouvoir des Taliban. Tout le système repose sur les ONG. Les hôpitaux afghans n’ont plus de moyens de s’occuper des malades.

Lire ICI