Main sur la bouche, couleurs arc-en-ciel : quand des joueurs, politiques et commentateurs défient le Qatar

Au Qatar, des femmes politiques, joueurs et journalistes ont fait passer des messages pour la lutte pour les droits des LBGT+. – Mads Claus Rasmussen/Ina Fassbender/BBC


Depuis le début du Mondial de football dimanche, des journalistes, politiques et joueurs ont contesté l’interdiction de la Fifa d’arborer le brassard « One love », censé protester contre les discriminations anti LGBT+ au Qatar. Passage en revue.

Lire ICI

Coupe du Monde 2022 : le brassard arc-en-ciel reste au vestiaire sous la pression de la FIFA

Le brassard « One Love » au bras du capitaine anglais Harry Kane, le 24 septembre. (Marco Bertorello/AFP)


Les équipes européennes qui avaient prévu de porter le brassard arc-en-ciel en faveur de l’inclusion et contre les discriminations ont renoncé lundi face à la menace de «sanctions sportives», lors du Mondial au Qatar.

Lire ICI

Un brassard arc-en-ciel

Le Qatar « persécute, emprisonne et torture les personnes LGBT+, les privant de leurs droits les plus fondamentaux ».

La coupe du monde de 2022 au Qatar et les LGBT

« Fédération, dirigeants, joueurs et arbitres du football français, vous avez le pouvoir d’être entendus par des millions de personnes . Nous demandons que vous preniez position publiquement pour défendre ces droits fondamentaux », écrivent les associations, parmi lesquelles SOS Homophobie, la Fédération LGBTI+, plusieurs centres LGBT régionaux ou encore Amnesty International France.

LIRE ICI

D’ici et d’ailleurs


Hébergement d’urgence : le gouvernement maintient « le nombre de places, autour de 197 000 », indique le ministre Olivier Klein


« Un grand affectif », un « homme d’honneur » : des hebdos conquis par Didier Lallement


Nomination d’un ambassadeur aux droits LGBT+ : pas convaincue, la gauche jugera sur pièce


Le génocide des Ouïghours expliqué en BD


RSF active neuf mécanismes de l’ONU pour dénoncer la répression des journalistes en Iran

États-Unis: la Cour suprême entame une nouvelle saison qui pourrait faire autant de vagues que la dernière

Les neuf juges de la Cour suprême sont de retour aux manettes, alors que l’onde de choc provoquée par leurs dernières décisions n’est pas encore passée. © Mary F. Calvert / Reuters


Aux États-Unis, la Cour suprême fait sa rentrée ce lundi 3 octobre pour une nouvelle saison qui risque de faire autant de bruit que la précédente avec l’abolition du droit à l’avortement. Les juges doivent notamment se prononcer sur des dossiers liés aux droits LGBTQ, au droit de vote, etc.

Lire ICI

D’ici et d’ailleurs



La carte des hooligans en France


Maroc : manifestation à Rabat pour le droit à l’avortement


« Trois personnes sont tombés à la mer » : dans la Manche, des naufrages évités in extremis


Chine : une femme robot pilotée par une IA devient PDG d’une entreprise de plusieurs milliers de salariés

D’ici et d’ailleurs


Charte pour un journalisme à la hauteur de l’urgence écologique


La Syrie risque une forte propagation du choléra, alerte l’OMS


L’Europride de Belgrade, marche LGBTQI +, interdite par les autorités serbes


Libye : des abus subis par les migrants filmés sur les réseaux


TRIBUNE COLLECTIVE “AFGHANISTAN : LA LUTTE POUR LE RESPECT DES DROITS FONDAMENTAUX DOIT CONTINUER”


JOURNÉE DU 28 SEPTEMBRE : LE DROIT À L’AVORTEMENT DOIT ÊTRE RECONNU COMME DROIT FONDAMENTAL PARTOUT ET TOUT LE TEMPS


MONSIEUR LE MINISTRE DE LA SANTÉ ET DE LA PRÉVENTION, IL FAUT EMPÊCHER L’EXPULSION D’UNE PERSONNE MALADE DONT LA VIE SERAIT MISE EN DANGER PAR UN RENVOI DANS SON PAYS !



Iran: deux lesbiennes et militantes LGBT+ condamnées à mort

Les deux femmes, âgées de 31 et 24 ans, sont accusées d’avoir fait la promotion de l’homosexualité et de la religion chrétienne. AFP


Deux lesbiennes et militantes LGBTQ accusées de promouvoir l’homosexualité, ont été condamnées à mort en Iran, ont rapporté des activistes, lundi 5 septembre, en exhortant la communauté internationale à empêcher leur exécution. 

Lire ICI