Quelles sont les limites au droit (menacé) de manifester ?



Aujourd’hui, nous allons parler du droit de manifester. En effet, la crise de confiance affectant les institutions engendre, dans une logique d’autoprotection de ces dernières, un durcissement législatif et réglementaire affectant gravement les libertés fondamentales. Au nombre de ces libertés, figure la liberté de manifestation, encore menacée, en mai 2021, par l’adoption de la loi pour une sécurité globale ou, plus anciennement, en 2019 par la loi visant à renforcer et garantir le maintien de l’ordre public lors des manifestations. L’instrumentalisation de législations des régimes d’exception, dont les états d’urgence antiterroristes puis sanitaires, a également contribué à fragiliser ce droit. Un certain nombre de pratiques policières, dont celle de la nasse, pourtant jugée illégale par le Conseil d’État, finissent de le mettre en péril. Aujourd’hui On a même pu voir de nombreuses manifestations avec un nouveau concept : la nasse mobile. Les manifestants sont encadrés par les forces de l’ordre de bout en bout et celles-ci décident concrètement quand un manifestant peut entrer ou sortir du cortège.

Lire ICI

D’ici et d’ailleurs


Police : 37 personnes sont décédées lors d’une mission de police en 2021, révèle l’IGPN


Loi séparatisme: le Conseil constitutionnel valide des dispositions contestées par les cultes chrétiens



Ukraine : L’emplacement de bases russes et ukrainiennes met en danger les civils


La Tunisie va-t-elle redevenir une dictature ?


Égypte : ces présentateurs à la solde du pouvoir qui mènent campagne contre les journalistes


Sri Lanka : les forces de l’ordre délogent des manifestants manu militari, la communauté internationale s’inquiète

Russie : Des manifestants antiguerre arrêtés, torturés et maltraités

Des milliers de personnes ont été arrêtées le 6 mars, et des manifestants sont maltraités en détention


Ces trois policiers russes emmenaient de force un manifestant, courbé vers l’avant, qui participait à un rassemblement antiguerre sur la Place du Manège (place Manezhnaya) à Moscou, le 6 mars 2022. © 2022 Dmitry Lebedev/Kommersant/Sipa via AP Images


(Berlin, le 9 mars 2022) – Les autorités russes ont arrêté de façon arbitraire des milliers de manifestants pacifiques lors de rassemblements anti-guerre à travers toute la Russie, dans la lignée de leur répression de plus en plus brutale à l’encontre de personnes qui s’opposent à l’offensive militaire de Moscou en Ukraine, a déclaré aujourd’hui Human Rights Watch.

Lire ICI

EN RUSSIE, MANIFESTER EST DEVENU QUASI IMPOSSIBLE

Des policiers anti-émeutes russes bloquent une rue lors d’un rassemblement de soutien à Alexeï Navalny, à Saint-Pétersbourg le 21 avril 2021 / © Olga Maltseva -AFP via Getty Images


Depuis 15 ans, les autorités russes utilisent des lois de plus en plus restrictives et des stratégies policières brutales pour réduire au silence toute dissidence. La stratégie : saper le droit de manifester.

Lire ICI

En France, des manifestants présumés coupables



En France, ces dernières années, la répression des manifestations est d’une ampleur inédite. De nombreux manifestants pacifiques se retrouvent dans le viseur des autorités.  


RUSSIE. LA FIN DU CHEMIN POUR CELLES ET CEUX QUI VEULENT EXERCER LEUR DROIT DE MANIFESTER


AFP via Getty Images

Les autorités en Russie ont sapé le droit à la liberté de réunion pacifique en utilisant des lois de plus en plus restrictives, des stratégies policières brutales et des poursuites pénales pour réduire au silence les dissident·e·s pacifiques, à tel point qu’il est devenu presque impossible pour les Russes de manifester de façon significative, souligne Amnesty International dans un nouveau document en date du 12 août.  


Lire ICI

L’interdiction de la manifestation de soutien aux Palestiniens était-elle justifiée ?

Manifestation interdite en soutien a la Palestine a Paris. Un groupe de policiers devant une poubelle brûlée. © AFP / Xose Bouzas / Hans Lucas


Fallait-il interdire la manifestation de soutien aux Palestiniens à Paris ? Le droit régit l’autorisation de manifester. Le Conseil d’Etat n’a pas annulé cette interdiction. Elle est donc légale. C’est important de le souligner parce que trop d’activistes crient facilement à la dictature.


Écouter et lire ICI

La LDH demande la libération immédiate de Bertrand Heilbronn

Nouvelles entraves au droit de manifester : on connaît la musique !

Retour sur les rassemblements du 21 novembre

Idées reçues sur la police

L’ONG ACAT a édité une très intéressante et utile brochure que l’on trouvera dans son intégralité

ICI

Téléchargez-la, imprimez-la, conservez-la précieusement sur vous et faites-la largement circuler. C’est une source inédite d’informations très utiles en ces temps où les méthodes de maintien de l’ordre utilisées par la police posent de nombreuses questions…

Contre la loi « sécurité globale », défendons la liberté de manifester

La LDH attaque en justice le nouveau schéma de maintien de l’ordre

Régression du droit de manifester