Italie : le choc après le meurtre d’un Nigérian battu à mort devant des témoins indifférents

Une femme dépose des fleurs là où Alika Ogorchukwu a été assassiné, Civitanova Marche, Italie, le 30 juillet 2022. © AP Photo/Chiara Gabrielli, File)


L’Italie s’indigne : dans une petite ville balnéaire de l’Adriatique, personne n’est intervenu pour sauver la vie d’Alika Ogorchukwu, un vendeur ambulant nigérian de 39 ans. Un Italien de 32 ans l’a agressé et maintenu à terre en le tuant. La scène qui a duré quatre longues minutes a été filmée par des témoins qui n’ont pas jugé bon d’intervenir.

Lire ICI

Dans l’actualité


Londres approuve l’extradition de Julian Assange aux Etats-Unis


Guerre en Ukraine : dans les ruines de Lyssytchansk où les habitants ne « réagissent même plus quand les obus tombent »


Ukraine, Bosnie-Herzégovine : comment reconstruire après la guerre


CARRIÈRE POLITIQUE ET DÉONTOLOGIE: pantouflage au sommet de l’État


Affaire Damien Abad : pourquoi demander aux victimes de violences sexuelles de porter plainte n’est pas si simple


Afrique : Mettre fin aux violations des droits des filles


En Italie, l’avortement légal se heurte à l’objection de conscience


Apple Daily : un an après la fermeture forcée à Hong Kong, sept membres de l’équipe toujours détenus


Palestine : la désinformation au 20h de France 2 continue


LA GRÈCE DOIT ABROGER LA DÉCISION DE CONSIDÉRER LA TURQUIE COMME UN PAYS SÛR

Près de 450 personnes débarquent en Sicile à bord d’un bateau de pêche

Les migrants en détresse dans des embarcations de fortune peuvent être escortés par les autorités italiennes jusqu’au port le plus proche. Crédit : Ansa


Une embarcation partie de Libye avec 450 exilés a atteint tôt ce mardi matin Pozzallo, en Sicile. Face à l’augmentation des arrivées, le maire de la ville réclame « une force militaire européenne ».

Lire ICI

Plus de 600 migrants secourus par des navires humanitaires débarquent en Italie

Le Geo Barents attendait depuis une semaine de pouvoir débarquer en Italie. Crédit : SOS Méditerranée / Andrea Monrás


L’Aita Mari a accosté à Lampedusa, dimanche, avec 176 exilés à bord, secourus quelques jours plus tôt en Méditerranée. Les 439 migrants pris en charge par le Geo Barents ont, eux, débarqué, samedi, au port d’Augusta, en Sicile.

Lire ICI

Italie : le gouvernement autorise la délivrance de près de 70 000 permis de travail


En Italie, les travailleurs saisonniers sont essentiellement employés dans l’agriculture, comme ici dans les champs de tomates de Fogia. Crédit : picture-alliance/ROPI/Fasano


La semaine dernière, le Premier ministre Mario Draghi a signé un décret qui approuve l’octroi de 69 700 permis de travail aux migrants algériens, bangladais et ivoiriens notamment. Un pas en avant pour l’intégration des exilés dans le pays, mais encore trop « timide » au regard des besoins réels des entreprises.

Lire ICI

Soutenons les asiles italiens

Onde de choc en Italie après la condamnation d’un ancien maire à 13 ans de prison pour incitation à l’immigration clandestine


L’ancien maire de Riace a été condamné le 30 septembre à 13 ans de prison par un tribunal italien. Crédit : Ansa


La condamnation, jeudi, de l’ancien maire de Riace en Calabre (sud de l’Italie), Domenico Lucano, à plus de 13 ans de prison pour incitation à l’immigration clandestine a provoqué une onde de choc en Italie. L’ancien édile est une figure emblématique de l’accueil et de l’intégration des migrants en Italie. Une politique qui lui avait valu d’être nommé troisième « meilleur maire au monde » en 2010, et parmi les 100 personnalités les plus influentes au monde dans le classement du magazine Fortune.

Lire ICI

L’Italie ouvre une enquête suite aux tirs des Libyens visant une embarcation de migrants


Selon Sea-Watch, les garde-côtes libyens ont tiré des coups de feu vers une embarcation de migrants, au large de Lampedusa. Crédit : Sea-Watch


L’Italie a ouvert une enquête pour « tentative de naufrage » après la publication d’une vidéo de l’ONG Sea-Watch montrant des garde-côtes libyens tirer des coups de feu en direction d’une embarcation de migrants, se dirigeant vers Lampedusa.


Lire ICI

LE PARTI DE LA VENGEANCE

Par Rémy Dufaut



Charles Baudelaire, Les Fleurs du mal, Les sept vieillards – XLVII, STEINLEN Aimé-Daniel, 1976, Paris


Tels Baudelaire transformant en « monstres hideux», « infâmes » et déshumanisés mais néanmoins « éternels » les 7 vieillards qui hantent ses Tableaux Parisiens dans Les Fleurs du Mal, les gouvernements italien et français persistent dans leur traque hallucinée et paranoïaque des membres des Brigades rouges  italiennes, dont 7 d’entre eux ont été arrêtés en France ce mercredi matin.

Condamnés en Italie pour des faits commis dans les années 70-80, ils approchent tous les 70 ans et n’ont commis aucun acte répréhensible durant 4 décennies.

Alors que l’on constate que rien n’a changé en 40 ans dans le droit italien, l’État français revient sur sa politique à la demande d’un autre État, alors que les procédures utilisées pour imposer les peines avaient été jugées, à l’époque, incompatibles avec les principes de l’État de droit français.

L’empressement de Mario Draghi, Premier ministre et de  Luigi Di Maio, ministre des Affaires étrangères à se venger, est incompréhensible sur le plan historique et juridique.

« Les réfugiés italiens […] qui ont participé à l’action terroriste avant 1981 […] ont rompu avec la machine infernale dans laquelle ils s’étaient engagés, ont abordé une deuxième phase de leur propre vie, se sont insérés dans la société française […]. J’ai dit au gouvernement italien qu’ils étaient à l’abri de toute sanction par voie d’extradition. » François Mitterrand, 21 avril 1985

« Les policiers étaient très favorables à accorder l’asile aux Italiens. Les filatures avaient démontré qu’ils ne présentaient aucun danger. Les autorités italiennes n’étaient pas hostiles non plus. Leurs prisons étaient pleines. C’est comme ça [qu’a été] élaboré le pacte qui deviendra la doctrine Mitterrand : l’asile pour les Italiens qui n’avaient pas commis de crime de sang en échange de la sortie de la clandestinité et du renoncement à toute forme de lutte armée des deux côtés des Alpes. »  (M Le Monde)

Que la « doctrine Mitterrand » soit aujourd’hui aussi violemment reniée n’est pas anodin et ne peut rien présager de bon pour l’avenir, notamment le jour où un petit dictateur, à la tête d’un régime autoritaire et anti-démocratique, voire n’importe quel obscur autocrate, réclamera la tête de réfugiés politiques au pays des Droits de l’Homme, ce à quoi l’État français s’empressera de céder, dans un souci de « bon voisinage »…


Lire également ICI   

L’Italie ne veut plus de migrants illégaux sur son territoire (Di Maio)



17 août 2020 Par Agence France-Presse

Il n’y aura plus de place pour les migrants illégaux en Italie, a averti lundi à Tunis le ministre italien des Affaires étrangères, Luigi Di Maio, à l’issue d’un entretien avec le président tunisien Kais Saied.

M. Di Maio a indiqué que son pays était « prêt à présenter toutes les aides nécessaires à la Tunisie » pour lutter contre l’immigration illicite.

Mais « il n’est pas question de laisser en Italie ceux qui arrivent d’une façon illégale », a-t-il ajouté selon un communiqué de la présidence de la République tunisienne. Luigi Di Maio était accompagné au cours de sa visite en Tunisie par la ministre italienne de l’Intérieur, Luciana Lamorgese, le commissaire européen à l’Élargissement, Oliver Varhelyi, et la commissaire européenne aux affaires intérieures, Ylva Johansson. Les négociations entre l’Italie et la Tunisie se poursuivront « pour trouver des formules de coopération bilatérale », a indiqué encore le ministre italien, selon la présidence tunisienne.

La délégation italienne a exprimé son « soutien politique et économique » à la Tunisie, pour renforcer les efforts nationaux (…) à travers l’encouragement de l’investissement et la création des postes d’emploi surtout dans les régions de l’intérieur« , a ajouté encore le communiqué. Et le commissaire européen à l’Élargissement, Oliver Varhelyi, a annoncé sur son compte twitter une aide de 10 millions de dollars pour soutenir la Tunisie dans la gestion de ses frontières.

De son côté, le président Saied a affirmé de nouveau que  « les solutions sécuritaires ne permettent pas à elles seules de lutter contre l’immigration non organisée ».

L’arrivée de migrants en Italie a augmenté de près de 150% au cours des 12 derniers mois, la majorité arrivant de Tunisie, a déclaré samedi Mme Lamorgese qui s’était rendue déjà fin juillet en Tunisie pour parler du problème de l’immigration clandestine.

Du 1er août 2019 au 31 juillet 2020, 21.618 migrants sont arrivés sur les côtes italiennes, une augmentation de 148,7% par rapport aux 8.691 arrivées de l’année précédente, selon des données présentées par Mme Lamorgese samedi à Milan.

Quelque 41,6% des migrants sont partis de Tunisie, où le taux de chômage a atteint 18%, selon l’Institut national des statistiques.

Le 7 août, le chef de la diplomatie italienne a indiqué que son pays refoulerait à partir du 10 août tous les migrants tunisiens illégaux.