Bienvenue sur le site de la LDH-66

VENEZ REJOINDRE LE COMBAT POUR LA DÉFENSE DES DROITS HUMAINS


 « Ce gouvernement, je le caractérise d’un mot : la police partout, la justice nulle part. »

Victor Hugo, Assemblée législative, avril 1851-  Louis Napoléon Bonaparte est le prince-Président depuis décembre 1848 jusqu’à son coup d’état en décembre 1851. C’est un régime policier qui s’est installé après la répression de l’insurrection sociale de juin 1848.


 

Dimanche 27 octobre à partir de 12h au parc Clairfont à Toulouges : Journée festive et solidaire avec les réfugié.e.s

Journée festive et solidaire avec les réfugié.e.s

Dimanche 27 octobre à partir de 12h au parc Clairfont à Toulouges

13h repas (apéro, salade, plat, fromage, fruit, cafe : adulte 12€, enfants 5€)

15h animation musicale avec ???

Animation  » Quilles catalanes » pour enfants et adultes.
16h Débat animé par Josie Boucher présidente de l’Asti 66 et Jacques ollion président de la Cimade 66  Immigration et droit d’asile : après la loi Collomb, Emmanuel Macron et son gouvernement en rajoutent !

17h castagnada (2€ le cornet) et vins primeurs (1€le verre). Animation musicale

Nos ami.e;s réfugié.e.s nous rejoindrons et partageront avec nous ces spécialités catalanes.

Inscription obligatoire en précisant votre nom et le nombres de personnes collectifsanspapier66@gmail.com

Mardi 8 octobre à 10h, parvis de la gare de Perpignan : manif unitaire des retraité.e.s contre la politique de Macron

–> Lire le tract national au format PDF

Pour l’augmentation des pensions,

tous en action le 8 octobre !

CGT, FO, CFTC, CFE-CGCn FSUn Solidaires, FGR-FP, LSR, UNRPA

« Le pouvoir d’achat des retraités en chute libre depuis 25 ans » !

C’est l’instance officielle Conseil d’Orientation des Retraites qui l’affirmait en 2017. Depuis, en 2017/2018, Emmanuel Macron a foncé tel un rouleau compresseur et a écrasé nos pensions par deux mesures complémentaires, le gel des pensions et l’augmentation de 25 % de la taxe CSG. Pendant le même temps, il supprimait l’ISF et la France devenait championne d’Europe de la distribution des dividendes !

Emmanuel Macron a été stoppé par les fortes mobilisations des retraitées et retraités,

jusqu’à 200 000 dans la rue à l’appel de nos 9 organisations, et souvent la moitié des présences sur les ronds-points tenus par les gilets jaunes.

Emmanuel Macron a cédé en trois fois sur une partie de nos revendications :

annulation de l’augmentation de la CSG en 2019 et fin du gel des pensions en 2020 … mais seulement pour une partie des personnes en retraite, pas pour les célibataires ayant plus de 2 000 €, les personnes en couple à plus de 1 500 €, qui cumulent tous les coups et les coûts …

Il promet le retour à une revalorisation des pensions pour tout le monde en 2021, ce qui n’empêchera pas la baisse du pouvoir d’achat des pensions contrairement à l’indexation des pensions sur les salaires que nous demandons.

Nous connaîtrons bientôt l’évolution de nos pensions et l’ampleur des reculs du Président Emmanuel Macron :

tout sera le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) 2020 que le Parlement votera en fin d’année.

Le Président Emmanuel Macron tiendra-t-il ses promesses ? On se souvient que le candidat Emmanuel Macron s’est fait élire par les retraité-e-s en affirmant « Avec moi, le pouvoir d’achat des retraités sera préservé … ».

Le 8 octobre,

soyons des centaines de milliers dans la rue, pour que le gouvernement décide enfin de maintenir notre pouvoir d’achat, de rattraper tout ce que nous avons perdu depuis 2013. C’est possible, nous avons déjà fait un peu céder le gouvernement, il nous faut continuer.

Les retraité-e-s ont raison d’être inquiets :

  • Le déremboursement des médica-ments coûte cher aux retraité-e-s qui en consomment plus que la moyenne. Le 0 % de certaines lunettes et certains appareils auditifs, c’est bien, mais il sera payé par l’augmentation des mutuelles, alors que nous ne bénéficions pas de la participation des employeurs, et que le prix de cette mesure risque de se répercuter les cotisations.
  • Les moyens aux collectivités locales diminuent (fin de la taxe d’habitation) ce qui va accélérer la disparition des services publics de proximité dont nous avons tant besoin chaque jour, et aussi augmenter les taxes foncières et d’enlèvement des ordures ménagères.
  • De plus en plus, internet devient obligatoire, y compris pour prendre rendez-vous chez un médecin. Les services publics doivent être entièrement dématérialisés en 2022, comment faire sans ordinateur (une personne sur cinq, souvent âgée) ?
  • Une réforme des retraites arrive et nous concerne directement, le Haut Conseil à la réforme des retraites veut bloquer la part des pensions dans les richesses créées (13,8 % du PIB) alors que 150 000 personnes de plus touchent une pension chaque année. La même part à se partager entre plus de monde, c’est moins de pension pour chacun !
    Pire, le gouvernement veut réduire les dépenses de pension d’ici le 1er janvier 2025, jour de l’application de la réforme !

Nous avons ouvert la brèche, manifestons tous ensemble pour :

  • La suppression de la hausse de la CSG et la fin du gel des pensions pour toutes les retraites et pensions, avec rattrapage des pertes subies au 1er janvier 2020.
  • La revalorisation de toutes les pensions en fonction de l’évolution des salaires.
  • Un minimum de pension à hauteur du SMIC pour une carrière complète.
  • Le maintien et l’amélioration des pensions de réversion.
  • L’embauche immédiate de 40 000 personnes comme le demande le personnel des EHPAD et des soins à domicile. La prise en charge de la perte d’autonomie à 100 % par la Sécurité sociale et l’ouverture d’un droit universel dans le cadre d’un grand service public de l’aide à l’autonomie.

Manifestations le 8 octobre dans notre département:

Les Organisations Syndicales CGT, CGT-FO, FSU, FRG, SOLIDAIRE, et les Associations LSR et ENSEMBLE ET SOLIDAIRE (UNRPA) des Pyrénées Orientales ont programmé une Journée d’Actions et de Rassemblement à 10 H, devant la Gare de Perpignan.


Nous profiterons de cette manifestation pour déposer nos revendications au Siège du
MEDEF, Rue Camille Pelletan, puis chez le Député Romain Grau, Rue du Marché de
Gros, ensuite à la Mairie, Place de la Loge et nous terminerons par la Préfecture.


Parcours de la manifestation :

 Gare de Perpignan – Parvis de l’Ancienne Gare
 Avenue du Général de Gaulle
 Boulevard Clémenceau
 Rue Camille Pelletan – Arrêt devant le MEDEF et dépôt de nos revendications
 Rue du Rempart Villeneuve
 Rue du Marché de Gros – Arrêt devant la permanence du Député Romain Grau
et dépôt de nos revendications
 Place de Verdun (Castillet)
 Place de la Loge – Arrêt devant la Mairie et dépôt de nos revendications
 Rue de la Loge
 Quai Sadi Carnot – Arrêt devant la Préfecture

La manifestation de soutien aux 230 enfants de réfugiés devant la marie de Perpignan

Publié dans lindépendant.fr  du 3/10/2019

Manifestation devant la mairie de Perpignan, le jeudi 3 octobre 2019, organisée par le Comité de soutien aux sans-papiers 66

Perpignan : mobilisation en faveur des « 230 réfugiés mineurs livrés à eux-mêmes »

Ils étaient ce jeudi soir une cinquantaine de membres du Comité de soutien aux sans-papiers 66 à venir manifester sur le parvis de la mairie. Ce en soutien aux 230 mineurs non accompagnés (MNA).

« Pourquoi notre comité se mêle-t-il d’une affaire qui oppose le conseil départemental à la mairie ? Tout simplement parce que le dossier dit de la Cigale – ancien hôtel situé boulevard Jean-Bourrat qui, après rénovation complète, devait accueillir de jeunes réfugiés mineurs dans une quinzaine d’hébergements et surtout abriter une plate-forme d’aide et de soutien – est aujourd’hui sérieusement compromis », martelait Roger, l’un des porte-parole.

Une cinquantaine de personnes a répondu ce jeudi soir 3 octobre à l’appel à la mobilisation du comité sur le parvis de la mairie, le « Oui au centre d’accueil de jeunes réfugiés à la Cigale », largement brandi sous les fenêtres du premier édile de la Ville.

« C’est proprement inadmissible, intervenaient Josy et Anne-Marie, deux autres manifestantes. Sur ces 230 gamins complètement perdus et traumatisés par ce qu’ils ont vécu, une cinquantaine d’entre eux, grâce à l’ASE (*), occupe 18 logements et les 120 autres des chambres d’hôtels. Mais tous sont livrés à eux-mêmes … »

Montée des eaux, fonte du pergélisol, vagues de chaleur océaniques… le nouveau rapport du Giec sur les océans et la cryosphère

Publié sur alternatives-economiques.fr

Le Giec tire une nouvelle fois la sonnette d’alarme

le 01/10/2019

Montée des eaux, fonte du pergélisol, vagues de chaleur océaniques… le nouveau rapport du Giec sur les océans et la cryosphère détaille les conséquences de la fonte des glaces et du réchauffement des océans.

« Nous sommes tous, directement ou indirectement, dépendants de la situation de la haute mer, de l’Arctique, de l’Antarctique et de la haute montagne », prévient Hoesung Lee, président du Giec. « Dans les domaines du temps et du climat, de l’alimentation et de l’eau, de l’énergie, du commerce, des transports, des loisirs et du tourisme, de la santé et du bien-être, de la culture et de l’identité. » Une réalité que nous oublions parfois, tellement ces régions nous semblent éloignées de nos territoires et de nos préoccupations.

Le nouveau rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) portant sur les évolutions des océans et de la cryosphère – nom donné aux régions gelées de la planète – publié le 25 septembre rappelle à quel point ces éléments sont indispensables à la vie sur Terre. Cette synthèse de documents scientifiques alerte également sur les risques d’une poursuite des émissions de gaz à effet de serre (GES) à un niveau élevé : diminution de l’eau disponible, élévation du niveau de la mer, augmentation des phénomènes extrêmes côtiers, acidification des océans… Autant de conséquences qui devraient, faute de mesures fortes, changer considérablement la phase de notre monde.

Montée des eaux

Première constatation : le niveau des mers augmente. Même si nous réussissons à respecter les objectifs fixés par l’accord de Paris, qui visent à limiter le réchauffement global de la planète à 2°C par rapport à l’ère préindustrielle, cette hausse devrait atteindre 30 à 60 cm environ d’ici 2100 et entre 60 et 110 cm si les GES continuent de croître fortement. C’est le résultat de la dilatation thermique de l’océan – qui gonfle au fur et à mesure qu’il se réchauffe – le dégel des glaciers et des calottes glaciaires des régions montagneuses – qui modifie aussi la disponibilité et la qualité de l’eau –  mais surtout, depuis quelques années, la perte de masse des glaciers dans les régions polaires. « Au cours des dernières décennies, l’élévation du niveau de la mer s’est accélérée en raison de l’augmentation des apports d’eau provenant des calottes glaciaires du Groenland et de l’Antarctique », détaille Valérie Masson-Delmotte, co-présidente du groupe de travail numéro 1 du Giec.

Un phénomène à prendre très au sérieux au vu des conséquences multiples auxquelles certains territoires ne pourront pas échapper. Les zones côtières à faible élévation ainsi que les petits Etats insulaires, où vivent environ 745 millions de personnes, seront lourdement touchés. Selon l’étude, quel que soit le réchauffement supplémentaire, ils subiront chaque année d’ici 2050 des événements climatiques extrêmes. Pour le groupe d’experts, seules des mesures d’adaptation limiteront les dégâts.

Arctique et fonte du pergélisol

Mais ce ne sont pas les seuls effets de la fonte des glaces. « Les valeurs mensuelles de l’étendue de la banquise arctique diminuent et celle-ci perd en épaisseur », indique le rapport. Une mauvaise nouvelle pour les 4 millions d’individus vivant au milieu de l’Arctique qui ont déjà commencé à modifier leurs habitudes et leurs déplacements.

Le réchauffement climatique pourrait en outre accroître considérablement la concentration de GES à cause de la fonte du pergélisol. Des zones en permanence gelées qui renferment de grandes quantités de carbone organique. Ces couches se réchauffent d’année en année et libéreront d’ici quelques années des tonnes de métaux lourds. « Même si le réchauffement planétaire est limité à des valeurs bien inférieures à 2°C, environ 25 % du pergélisol (3 à 4 mètres de profondeur) dégèlera d’ici 2100 », estime les chercheurs. Si rien ne change, le GIEC avance que ce pourcentage atteindra 70 %. La solution serait alors encore une fois de limiter nos émissions et d’accroître la couverture végétale pour augmenter le stockage de carbone.

Vagues de chaleur océanique

Enfin, les océans se réchauffent et s’acidifient. Jusqu’à présent, l’océan a absorbé plus de 90 % de la chaleur excédentaire du système climatique. D’ici à 2100, sa couche supérieure devrait se réchauffer deux à quatre fois plus vite que le rythme observé depuis les années 1970, et cinq à sept fois plus vite avec un scénario à fortes émissions. Des émissions de dioxyde de carbone parfois absorbées par les mers qui ont également pour effet de la rendre de plus en plus acide.

Ces deux phénomènes ont un impact néfaste sur la faune et la flore maritime. Ils en réduisent l’abondance et changent la répartition des populations de végétaux et d’animaux diminuant ainsi le potentiel de capture des émissions. Une répercussion importante pour la santé nutritionnelle et la sécurité alimentaire d’une grande partie de la population mondiale.

« Dans le monde entier, la cryosphère et les océans subissent les ‘’ardeurs’’ du changement climatique depuis des décennies, ce qui a des conséquences radicales et profondes sur la nature et l’humanité », a déclaré Ko Barett, vice-président du Giec. Des bouleversements auxquels nous devrons répondre au plus vite.

Dispersion d’hydrocarbures et d’amiante à Rouen : « Le préfet ne peut ignorer ces données élémentaires ! »

Mensonges par omission, contre-vérités, absence de prévention, désorganisation totale de la part des autorités. Une catastrophe dans une usine classée « Seveso »dans  l’agglomération de Rouen qui en comprend huit.

Publié sur Bastamag.net

PAR NOLWENN WEILER 1ER OCTOBRE 2019

 

Des pompiers probablement exposés aux fibres d’amiante, des agents municipaux envoyés sans protection à proximité du site, des écoles nettoyées sans les moyens adéquats… De nombreux témoins pointent une désorganisation totale suite à l’incendie de l’usine Lubrizol.

Le feu est maintenant éteint. Les 250 pompiers qui sont allés au front se souviendront cependant longtemps de l’incendie qui s’est déclenché dans la nuit du 25 au 26 septembre dans l’usine chimique Lubrizol de Rouen, en Seine maritime. Appartenant à la holding Berkshire Hathaway du milliardaire américain Warren Buffett, l’usine fabrique et conditionne des additifs pour lubrifiants, utilisés dans de nombreux produits.

Pataugeant dans les hydrocarbures, les pompiers ont dû faire face à des flammes gigantesques, dans un état de stress intense. « Il suffit d’une flamme dans cette nappe de produits pour que cela explose », a expliqué leur chef, Jean-Yves Lagalle. Maintenant que leur rude devoir est accompli, certains sont inquiets. Ils toussent et ont des nausées. Certains vomissent. « On sait qu’on a respiré quelque chose de pas propre », ont rapporté certains soldats du feu aux journalistes de France 3 Normandie. Qu’ont-ils bien pu respirer, sachant qu’ils n’étaient pas tous équipés de masques adéquats ? Difficile à dire puisque, pour le moment, l’entreprise Lubrizol n’a pas rendu publique la liste des produits entreposés dans le hangar ravagé par le feu.

« Il nous faut absolument la liste des produits pour identifier les risques auxquels les pompiers ont été exposés »

« Nous n’avons pas relevé de pollution aiguë dans l’air, néanmoins, ces fumées sont toxiques, comme toute pollution. Il ne faut pas dire aux gens qu’il n’y a pas de risques », a précisé Jean-Yves Lagalle. « Les produits entreposés dans l’usine sont issus de la pétrochimie, donc il y a des HAP [hydrocarbures aromatiques polycycliques], c’est sûr, avance Gérald Le Corre, inspecteur du travail et membre de la CGT. Mais lesquels ? Il nous faut absolument la liste des produits présents sur le site pour pouvoir identifier les risques auxquels les pompiers ont été exposés. »

Au fur et à mesure des heures, des analyses et des pressions de la population, la préfecture de Seine-Maritime a finalement concédé qu’il y avait sur, et à proximité du site, du benzène, du plomb et de l’amiante. Mais elle a aussitôt tenu à minimiser les risques : ni l’air, ni les suies qui se sont déposées au sol, ni l’eau du robinet, dont certaines images la montraient grisâtres, ne seraient problématiques. Les analyses réalisées « font apparaître un état habituel de la qualité de l’air sur le plan sanitaire », à l’exception du site de Lubrizol lui-même, explique la préfecture, et « aucune trace de contamination n’a été relevée » dans le réseau d’eau potable, selon l’Agence régionale de santé.

« Avec la chaleur, les fibres d’amiante montent et peuvent être dispersées très loin »

Avant même de connaître les résultats des mesures concernant la teneur en amiante de l’air – qui devraient être connus ce 1er octobre –, la préfecture a ainsi affirmé que « le retour d’expérience sur ce genre de sinistre (…) montre que le risque de dispersion de fibres est limité par l’effondrement rapide de la toiture ». Cette affirmation fait bondir l’Association nationale de défense des victimes de l’amiante (Andeva) qui dénonce « une contre-vérité manifeste ».

« Portées à très haute température les plaques de toitures éclatent et libèrent des milliards de fibres d’amiante dans l’air surchauffé, décrit Alain Bobbio, de l’Andeva. Avec la chaleur, ces fibres montent et peuvent être dispersées très loin. » Elles restent aussi en suspension à proximité immédiate du sinistre. « Le préfet ne peut ignorer ces données élémentaires ! »

Pour les pompiers, le problème se pose lorsqu’ils ont fini leur travail et retirent leurs équipements. Ils ne sont plus protégés et peuvent alors respirer des fibres d’amiante. Une étude récente de la caisse nationale de retraite des agents des collectivités locales rend compte d’un fort risque « amiante et CMR (produits cancérigènes, mutagènes et reprotoxiques) » chez les pompiers.

« Des cocktails de produits cancérogènes dont les effets à long terme sont redoutables »

Autre risque d’intoxication : le plomb. La préfecture a admis qu’il y en a bien dans les fumées et les suies retombées au sol, tout en précisant que le dit plomb ne pouvait pas venir de Lubrizol parce que l’usine n’en utilise pas. « Ils oublient de dire que c’est une usine construite en 1954, avec toute une structure recouverte de peinture au plomb… », précise Gérald Le Corre. « Il y a des mensonges par omission, reprend Alain Bobbio, comme si l’histoire était un éternel recommencement. On ne parle ainsi que des effets immédiats ou aigus. Mais il y a surtout des cocktails de produits cancérogènes dont les effets à long terme sont absolument redoutables. »

« On ne cesse de nous parler des dangers imminents, pour dire qu’il n’y en a pas, rebondit Julien Galand, fonctionnaire municipal à Rouen et responsable de la CGT locale. Les collègues que l’on voit arriver avec des maux de tête et des envies de vomir, qu’est-ce qu’ils vont devenir dans quelques années ? On dirait que nos vies ne comptent pas. » Le syndicaliste regrette que la mairie n’ait pas conseillé à son personnel de ne pas venir travailler le jeudi 26 septembre, alors que l’incendie faisait encore rage. « Les gars qui sont en charge de la propreté embauchent à 5h du matin. Tous ceux qui gèrent les garderies des gamins, il étaient en poste à 7h45, avant qu’on leur dise que non, finalement, les enfants n’avaient pas école. Ils n’ont pas été protégés, c’est vraiment du grand n’importe quoi. »

« Les premiers y sont allés avec de simples masques en papier »

Julien Galand ne comprend pas non plus pourquoi quatre agents ont été envoyés sur le site de l’usine pour poser des plots et des barrières au moment de la visite du ministre de l’Intérieur Christophe Castaner dès le jeudi soir, sans aucun équipement. « Ils nous ont dit qu’ils en avaient pris « plein la tronche » et sont revenus très mal. Ils avaient mal à la tête, et au thorax. Ils ont peur de s’être vraiment fait du mal en acceptant cette mission. »

Les agents qui ont été chargés de nettoyer la ville, et notamment les écoles et autres aires de jeux n’ont pas tous été bien traités non plus. « Les premiers y sont allés avec de simples masques en papier. Ils avaient mal à la tête. Ils avaient envie de vomir. On leur a trouvé des masques plus costauds. Et des combinaisons. Ils ont pu continuer le boulot. Mais il faut voir comment ! Il ne faut pas utiliser de karcher à cause des risques de projection des polluants. Donc, les gars ils y vont avec des tuyaux d’arrosage, à l’eau froide ! C’est une nouveauté, vraiment ! On peut donc dégraisser des hydrocarbures à l’eau froide ! »

Quant aux « opérations de contrôle » dans les écoles mentionnées par la préfecture, elles arrachent un sourire de dépit à Julien Galand : « Pour identifier les coins à nettoyer, ils ont demandé à des agents municipaux de passer des essuie-tout sur les toboggans ou rebords de fenêtres. J’ignorais que l’essuie-tout manié par un agent municipal était un outil scientifique pour prélever des toxiques et évaluer la dangerosité d’un site devant accueillir du public ! Mais c’est le cas à Rouen apparemment. » Un Comité d’hygiène de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) extraordinaire des agents municipaux va se pencher sur ces questions le 3 octobre.

« Ce n’est qu’en voyant un article sur Facebook que j’ai compris qu’il y avait une obligation de confinement »

Cette absence de prévention, voire cette désorganisation totale, est inquiétante à proximité d’un site pourtant classé Seveso. Ce classement oblige l’entreprise à une politique de prévention des risques drastique et les autorités à la mise en place de plan d’urgence pour protéger population et travailleurs.

« Le jeudi, ce n’est qu’en voyant un article sur Facebook que j’ai compris qu’il y avait une obligation de confinement dans le périmètre de 500 mètres autour de l’usine », raconte Antoine, professeur de sport à Rouen, qui vit dans l’un des quartiers touchés par la fumée. « Le vendredi soir, l’odeur était encore insupportable dans mon quartier. J’avais tenté de bloquer les aérations de mon appartement, et je me suis quand même levé le samedi matin avec un mal de tête et un mal de ventre. Jusqu’au samedi, l’odeur dans ma rue était très forte. Cela montait au cœur tout de suite, c’était intenable. Il fallait mettre un tissu mouillé devant la bouche et le nez. Dimanche soir, c’était plus respirable, mais l’odeur était encore intenable sur les quais de la Seine. Rouen était vide comme cela n’arrive jamais », témoigne l’enseignant. Le lundi, il a rejoint son école et donné ses cours, sans aucune contre-indication officielle.

Plusieurs professeurs d’école ont préféré faire jouer leur droit de retrait et ont refusé de faire classe. Ils s’inquiètent de la dispersion des hydrocarbures et de l’amiante, malgré les communiqués rassurants de la préfecture. « Comme nous n’avons pas beaucoup d’infos, il y a aussi un climat de psychose. On ne sait pas ce qui est toxique. Faut-il interdire aux enfants de sortir ? », témoigne Thérèse, animatrice dans une école rouennaise, qui habite à un kilomètre du site Seveso et qui est restée confinée pendant trois jours, ne sortant que pour acheter de l’eau. « Au primaire, les enfants ont joué sur la cour lundi midi. Certains ont été pris de maux de tête, de nausées. Les parents sont revenus les chercher. » Toutes les plantations de l’école vont être jetées.

« Tous ces dommages devraient être payés par Lubrizol »

Les interrogations quant à la nature de ce qui a brûlé concernent également les agriculteurs, dont les productions ont été gravement touchées par le nuage de pollution. Nombre d’entre eux vont devoir aussi jeter leurs productions. Travaillant au grand air, manipulant les plants, fruits et légumes au quotidien, ils sont en plus très exposés aux retombées toxiques des suies et des fumées. Le ministre de l’Agriculture en déplacement à Rouen le 30 septembre a promis une indemnisation totale aux agriculteurs concernés. Il n’a pas précisé s’ils bénéficieront d’un suivi médical particulier.

Le recensement des travailleurs et des riverains touchés par la pollution fait également partie des demandes d’un collectif très hétéroclite – avec des parents d’élèves, des syndicats, des associations écologistes, des experts en santé et travail – qui s’est constitué à Rouen et a manifesté devant le conseil de la communauté de communes le 1er septembre.

« Tout cela, tous ces dommages devraient être payés par Lubrizol », estime Gérald le Corre. La direction de Lubrizol rejette pour le moment toute responsabilité et a porté plainte pour « destruction involontaire par explosion ou incendie par violation manifestement délibérée d’une obligation de sécurité ou de prudence ». Plusieurs autres plaintes contre X ont été également déposées par des habitants ou des associations pour « mise en danger de la vie d’autrui ».

Nolwenn Weiler, avec Simon Gouin et Ivan du Roy

Photos : prises par des habitants et transmises par Rouen dans la rue

Manifestations à Hongkong : plus de cinquante blessés

Pendant que les dignitaires du régime organisent une grande parade militaire à l’occasion du 70e anniversaire de la Chine populaire, pour affirmer la puissance et la légitimité du système, des dizaines de milliers de manifestants à Hongkong continuent de réclamer les libertés et les droits démocratiques en bravant une violente répression largement disproportionnée (tirs à balles réelles).

Publié sur le site lemonde.fr avec AFP

Manifestations à Hongkong : plus de cinquante blessés

Des contestataires prodémocratie sont descendus en nombre dans les rues de la ville pour une « journée de deuil national » en marge du 70e anniversaire de la Chine populaire.

  • Après de violents affrontements, dimanche, de nouveaux incidents ont éclaté, mardi 1er octobre, à Hongkong. Les manifestants prodémocratie avaient appelé à une « journée de deuil national » à l’occasion du 70e anniversaire de la République populaire de Chine.
  • Dans la matinée, de nombreux policiers étaient mobilisés, avec des fouilles et des contrôles et une douzaine de stations de métro fermées. Le rôle de la police face aux manifestants est très critiqué : lire notre article.
  • Mobilisés depuis juin, les militants prodémocratie entendent profiter de ces célébrations pour crier encore plus fort leur ressentiment à l’encontre du régime chinois, dénoncer le recul des libertés et la violation, selon eux, du principe « Un pays, deux systèmes » qui a présidé à la rétrocession de l’ex-colonie britannique à la Chine en 1997.
Le Monde aujourd’hui à 17h32

Le point sur la journée de manifestations de ce mardi 1er octobre :

  • Des dizaines de milliers de protestataires sont descendus dans les rues de Hongkong, éclipsant les célébrations du 70e anniversaire du régime communiste chinois.
  • Tout au long de l’après-midi, des groupuscules ont lancé des pierres et des cocktails Molotov et la police antiémeute a riposté avec des gaz lacrymogènes, des balles en caoutchouc et des canons à eau, en différents lieux.  La mobilisation continuait dans la soirée dans certains quartiers.
  • Un manifestant de 18 ans a été blessé par un policier qui a tiré sur lui, au niveau de la poitrine. Le jeune homme a été hospitalisé. Selon la police, l’officier « sentait que sa vie était gravement menacée, il a tiré une balle pour sauver sa propre vie et celle de ses collègues ». 
  • 51 personnes ont été blessées. Deux dans un état critique (dont le jeune manifestant blessé par balle) et deux dans un état grave.
Retrouvez les derniers développements dans notre article :

Vidéo : La résistance de Hongkong, pourquoi ?

Des observateurs de la LDH encore réprimés par les forces de l’ordre à Toulouse

Publié sur le site huffingtonpost.fr

À Toulouse, des observateurs de la LDH pris à partie par des policiers

« Je vous emmerde la LDH, vous nous pétez les couilles », a lancé un policier aux observateurs de la Ligue des Droits de l’homme, lors de l’acte 46 des gilets jaunes. L’un d’entre eux a été blessé.

VIOLENCES POLICIÈRES – L’acte 46 des gilets jaunes ce samedi 28 septembre à Toulouse a été marqué par des échauffourées entre manifestants et forces de l’ordre. Mais ces dernières sont également accusées d’avoir pris à partie des observateurs de la Ligue des Droits de l’Homme, qui a dénoncé une situation récurrente selon eux.

Dans une vidéo, filmée par un journaliste de RT France, on aperçoit des policiers frappant des personnes vêtues d’un gilet jaune et bleu avec l’inscription “Observateur LDH Copernic Syndicat d’avocat de France”et un casque bleu. Un autre extrait plus long montre ensuite une conversation entre un policier et un des observateurs: “Je vous emmerde la LDH. Vous nous pétez les couilles”, lance un des policiers, avant de sommer les observateurs de se disperser.

Contactée par Le HuffPost, la LDH de Toulouse a confirmé que les personnes prises à partie faisaient bien partie d’un groupe de cinq observateurs de l’Observatoire des Pratiques Policières (OPP).

Trois observateurs ont été touchés, deux ayant reçus des coups de matraque et l’un souffrant de “contusions et d’une côte fêlée” selon les précisions communiquées par la LDH de Toulouse au HuffPost. Les observateurs “ont été insultés, menacés, gazés, frappés et matraqués alors qu’ils ne faisaient que remplir leur mission. (…) Pierre, un des observateurs, vient d’être pris en charge par les pompiers après cette nouvelle agression”, dénonce l’organisme.

L’Observatoire des Pratiques Policières a vu le jour à Toulouse en mars 2017, après plusieurs affaires qui ont relancé le débat sur les violences policières: les manifestations contre la loi travail, le projet contesté d’un centre commercial mais aussi l’affaire Théo. Créé sous la houlette de la Ligue des Droits de l’Homme, de la Fondation Copernic et du Syndicat des Avocats de France, l’OPP a déployé à partir du mois de septembre 2017 des observateurs sur toutes les manifestations déclarées, rapporte France3 Régions.

Le premier rapport a été rendu public en avril 2019 -après le pic de la crise des gilets jaunes– et pointe “les initiatives agressives des policiers en poste ainsi que l’usage disproportionné des outils de maintien de l’ordre”.

Toutefois, le rapport dénonce également “le traitement particulier qui est fait par les policiers et gendarmes en charge du maintien de l’ordre” aux observateurs de l’OPP. Dans une lettre adressée le 25 septembre au préfet de la Haute-Garonne et au directeur départemental de la Sécurité Publique et envoyée au HuffPost, l’OPP estime qu’il y a eu “près de 25 atteintes physiques” des policiers contre ses représentants, avec une nette augmentation après la publication du rapport.

Mi-septembre, un premier membre de l’OPP avait porté plainte, affirmant avoir été blessé au cours d’une charge de police.

Dans son communiqué publié ce samedi, l’OPP s’interroge sur les raisons de ces prises à partie, et n’hésite pas à évoquer l’hypothèse d’un ordre donné par la hiérarchie. “Soit le Préfet et le DDSP ont donné des ordres pour faire des observateurs des ‘persona non grata’ (…) soit les unités de police sur le terrain font ce qu’elles veulent, mènent une sorte de ‘guerre privée’ aux observateurs de l’OPP en échappant à tout contrôle de leur hiérarchie”, écrivent les responsables de l’Observatoire, qui promettent de ne pas en rester là.

Environ un millier de personnes ont battu le pavé à Toulouse ce vendredi et la police a, à plusieurs reprises, fait usage de gaz lacrymogènes et d’un canon à eau, a constaté l’AFP.  Les forces de l’ordre ont été la cible de “projectiles, d’outrages et d’injures” et ont procédé à cinq interpellations, selon un communiqué de la préfecture.

|1| |2| |3| |139|