Bienvenue sur le site de la LDH-66

VENEZ REJOINDRE LE COMBAT POUR LES LIBERTES, LA DEMOCRATIE, LA DÉFENSE DES DROITS HUMAINS

L

ALGÉRIE : APPEL « POUR LA LIBÉRATION DES DÉTENUS DU HIRAK » #HIRAK #ALGERIE

Publié sur le blog pierremansat.com le 17 septembre 2020

Algérie : appel « pour la libération des détenus du Hirak »

Tribune collective

signée par Malik Salemkour, président de la LDH

Un collectif d’intellectuels et militants algériens, rejoint par des écrivains, magistrats, artistes du monde entier, dénonce une « politique répressive » envers un mouvement pacifique et responsable.

Un collectif d’intellectuels et militants algériens, rejoint par des écrivains, magistrats, artistes du monde entier, dénonce une « politique répressive » envers un mouvement pacifique et responsable.

Le soulèvement pacifique du peuple algérien, en action depuis février 2019 pour la conquête de ses libertés démocratiques, a su faire preuve de sagesse et d’un sens élevé des responsabilités en recommandant aux manifestants de renoncer aux marches, jusque-là suivies massivement, pour éviter la propagation de l’épidémie due au coronavirus. Né pour construire un meilleur avenir pour le pays, il a ainsi agi en cohérence avec ses objectifs de libertés et de droits humains, soucieux des intérêts supérieurs du pays.

Les acteurs et les actrices de ce soulèvement savent que, pour atteindre leurs objectifs, il faut continuer à se mobiliser pacifiquement pour écarter un système politique qui, derrière une façade civile et des élections manipulées, organise l’emprise du commandement militaire sur la vie politique, économique et sociale.

Luttes de pouvoir parmi les dirigeants

Au lieu de suivre la voie de la sagesse et le sens élevé des responsabilités montrés par les acteurs du soulèvement et de répondre à leurs aspirations légitimes, les dirigeants algériens, toujours préoccupés par leurs luttes internes de pouvoir, échafaudent des feuilles de route remplies de promesses visant la sauvegarde de leurs propres intérêts.

Pour répondre aux aspirations populaires exprimées depuis février 2019, la voie est dans l’ouverture des scènes politique et médiatique, débarrassées de la surveillance des services de sécurité. Elle est dans l’engagement, par le dialogue et la négociation avec les acteurs du Hirak, d’une véritable transition démocratique pouvant assurer un Etat de droit garant des libertés individuelles et collectives.

Cette réorientation politique des dirigeants algériens doit passer par la libération immédiate de tous les détenus politiques ou d’opinion aujourd’hui incarcérés par des juges soumis, avec des incriminations qui n’ont rien à voir avec leur combat pour les droits humains et les libertés démocratiques.

Deux journalistes condamnés

La condamnation à deux ans de prison ferme de Khaled Drareni ce 15 septembre 2020, de même que celle d’Abdelkrim Zeghileche, lundi 24 août, sont l’ultime démonstration de cette justice aux ordres. Les peines reçues par ces deux journalistes, punis pour avoir exercé avec honnêteté, responsabilité et engagement leur travail d’information, sont les plus lourdes prononcées contre des journalistes depuis l’indépendance de l’Algérie.

Le combat du peuple algérien pour la conquête de ses droits légitimes mérite la solidarité agissante de toutes les femmes et de tous les hommes épris de justice et de liberté. Nous manifestons notre solidarité à ce combat et dénonçons la politique répressive menée par le pouvoir algérien envers le Hirak pacifique et responsable, qui est un espoir de libération et d’émancipation citoyennes ; exigeons la libération immédiate et sans condition de tous les journalistes et de tous les détenus politiques et d’opinion ; alertons les différentes organisations internationales pour exiger de l’Etat algérien le respect de tous les traités et conventions de défense des droits humains ratifiés par l’Algérie ; appelons solennellement le chef de l’Etat algérien à faire respecter, effectivement, les droits et libertés des citoyennes et des citoyens établis par les conventions internationales et dûment ratifiées par l’Algérie.

Premiers signataires : Houcine Abassi, ancien secrétaire général de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT), Prix Nobel de la Paix 2015 (Tunisie) ; Gilbert Achcar, professeur d’université, essayiste (Liban); Pierre Audin, fondation Josette et Maurice Audin (Algérie, France) ; Etienne Balibar, philosophe (France); Madjid Benchikh, professeur émérite, ancien doyen de la Faculté de droit d’Alger (Algérie) ; Abdessattar Ben Moussa, ancien bâtonnier et président honoraire de la Ligue tunisienne des droits de l’homme (LTDH), Prix Nobel de la paix 2015 (Tunisie) ; Rony Brauman, ancien président de Médecins sans frontières (France) ; Khadija Cherif, sociologue, militante féministe (Tunisie) ; Noam Chomsky, écrivain, professeur émérite (Etats-Unis) ; Emmanuel Decaux, professeur émérite, ancien président du Comité des Nations unies contre les disparitions forcées (France) ; Bahey Eldin Hassan, directeur du Cairo Institute for Human Right studies (Egypte) ; Ramin Jahanbegloo, philosophe, vice-directeur du Centre Mahatma-Gandhi pour la paix, Jindal Global University India (Iran) ; Kamel Jendoubi, militant des droits humains, expert auprès du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme pour le Yémen (Tunisie) ; Elias Khoury, romancier (Liban) ; Abdellatif Laâbi, poète (Maroc) ; Ahmed Mahiou, ancien doyen de la Faculté de droit d’Alger et ancien juge ad hoc à la Cour internationale de justice (Algérie) ; Achille Mbembe, professeur d’histoire et de sciences politiques à l’Université du Witwatersrand, Johannesburg, Afrique du Sud (Cameroun) ; Farouk Mardam-Bey, historien, éditeur (Syrie); Gustave Massiah, membre du conseil du Forum social mondial (France) ; Nabila Smaïl, avocate (Algérie) ; Gianni Tognoni, secrétaire général du Tribunal permanent des peuples (Italie).

Pour se joindre à cet appel : acda.dz@gmail.com

Liste des signataires de l’appel pour la solidarité avec le peuple algérien et les détenus du Hirak

Des journalistes empêchés de travailler pendant la manifestation des Gilets jaunes le 14 septembre 2020

Publié sur reporterre.net le 14 septembre 2020

Des journalistes empêchés de travailler pendant la manifestation des Gilets jaunes

Samedi 12 septembre 2020, des milliers de Gilets jaunes ont manifesté dans les rues de plusieurs grandes villes françaises pour marquer la reprise du mouvement social. Au cours de la journée, des affrontements ont éclaté avec les forces de l’ordre et plus de 300 personnes ont été interpellées.

De nombreuses atteintes à la liberté de la presse ont alors été observées. Plusieurs journalistes ont été empêchés de travailler. Les équipes de Taranis News ont été immobilisées pendant deux heures.

Un reporter de QG, le média lancé par Aude Lancelin, a été interpellé alors qu’il filmait le gazage d’un marché et placé en garde à vue pendant vingt-quatre heures.

Le journaliste a continué de filmer alors qu’il se trouvait au commissariat :

Voici les images des gardés à vue parmi eux Le reporter Adrien Adcazz de @LibreQg Média filmés Grâce à un portable qui a réussi à passer les fouilles. »il y avait un blessé grave à la tête qui demande un médecin qui n’est jamais venu. » des conditions très difficiles. Hier #Paris pic.twitter.com/hN66l1AJ5m

— Le Général 💎 (@LE_GENERAL_OF) September 14, 2020

Un autre photojournaliste, Julien Moreau, a aussi été arrêté alors qu’il se rendait à la manifestation sur les Champs-Élysées. Il a ensuite été placé en garde à vue durant plus de quinze heures au commissariat du XVIIIe arrondissement à Paris. Il a finalement écopé d’un rappel à la loi et a vu son matériel (casque, jambières, masque à gaz) détruit.

Communiqué de presse du 13 septembre 2020 concernant m’a mise en GAV ce samedi 12 septembre. pic.twitter.com/8QZEGHfvOc

— Julien Moreau | REPORTER 🇨🇵 (@JulienMoreauJM) September 13, 2020

De son côté, Kaveh, un photographe, a passé la nuit en cellule, d’après le collectif La Meute dont il fait partie. Le journaliste de Là-bas si j’y suisTaha Bouhafs a également été frappé par un policier lors d’un contrôle.

Des journalistes indépendants et le collectif Reporters en colère se sont insurgés du manque de réaction du milieu journalistique face à ces violences.

Rapport WWF 2020: extinction des 2/3 des espèces animales – Notre monde est en danger

Publié sur wwf.be/fr le 10 septembre 2020

Les conclusions du Rapport Planète Vivante 2020 sont évidentes.
Nous avons perdu notre lien avec la nature.

La biodiversité — cette riche diversité qui englobe toute forme de vie sur Terre — s’effondre à une vitesse alarmante. Les impacts de cette perte sur notre bien-être sont innombrables. Et les conséquences catastrophiques pour les populations et la planète se précisent de jour en jour.

Le temps presse. Nous devons agir aujourd’hui si nous voulons restaurer la nature.

« Imaginez si 60 % de la population humaine disparaissait… cela reviendrait à effacer les populations de l’Amérique du Nord, de l’Amérique du Sud, de l’Afrique, de l’Europe, de l’Océanie et de la Chine. » 

L’INDICE PLANÈTE VIVANTE

Des experts du monde entier ont mesuré l’évolution des populations de milliers d’espèces animales de vertébrés, du recensement des gnous dans la savane à la surveillance des mouvements des tapirs avec des caméras dans la forêt amazonienne. Des scientifiques ont ensuite compilé ces informations en une grande base de données et les ont analysées afin d’établir l’Indice Planète Vivante (IPV). Le résultat est sans appel : les populations de mammifères, d’oiseaux, de poissons, d’amphibiens et de reptiles ont connu un déclin catastrophique de 68 % depuis 1970.

NOTRE MONDE EST EN DANGER

Pendant longtemps, il était encore possible de prétendre qu’il fallait « plus de connaissances scientifiques » pour comprendre exactement comment les activités humaines nuisaient au monde naturel. Plus maintenant.

Au cours des 50 dernières années, notre monde a été transformé par le développement fulgurant du commerce international, l’explosion de la consommation et de la croissance démographique, ainsi que par un énorme mouvement d’urbanisation. L’ensemble de ces facteurs exerce une pression énorme sur le monde naturel qui nous entoure, avec des conséquences désastreuses telles que la perte d’habitat, la surpêche et le changement climatique, pour n’en citer que trois.

85 % DE ZONES HUMIDES ONT DISPARU DEPUIS 1900

–> lire la suite sur le site WWF

Les violations de l’embargo sur les armes s’amplifient en Libye, selon l’ONU

Publié le 3 septembre 2020 sur lemonde.fr avec AFP

Depuis début juillet, 70 avions-cargos ont atterri dans les aéroports de l’est libyen et une trentaine dans l’ouest.

L’émissaire par intérim de l’ONU en Libye, Stephanie Williams, a déploré, mercredi 2 septembre, devant le Conseil de sécurité la poursuite de violations de l’embargo sur les armes imposé en 2011 à ce pays, alors qu’un récent rapport onusien incrimine à nouveau la société militaire privée russe Wagner.

Depuis la dernière présentation de la situation le 8 juillet, « environ 70 avions ont atterri dans les aéroports de l’est en soutien » à l’armée du maréchal Khalifa Haftar, « pendant qu’une trentaine d’appareils ont été envoyés dans des aéroports de l’ouest de la Libye » en appui au gouvernement d’union GNA, a-t-elle déclaré. « Neuf cargos se sont amarrés dans des ports de l’ouest en soutien au GNA pendant que trois navires sont venus bénéficier » aux forces pro-Haftar, a ajouté la responsable, sans donner d’indications sur le contenu des cargaisons.

« Les soutiens étrangers renforcent leurs capacités dans les principales bases aériennes libyennes à l’est et à l’ouest », a résumé Stephanie Williams, en dénonçant une atteinte à la souveraineté de la Libye et « une violation flagrante » de l’embargo de l’ONU sur les armes. La mission de l’ONU en Libye, dont le mandat doit être renouvelé à la mi-septembre, « continue de recevoir des informations sur une présence à grande échelle de mercenaires et d’agents étrangers, ce qui complique (…) les chances d’un règlement futur » du conflit, a-t-elle précisé.

Le GNA, reconnu par l’ONU, est soutenu par la Turquie tandis que le camp Haftar est appuyé par les Emirats arabes unis, la Russie et l’Egypte. Dans un récent rapport intermédiaire des experts de l’ONU chargés du contrôle de l’embargo, le groupe russe Wagner est à nouveau dénoncé comme violant l’embargo sur les armes. « Les activités de mercenaires continuent et, dans le cas du groupe Wagner, augmentent », indique ce document, selon un diplomate s’exprimant sous couvert d’anonymat.

« Totalement inefficace »

Les forces rivales de Haftar et du GNA « reçoivent un soutien de plus en plus important d’acteurs étatiques et non étatiques, ce qui augmente le risque de transition vers un conflit armé international », souligne le préambule du rapport auquel l’AFP a eu accès. « L’embargo sur les armes reste totalement inefficace. Dans le cas des Etats membres soutenant directement les parties au conflit, les violations sont étendues, flagrantes et sans aucun égard pour d’éventuelles sanctions », insiste le document.

Le rapport confirme différentes violations de l’embargo sur les armes commises par « les Emirats, la Turquie, la Jordanie, l’Egypte, la Syrie et la Russie », a-t-on ajouté de source diplomatique.Lire aussi  A Tripoli, des centaines de manifestants dénoncent la corruption en Libye

Lors de la session publique du Conseil de sécurité, l’ambassadeur russe à l’ONU, Vassily Nebenzia, a rejeté les accusations d’interférences russes. « Il n’y a pas un seul Russe en uniforme en Libye », a-t-il assuré. Son homologue américaine, Kelly Craft, a au contraire évoqué la présence de mercenaires russes liés au gouvernement russe. « Il n’y a pas lieu d’avoir des mercenaires étrangers en Libye, dont le groupe Wagner affilié au ministère russe de la défense qui combat aux côtés des forces pro-Haftar », a-t-elle dit.

L’ambassadeur français, Nicolas de Rivière, a appelé à un renforcement de la mission de l’ONU à l’occasion de son renouvellement afin qu’elle puisse accompagner un possible cessez-le-feu et faire mieux respecter l’embargo sur les armes. Plusieurs membres du Conseil ont réclamé la nomination au plus vite d’un émissaire de l’ONU. En raison de divergences entre les Etats-Unis et leurs partenaires sur la définition du poste, aucun successeur n’a encore été nommé à Ghassan Salamé, démissionnaire en mars pour raisons de santé.

La Libye est en proie au chaos depuis la chute de Mouammar Kadhafi en 2011.

Le Monde avec AFP

Iire aussi:

Trois migrants soudanais tués par balles sur la côte libyenne

Israël: deux mois de manifestations citoyennes contre la corruption, la politique sanitaire et économique de Netanyahou

Israël : jusqu’où peuvent aller les manifestations anti-Netanyahou ?

Publié le 2 septembre 2020 sur Mediapart-le blog le cri des peuples

Les manifestations n’ont pas encore établi de lien entre les malversations de Netanyahou et la corruption systémique de la politique israélienne, dont l’occupation des territoires palestiniens constitue le cœur.

Par Jonathan Cook, le 2 août 2020

Source : https://www.jonathan-cook.net/2020-08-02/can-the-anti-netanyahu-protests-grow-into-a-larger-movement/

Traduction : lecridespeuples.fr

Israël est en proie à de violentes manifestations qui, selon les observateurs locaux, pourraient déboucher sur une guerre civile ouverte, un développement que le Premier ministre Benjamin Netanyahou semble encourager.

Thousands of protesters chant slogans and hold signs during a protest against Israel’s Prime Minister Benjamin Netanyahu outside his residence in Jerusalem, Saturday, Aug 1, 2020. Protesters demanded that the embattled Israeli leader to resign as he faces a trial on corruption charges and grapples with a deepening coronavirus crisis. (AP Photo/Oded Balilty)

Depuis des semaines, Jérusalem et Tel-Aviv ont été le théâtre de grandes manifestations bruyantes devant les résidences officielles de M. Netanyahou et de son ministre de la Sécurité publique, Amir Ohana.

Samedi soir, environ 13 000 personnes ont traversé Jérusalem en criant « N’importe qui sauf Bibi », le surnom de Netanyahu. Leurs appels ont été repris par des dizaines de milliers d’autres manifestants à travers le pays.

Le taux de participation n’a cessé d’augmenter, malgré les attaques contre les manifestants de la part de la police et des loyalistes de Netanyahou. A l’étranger, les premières manifestations d’expatriés israéliens ont également été signalées.

Les manifestations, qui se tiennent au mépris des règles de distanciation physique, sont sans précédent selon les normes israéliennes. Ils ont comblé le fossé politique béant entre une petite circonscription d’activistes anti-occupation – appelés de manière péjorative « gauchistes » en Israël – et le public juif israélien beaucoup plus large qui s’identifie politiquement comme étant au centre et à droite.

Pour la première fois, une partie des partisans naturels de Netanyahou est dans la rue contre lui.

Contrairement aux manifestations précédentes, comme un grand mouvement pour la justice sociale qui a occupé les rues en 2011 pour s’opposer à la hausse du coût de la vie, ces manifestations n’ont pas totalement évité les questions politiques.

La cible de la colère et de la frustration est clairement personnelle à ce stade, centrée sur la figure de Netanyahou, qui est maintenant le premier ministre israélien étant resté en poste le plus longtemps. Les manifestants l’ont rebaptisé « ministre du crime » d’Israël (jeu de mots entre Prime Minister / Crime Minister).

Mais ce qui alimente également les manifestations, c’est une atmosphère plus large de désenchantement, alors que les doutes grandissent sur la compétence de l’État pour faire face aux multiples crises qui se déroulent en Israël. Le virus a causé une misère sociale et économique incalculable pour beaucoup, avec jusqu’à un cinquième de la population active au chômage. Les partisans de Netanyahou dans les classes moyennes inférieures ont été les plus durement touchés.

Étant depuis longtemps entré dans la deuxième vague de l’épidémie, Israël a un taux d’infection par habitant qui dépasse même celui des États-Unis [au 3 août, Israël compte officiellement 74 102 cas (dont 47 551 actifs), et 546 décès, avec plus de 1 000 nouveaux cas détectés par jour ; ces chiffres n’incluent pas les territoires palestiniens, où il y a officiellement 12 541 cas et 84 décès]. L’ombre d’un nouveau confinement au cœur d’une mauvaise gestion du virus par le gouvernement a sapé la prétention de Netanyahou d’être « M. Sécurité ».

Les violences policières suscitent également des inquiétudes. Ces violences ont été mises en évidence par le meurtre en mai d’un Palestinien autiste, Eyad Hallaq, à Jérusalem.

Les répressions policières contre les manifestations, utilisant des escadrons anti-émeute, des agents d’infiltration, des policiers à cheval et des canons à eau, n’ont pas seulement souligné l’autoritarisme croissant de Netanyahou. On a également le sentiment que la police est prête à utiliser un niveau de violence contre les Israéliens dissidents qui était autrefois réservé aux Palestiniens.

Après avoir manipulé son rival de droite, l’ancien général militaire Benny Gantz, pour qu’il le rejoigne dans un gouvernement d’unité en avril, Netanyahou a effectivement écrasé toute opposition politique significative.

L’accord a brisé le parti « Bleu et Blanc » de Gantz, nombre de ses députés refusant d’entrer au gouvernement, et a largement discrédité l’ancien général.

Netanyahou se préparerait pour une nouvelle élection cet hiver, la quatrième en deux ans, à la fois pour profiter du désarroi de ses adversaires et pour éviter d’honorer un accord de rotation dans lequel Gantz devrait le remplacer à la fin de l’année prochaine.

Selon les médias israéliens, Netanyahou pourrait trouver un prétexte pour imposer de nouvelles élections en retardant davantage l’approbation du budget national, alors qu’Israël est confronté à sa pire crise financière depuis des décennies.

Et, bien sûr, éclipsant tout cela, il y a la question des accusations de corruption contre Netanyahou. Non seulement est-il le premier Premier ministre en exercice en Israël à être poursuivi en justice, mais il utilise son rôle et la pandémie à son avantage, notamment en retardant les audiences du tribunal.

Dans une période de crise profonde et d’incertitude, de nombreux Israéliens se demandent quelles politiques sont mises en œuvre pour le bien national et quelles autres ne visent qu’au bénéfice personnel de Netanyahou.

L’attention accordée par le gouvernement pendant des mois à l’annexion de pans du territoire palestinien en Cisjordanie a semblé constituer un geste visant à courtiser sa circonscription de colons, créant une dangereuse distraction qui a mis la lutte contre la pandémie au second plan.

Tags révisionnistes à Oradour-sur-Glane

Publié sur francetvinfo.fr Juliette CampionPierre Godon

France Télévisions le 22/08/2020

Tags révisionnistes à Oradour-sur-Glane : le gouvernement vise des filières « parfois organisées au niveau international »

Après la découverte de tags révisionnistes au Centre de la mémoire d’Oradour-sur-Glane, la classe politique française a fait part d’une consternation unanime, appelant à faire la justice sur cet acte.

Le mot « martyr » rayé d’un trait de peinture blanche, la mention « menteur » ajoutée et accompagnée d’une référence à un militant condamné pour négationnisme. Des tags révisionnistes ont été découverts vendredi 21 août sur les murs du Centre de la mémoire d’Oradour-sur-Glane (Haute-Vienne). Au lendemain des faits, samedi 22 août, la classe politique dénonce cet acte, qui vise un village martyr de la Seconde Guerre mondiale, et appelle à traduire ses auteurs en justice. 

 « Des filières parfois organisées au niveau international. » En visite sur place, le ministre délégué aux Transports, Jean-Baptiste Djebarri, a dénoncé un acte « lâche, violent et grave », qu’il est « nécessaire de ne pas laisser passer ». Ancien député de la circonscription, il a évoqué, sur BFMTV, des « filières d’extrême droite, négationnistes, parfois organisées au niveau international », qui nécessiteront « énormément de moyens pour les traquer et éventuellement pour les punir ».

 Colère de l’exécutif. Dans un communiqué, l’Elysée indique qu’Emmanuel Macron « condamne avec la plus grande fermeté cet acte inqualifiable ». Le chef de l’Etat « assure que tout sera fait pour que les auteurs de cet acte soient traduits en justice ». Le Premier ministre, Jean Castex, fait part de sa « colère » et de sa « consternation ». Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, souhaite que justice soit rapidement faite après cette « salissure abjecte ».

 Condamnations de toute la classe politique. Les politiques de tout bord ont réagi. « Honte aux responsables », a écrit Adrien Quatennens, coordinateur de La France insoumise. Le député Les Républicains Eric Ciotti se dit « écœuré et révolté » et appelle à « renforcer la transmission de cette mémoire ». Au Rassemblement national, le député Sébastien Chenu se montre tout aussi ferme : « Honte à ceux qui souillent la mémoire de ce village martyr. »

 Plus de 600 habitants massacrés. Le Centre de la mémoire d’Oradour-sur-Glane, ouvert en 1996, explique aux visiteurs des ruines du village martyr le contexte du massacre survenu le 10 juin 1944. Ce jour-là, la division SS Das Reich tuait 642 villageois. Les soldats nazis avaient rassemblé les hommes dans les granges du village et les avaient fusillés. Ils avaient regroupé femmes et enfants dans l’église avant d’y mettre le feu.

La fonte de la calotte glaciaire au Groenland aurait atteint un point de non-retour

La fonte accélérée de la calotte du Groenland

Publié sur futura-sciences.com le 18-08-2020

Dans cette région du globe qui se réchauffe deux fois plus vite que dans le reste du monde, rien ne semble arrêter désormais la fonte de la calotte glaciaire au Groenland. Les chutes de neige ne parviendront pas à contrebalancer les centaines de gigatonnes de glace qui se déversent dans l’océan, contribuant ainsi à l’élévation du niveau de la mer et mettant en péril la vie de millions d’habitants.

Au Groenland, la fonte de la calotte glaciaire est irrémédiable, selon des scientifiques qui avancent qu’elle continuerait à rétrécir « même si le réchauffement climatique s’arrêtait aujourd’hui » car les chutes de neige ne compensent plus les pertes de glace. « Les glaciers du Groenland ont en quelque sorte franchi un point de non-retour, où les chutes de neige qui reconstituent la calotte glaciaire chaque année ne peuvent plus contrebalancer la glace qui s’écoule des glaciers vers l’océan », a expliqué dans un communiqué l’Université d’Ohio State, où travaillent les auteurs de l’étude publiée par la revue Communications Earth and Environment, le 13 août.

Deux décennies de fonte accélérée 

Le changement climatique pèse lourd sur les glaciers et la fonte de la calotte glaciaire menace des dizaines de millions de personnes à travers le monde. Les rapports alarmants sur la fonte des glaces à travers le gigantesque territoire arctique, région qui se réchauffe deux fois plus vite que le reste de la planète, se multiplient depuis plusieurs années.

Cette île de deux millions de km2 (près de quatre fois la superficie de la France), bordée aux trois quarts par les eaux de l’océan Arctique, est recouverte à 85 % de glace. « L’étude confirme les résultats de nombreuses autres études (…) selon lesquels la combinaison de la fonte et du détachement des icebergs explique la grande quantité de glace perdue du Groenland au cours des deux dernières décennies », a résumé pour l’AFP Ruth Mottram, climatologue de l’Institut danois de météorologie (DMI), spécialiste de l’Arctique.

Dans les années 1980 et 90, la calotte glaciaire perdait environ 450 gigatonnes (environ 450 milliards de tonnes) de glace par an, remplacée par les chutes de neige, ont relevé les scientifiques après l’analyse de quelque 40 ans de données. À partir des années 2000, la fonte s’est accélérée, grimpant à 500 gigatonnes mais n’a pas été compensée par les chutes de neige. « La calotte glaciaire du Groenland perd de sa masse à un rythme accéléré au XXIe siècle, ce qui en fait le plus important contributeur à l’élévation du niveau de la mer », souligne l’étude.

Le point de non-retour est-il atteint ? 

Toutefois, si la fonte des glaciers groenlandais liée au changement climatique est extrêmement préoccupante, d’autres membres de la communauté scientifique estiment prématuré de parler d’un point de non-retour. « Nous ne savons pas de combien les concentrations en gaz à effet de serre vont augmenter », a expliqué à l’AFP Ruth Mottram.

Les résultats publiés dans Nature montrent que « même si nous stabilisions les températures (et les émissions de gaz à effet de serre) au niveau actuel, la calotte glaciaire continuerait à fondre, mais seulement jusqu’à ce que sa taille soit à nouveau en équilibre avec le climat», a-t-elle indiqué.

D’après une étude récente de l’Université de Lincoln (Royaume-Uni), la fonte des glaces au Groenland devrait contribuer à hauteur de 10 à 12 cm à la hausse du niveau des mers d’ici 2100. Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) avait estimé, en 2013, que le niveau des mers monterait de 60 centimètres d’ici la fin du siècle.

En outre, la fonte de la calotte glaciaire n’est pas seulement un symptôme du changement climatique, elle est aussi un facteur de réchauffement de la Planète. Lorsque la glace fond, elle est remplacée par l’océan qui réverbère moins les rayons du soleil et les absorbe, accélérant le dégel.

7 èmes Rencontres de la LDH-66 Décoloniser nos imaginaires – LES 25 ET 26 SEPTEMBRE 2020 HALL GUY MALÉ, 24 QUAI NICOLAS SADI CARNOT – PERPIGNAN

LES 25 ET 26 SEPTEMBRE 2020

HALL GUY MALÉ, 24 QUAI NICOLAS SADI CARNOT PERPIGNAN

Du néolibéralisme au Commun, en présence de Pierre Dardot

Des paillotes du Bourdigou aux cabanes des  Gilets Jaunes

Vendredi 25 septembre à 15 h

  • Présentation générale des deux journées par Françoise Attiba
  • Table ronde, la commune libre du Bourdigou introduite par Patricia Bachkine
  • Projection du film «Bordigo, « el paradis perdut»
  • Lecture de « Imagine un instant » de Maurice Durozier, bourdiguero des premiers moments, artiste au Théâtre du Soleil, « S’il y a eu un esprit bourdiguero, c’est bien la résurgence du rêve perdu des exilés de la guerre d’Espagne, c’était eux, à l’époque qui ont construit le Bourdigou, avec tout ce qu’ils trouvaient sur les chantiers, décharges, terrains vagues. »
  • Chorale, des chants du Bourdigou
  • 17H45 : Table ronde : les gilets jaunes ou  l’expérience commune de la lutte , introduite par Paul Luc

Samedi 26 septembre à 15 h

  • 15h : des expériences du « commun », la psychothérapie institutionnelle,    Francesc Tosquelles psychiatre lui-même, Catalan et réfugié républicain, pratique  clairement issue d’un fond de culture anarchisante catalane des années vingt et trente.  
  • 15h30 : Introduction au sujet du néolibéralisme par Jacques Pérez. Lors du colloque Lippmann, dès 1938, se réunissaient des économistes pour s’entendre sur les principes du néolibéralisme…
  • 16h30  : Intervention de Pierre Dardot, philosophe. Il écrit avec son complice Christian Laval : « Nous avons posé le commun comme un principe politique (…) il traduit les aspirations des mouvements hostiles au capitalisme et les formes de leurs actions, il nourrit des pratiques relatives à la création et au gouvernement des communs. »

     La ligue des Droit de l’Homme 66

Expulsion d’une vingtaine de sans-papiers dont deux familles avec enfants à Perpignan

Le Comité de soutien aux sans-papiers , dont la LDH-66 est membre, dénonce cette expulsion dramatique pour les familles alors qu’il avait demandé un délai au juge d’application. Une audience était même programmée pour le 7 septembre.

Publié sur lindépendant.fr le 12/08/2020 

Perpignan : une vingtaine de sans-papiers expulsés d’un hôtel abandonné

Ce mercredi 12 août, la police a expulsé une vingtaine de sans-papiers, dont deux familles avec enfants, d’un hôtel squatté au 52 avenue Mermoz, à Perpignan. Les associations dénoncent.

Sur le trottoir, ils sont une douzaine assis sur des sacs plastiques. Deux vieux écrans TV, un climatiseur portable éreinté, des valises, quelques vivres, des œufs s’agglutinent face au 52 avenue Mermoz. Une dizaine de jeunes Guinéens, dont un en fauteuil roulant, un père de famille serbe et ses trois enfants de 9, 10 et 14 ans observent les policiers et les services techniques de la ville boucler les accès de cet hôtel occupé depuis 14 mois par ces sans-papiers.

A 8 heures, ce mercredi 14 août, l’établissement aux fenêtres éventrées a été évacué. « Dans le calme et sans violence », témoignent deux jeunes Guinéens. « Nous sommes maintenant à la rue. Sans lieu, sans presque rien et en plein Covid », ajoutent-ils. « Impossible de rentrer dans notre pays, où rien ne va ».

Un peu plus loin, les gamins serbes, scolarisés à Perpignan depuis plusieurs mois, servent d’interprète à leur père. « On ne comprend pas », soupire-t-il. « On est à la rue, sans rien, avec mes enfants. Que va-t-on devenir ? ». Le désespoir supplante la colère.

La préfecture assure que « les occupants se sont vu proposer une solution de relogement d’urgence »

Roger Hillel, membre du Comité de soutien aux sans-papiers, décrypte : « La justice avait accordé 14 mois d’occupation du site, à charge de trouver des solutions alternatives pour la suite. Mais, avec le Covid, tout a été mis en sommeil. Nous avions demandé un délai au juge d’application. Une audience était programmée ce 7 septembre. Nous savions que ce n’était pas suspensif, mais nous pensions que dans les conditions actuelles, les autorités attendraient l’audience pour prendre des décisions. Cette expulsion est humainement dramatique ».

« L’évacuation du bâtiment, occupé sans droit ni titre, au 52 avenue de Mermoz à Perpignan est l’application d’une ordonnance d’expulsion du 3 avril 2019 obtenue par la mairie de Perpignan propriétaire des lieux », communique la préfecture des P.-O. « Le juge des référés avait donné dans cette ordonnance un délai de 12 mois aux occupants pour évacuer les locaux. L’opération d’évacuation s’est déroulée dans de bonnes conditions avec l’appui des forces de police et des services de la mairie de Perpignan et en présence de l’huissier de justice dûment mandaté.
Les occupants ont fait l’objet d’une enquête sociale préalable et se sont vu proposer une solution de relogement  d’urgence ».

Thierry BouldoireV

Biélorussie: la répression se poursuit après la ré-élection de l’autocrate Alexandre Loukachenko

Publié sur le monde.fr le le 13 août 2020 avec AFP

Après la présidentielle, 700 manifestants arrêtés mercredi, plusieurs milliers d’interpellations et deux morts.

Au moins 6 700 personnes ont été interpellées depuis le 9 août et l’annonce de la réélection d’Alexandre Loukachenko, que les manifestants accusent de fraude.

La répression se poursuit contre les manifestants qui s’opposent à l’élection, frauduleuse selon eux, d’Alexandre Loukachenko, autocrate qui règne sur le pays depuis plus d’un quart de siècle.Leministère biélorusse de l’intérieura annoncé, jeudi 13 août, l’arrestation de quelque 700 manifestants de plus la veille, quatrième jour d’une contestation violemment réprimée, faisant deux morts.

Au moins 6 700 personnes ont été interpellées depuis le 9 août et l’annonce du résultat de l’élection présidentielle, qui a offert un sixième triomphe à Loukachenko avec 80,23 % des suffrages. Pour ses partisans, c’est une novice en politique, Svetlana Tikhanovskaïa, qui a gagné, après une campagne qui a suscité une ferveur jamais vue dans l’ex-République soviétique. Cette modeste femme au foyer, qui s’était présentée pour remplacer son mari emprisonné, a dû fuir le pays mardi après avoir été menacée par les autorités.

Le ministère biélorusse de l’intérieur a estimé que la contestation faiblissait « mais le niveau d’agressivité à l’égard des forces de l’ordre reste élevé », relevant que 103 policiers avaient été blessés, dont 28 sont hospitalisés. Aucun bilan détaillé n’a été publié concernant les manifestants contre lesquels balles en caoutchouc, matraques et grenades sonores sont utilisées sans retenue.

Mercredi soir, les autorités biélorusses ont confirmé la mort d’une personne en détention, arrêtée durant la contestation, un décès qui s’ajoute à celui d’un manifestant lundi. Elles ont aussi reconnu un incident au cours duquel des balles réelles ont été tirées mardi, blessant une personne à Brest, dans l’ouest du pays.

Des célébrités prennent position

Des nouvelles manifestations s’organisaient néanmoins jeudi pour dénoncer la victoire de l’homme à poigne de Biélorussie. Dans la matinée, dans plusieurs villes du pays et notamment à Minsk, des dizaines de personnes sortaient pour le deuxième jour consécutif en ordre dispersé pour constituer d’éphémères chaînes humaines pacifiques, fleurs à la main, une forme de contestation qui a été moins violemment réprimée que les manifestations nocturnes.

A Minsk, ces foules, fleurs ou ballons blancs à la main, soutenues par les klaxons d’automobilistes, se sont rassemblées en chaînes longues de dizaines ou de centaines de personnes suivant les endroits, en bas d’entreprises, le long d’avenues ou autour de stations de métro. Ces chaînes sont majoritairement constituées de femmes, vêtues le plus souvent de blanc.

Des célébrités locales ont ces derniers jours multiplié les critiques à l’égard des autorités. La quadruple championne olympique de biathlon Darya Domracheva s’est adressée sur son compte Instagram aux « dirigeants des forces antiémeutes : ARRETEZ LA VIOLENCE ! Ne permettez pas que l’horreur se poursuive dans les rues ». Plus tard, elle a publié un deuxième message appelant « les deux parties » au calme. L’écrivaine Svetlana Alexievitch, seule Biélorusse distinguée par un prix Nobel, a accusé, mercredi, le président Alexandre Loukachenko d’entraîner son pays vers « la guerre civile ».

Les Etats-Unis et l’UE ont dénoncé les fraudes électorales et la répression, les Européens menaçant Minsk de sanctions. L’Ukraine voisine a pour sa part appelé ses ressortissants à éviter de se rendre en Biélorussie, et réclamé la libération « immédiate » de deux défenseurs ukrainiens des droits de l’homme qui ont été incarcérés.

Le Monde avec AFP

Lire aussi sur le site lesechos.fr

Biélorussie : 700 arrestations et un mort dans de nouvelles manifestations

Après les explosions, la révolte sociale gronde au Liban contre la classe politique corrompue

Publié sur lemonde.fr le 8 août 2020 – Le Monde avec AFP et Reuters  

Des milliers de Libanais manifestent leur colère, le premier ministre va proposer des élections anticipées

Des manifestants ont pris d’assaut le ministère des affaires étrangères samedi à Beyrouth. La colère est forte parmi les Libanais, quatre jours après l’explosion qui a fait 158 morts et plus de 6 000 blessés.

Le premier ministre libanais, Hassan Diab, a annoncé, samedi 8 août dans la soirée, qu’il allait proposer des élections parlementaires anticipées. Le pays est ébranlé par l’explosion meurtrière au port de Beyrouth, dont la population rend la classe politique responsable.

Dans un discours télévisé, il a estimé que seules « des élections anticipées peuvent permettre de sortir de la crise structurelle ». Il a ajouté qu’il était prêt à rester au pouvoir « pendant deux mois », le temps que les forces politiques s’entendent à ce sujet.

Le chef du gouvernement, qui a formé son cabinet en janvier après la démission de Saad Hariri fin octobre sous la pression d’un mouvement de protestation populaire, a déclaré qu’il soumettrait sa proposition lundi au conseil des ministres.

  • Un cratère de 43 mètres de profondeur

L’explosion, qui a dévasté le 4 août des quartiers entiers de la capitale libanaise, a fait au moins 158 morts et plus de 6 000 blessés, a annoncé, plus tôt dans la journée, le ministère de la santé. Le nombre de personnes portées disparues a, lui, été revu à la baisse. Il est désormais de 21, contre plusieurs dizaines évoquées dans la matinée.

L’ambassade de Syrie au Liban a fait savoir que 43 de ses ressortissants figurent parmi les morts, sans préciser toutefois si ces derniers sont inclus dans le bilan communiqué par les autorités libanaises. L’épouse de l’ambassadeur des Pays-Bas au Liban est, par ailleurs, décédée, samedi après-midi, des suites de ses blessures.Lire aussi  Comparée à d’autres catastrophes, quelle a été la puissance de l’explosion à Beyrouth ?

L’énorme explosion a engendré un cratère de 43 mètres de profondeur, a fait savoir dimanche une source sécuritaire libanaise, citant des évaluations effectuées par des experts français en pyrotechnie dépêchés sur le terrain. L’institut américain de géophysique USGS, basé en Virginie, avait indiqué que ses capteurs avaient enregistré l’explosion comme un séisme de magnitude 3,3 sur l’échelle de Richter.

Des secouristes libanais, français, allemands, russes et d’autres nationalités poursuivaient ce week-end leurs opérations sur les lieux de l’explosion pour tenter de retrouver des survivants.

  • Des milliers de Libanais manifestent

Des milliers de manifestants, dont certains brandissaient des nœuds coulants, se sont rassemblés dans le centre-ville pour exprimer leur profond rejet des dirigeants politiques auxquels ils demandent des comptes après l’explosion de mardi.

A proximité de la place des Martyrs, épicentre traditionnel des manifestations dans la capitale, des heurts ont opposé les forces de sécurité, qui ont tiré des gaz lacrymogènes, à de jeunes protestataires ripostant avec des pierres.

Sur la place, le mot d’ordre de milliers de personnes était « Le Jour du jugement ». Des guillotines en bois ont été installées et des protestataires ont brandi des cordes. « Le peuple veut la chute du régime », scandaient certains manifestants, brandissant des pancartes réclamant le départ des « assassins ».

Dans la soirée, des manifestants dirigés par des officiers de l’armée à la retraite ont pris d’assaut le siège du ministère des affaires étrangères à Beyrouth, le proclamant « quartier général de la révolution », selon des images diffusées en direct par les chaînes de télévision. L’armée a envoyé des renforts pour les déloger.

Des manifestants ont aussi tenté de prendre le quartier général de l’Association des banques, y mettant le feu avant d’être délogés par l’armée. Les protestataires ont également brièvement occupé les ministères de l’économie et de l’énergie. Ce secteur constitue le symbole de la gabegie des services publics, les coupures de courant alimentant la colère.

Un policier a été tué au cours des manifestations « en aidant des personnes coincées dans l’hôtel Le Gray », a annoncé la police libanaise sur Twitter, ajoutant qu’il avait « été agressé par un certain nombre d’émeutiers qui ont entraîné sa chute et sa mort ».

Selon un tweet de la Croix-Rouge libanaise, 63 personnes ont été blessées pendant la manifestation et transportées dans des hôpitaux, et 175 autres soignées sur place.

  • Démission de plusieurs députés libanais

La déflagration dans le port de Beyrouth a été provoquée par plusieurs tonnes de nitrate d’ammonium stockées depuis six ans dans un entrepôt « sans mesures de précaution », de l’aveu même du premier ministre libanais.Lire aussi : Un navire moldave et 2 750 tonnes de nitrate d’ammonium… au Liban, les premiers contours d’un scénario terrible

Celle-ci, la plus dévastatrice jamais survenue dans le pays, a également mis à la rue des centaines de milliers de personnes, alimentant la colère de la population contre la classe politique, accusée d’incompétence et de corruption.

Le chef du parti Kataëb (Les Phalanges libanaises), Samy Gemayel, a annoncé samedi sa démission ainsi que celle des deux autres députés du parti historique chrétien. Leurs départs viennent s’ajouter à ceux de deux autres parlementaires cette semaine : celui du député Marwan Hamadé, du bloc du chef druze Walid Joumblatt, et celui de la députée Paula Yacoubian, élue sur la liste de la société civile au Parlement.

« Le peuple libanais doit prendre une position historique. Un nouveau Liban doit émerger sur les ruines de l’ancien, que vous représentez », a lancé M. Gemayel à l’adresse de la classe politique, critiquant sans le nommer le président, Michel Aoun.

Ce dernier a rejeté vendredi toute enquête internationale sur l’explosion, estimant qu’elle ne ferait que « diluer la vérité ». Une vingtaine de fonctionnaires du port et des douanes ont été interpellés, selon des sources judiciaire et sécuritaire. Parmi eux, le directeur général des douanes, Badri Daher, et le président du conseil d’administration du port, Hassan Koraytem.Macron coprésidera une visioconférence des donateurs

Au moins 212 défenseurs de l’environnement ont été tués en 2019

Publié sur francetvinfo.fr

La moitié des meurtres se sont produits dans seulement deux pays : la Colombie et les Philippines.

Au prix de leur vie, un peu partout dans le monde, ils se battent contre la déforestation, les mines ou des projets agro-industriels : au moins 212 défenseurs de l’environnement ont été tués en 2019, selon Global Witness. « A une période où nous avons particulièrement besoin de protéger la planète contre les industries destructrices et émettrices de CO2, les meurtres de défenseurs de l’environnement et des terres n’ont jamais été aussi nombreux » depuis le début du décompte en 2012, constate l’ONG britannique.

Leaders autochtones, rangers chargés de protéger la nature ou militants… Le bilan annuel publié mercredi 29 juillet surpasse le précédent record de 2017 où 207 morts avaient été enregistrées. Comme chaque année, « nos chiffres sont presque certainement sous-évalués », avertit Global Witness.

La Colombie et les Philippines en tête

En 2019,  à elle seule, l’Amérique latine représente deux tiers de ce décompte macabre. Mais la moitié des meurtres se sont produits dans seulement deux pays : la Colombie, avec 64 victimes, et les Philippines, avec 43 morts. Dans les deux pays, comme dans le reste du monde, les représentants des peuples autochtones (40% des tués en 2019) qui vivent au plus près de la nature « subissent un risque disproportionné de représailles » lorsqu’ils se battent pour défendre « leurs terres ancestrales ». 

Par exemple aux Philippines, Datu Kaylo Bontolan, leader du peuple Manobo, a été tué lors d’un bombardement aérien en avril 2019 alors qu’il luttait avec sa communauté contre un projet minier. Les mines sont d’ailleurs le secteur le plus meurtrier pour les défenseurs de l’environnement (50 morts). L’agro-industrie arrive ensuite, avec 34 militants tués en s’opposant à des exploitations d’huile de palme, de sucre ou de fruits tropicaux, en grande partie en Asie.

Global Witness note d’ailleurs que 33 militants ont été tués en Amazonie (en grande majorité au Brésil), luttant contre la déforestation entraînée notamment par des grands projets miniers et agricoles. Défendre la forêt peut aussi coûter sa vie en Europe, continent pourtant le moins touché par les meurtres de défenseurs de l’environnement. Ainsi en Roumanie, où l’une des plus importantes forêts primaires d’Europe est victime d’exploitation sauvage, le garde-forestier Liviu Pop a été abattu en octobre après avoir surpris des bucherons illégaux. Un mois plus tôt, un autre était tué d’un coup de hache à la tête.


La déforestation, comme ici au Brésil en août 2019, fait partie des combats pour lesquels le plus de défenseurs de l’environnement se sont fait tuer en 2019. (JOAO LAET / AFP)

Alors que resurgit le coronavirus, Israël doit libérer tous les enfants palestiniens détenus

Publié le 29 07 2020 sur agencemediapalestine.fr

Ramallah, le 24 juillet 2020 – Defense for Children International – Palestine (DCIP) –  (Défense internationale des enfants – Palestine) appelle les autorités israéliennes à prendre des mesures immédiates pour libérer tous les enfants palestiniens détenus dans les prisons israéliennes en raison de la résurgence du nouveau coronavirus (COVID-19).

Cette semaine, un responsable du Service pénitentiaire de la prison israélienne d’Ofer en Cisjordanie occupée aurait été testé positif au coronavirus. Après cette annonce, les détenus palestiniens de la prison d’Ofer ont été testés au virus, selon le Club des prisonniers palestiniens. Au moins 29 enfants étaient détenus à la prison d’Ofer fin juin, selon les dernières données publiées par le Service pénitentiaire israélien (IPS).

Alors que le virus a d’abord été contenu en mai, les cas ont commencé à augmenter en juin en Israël et en Cisjordanie, y compris à Jérusalem-Est et dans la bande de Gaza. À ce jour, Israël a enregistré au moins 59 475 cas avec un total de 32 230 cas actifs, incluant plus de 1000 nouveaux cas par jour, selon Haaretz. En Cisjordanie et dans la bande de Gaza, il y a eu au moins 12 412 cas au total, dont plus de 500 nouveaux enregistrés le 24 juillet, et 73 décès, selon le ministère palestinien de la Santé. « Les autorités israéliennes doivent libérer immédiatement tous les enfants palestiniens détenus » a déclaré Ayed Abu Eqtaish, directeur du programme de responsabilité au DCIP. « Les autorités israéliennes n’ont aucun moyen pour garantir la santé et le bien-être des enfants palestiniens dans un contexte de résurgence de l’épidémie du coronavirus ».

Fin juin, 151 enfants palestiniens étaient détenus dans les prisons et les centres de détention israéliens, soit une augmentation de 6 % par rapport à mai, selon les données publiées par l’IPS. 48 % des enfants palestiniens détenus ont été placés en détention provisoire, selon les données de l’IPS. 79% des enfants palestiniens détenus par les autorités israéliennes l’étaient dans des prisons et des centres de détentions qui se trouvent à l’intérieur d’Israël, ce qui équivaut à un transfert illégal en violation de la Quatrième Convention de Genève.

Les enfants palestiniens emprisonnés par les autorités israéliennes vivent tout près les uns des autres, souvent dans des conditions sanitaires compromises, avec un accès limité aux ressources pour maintenir des routines d’hygiène minimales, selon les informations rassemblées par DCIP. L’impact du COVID-19 est exacerbé par ces conditions de vie ce qui fait que les enfants palestiniens dans les prisons et les centres détention sont de plus en plus vulnérables.

Le 19 mars, Defense for Children International-Palestine a appelé les autorités israéliennes à libérer immédiatement tous les enfants palestiniens détenus dans les prisons israéliennes en raison de la propagation mondiale rapide du COVID-19.

En mai, trois responsables des Nations-Unies ont appelé les autorités israéliennes à libérer tous les enfants détenus et à mettre fin aux arrestations durant la pandémie, déclarant dans un communiqué de presse conjoint, « (le) meilleur moyen de faire respecter les droits des enfants détenus au milieu d’une dangereuse pandémie, et dans n’importe quel pays, c’est de les libérer de leur détention et de mettre un moratoire sur les nouvelles admissions en centres de détention. Nous appelons les autorités israéliennes et palestiniennes à faire ainsi immédiatement »

Lors de l’épidémie initiale plus tôt cette année, les autorités israéliennes ont interdit aux avocats de visiter les prisons et les centres de détention pour des réunions de personnes avec les enfants, et les tribunaux militaires israéliens ont utilisé une liaison vidéo entre la salle d’audience et les prisons pour les audiences du tribunal. Alors que les avocats sont actuellement en mesure d’effectuer des visites dans les prisons et de rencontrer leurs clients, la résurgence de l’épidémie du coronavirus va probablement bientôt mettre fin à l’accès des avocats qui représentent les enfants palestiniens détenus.

Les enfants palestiniens dans les prisons et les centres de détention israéliens n’ont pas le droit de recevoir des appels téléphoniques réguliers. Cependant, à la suite d’une pétition récente adressée à la Haute Cour de justice israélienne, les autorités ont annoncé lors de l’audience du 2 avril que l’IPS avait publié une ordonnance temporaire qui autorisait les enfants palestiniens détenus à parler avec leur famille par téléphone pendant 10 minutes, une fois toutes les deux semaines, pendant la durée de la crise du COVID-19, selon HaMoked, une organisation israélienne de défense des droits de l’homme.

En dépit de cette ordonnance et depuis des semaines, les enfants dans la prison de Megiddo n’ont pu appeler leur famille qu’une seule fois, le 8 avril, et les enfants dans la prison d’Ofer n’ont jamais été autorisés à utiliser le téléphone, selon HaMoked. En mai, HaMoked a saisi la Haute Cour de justice pour lui demander que les enfants palestiniens détenus soient autorisés à contacter immédiatement leurs parents. La Cour doit émettre un avis le 26 juillet. À la fin juin, 89 enfants étaient détenus dans les prisons d’Ofer et de Megiddo en Israël, selon les données d’IPS.

À l’échelle mondiale, l’Organisation mondiale de la santé, le bureau du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme, et des experts des droits de l’homme des Nations Unies ont tous publié des lignes directrices et des déclarations qui soulignent la nécessité d’empêcher la propagation du COVID-19 dans les lieux de détention.

Israël a ratifié la Convention relative aux droits de l’enfant en 1991, s’obligeant à mettre en application l’ensemble des droits et des protections inclus dans le traité, y compris le fait que l’intérêt supérieur de l’enfant doit être une considération primordiale dans toutes les décisions concernant les enfants, et que la détention ne doit être utilisée que comme une mesure de dernier recours pour la durée la plus courte possible.

Israël se distingue de façon douteuse en étant le seul pays au monde à détenir et à poursuivre automatiquement et systématiquement des enfants devant des tribunaux militaires qui manquent des droits fondamentaux et de la protection d’un procès équitable. Israël détient et poursuit chaque année entre 500 et 700 enfants palestiniens devant les tribunaux militaires. Près de trois enfants palestiniens sur quatre détenus par les forces israéliennes subissent une violence physique, sous une forme ou une autre, selon les documents rassemblés par le DCIP.

Traducton : BP pour l’Agence Média Palestine

Source : DCIP

Agenda : les rendez-vous festifs et militants de l’été

Agenda : les rendez-vous festifs, écolos et militants de l’été

Publié le 1er aout 2020 sur (Reporterre)

Faire la fête, danser, mais aussi débattre, s’informer, lutter… Voici l’agenda de l’été de Reporterre, une sélection d’événements festifs, militants et écolos, en France, à ne pas rater.

Se former aux mobilisations dans un des camps climat régionaux

  • Du 20 juillet au 27 septembre, partout en France

« Afin de préparer les futures mobilisations pour le climat et la justice sociale », tout en respectant les consignes sanitaires, les associations Alternatiba, Action non violente COP21 et Les Amis de la Terre ont opté non pas pour un mais pour une myriade de camps climat régionaux.

Étalés du 20 juillet au 27 septembre, une vingtaine de rassemblements sont prévus aux quatre coins de la France. « L’objectif est toujours le même : poursuivre la montée en puissance du mouvement climat partout en France, renforcer notre résilience, et nous doter des outils permettant de construire le monde d’après », selon les organisateurs. Ces événements permettront d’informer et de former néophytes comme militants plus chevronnés aux divers aspects de la lutte climatique : action non-violente, relation avec les médias, coordination d’une marche… Le tout entremêlé de moments festifs et de conférences-débats.

  • Du 24 au 30 août, sur la Zad

La Zad réitère pour la quatrième fois sa semaine intergalactique, suivie du rassemblement Zad’envies. Toute la semaine, des rencontres et des projections seront organisées pour faire connaître et discuter des luttes menées partout sur la planète. Chili, Chiapas, Rojaja, Indonésie, Algérie…

Un virus traverse le monde : le virus de la révolte. […] Partout sur la planète gronde un courant d’air vif. Il insuffle espoir, amitié et solidarité entre les sacrifié.e.s, qui n’acceptent plus qu’on les prive de leur existence. Une bouffée d’oxygène entre gaz lacrymos et gaz à effets de serre pour celles et ceux qui veulent tout changer […] Les poumons remplis du désir d’une autre vie, d’espaces d’autonomies, d’humanité partagée, soufflons sur les braises encore et encore ! »

Sur place : accueil, camping, expos et tables d’info, coin projections, concerts, cantine à prix libre, bar, autogestion, visites de la Zad…

La suite sur le site Reporterre

Lettre au Haut-Commissaire aux droits de l’homme sur la mise en œuvre de la résolution sur la violence policière et le racisme structurel

Lettre ouverte signée par 360 organisations, dont la LDH

144 familles de victimes de violence policière et plus de 360 ​​organisations de la société civile ont approuvé cette lettre adressée au Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme concernant la mise en œuvre de la récente résolution du Conseil des droits de l’homme (A / HRC / 43 / L.50) adoptée le 19 juin 2020. Cette résolution faisait suite à un débat urgent « sur les violations actuelles des droits de l’homme d’inspiration raciste, le racisme systémique, la brutalité policière et la violence contre les manifestations pacifiques ».

TÉLÉCHARGER LA LETTRE AU FORMAT PDF

Justice pour Mohamed décédé dans une voiture de la police municipale à Béziers

« 07 avril-07 juillet : il y a trois mois déjà, Mohamed Gabsi décédait dans une voiture de la police municipale à Béziers
Toujours aucune parole officielle en direction de la famille, toujours pas d’accès au dossier, toujours pas de conclusion des analyses complémentaires demandées par le procureur…

L’été ne modifiera pas les faits, le temps n’y changera rien, la justice doit être dite.

Nous serons les témoins, nous serons les veilleurs, nous serons la mémoire

Rassemblement Place Garibaldi
Mercredi 08 Juillet 18H

Collectif Justice pour Mohamed »

Rapport d’Amnesty International sur les violences policières et la violation des droits humains pendant le confinement

Publié sur francebleu.fr le 24 juin 2020

Dans un rapport publié ce mercredi, l’ONG Amnesty International dénonce des « violences policières » et une « tendance préoccupante aux préjugés racistes dans la police », mis en évidence pendant les confinements notamment en France. Sa présidente en France répond aux questions de France Bleu Paris.

Amnesty International lance ce mercredi un appel à lutter « de toute urgence contre la triple menace que représentent la discrimination, l’utilisation illégale de la force et l’impunité de la police »L’ONG publie un rapport sur les pratiques policières pendant le confinement dans douze pays d’Europe, dont la France. Elle affirme « mettre en évidence une tendance préoccupante aux préjugés racistes au sein des forces de police, également soupçonnées d’exercer un racisme institutionnel« . 

Les chercheurs d’Amnesty International assurent que « les violences policières et les inquiétudes liées au racisme institutionnel ne sont pas nouvelles, mais la pandémie de COVID-19 et le contrôle coercitif de l’application des mesures de confinement qui en découlent ont révélé leur ampleur ».

Invitée de France Bleu Paris ce mercredi matin, la présidente d’Amnesty International France assure que « force est de constater que l’état d’urgence et le contrôle du respect des mesures sanitaires se sont malheureusement accompagnés de violations des droits humains. » Cécile Coudriou cite des discriminations envers « des populations déjà vulnérables ou marginalisées, comme les personnes migrantes et réfugiées ou Roms », et des « discriminations liées à l’origine ethnique, notamment dans des quartiers plus défavorisés »

Le rapport relève ainsi qu’en Seine-Saint-Denis, département le plus pauvre de France métropolitaine, où « une part élevée des habitants est noire ou d’origine nord-africaine, le nombre de contraventions pour infraction au confinement a été trois fois plus élevé que dans le reste du pays ». Et ce, « alors que le préfet disait lui-même que le confinement était bien respecté », souligne Cécile Coudriou sur France Bleu Paris. 

Dans la mesure où il y a une contradiction entre la déclaration du préfet et le fait qu’il y a eu trois fois plus d’amendes, on peut s’interroger sur le fait qu’il y ait eu discriminations » en Seine-Saint-Denis – Cécile Coudriou, présidente d’Amnesty International France 

Dix vidéos tournées en Ile-de-France analysées

L’ONG a aussi analysé 15 vidéos de contrôles de police ou d’interpellations en France pendant le confinement contre le coronavirus, dont dix en Ile-de-France. Selon le rapport, l’usage de la force « n’était justifié dans aucun des cas, car dans aucune de ces situations, les personnes ne représentaient une menace apparente pour l’intégrité physique des policiers ou autres ».

Cécile Coudriou précise : « il y a un croisement des violations. Il y a la question de la discrimination, mais aussi ce qu’on appelle l’usage illégitime de la force : une forme d’escalade dans la réponse par la répression, plutôt que de chercher au contraire à désamorcer la situation », poursuit la présidente d’Amnesty International France. 

Une réforme en profondeur 

Parmi les images analysées : celles de l’arrestation de Samir, 27 ans, Egyptien résidant en France depuis dix ans. Il s’était jeté dans la Seine pour fuir la police, à l’Ile-Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) le 26 avril. Sur la vidéo, on entend les policiers proférer des propos racistes. « Les policiers ont heureusement été suspendu immédiatement – ce qui est rare, trop rare », salue Cécile Coudriou.

Amnesty International France appelle _« à une réforme qui permette de lutter plus efficacement contre l’impunité_. C’est la troisième violation : le manque d’accès à la justice quand des personnes sont victimes de discriminations. Il y a trop peu souvent des cas où cela amène justement à des poursuites judiciaires et à des sanctions. » 

La stratégie du déni, que ce soit par rapport aux violences policières ou aux discriminations, ne peut plus fonctionner. Aujourd’hui, il faut regarder en face la réalité, sans pour autant généraliser. Il faut vraiment trouver des solutions » – Cécile Coudriou, présidente d’Amnesty International France

Des milliers de Palestiniens rassemblés contre l’annexion des colonies et de la vallée du Jourdain

Publié sur france24.com

La LDH soutien les droits du peuple palestinien à vivre en toute souveraineté sur ses terres et sa lutte contre le plan américain de Trump qui conduit à l’annexion des territoires palestiniens par le premier ministre d’Israel, l’autocrate Netanyahou au pouvoir depuis 14 ans.

Des milliers de Palestiniens ont manifesté, lundi à Jéricho, lors du plus grand rassemblement en Cisjordanie contre le plan de l’administration Trump pour le Proche-Orient, qui prévoit l’annexion par Israël des blocs de colonies juives et de la vallée du Jourdain. 

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté, lundi 22 juin, à Jéricho, en Cisjordanie occupée, contre le plan américain pour le Proche-Orient, fustigé par le leadership palestinien.

Il s’agit du plus grand rassemblement en Cisjordanie depuis l’annonce, fin janvier, du projet du président Donald Trump, alors que les précédentes mobilisations manifestations avaient réuni des dizaines ou quelques centaines de protestataires.

Le parti Fatah de Mahmoud Abbas, à la tête de l’Autorité palestinienne (AP), avait appelé à une mobilisation massive malgré les restrictions liées au coronavirus à Jéricho, ville arabe à la pointe sud de la vallée du Jourdain, près de la mer Morte, en Cisjordanie.

« Pas d’État palestinien sans la vallée du Jourdain », « la Palestine n’est pas à vendre », « le plan Trump ne passera jamais », « le droit international est clair, nous sommes ici en Palestine », pouvait-on lire sur des pancartes.

Le plan de l’administration américaine prévoit l’annexion par Israël des colonies juives et de la vallée du Jourdain, vaste plaine agricole, en Cisjordanie, et la création d’un État palestinien sur un territoire réduit.

De son côté, l’Autorité palestinienne dit avoir rallié des soutiens internationaux contre ce projet, alors que le gouvernement du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu doit annoncer à partir du 1er juillet sa stratégie pour mettre en place le plan américain.

« Je suis venu ici pour protester contre l’annexion car il n’y aura plus de terre pour un État palestinien si Israël annexe », a expliqué à l’AFP l’un des manifestants Mohammed Ichloon, 48 ans, venu du camp de réfugiés de Aqabat Jaber, situé à la sortie de la ville.

« Nous ne laisserons pas Israël voler nos terres », a renchéri Kamal Saïd, un employé d’une ONG chrétienne vivant dans le même camp.  

« Vous n’êtes pas des locataires ici, c’est votre maison »

Et l’émissaire de l’ONU pour le Proche-Orient, Nickolay Mladenov, a pris la parole pour critiquer le plan Trump tout en appelant les Palestiniens à s’y opposer pacifiquement.

« Vous n’êtes pas des locataires ici, c’est votre maison », a lancé Nickolay Mladenov aux Palestiniens, appelant les diplomates à ne « pas perdre une seconde, une minute ou une heure » pour agir contre le projet d’annexion.

Today, I joined #EU#Russia#China#Japan#Jordan to express support to the #Palestinian people. My message was simple— do not stray away from the path of non violence, do not lose hope for a Palestinian state living side-by-side and in peace with #Israel.— Nickolay E. MLADENOV (@nmladenov) June 22, 2020

« L’ONU croit que l’annexion est contre le droit international (…) Et si elle se réalise, cela tuera l’idée que la paix et un État pour les Palestiniens peuvent être obtenus via des négociations », a-t-il déclaré, exhortant les Palestiniens à « ne pas s’éloigner du sentier de la non-violence ». 

« Ne perdez pas de vue l’objectif d’un État palestinien libre, sur cette terre, et aux côtés d’Israël (…) alignés sur les frontières de 1967 », remises en cause par le projet d’annexion, a-t-il ajouté.

Dans la foulée de l’occupation de la Cisjordanie en 1967, Israël y a établi ou légalisé un réseau de colonies, illégales selon le droit international. Aujourd’hui, plus de 450 000 personnes vivent dans les colonies en Cisjordanie, un nombre ayant augmenté de près de 50 % durant la dernière décennie, selon les données israéliennes.

Des pays européens et du Moyen-Orient ont mis en garde contre l’annexion de pans de la Cisjordanie par Israël sans toutefois annoncer de mesures concrètes. Et des responsables chinois et russes ont aussi pris la parole lundi au rassemblement de Jéricho, a constaté une équipe de l’AFP.

« Nous avons désormais avec nous une large coalition internationale contre le projet israélien d’annexion de terres en Cisjordanie », composée des « pays arabes, des pays non-alignés, de l’Afrique et de l’Europe », a déclaré lundi à l’AFP le secrétaire général de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), Saëb Erakat.

« Aucun pays n’est en dehors de cette coalition, sauf Israël et les États-Unis », a-t-il affirmé.

Avec AFP

Plus jamais ça ! Un monde à reconstruire Priorité à la relance du train des primeurs Perpignan Rungis et au fret ferroviaire

Appel commun Alternatiba-66, Jeunes pour le climat-66, Citoyens pour le climat-66, CGT-66, Solidaires-66, FSU-66

À la suite de la tribune « Plus jamais ça, préparons le jour d’après », une pétition fédérant plus de 20 organisations demandant au gouvernement de prendre immédiatement 34 mesures concrètes pour un plan de sortie de crise a réuni près de 200 000 signatures. 

Face à la crise sanitaire, il ne s’agit pas aujourd’hui de relancer une économie profondément insoutenable écologiquement et socialement ! Aussi, les signataires demandent que s’engagent sans plus attendre des politiques publiques de long terme pour ne plus jamais revivre ça :

  1. Un plan de développement de tous les services publics
  2. Une fiscalité bien plus juste et redistributive
  3. Un plan de réorientation et de relocalisation solidaire de l’agriculture, de l’industrie et des services, pour les rendre plus justes socialement, en mesure de satisfaire les besoins essentiels des populations, de répondre à la crise écologique. 

Dans ce contexte, et malgré les annonces du Président et du gouvernement concernant l’écologie et le développement durable, les choix libéraux entraînent une politique de casse de l’outil industriel ferroviaire. Les récentes annonces concernant l’avenir du train des Primeurs n’ont rien de réjouissant puisque la dernière circulation date du 12 juillet 2019. Le train devait circuler à nouveau au 1er novembre 2019. Aujourd’hui, toujours rien malgré les « belles promesses »! 

Au contraire, la SNCF supprime le poste traitant du SAV du train. Et pire, dès ce vendredi 19 juin, un convoi de 33 wagons frigorifiques qui permettaient de transporter les fruits et légumes est parti pour la destruction définitive. 

Ce train représente l’équivalent de 25 000 camions supplémentaires/an sur nos routes avec des dégâts considérables (augmentation de la pollution, de l’accidentologie et de la congestion du réseau routier dont l’A9 déjà saturée avec plus de 10 000 camions/jour. 

C’est inacceptable ! 

Depuis l’ouverture à la concurrence du FRET ferroviaire, et malgré les recommandations du Grenelle de l’Environnement et de la COP 21, la SNCF n’a eu de cesse de réduire la part des trafics FRET ferroviaire en augmentant considérablement ses tarifs tout en développant ses filiales afin de réaliser des bénéfices. Nous constatons ainsi un recul considérable du nombre de marchandises transportées par rail au profit de la route si bien qu’aujourd’hui en France, jamais aussi peu de marchandises n’ont été acheminées par le rail (moins de 10 % de la part modale). 

Pourtant face aux enjeux environnementaux et à la sécurité des approvisionnements, le transport par rail apparaît comme la solution écologique et économique la plus appropriée. 

La crise du Covid-19 aura permis de mettre en avant l’intérêt stratégique de ce mode de transport. 

Aujourd’hui, d’autres solutions existent ! 

Face à cette situation alarmante d’enjeu national, l’ensemble des organisations signataires du plan de sortie de crise prennent position fermement pour le maintien et le développement de liaisons ferroviaires pour la filière et le transport de marchandises et appellent le gouvernement et la ministre des transports à prendre position publiquement en imposant à Fret SNCF :

  • De maintenir le sillon existant et de relancer immédiatement le train des primeurs Perpignan et Rungis ! 
  • De renommer un commercial Fret SNCF sur Perpignan pour travailler en lien avec les producteurs locaux et les entreprises d’export de St-Charles afin d’adapter les trains de marchandises aux besoins des entreprises. 
  • De déclarer le Fret Ferroviaire d’Utilité Publique. 
  • De regrouper le Fret ferroviaire en totalité au sein d’une Entreprise Publique du Transport Ferroviaire 
  • De relancer une politique offensive en faveur du wagon isolé, qui est la seule alternative à un report modal vers le fer pour un développement de l’économie industrielle localisée. 

Au Brésil, un peuple récemment contacté est décimé par le Covid-19

Publié sur Reporterre le 22 juin 2020

Au Brésil, les Arara du territoire de Cachoeira Seca (NDLR : en français, cascade sèche) sont le groupe autochtone dont le taux connu d’infection par Covid-19 en Amazonie brésilienne est le plus élevé : selon les statistiques officielles, 46 % des 121 Arara vivant dans la réserve sont infectés par le virus. Les experts estiment même qu’il est très probable que tous les Arara du territoire soient désormais infectés.

« La nouvelle est potentiellement dévastatrice pour ce peuple, qui n’a été contacté qu’en 1987 et qui est particulièrement vulnérable aux maladies extérieures », a écrit Survival International dans un communiqué, vendredi 19 juin. La propagation du Covid-19 dans cette région n’est pas surprenante : « Ce territoire autochtone est l’un des plus envahis de toute l’Amazonie, avec des centaines de bûcherons, d’accapareurs de terres, d’éleveurs et de colons opérant illégalement à l’intérieur de ses frontières », a précisé l’ONG.

Un homme arara a décrit la situation à Survival : « Nous sommes très inquiets. Au poste de santé [près du village], il n’y a pas de médicaments, pas de ventilateur. Nous voulions un ventilateur pour ce poste afin de ne pas avoir à aller en ville. Le village se trouve à trois jours de la ville, où se trouve l’hôpital. » Avec l’appui d’associations comme Survival International, les Arara ont également exigé l’expulsion immédiate de « tous les envahisseurs de leur territoire et une réponse sanitaire complète » pour éviter les morts.

La COIAB, l’organisme de coordination des organisations autochtones de l’Amazonie brésilienne, a dit récemment dans une déclaration : « Depuis le début, nous dénonçons l’avancée du coronavirus vers les terres autochtones et les risques de contamination de nos territoires. La Covid-19 est maintenant entrée et se répand rapidement. Nous sommes au bord du désastre. Nous menons une bataille quotidienne pour survivre, non seulement à la Covid-19, mais aussi au démantèlement des lois, à l’arrêt de la démarcation et de la protection de nos territoires, au ciblage de nos terres et de nos vies, aux assassinats de nos leaders et aux mesures législatives anti-autochtones du gouvernement fédéral. »

Manifestation pour les soignants à Perpignan : « La santé publique nous concerne tous »

Publié sur l’Indépendant le  16/06/2020 

Les personnels de santé du public et du privé étaient nombreux ce 16 juin 2020 sur la place de Catalogne. Ils et elles défendent le droit à la santé pour tous/tes. La LDH-66 considèrent les droits sociaux comme des droits humains fondamentaux qu’il faut défendre et améliorer par la mobilisation la plus large possible.

Mobilisation du secteur médico-socila à l’appel de diverses organisations syndicale. Environ un milier de personnes, profésionnels de santé et soutiens se sont rasemblés sur la place de catalogne à Perpignan. Mise à la poubelle de la médaille reçue pour remercier le personnel soignant.

Ce mardi 16 juin 2020, soignants et usagers ont investi la place de Catalogne à Perpignan afin de réclamer des moyens pour le service public de santé dans la foulée de la crise du Covid-19.

La grogne ne se cantonne pas au seul hôpital de Perpignan. Ce mardi matin, lors du rassemblement qui s’est tenu sur la place de Catalogne, l’établissement emblématique de la lutte contre le Covid en pays catalan était bien représenté. Mais les soignants de l’hôpital psychiatrique de Thuir et des cliniques étaient également au rendez-vous. Tout comme leurs homologues des Ehpad, les infirmiers libéraux, les aides à domicile, ou encore les pompiers. Et la liste est encore loin d’être exhaustive.

L’objectif des manifestants ? S’opposer aux fermetures de lits et réclamer des moyens pour les secteurs sanitaire et médico-social (dont « 3000 embauches dans les P.-O. »), ainsi que des revalorisations salariales (« 300 euros nets mensuels minimum ») pour l’ensemble de leurs salariés.

1000 manifestants selon la CGT, 500 selon la police

Selon la CGT, qui appelait au rassemblement avec la FSU et Sud-Solidaires, ils étaient un millier à avoir répondu présent ce mardi matin. La préfecture a de son côté dénombré environ 500 manifestants.

À noter : finalement, une délégation du syndicat FO, qui ne s’était pas associé à l’appel à manifester initial, a également rallié le rassemblement.

Les usagers étaient également nombreux à s’être déplacés. Pour Catherine et Jean-Pierre, deux sexagénaires résidant à Montesquieu-des-Albères, rien de plus normal : « La santé publique nous concerne tous. Les soignants abattent un travail de fou. Il faut qu’ils puissent vivre dignement de leur métier. »

Confinés à cause du manque de lits

Cécile, une artiste de 46 ans, est plus loquace. « Le système social français doit absolument bénéficier d’un investissement budgétaire important, estime-t-elle. Ma mère a passé les fêtes à la clinique. Le personnel a été très gentil avec nous. Je n’ai rien à redire. Mais beaucoup avaient des valises sous les yeux. Une infirmière est même allée pleurer dans la salle de bains tellement elle était fatiguée… Je pense qu’il faut vraiment augmenter les effectifs et les salaires pour tous les corps de métiers, et pas seulement pour les médecins et les infirmiers. Si on veut pouvoir faire face en cas de nouvelle crise sanitaire, il est nécessaire d’investir. » 

Ce n’est pas Julien Berthélémy, du secrétariat départemental de la CGT, qui dira le contraire. « Nous avons été confinés car nos hôpitaux n’avaient pas assez de lits pour faire face à l’afflux de patients », accuse-t-il.

La concertation gouvernementale (Segur) lancée afin de plancher sur un plan de sauvetage de l’hôpital ? « C’est une coquille vide, répond le cégétiste. Elle n’empêchera pas les fermetures de lits et les réductions d’effectifs. » D’où tout l’intérêt de la mobilisation.

Collectif Inter Urgences : « Le Segur est une mascarade »

Le collectif Inter Urgences, créé l’an dernier pour réclamer des moyens pour l’hôpital public, s’est également associé à la mobilisation. « Il faudrait faire le bilan de cette crise, afin de déterminer ce qui a été bien fait et ce qui ne l’a pas été, martèle un infirmier perpignanais membre du collectif. Nous avons notamment connu une grosse pénurie de matériel (masques, surblouses, etc.). Certains collègues du service de réanimation ont fini avec des sacs-poubelles en guise de surblouses… À mon avis, ce qui nous a sauvés, c’est que nous sommes un département rural sans grosse métropole, sans métro et sans tramway. Pour moi, le Segur est une mascarade. Les infirmiers y sont sous-représentés et les aides-soignants n’ont même pas droit de cité. Ce sont encore les médicaux et les administratifs qui vont décider pour nous… » 

VILLAGE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE MARDI 16 JUIN 2020 à partir de 10h30 – place de Catalogne – PERPIGNAN

Dans le cadre de la journée nationale de grève et de mobilisation unitaire le 16 juin 2020 « Tous ensemble, salarié.e.s, usagers, population, Mobilisé.e.s et déterminé.e.s à obtenir satisfaction » organisée par les organisations syndicales paramédicales et médicales AMUF, SNIP CFE-CGC, CGT, FO, SUD et UNSA, les collectifs Inter Urgences, Inter Hôpitaux, le printemps de la psychiatrie et la Coordination Nationale des Comités de Défense des Hôpitaux et des Maternités de proximité

La LDH-66 soutien l’initiative

Nous venons de traverser une période inédite où la pandémie COVID-19 a fait ressortir encore plus violemment la confrontation entre deux positions de classes et d’idéologies.
La santé et la protection sociale ont toujours été parmi les préoccupations principales de la population. Mais notre service de santé est malade : les choix et les décisions politiques libérales pris depuis des années ont anéanti ce qui faisait notre richesse et notre fierté. Les gouvernements qui se succèdent depuis des décennies portent le même discours : la santé a un coût.

Regrouper, fusionner et économiser pour augmenter leurs profits, anéantir notre protection sociale – notre acquis social né du Conseil national de la Résistance et de le transmettre au secteur privé. Ces choix sont réalisés au détriment des conditions de travail des millions de salarié·e·s qui exercent au sein du service hospitalier et d’accueil des patient·e·s.
Le plan « SEGUR » mis en place par l’exécutif est déjà qualifié de mascarade. Pour preuve, des plans de suppressions d’emplois continuent en ce moment même de s’appliquer dans les hôpitaux.
Sur le département des Pyrénées-Orientales, la CGT66 exige :
– Un financement à la hauteur des besoins de la sécurité sociale ainsi qu’un système de santé, de protection sociale et des services publics qui répondent aux besoins de la population
– La création d’au moins 3 000 emplois directs pour les secteurs de la santé (public comme privé) et de l’aide à la personne (Aide à domicile, EHPAD…), un véritable Plan emploi-formation et la titularisation des emplois précaires
– Une augmentation générale des salaires pour tous les personnels ainsi que la reconnaissance des qualifications, des responsabilités et de la pénibilité des métiers de la Santé
– les moyens de protection ainsi que le matériel et les outils nécessaires pour exercer en toute sécurité 

Venez nombreuses et nombreux
avec vos masques!!! Pour défendre notre système de santé et de protection sociale (repas tiré du sac ou pris auprès des petits commerçants du centre ville)
Pétition en ligne: http://chng.it/syxgr5BS

Tract de la CGT

Tract CGT-Hôpital de Perpignan

Tract CGT-Hôpital- de Thuir

Communiqué unitaire

POUR LE DROIT DE MANIFESTER ! COMMUNIQUE UNITAIRE

Communiqué unitaire dont la LDH est signataire

Avec la décision de déconfinement, les supermarchés, les transports publics, les marchés, les parcs, les musées, le Puy du fou, les lieux de culte sont ouverts et les personnes autorisées à s’y rendre en respectant les distances préconisées par les mesures sanitaires.

Le droit de manifester reste interdit. Ainsi, de nombreux rassemblements et manifestations l’ont été en région parisienne et dans d’autres villes, dont une manifestation de sans-papiers qui a réuni 10 000 personnes le 30 mai et un rassemblement contre le racisme et les violences policières de 25 000 personnes le 2 juin. Aujourd’hui, des sans-papiers sont poursuivis et les initiateur-trice-s des manifestations sont menacé-e-s par le Préfet de police de Paris.

Le droit de manifester est un droit fondamental. Il est garanti par l’article 10 de la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen de 1789 et l’article 9 de la Convention européenne des droits de l’Homme.

Nous exigeons du gouvernement le respect immédiat de ce droit, l’engagement à cesser toute poursuite contre les initiateur-trice-s des manifestations et les participant-e-s.

D’ores et déjà d’autres manifestations sont annoncées et auront lieu. Le gouvernement et les préfectures se discréditeront si elles en restent aux mesures actuelles d’interdiction et de répression.En effet l’urgence sanitaire ne justifie en rien la confiscation de la démocratie d’autant plus lorsque des choix sociétaux sont imposés par la période.


Signataires : Action aid, ANV Cop 21, Alternatiba, Attac, CGT, Communauté de l’Arche non violence, Confédération paysanne, Convergences services publics, fondation Copernic, Csp75 / CISPM, Droit au logement, FSU, Gilets jaunes de Saillans, LDH, Les Amis de la terre, Marche des solidarités, Notre affaire à tous, SAF, SM, SNJ, Solidaires, Tous migrants, UNEF.

Paris, le 10 juin 2020

TÉLÉCHARGER LE COMMUNIQUÉ EN FORMAT PDF

Des milliers de policiers s’échangent des messages racistes sur un groupe Facebook

Publié sur Streetpress.com

Dans un groupe Facebook privé, réservé aux forces de l’ordre et qui compte plus de 8.000 membres, des policiers surtout et quelques gendarmes postent de nombreux montages, messages et commentaires racistes et sexistes.

Le montage se veut satirique, il fait surtout l’apologie de morts violentes mettant en cause des policiers. Chacun des symboles grossièrement collés sur les visages des 4 porteurs de cercueils ghanéens est une allusion lourde de sens. Le panneau « danger haute tension » pour la mort de Zyed et Bouna en 2005. Un poteau, pour le décès de Sabri à Argenteuil le 17 mai dernier. Une portière d’un véhicule de police en référence à la jambe écrasée d’un homme de 30 ans à Villeneuve-la-Garenne pendant le confinement. Et enfin un train, comme celui qui a enlevé la vie à Kémyl, 18 ans, à Montigny-lès-Cormeilles le 27 mai. Le montage – titré « le karma » – a été diffusé sur Facebook par un fonctionnaire de police parisien et approuvé par plus de 200 membres des forces de l’ordre.

Lire la suite avec les captures d’écran sur facebook

–> Nouveaux messages racistes et insultes contre StreetPress, la vie continue sur le groupe Facebook de policiers

–> SIGNEZ LA PÉTITION DE LA LDH POUR UNE POLICE SANS RACISME !

CONTRE L’ISLAMOPHOBIE ET TOUS LES RACISMES, FACE AUX VIOLENCES POLICIÈRES ET AUX TENTATIVES D’INTIMIDATION : NOUS NE NOUS LAISSERONS PAS CALOMNIER

Communiqué commun dont la LDH est signataire

Le 5 juin à 23h50, le syndicat Synergie-Officiers de la police nationale tweetait ceci :

« Journée de deuil pour nombre de participants de la manifestation du 10 novembre 2019 (à 2 pas de Charlie Hebdo) pour partie recyclés dans le business des pseudos #ViolencesPolicieres et qui pratiquent le #racisme décomplexé quand il s’agit de #policiers. »

Pour illustrer le deuil auquel il est fait référence, le tweet ajoutait un lien vers l’article « Mali : la France annonce l’élimination du chef d’Al-Qaïda au Maghreb islamique » publié sur le site du Point le 5 juin au soir.

« Nombre » de participants à la marche du 10 novembre contre l’islamophobie seraient donc, selon ce syndicat, des partisans d’Al-Qaïda. L’amalgame est grave et lourd de sens, il est habituellement manié par l’extrême droite.

Pour préciser de qui il parle, Synergie précise qu’il s’agit des participants à la marche qui sont aujourd’hui « recyclés dans le business des violences policières ».

Quant à la mention d’un « racisme décomplexé quand il s’agit de policiers » c’est une accusation qui vise à empêcher la contestation de violences policières. Ces violences ne sont pas des « dérives individuelles » : c’est bien une institution gangrénée par le racisme qui les produit.

Nos organisations ont appelé à la Marche du 10 novembre contre l’islamophobie, elles dénoncent aujourd’hui les violences policières grandissantes dans notre pays : elles sont donc directement visées par le syndicat Synergie-Officiers.

Synergie se présente comme un « syndicat majeur du corps de commandement de la Police Nationale » et est affilié à la CFE-CGC.

Les propos contenus dans le tweet de ce syndicat sont au minimum injurieux et mensongers et nous ne nous laisserons pas calomnier.

Nous continuerons de nous mobiliser contre l’islamophobie et tous les racismes, nous continuerons de dénoncer les violences policières.

Paris, le 8 juin 2020

Signataires : Attac, Association pour la taxation des transactions financières et l’action citoyenne ; Cedetim, Centre d’études et d’initiatives de solidarité internationale ; Collectif du 10 novembre contre l’islamophobie ; Comité Adama ; FUIQP, Front uni des immigrations et des quartiers populaires ; LDH, Ligue des droits de l’Homme ; Union syndicale Solidaires

TÉLÉCHARGER LE COMMUNIQUÉ AU FORMAT PDF

Perpignan : ils refusent « le confinement des libertés » (l’Indépendant)

Mobilisation à l’appel de la Ligue des droit de l’homme


Cette manifestation pour les libertés et contre les violences policières s’inscrivait aussi dans le cadre de la journée nationale de manifestations pour que justice soit faite à Georges Floyd, Adama et toutes les victimes. C’est une réussite avec plus de 500 personnes à Perpignan dont les Gilets jaunes et beaucoup de jeunes.
Elle était organisé par L’ORDL  (Observatoire pour le Respect des Droits et Libertés à Perpignan) qui regroupe de nombreuses organisations dont la LDH qui en est l’initiatrice. LDH66

Publié dans l’Indépendant du 6 juin 2020

Syndicats, partis politiques de gauche, associations d’aide aux sans-papiers et Gilets jaunes ont manifesté ce samedi 6 juin 2020 à Perpignan pour dénoncer « un recul des libertés fondamentales ».

« Nous reprenons la rue et les places ». La gauche contestataire a retrouvé le chemin du centre-ville après trois mois d’arrêt suite à la crise du Covid-19. À l’appel de plusieurs organisations politiques et syndicales, un demi-millier de manifestants s’est rassemblé ce samedi après-midi sur la place de Catalogne puis devant le palais de justice. 

L’occasion de remettre sur le devant de la scène la « défense de nos droits fondamentaux, de nos libertés individuelles et collectives. Nous pensions, avec l’état d’urgence entré dans le droit commun il y a deux ans, avoir touché le fond. Eh bien non ! Avec l’état d’urgence sanitaire, voté en mars, nous nous rapprochons encore plus dans notre pays d’un Etat d’exception permanent et liberticide », a détaillé la porte-parole de l’Observatoire pour le respect des droits et libertés. 

Prenant exemple sur la situation de Perpignan durant la période de confinement, les militants ont également dénoncé « la répression qui s’est abattue dans les quartiers prioritaires où on a pu observer des interventions policières et militaires disproportionnées »

Des militants qui n’ont pas oublié également de saluer les mouvements de protestation nés ces derniers jours suite à la mort aux Etats-Unis de Georges Floyd et les rassemblements en hommage à la mémoire d’Adama Traoré qui a trouvé la mort en juillet 2016 à l’issue de son interpellation. 

Julien Marion

Il y a urgence démocratique ! Samedi 6 juin : Manifestation à 14h30 Place de Catalogne – à Perpignan

Non au confinement de nos libertés !

Le gouvernement, qui a géré de façon particulièrement catastrophique la pandémie de coronavirus, utilise maintenant la crise sanitaire pour aggraver sa politique antisociale et autoritaire : atteintes toujours plus brutales à nos droits sociaux (allongement du temps de travail hebdomadaire, remise en cause des congés payés, obligation de prendre des RTT…) et atteintes à nos libertés individuelles et collectives.

Nous pensions, avec l’état d’urgence entré dans le droit commun il y a deux ans, avoir touché le fond. Eh bien non ! Avec l’état d’urgence sanitaire, voté en mars, nous nous rapprochons encore plus dans notre pays d’un état d’exception permanent – et liberticide :

  • concentration de pouvoirs exorbitants dans les  mains du pouvoir politique qui peut gouverner par décrets et ordonnances, hors de tout contrôle démocratique, dans les domaines les plus étendus (du droit du travail au droit des sociétés…)
  • suspension de certaines garanties juridiques et démocratiques, prévues par la Constitution
  • allongement des délais maximums de détention provisoire, sur simple décision administrative, sans l’assistance d’un avocat
  • droit d’expression et de manifestation bafoué, liberté de circulation restreinte
  • répression accrue – contre les Gilets jaunes, les habitants des quartiers populaires, les militants syndicaux -, arbitraire policier
  • surveillance généralisée de la population au moyen de drônes, de traçage numérique…

En quoi de telles mesures antidémocratiques combattent le Covid-19 ?!

Arrêtez de nous infantiliser ! La population dans sa grande majorité est bien consciente de la nécessité de mesures pour faire face et sait ce qu’il faut faire pour se protéger et protéger les autres.

La preuve, nous l’avons apportée par la solidarité populaire qui a pris en charge les plus vulnérables d’entre nous. Par la mobilisation constante des soignant-e-s et des « petites mains » couseuses de masques, ainsi que par les travailleur.ses indispensables à la poursuite d’une vie collective minimale, sans que le gouvernement y soit pour quelque chose, et même contrairement à ce qu’il préconisait. Y compris pour combattre la pandémie, nous avons besoin de démocratie. D’encore plus de démocratie !

L’Observatoire pour le respect des droits et libertés (ORDL 66*) exige le rétablissement de nos droits fondamentaux, de nos libertés individuelles et collectives : de manifestation, d’expression, de circulation, de liens sociaux…

IL Y A URGENCE DEMOCRATIQUE !

RETROUVONS NOUS SAMEDI 6 JUIN

à 14h30 Place de Catalogne – Perpignan


 (*) L’ORDL 66, a été constitué en 2015 en réaction aux mesures liberticides de l’état d’urgence, et est composée de : AFPS – ASTI66 – ATTAC66 – UD CGT66 – CNT66 – Collectif anti-ogm – EELV – « En commun » 66 – Femmes Solidaires – FSU – Génération.s – Groupes d’action de la Fr.Insoumise – Legal Team 66 – Liaison P. Ruff F.A – Ligue des droits de l’Homme – MJCF – MRAP – NPA66 – PCF66 – PG66 – Syndicats SOLIDAIRES 66 – SNESPJJ66

APPLICATION « STOP COVID » : NON AU TRAÇAGE NUMÉRIQUE !

Communiqué commun : LDH, SNJ, SNJ CGT, Union syndicale Solidaires

A partir de ce mardi 28 avril, les parlementaires vont être amenés à examiner un texte permettant la mise en œuvre d’une application de traçage numérique dénommée « StopCovid ». Cette application anti-coronavirus, présentée comme l’outil idéal du déconfinement, porte en elle un ensemble de dispositions gravement attentatoires aux libertés individuelles et collectives, et totalement contraires à la Constitution française et à toutes les conventions internationales.

Développée par le gouvernement français par le biais de l’Institut national de recherche en sciences et technologies du numérique (Inria), avec divers partenaires européens, cette appli permettrait à chacun de savoir, via une alerte sur son smartphone, si une personne croisée récemment était testée positive au Covid-19. Chaque utilisateur serait référencé dans une base de données centrale, sous la forme d’un identifiant unique anonyme.

‪Un dispositif très centralisé, qui n’est aucunement une garantie contre un possible contrôle de l’outil et de ces milliards de données personnelles par son propriétaire : un « Big brother » d’Etat ou les Gafa.‬ Basé sur le consentement ou le volontariat, ce qui peut paradoxalement freiner son efficacité, et sur l’utilisation généralisée du smartphone, dont 44% des plus de 70 ans ne sont pas équipés, cet outil n’a pas convaincu nombre d’experts quant à sa fiabilité.

‪Dans un avis rendu public dimanche 26 avril, la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) souhaite ainsi que « certaines garanties supplémentaires » soient apportées par le gouvernement et met en garde contre « le solutionnisme  technologique ».

‪D’apparence presque ludique, cette appli ressemble plus à un projet politique destiné à faire oublier les mensonges et les approximations du gouvernement, l’impuissance des autorités ligotées par des années de destruction du service public de santé, les défaillances d’Etat largement documentées par la presse (pas de masques, pas de tests…) dans la préparation et la gestion de la pandémie.

‪« StopCovid » s’annonce comme un véritable bracelet électronique passé « volontairement » au poignet des Français. Sur la base d’une forme de chantage liant ce « volontariat » à la réussite du déconfinement et à la protection de la santé des citoyens.‬

‪Cette application et le stockage des données seraient « temporaires », selon le gouvernement. Mais temporaires jusqu’à quand ? Qui est capable de prédire la fin de cette crise sanitaire inédite ? La fin de la pandémie étant plus qu’incertaine, ces dispositions portent en elles le risque d’une accoutumance à une surveillance généralisée, banalisée et pérenne.

‪A l’image de ce qui se passe dans le cadre du droit du travail, le contexte exceptionnel d’aujourd’hui est propice aux dérogations provisoires, amenées à durer. Dans un passé très récent, ce sont déjà des situations exceptionnelles qui avaient permis d’installer dans la durée des dispositions liberticides, comme celles de la loi Renseignement de 2015 et bien d’autres lois de circonstance, qui attaquent les libertés fondamentales et transforment les citoyens en suspects possibles permanents.‬

‪Le Syndicat national des journalistes (SNJ), le Syndicat national des journalistes CGT (SNJ-CGT), la Ligue des droits de l’homme (LDH) et l’Union syndicale Solidaires appellent tous les parlementaires à voter contre cette fausse solution miracle, véritable danger pour les libertés publiques et les droits de l’Homme.

Paris, le 27 avril 2020‬

Signataires : LDH, SNJ, SNJ CGT, Union syndicale Solidaires

Malgré l’interdiction de la préfecture, le rassemblement de soutien aux sans-papiers et réfugiés s’est tenu à Perpignan

Publié sur L’Indépendant le 30-05-2020

La photo publiée a été faîte en début – le rassemblement, terminé avec un soixantaine de personnes, était organisé par le Comité se soutien aux sans-papiers du 66, collectif dont faite partie la LDH.
Ce rassemblement, interdit par la préfecture des PO, s’est déroulé pacifiquement sur la place de la République. Une fois de plus plusieurs commentaires racistes ont été déposés. La LDH-66 interviendra auprès du journal.

Perpignan : malgré l’interdiction de la préfecture, ils se réunissent pour soutenir les sans-papiers

Ils étaient une quarantaine de militants ce samedi 30 mai 2020 au matin sur la place République à répondre à l’appel du Comité de soutien aux sans-papiers 66.

Ce samedi, en fin de matinée, la place République retrouvait une vie (presque) normale. Car, outre l’ambiance grouillante de vie du marché hebdomadaire, cette artère de l’hypercentre recevait sa première manifestation depuis le confinement. Une quarantaine de personnes s’est réunie pour témoigner leur soutien aux sans-papiers. Des militants réclamant la régularisation de « ces populations fragiles qui l’ont d’autant plus été durant la crise sanitaire« , selon Josie Boucher, présidente de l’association Solidarité avec Tous les Immigrés 66. L’activiste souligne également que ce public sans-papiers « a dû être entassé dans des foyers durant le confinement ou laissé à la rue, sans masque ni protection« .Aux côtés du Comité de soutien aux sans-papiers 66, organisateur du rendez-vous, des représentants de différents syndicats ont fait acte de présence. À l’instar de la CGT et de Solidaires. Cette manifestation symbolique a donc réuni une quarantaine de personnes dont l’écrasante majorité, si ce n’est tout le monde, arborait un masque. Pourtant, la préfecture des Pyrénées-Orientales n’avait pas autorisé le maintien de cette réunion puisque les rassemblements de plus de 10 personnes sont pour l’instant prohibés. Présentes sur les lieux, les forces de l’ordre se sont assuré de la non-mobilité de la manifestation sans pour autant disperser les participants.

Diane Sabouraud

Retour sur les diverses agressions de l’extrême-droite le dimanche 17 mai à Montpellier

mardi 26/05/2020 – 17:20

1 – Communiqué du local associatif Le Barricade

Alors que la manifestation des Gilets Jaunes du samedi 16 mai a été durement réprimée par les forces de l’ordre, les militants d’extrême droite de La Ligue du Midi, de l’Action française et de la Ligue des Volontaires ont complété le travail de la police.

Acte 1 : Une douzaine de fascistes croisent un journaliste indépendant montpelliérain près de la gare. A douze contre un, ils déclenchent une bagarre avant de prendre la fuite.
Acte 2 : Les même fascistes se rendent ensuite au local associatif le Barricade, lieu au service des luttes sociales où se tiennent divers ateliers gratuits et ouverts. Ils brisent la vitrine avant de repartir en direction du centre ville.
Acte 3 : Les mêmes individus se rendent à la manifestation des groupes d’extrême droite « interdite » par le préfet. La manifestation se tient pourtant sous le regard bienveillant des forces de l’ordre. Un traitement très différent de la violence déployée la veille contre les Gilets Jaunes.
Acte 4 : Des manifestants d’extrême droite menacent une journaliste de l’AFP et lui volent son téléphone. Les fascistes prouvent encore une fois leur rôle d’auxiliaires de police au service de la classe dominante.

Enhardis, les fascistes multiplient leurs minables agressions sur Montpellier, en se pensant hors de toute atteinte. Ils se trompent. Les initiatives de solidarité, les manifestations et les lieux de résistance se multiplient. Les violences de la police et de l’extrême droite ne parviendront pas à stopper les luttes sociales.

2 – Lettre au préfet de la Ligue des droits de l’Homme de Montpellier

3- Article publié sur France bleu Hérault

Manifestations à Montpellier : la police plus souple avec la Ligue du Midi qu’avec les gilets jaunes ?

GLOBAL NUTRITION REPORT SUR LE COVID-19 : SELON LES PRÉVISIONS LE NOMBRE DE PERSONNES SOUFFRANT DE LA FAIM VA DOUBLER CETTE ANNÉE

Les droits à l’alimentation et à la santé pour tou.te.s devraient être une obligation prioritaire pour tous les états et les institutions internationales. C’est pourquoi la communauté internationale et ses états devraient renforcer les systèmes sanitaires et de santé publique et transformer les systèmes alimentaires industriels injustes au profit de l’agroécologie…

Communiqués de presse du 12 mai 2020, par actioncontrelafaim.org

Le COVID-19 doit provoquer une action mondiale accrue pour mettre fin à la sous-nutrition, selon les prévisions le nombre de personnes souffrant de la faim va doubler cette année.

SELON LE RAPPORT MONDIAL SUR LA NUTRITION 2020 (GNR) LA LUTTE CONTRE LA MALNUTRITION SOUS TOUTES SES FORMES PROGRESSE TROP LENTEMENT ET DE MANIÈRE INÉGALE À TRAVERS LE MONDE.

Ce rapport tire la sonnette d’alarme alors que le nombre de personnes souffrant d’insécurité alimentaire dans le monde va doubler. Action contre la Faim met en garde contre le fait que COVID-19 ne doit pas détourner l’attention du traitement et de la prévention de la malnutrition, si l’on veut éviter qu’un plus grand nombre de personnes ne meure des conséquences de la faim que du COVID-19 lui-même. Plus que jamais, dans ce contexte de pandémie, la communauté internationale doit renforcer les systèmes de santé et promouvoir des systèmes alimentaires plus équitables au cœur de la réponse face au virus.

Mais aujourd’hui, le GNR révèle qu’aucun pays n’est en voie d’atteindre les objectifs de l’Assemblée mondiale de la santé (AMS) concernant la réduction de toutes les formes de malnutrition. Pire encore, le GNR avertit que les progrès en matière de malnutrition sont profondément inégaux et lents – en 2018, seul un enfant de moins de cinq ans sur trois souffrant de malnutrition aiguë sévère a reçu un traitement.

Les systèmes de santé déjà fragiles sont surchargés à cause du COVID-19 et risquent d’interrompre les services essentiels de nutrition. C’est déjà une réalité dans les pays où Action contre la Faim intervient, comme au Myanmar et en Inde.

Afin de réagir efficacement et de prévenir de nouvelles crises, la communauté internationale doit renforcer et protéger les services de santé et de nutrition existants et supprimer les obstacles financiers à leur accès. Les familles ne doivent pas être obligées de se sur-endetter pour avoir accès au traitement, car leurs moyens de subsistance sont déjà affectés par COVID-19. Il est urgent de redoubler d’efforts pour parvenir à la couverture maladie universelle (CSU). La nutrition doit être un élément central pour répondre aux besoins des communautés les plus vulnérables et les plus difficiles à atteindre. Les agents de santé communautaires ont un rôle crucial à jouer à cet égard et toute formation ou soutien doivent les inclure en tant que membres clés du personnel de santé.

Le GNR a raison de se concentrer sur les limites des systèmes alimentaires qui ne permettent pas aux pays d’assurer la continuité d’une alimentation accessible, sûre, abordable, nutritive et saine. Action contre la Faim exhorte la communauté internationale à utiliser la crise de COVID-19 comme une opportunité de transformer les systèmes alimentaires industriels et injustes et de placer l’agroécologie au cœur de ce changement. Une alimentation variée et riche en nutriments doit être accessible à tous, afin d’accroître la résilience au climat et de limiter les dommages causés à la biodiversité. Nous ne devons pas attendre plus longtemps pour nous attaquer aux inégalités en matière de santé et d’alimentation, qui sont principalement le résultat de décisions politiques.

Le financement d’urgence pour lutter contre le COVID-19 ne doit pas se faire au détriment du financement de la nutrition, d’autant plus que les engagements actuels en matière de dépenses de nutrition prennent fin en 2020 – de nouveaux engagements financiers et politiques des donateurs sont nécessaires. De même, les progrès réalisés pour inclure les dépenses en matière de nutrition dans les budgets nationaux ne doivent pas être perdus.

La tenue du Sommet Nutrition 4 Growth prévue au mois de décembre à Tokyo, devra être un moment fort de mobilisation internationale autour de la lutte contre la faim – des millions de vie en dépendent.


*265 millions de personnes sont menacées d’insécurité alimentaire grave en 2020, contre 135 millions en 2019
https://www.wfp.org/news/covid-19-will-double-number-people-facing-food-crises-unless-swift-action-taken

PROROGATION DE L’ÉTAT D’URGENCE SANITAIRE : DES ORGANISATIONS DE LA SOCIÉTÉ CIVILE DÉPOSENT UNE CONTRIBUTION EXTÉRIEURE POUR ALERTER LES NEUF SAGES

Communiqué commun

L’Association pour la défense des libertés constitutionnelles (Adelico – qui rassemble des juristes éminent-e-s), la Ligue des droits de l’Homme, le Syndicat des avocats de France et le Syndicat de la magistrature ont adressé dimanche 10 mai au Conseil constitutionnel une contribution extérieure. Pour la loi de prorogation de l’état d’urgence sanitaire, approuvée samedi soir par le Sénat et l’Assemblée nationale, le Conseil constitutionnel a fait l’objet de deux saisines, d’une part par le Président de la République lui-même, et d’autres part, par 63 député-e-s membres des groupes La France insoumise, socialiste, Gauche démocratique et Libertés et territoires.

Dans cette « PORTE ÉTROITE » (expression consacrée pour désigner ce type de contribution), les organisations relèvent toute une série de dispositions de la loi votée samedi 9 mai, qu’elles considèrent contraires à la Constitution.

Le Conseil constitutionnel doit rendre sa décision dans la journée de lundi 11 mai.

Ce travail collectif a été mené dans des délais records, grâce à une collaboration entre les membres de l’Adelico et plusieurs membres du RÉSEAU DE VEILLE SUR L’ÉTAT D’URGENCE SANITAIRE (LDHSAFSM, avocats, universitaires).

Paris, le 11 mai 2020

TÉLÉCHARGER CETTE CONTRIBUTION EXTÉRIEURE AU FORMAT PDF

Soigner n’est pas ficher – L’éthique des médecins n’est pas à vendre – Communiqué du Syndicat de la Médecine Générale

Pour le communiqué au format PDF

Soigner n’est pas ficher – L’éthique des médecins n’est pas à vendre

En préparation du post-confinement, l’Assurance maladie demande aux médecins généralistes de collecter des données personnelles sur leurs patient·e·s atteint·e·s du coronavirus, mais également sur leurs proches et les personnes avec lesquelles ils et elles sont en contact1. Contrairement à ce qui est avancé, ce n’est pas de la santé publique et si les médecins suivent, ils.elles trahiront leur éthique professionnelle.

Les médecins devront transmettre ces données (coordonnées complètes, résultats des tests) sur des plateformes numériques dénommées « contact Covid ». Le projet de « loi prorogeant l’état d’urgence sanitaire » qui doit être adopté cette semaine2 prévoit que ces données pourront « être partagées, le cas échéant sans le consentement des personnes intéressées ». 

Les contours juridiques restent flous, un décret et des ordonnances sont annoncés dans le projet de loi. Les premiers éléments connus dessinent un système portant atteinte aux libertés et au secret médical. Et les questions restent nombreuses et inquiétantes :

– Qui aura accès à ces informations très sensibles ? La Caisse nationale d’Assurance maladie mentionne des plateformes départementales formées de personnels médicaux et administratifs des Caisses primaires d’Assurance maladie pouvant être appuyées par des « structures extérieures volontaires ».

– Quelle utilisation sera faite de ces informations ? Le but est d’identifier toutes les personnes potentiellement en contact d’une personne malade et de les confiner chez elles, donc de les priver de liberté. Le gouvernement semble toutefois, vu le tollé suscité, avoir renoncé à faire appliquer cet isolement par la contrainte.

– Comment seront conservées ces données sensibles ? Le projet prévoit une conservation des données a priori de un an, ce qui est déjà extrêmement long pour une maladie évoluant sur quelques semaines. De plus, ces données pourraient venir alimenter le Health Data Hub dont la mise en œuvre pose des problèmes de sécurisation des données3.

Nulle part, il n’est fait mention de la question du secret médical qui est donc allègrement bafoué. 

Comment considérer qu’une politique de santé publique puisse être efficace sans respecter l’éthique ? Sans le secret médical et la confiance qui en découle entre la personne soignée et le/la soignant·e ? Comment imaginer que les personnes concernées feront confiance aux professionnel·le·s de santé si elles savent que les informations qu’elles donnent seront divulguées, sans savoir à qui ?

Mépriser et infantiliser, contraindre et sanctionner n’améliorent par les conditions sanitaires. Au contraire, l’efficacité de la réduction des risques a été prouvée grâce à des pratiques d’information, de dépistage, de mise à disposition de matériel et d’autonomisation des personnes (cf. par exemple l’histoire des luttes contre le VIH ou le VHC).

Soigner n’est pas ficher, soigner n’est pas contraindre ! « contact Covid » serait un précédent très dangereux de contrôle sanitaire des populations exercé par l’intermédiaire des soignant·e·s. Les médecins ne sont pas des enquêteur·trice·s, des contrôleur·euse·s. 

L’éthique des soignant·e·s n’est pas à vendre ! Pourtant l’Assurance maladie promet, pour s’assurer de la participation des médecins, une rémunération supplémentaire en échange de ces données : majoration de 30 € de la (télé)consultation auxquels s’ajouteront 2 €, voire 4 € pour tout cas contact supplémentaire renseigné ! 

Nous, Syndicat de la médecine générale, appelons, les professionnel·le·s mais aussi les patient·e·s, et tous les citoyen·ne·s, 

– à refuser cette pratique de fichage indigne qui porte atteinte à l’éthique professionnelle et qui, en dégradant la confiance qui existe entre les soigné·e·s et les soignant·e·s, risque d’aggraver la situation sanitaire au lieu de l’améliorer.

– à promouvoir, dans le cadre de cette épidémie de Covid, une véritable politique de santé publique respectueuse de l’éthique professionnelle et s’appuyant sur la capacité des citoyen·ne·s à prendre en charge leur santé. Cela signifie la mise en place d’actions de prévention efficaces car adaptées aux territoires et fondées sur la coopération entre toutes les personnes et structures concernées, mais aussi et surtout sur les compétences et les savoirs des usager·ère·s, des professionnel·le·s et des nombreuses structures associatives et/ou militantes de terrain.

Contacts : 

Mathilde Boursier : 06.74.21.60.57

Camille Gendry : 06.76.71.39.08

Catherine Schmitt : 06.03.56.32.24

1. https://stats.info.ameli.fr/m//MDEwMDk1OTU2MzMyOTswMVAxMjY1NzM5NzU1O3N0ZXBoYW5lLmFuZHJpZXVAaWNsb3VkLmNvbTswOzIwMjAtMDQtMzBUMTc6NTI6MjQrMDI6MDA_a63HLvTUB9HPjL52nMmBTIHr98

2. https://fr.scribd.com/document/459488341/Projet-de-loi-prorogeant-l-etat-d-urgence-sanitaire-et-completant-ses-dispositions#from_embed

3. https://www.april.org/tribune-pour-des-donnees-de-sante-au-service-des-patients

Syndicat de la Médecine Général

52 rue Gallieni, 92240 Malakoff

Tél/Fax: 01 46 57 85 85

syndmedgen@free.fr – www.smg-pratiques.info

Le coronavirus menace de « génocide » les Indiens d’Amazonie : un appel urgent adressé aux autorités du Brésil

Publié sur France-Inter  (Cliquer sur le lien pour écouter l’émission))

Un appel aux autorités brésiliennes demande la protection des populations indigènes d’Amazonie contre le coronavirus, « menace extrême pour leur survie ». Leur sécurité s’est affaiblie avec la pandémie.

Le covid-19 peut-il provoquer un génocide ? Cette question grave est posée dans un appel de personnalités internationales concernant le risque que fait courir la pandémie pour une des populations les plus fragiles au monde : les derniers Indiens d’Amazonie, au Brésil.

C’est la crainte exprimée dans un appel publié hier dans la presse mondiale, et adressé aux autorités brésiliennes. Il leur demande d’agir « de toute urgence » pour protéger les indiens d’Amazonie de l’arrivée du virus, qualifié de « menace extrême pour leur survie ».

C’est le photographe franco-brésilien Sebastiao Salgado qui est à l’initiative de cet appel avec son épouse Lélia, lui qui a abondamment documenté, depuis des années, la destruction de la forêt amazonienne, habitat naturel de quelque 300.000 personnes, issues de plus de 200 peuples indigènes du Brésil.

On pense immédiatement -et l’appel de Salgado y fait explicitement référence- à ce qui s’est passé il y a cinq siècles, lorsque les colonisateurs européens sont arrivés sur le continent américain, emmenant avec eux des maladies contre lesquelles les populations indigènes n’avaient aucune immunité. Au nord et au sud de l’Amérique, elles ont été décimées par la variole, la grippe, ou encore le typhus.

Au Mexique, au XVI° siècle, la variole fut un facteur-clé dans la chute de la ville de Tenochtitlàn, la capitale des Aztèques, assiégée par les colons espagnols conduits par Hermàn Cortès. Près de la moitié de la population fut décimée par l’épidémie, et les conquistadors firent le reste.

La pandémie est bien présente au Brésil où elle a déjà fait plus de six mille morts. La position du Président Jaïr Bolsonaro fait polémique car il est dans le déni, et s’oppose à l’action des gouverneurs qui ont décrété le confinement dans les principales régions.

Le cas de l’Amazonie est particulier. Ces territoires sont en principe réservés par la loi aux peuples indigènes. Mais ils sont aussi l’enjeu, depuis des années, de la poussée incessante des lobbies économiques, orpailleurs, exploitants forestiers, ou éleveurs de bétail. Selon l’appel lancé hier, les activités illicites de ces groupes se sont accélérées ces dernières semaines parce que les autorités chargées de protéger ces territoires ont été immobilisées par la pandémie.

Résultat, selon Salgado, privée de bouclier protecteur contre le virus, la population indienne fait désormais face à un vrai risque de « génocide causé par la contamination apportée par des intrus sur leur sol ».

L’an dernier, le monde entier s’était ému des incendies géants qui s’étaient déclarés en Amazonie. Le président Bolsonaro s’était offusqué de ce qu’il qualifiait d’ingérence. Depuis, il n’a eu de cesse de défaire l’arsenal législatif qui protège l’Amazonie et ses habitants indigènes.

Cette menace sur ces populations en danger concerne, comme l’an dernier, le monde entier ; car, comme le soulignent les signataires de l’appel, « leur disparition serait une tragédie colossale pour le Brésil, et une immense perte pour l’humanité ».

Publié sur Le Journal du Dimanche  (Cliquer sur le lien pour lire l’article en entier)

L’appel urgent pour sauver les peuples indigènes du Brésil

Le photographe Sebastião Salgado et une cinquantaine de signataires dont Paul McCartney, Madonna, Naomi Campbell ou encore Meryl Streep demandent dans cette tribune que le président brésilien Jair Bolsonaro prenne des mesures pour venir en aide aux peuples indigènes face à la menace du Covid-19.

UN PROCUREUR RIDICULE MAIS DANGEREUX

Le 27.04.2020

Communiqué LDH

Le procureur de la République de Toulouse a demandé aux services de police d’intervenir au domicile de personnes ayant affiché à leurs balcons des banderoles portant l’inscription « Macronavirus, à quand la fin ? ».

Des policiers se sont donc rendus aux domiciles de ces dangereux délinquants et ont procédé à au moins une garde à vue sur le fondement juridique d’un « outrage à personne dépositaire de l’autorité publique ».

Outre le ridicule qui atteint le procureur et dont il ne semble pas avoir conscience, c’est sa volonté délibérée de s’en prendre à la liberté d’expression, même utilisée en termes ironiques, qui inquiète.

Chargé, aux termes de son statut, de faire respecter la liberté de tous, le procureur de la République de Toulouse use d’une incrimination pénale détournée de ses fins dans le but d’intimider et de faire taire des opposants politiques.

La Ligue des droits de l’Homme (LDH) attend avec impatience de savoir quelle sera la réaction du Conseil supérieur de la magistrature face à un tel zèle, mais aussi face à l’absence de suites connues données aux nombreuses plaintes déposées contre les violences commises par les forces de l’ordre au cours des manifestations de ces derniers mois.

En laissant le procureur de la République agir de manière aussi partisane, c’est l’institution judiciaire elle-même qui perd sa crédibilité.

Paris, le 27 avril 2020

TÉLÉCHARGER LE COMMUNIQUÉ EN FORMAT PDF

Bas les masques! Un appel de soignant·e·s pour construire un mouvement populaire

Pour information un appel de soignant.e.s

Publié sur Mediapart

  • 30 AVR. 2020

«Retrouvons-nous dès maintenant pour construire un grand mouvement populaire», exhorte un large collectif de soignant·e·s et professionnelle·s de la santé d’horizons divers, invitant tous les «premier·e·s de corvée» à les rejoindre. Elles et ils appellent à faire de «chaque mardi une journée de mobilisation à nos fenêtres pour la défense d’un système de santé plus juste». 

Nous sommes des soignant·e·s et professionnelle·s de la santé d’horizons divers. Bouleversé·e·s et en colère, nous décidons de nous lever et de crier haut et fort « Bas les masques ! » Nous disons stop aux mensonges, à l’hypocrisie et au cynisme du gouvernement !

Nous lançons un appel à tous nos collègues professionnelle·s de santé et du médico-social qui partent travailler la boule au ventre.
Un appel aux « travailleurs et travailleuses essentielles », aux « premier·e·s de corvée », qui sont exposé·e·s pour faire tourner la machine.

Un appel à toutes les personnes qui n’en peuvent plus de cette gestion de crise calamiteuse, de ce qu’elles endurent depuis des années, d’un système économique, politique et social désastreux.

Retrouvons-nous dès maintenant pour construire un mouvement populaire. Partout, nous devons nous organiser sans attendre un « après-crise » illusoire. Sans cela, les perspectives sont sombres.

L’endettement des États aujourd’hui servira de justification aux politiques d’austérité de demain. Ces mêmes politiques qui ont déjà broyé nos services publics et nos systèmes de santé, d’éducation et de justice. Au prétexte de l’état d’urgence sanitaire, des mesures seront mises en oeuvre au service de la surveillance généralisée, du tout sécuritaire faisant infuser dans les esprits la peur, le repli et la stigmatisation.

Alors construisons ensemble dès aujourd’hui, des lendemains heureux. L’avenir sera ce que nous déciderons d’en faire ! Le « monde d’après » nous le voulons juste, centré sur l’intérêt du plus grand nombre et non sur la recherche du profit au bénéfice de quelques uns.

Face à la crise actuelle, nos objectifs prioritaires sont clairs :

  • Nous exigeons que des moyens urgents soient immédiatement réunis pour faire cesser la pénurie d’équipements de protection.
  • Nous exigeons des mesures d’urgence pour une vie digne pour les plus vulnérables.
  • Nous exigeons que les aides financières octroyées avec l’argent public aillent en priorité à nos services publics et que tous les professionnels essentiels à notre société soient enfin rémunérés à leur juste valeur.
  • Nous voulons mettre fin à ce système qui broie les vies au nom du profit, et construire ensemble une société plus juste, plus équitable, un monde où le soin et la solidarité seront enfin des fondamentaux.

Les actions que nous proposons, pour le moment, sont simples :

  • À tous les professionnelle·s de santé, du médico-social et du social qui se reconnaissent dans cet appel : rejoignez-nous, partagez vos témoignages.
  • À tou.te.s les travailleurs·euses « essentiel·le·s », aux « premier·e·s de corvée » qui font tourner la machine : rejoignez-nous également, partagez vos témoignages, construisons un mouvement large au-delà de nos secteurs.
  • À toutes et tous : faisons de chaque mardi une journée de mobilisation à nos fenêtres pour la défense d’un système de santé plus juste, et l’avènement d’un « monde d’après » égalitaire (concert de casseroles, banderoles, etc). Et continuons de déposer des plaintes en justice (plaintecovid.fr).

Sortons de l’isolement et retrouvons-nous (sur les réseaux sociaux dans un premier temps). Partageons nos témoignages, nos idées, nos actions. Organisons-nous pour construire un grand mouvement populaire !

Signataires :

L’appel est encore ouvert à signature :

> Pour les individus, signez l’appel ici.

> Pour les collectifs/organisations, signez l’appel ici.

Toulouse : une jeune femme placée en garde à vue pour une banderole sur sa maison (france3-regions)

Publié sur france3-regions

Par Laurence BoffetPublié le 24/04/2020


A Toulouse, une jeune femme a été placée en garde à vue pendant plusieurs heures pour avoir mis une banderole « Macronavirus, à quand la fin ? » sur sa maison. Associations, Ligue des droits de l’homme, partis poilitiques ou syndicats dénoncent ce vendredi une « police politique »

est une manifestation silencieuse qui n’est visiblement pas du goût de tout le monde. A Toulouse, une jeune femme a été placée en garde à vue pour outrage au chef de l’Etat. On lui reproche d’avoir placé sur sa maison une banderole où était écrit « Macronavirus, à quand la fin ? »

Une banderole pour interroger les passants

Avec ses six colocataires, Raphaëlle (prénom d’emprunt) voulait « dénoncer et questionner la population sur la gestion de la crise sanitaire due au Covid-19« . Alors, il y a environ un mois, ils ont affiché une banderole sur le mur extérieur de leur maison, dans le quartier de la Roseraie à Toulouse. « Macronavirus, à quand la fin ? » interroge le drap tendu.
Quelques jours plus tard, une commerçante installée en face de chez eux leur signale avoir été interrogée par la police à leur sujet. Sont-ils des squatteurs ? Des « gilets jaunes » ? A partir de là, ils notent le passage régulier de voitures de police devant chez eux.

Jusqu’au 21 avril 2020, où une patrouille de 5 policiers se présente à leur domicile. « Ils nous ont fait signe de sortir de chez nous et nous ont indiqué que notre banderole constituait une infraction » témoigne Raphaëlle. « Ils nous ont dit que c’était un message offensant envers le chef de l’Etat et nous ont demandé de retirer la banderole, ce qu’on a fait. » Ensuite, poursuit-elle, « les policiers ont exigé que l’un d’entre nous au moins donne son identité, ils ont dit qu’il n’y aurait pas de suite, que c’était simplement la procédure après une intervention policière. J’ai donné la mienne et ils sont repartis. »

Une convocation au commissariat central

Pour revenir le lendemain, avec une capitaine de police. « Là, on a refusé de sortir, alors les policiers sont rentrés dans notre jardin » explique Raphaëlle. La jeune femme se voit alors remettre une convocation pour audition l’après-midi même, au commissariat central. Elle parvient à décaler le rendez-vous au lendemain matin et contacte une avocate.

Lorsqu’elle se présente au commissariat à 11h00, le 23 avril 2020, la jeune femme apprend qu’elle est en garde à vue. « La capitaine m’a directement notifié que j’étais placée en garde à vue pour outrage au chef de l’Etat et on m’a immédiatement placée dans une cellule. » Elle y restera 2 heures, avant de voir son avocate et d’être interrogée. « J’ai vraiment été interpellée par les conditions d’hygiène, en pleine crise sanitaire » dit-elle ce vendredi. « Les distances ne sont pas respectées, il n’y a pas de gants, pas de masques, pas de savon, pas de gel hydroalcoolique, une couverture pas nettoyée sur le matelas… »

Raphaëlle est interrogée sur l’affichage, ses opinions politiques, l’identité de ses colocataires. Et on lui signifie qu’eux aussi vont être convoqués. Elle est finalement relâchée. Sa garde à vue aura duré 4 heures. Et aura fait d’elle une citoyenne en colère.

Je suis scandalisée et écoeurée. Je voudrais juste pouvoir exercer mon droit à la liberté d’expression, surtout quand on n’a pas le droit de manifester à cause du confinement. Je suis en colère contre le système.

Une procédure disproportionnée

Pour l’avocate de la jeune femme, Claire Dujardin, « cette garde à vue est totalement disproportionnée. Elle a donné spontanément son identité, s’est présentée spontanément au commisssariat, elle aurait très bien pu être entendue en audition libre. Là, on l’a placée sous la contrainte et elle est restée 4 heures. »

C’est un abus de procédure. On détourne la procédure pour faire du renseignement ». Claire Dujardin

Une action policière disproportionnée et un délit qui n’est pas caractérisé pour l’avocate. « Ce n’est pas un outrage. C’est une banderole à caractère politique sur la façade d’une maison. Ce n’est que de la liberté d’expression, d’autant que la banderole reprend un terme publié en Une de Charlie Hebdo en janvier 2020. L’outrage ce n’est pas ça. On exprime seulement une opinion politique« . Et l’avocate de rappeler qu’en France, il n’existe plus de délit d’offense au chef de l’Etat. Il a en effet été abrogé après plusieurs condamnations de la France, notamment celle de la Cour européenne des droits de l’Homme dans l’affaire de l’affichette « Casse toi pov’con » brandie à l’intention de Nicolas Sarkozy lors d’une visite à Laval en 2008.

Emoi unanime

Ce vendredi, de nombreuses voix s’élèvent à Toulouse pour dénoncer « ces méthodes d’intimidation« . Dans un communiqué commun, la CGT 31, la FSU 31, Solidaires 31, l’Union des Etudiants Toulousains, le CNT 31, Act Up Sud Ouest, ATTAC, Copernic 31, la Ligue de droits de l’homme, le Parti de Gauche 31, Ensemble 31, GDS 31, le NPA 31, LO 31, La France Insoumise 31, le PCF 31et EELV Toulouse dénoncent d’une seule voix « un cas grave de remise en cause de la liberté d’expression comme du droit à critiquer le pouvoir, y compris par la caricature« .

Ils rappellent que le 29 janvier dernier, Charlie hebdo avait fait sa Une avec une caricature d’Emmanuel Macron ayant pour légende « Macronavirus ». Et s’interrogent : « Nous sommes dans cette affaire confrontés à un cas grave de remise en cause de la liberté d’expression comme du droit à critiquer le pouvoir, y compris par la caricature. Et pour faire respecter cela, serions-nous face à la mise en place d’une police politique qui viendra jusque dans nos logements pour nous faire retirer nos panneaux des balcons ? »

Les signataires soulignent que « depuis le début du confinement des milliers de personnes accrochent banderoles et pancartes à leurs fenêtres pour dire ce qu’elles pensent de la gestion de la crise sanitaire par le gouvernement. C’est l’un des rares moyens que nous avons pour exprimer nos revendications, le droit de manifestation ayant été suspendu dans le cadre du confinement. »

Nous, organisations progressistes et démocratiques toulousaines, appelons à ce que ces pratiques répressives cessent immédiatement et soient condamnées par le gouvernement ou ses représentants. Le dossier doit être refermé sans aucune poursuite.

Une enquête en cours

Joint par France 3 Occitanie, le procureur de la République de Toulouse, Dominique Alzéari, confirme qu’une enquête a été ouverte pour outrage à personne dépositaire de l’autorité publique et confiée à la direction départementale de la sécurité publique (DDSP). « Les investigations vont se poursuivre » avec des auditions et des éléments de police technique indique-t-il, tout en précisant qu’il n’y a « pas de poursuites engagées contre quiconque à ce stade, puisque l’enquête est en cours« .
De son côté, Raphaëlle s’interroge sur tous les moyens mis en oeuvre dans cette affaire. « Mobiliser autant de personnes, plusieurs équipages de police, la capitaine qui se déplace en personne, pour une simple banderole sur une maison, ça paraît fou ! » dit-elle. « J‘aurais pensé qu’on avait plus besoin des policiers ailleurs, surtout en cette période de confinement. »
On peut s’étonner en effet, de ce « déploiement » de forces pour une simple banderole. Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse, qui réclame régulièrement des moyens policiers supplémentaires pour la ville rose appréciera sans doute…

Le virus, la peur et l’étranger – Communiqué de la LDH-66

Avec la peur liée à l’épidémie revient partout dans le monde, avec force, cette barbarie, le besoin d’un bouc émissaire. Dans nos provinces, c’est le parisien qui est mis à cette place. A Perpignan, c’est le gitan, ce concitoyen présent depuis le XVe siècle, épinglé comme étranger de l’intérieur, qui remplit ce rôle de repoussoir ultime. Pourtant les gitans de Perpignan, malgré les rudes périodes de xénophobie, sont aussi les représentants de la culture catalane, avec une identité propre qu’il serait bon de reconnaître, comme reconnaître que le virus ne choisit pas ses cibles et va là où bon lui semble, allant de préférence dans des quartiers vétustes, là où la promiscuité règne, tels le quartier saint Jacques et certains immeubles du Vernet.

La Ligue des Droits de l’Homme s’élève et proteste vigoureusement contre cette recherche d’un bouc émissaire, celui-ci portant toujours la figure de l’étranger. Elle refuse cette xénophobie ambiante qui ne peut être l’émanation de l’hospitalité catalane. Elle refuse toute forme de discrimination, que nous soyons pauvre, vieux, obèse, femme, étranger, la Ligue des Droits de l’Homme sera toujours présente pour défendre la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables, ceci constitue le fondement de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde.

Section des Pyrénées Orientales

ldh66@laposte.net

      

Samedi 7 mars : à 16h place de la République à Perpignan – Manifestation pur les Droits des Femmes – Concert au Casal à 18h30

À l’occasion de la journée internationale de lutte des femmes pour leurs droits, le CDF66 organise une série d’animations tout au long de la journée du samedi 7 mars dont voici le programme:
–> À11h, Agora féministe, Place de la République de Perpignan sur le thème “Les femmes et la chose publique”. Débat sur la politique et les problématiques de la ville… d’un point de vue féministe! Les quatre femmes têtes de liste sont invitées, ainsi que des spécialistes sur 4 thèmes: femme et lesbienne, double discrimination; santé; précarité féminine; femme SDF en danger permanent, la place des femmes dans le mouvement des gilets jaunes, urbanisme féministe. Emmenez votre chaise !
–> À 14h: Rifle féministe au Casal (23, Avinguda del Liceu). Nombreux lots féministes à gagner!!

–> À 16h: Toutes et tous à la Manifestation, place de la République !! Flash mob avec les Femmes en lutte 66

–> À 18h30: Concert au Casal avec les Tata, duo électro-chanson!
https://www.facebook.com/tataduoelectrochanson/

Amb motiu del Dia Internacional dels drets de les Dones, el CDF66 organitza una sèrie d’activitats el dissabte 7 de Març. Veieu aquí el programa:

– A les 11h, Àgora feminista, Plaça de la República de Perpinyà, sota el títol « Les dones i els afers públics ». Debat sobre política i les problemàtiques de la ciutat sota una mirada feminista! Les quatre dones cap de llista estan invitades, així com especialistes en quatre temes: dona lesbiana, doble discriminació; salut; precarietat femenina; dones sense sostre en perill permanet; urbanisme feminista. Emporteu-vos una cadira!!

–> A les 14h: Rifla feminista al Casal (23, Avinguda del Liceu). Nombrosos lots feministes a guanyar!

–> A les 16h: Anem totes a la Manifestació, Plaça República de Perpinyà!! Flashmob amb Femmes en lutte 66

–> A les 18h30: Apero-concert al Casal amb el grup Les Tata, duo electro-cançó! TaTa – Duo électro-chanson

Organisé par : Collectif Droits des Femmes-66 – c’est un Collectif féministe d’associations : (APEX/ASTI/ATTAC/Femmes Solidaires/LDH/MRAP/MFPF/LGBT/Idemgenre/Jove Moviment feminista), partis (EELV/NPA/PCF/PG) et syndicats (FSU/Solidaires/CFDT/CGT/CNT)

L’appel de 1 000 scientifiques : « Face à la crise écologique, la rébellion est nécessaire »…

Voici un nouvel appel de scientifiques qui dénoncent l’inaction des gouvernements et appellent à la désobéissance civique face à l’urgence climatique. La LDH ne peut que soutenir cet appel. Tous ceux qui nient la réalité du changement climatique et qui mènent une contre-offensive à l’heure actuelle ne devraient pas être dénommés des « climato-sceptiques » mais plutôt des climato-négationnistes. Car les données scientifiques ne sont pas contestables comme le génocide nazi des juifs dans les années 40 du siècle dernier.

Publié sur francetvinfo.fr

Dans une tribune, mille scientifiques appellent à la désobéissance civile face à l’urgence climatique

Dans « Le Monde« , les scientifiques, issus de diverses disciplines, dénoncent l’inaction des gouvernements.

Ils sont océanographes, biologistes, climatologues, sociologues, astrophysiciens, agronomes, économistes, psychologues… Jeudi 20 février, mille scientifiques issues de diverses disciplines ont signé une tribune, publiée dans Le Monde, pour dénoncer « l’inertie » des gouvernements face à l’urgence climatique.

« Depuis des décennies, les gouvernements successifs ont été incapables de mettre en place des actions fortes et rapides pour faire face à la crise climatique et environnementale dont l’urgence croît tous les jours. Cette inertie ne peut plus être tolérée », écrivent-ils, pointant que « les catastrophes [environnementales] se déroulent sous nos yeux. » Une situation alarmante, d’autant plus que « l’objectif de limiter le réchauffement sous les +1,5 °C est désormais hors d’atteinte, à moins de diminuer les émissions mondiales de 7,6% par an, alors qu’elles ont augmenté de 1,5% par an au cours des dix dernières années. »

Une croissance « en contradiction » avec la lutte contre le changement climatique

« Notre gouvernement se rend complice de cette situation en négligeant le principe de précaution et en ne reconnaissant pas qu’une croissance infinie sur une planète aux ressources finies est tout simplement une impasse », poursuivent les signataires. Ces objectifs de croissance sont, estiment-ils, en « contradiction totale avec le changement radical de modèle économique et productif qu’il est indispensable d’engager sans délai. » Et de dénoncer, « l’inconséquence et l’hypocrisie de politiques qui voudraient d’un côté imposer la sobriété aux citoyens tout en promouvant de l’autre un consumérisme débridé et un libéralisme économique inégalitaire et prédateur. »

Ainsi, les signataires appellent « à participer aux actions de désobéissance civile menées par les mouvements écologistes », citant les Amis de la Terre, Attac, Confédération paysanne, Greenpeace, Action non-violente COP21, Extinction Rebellion ou encore Youth for Climate. Et d’inviter « tous les citoyens (…) à se mobiliser pour exiger des actes de la part de nos dirigeants politiques et pour changer le système par le bas dès aujourd’hui », de façon à dégager « des marges de manœuvre (…) pour faire sauter les verrous et développer des alternatives. »

Interpellant les dirigeants politiques, la tribune exhorte « l’exécutif et le Parlement à faire passer les enjeux environnementaux avant les intérêts privés en appliquant de manière ambitieuse les propositions issues de la Convention citoyenne pour le climat et en prolongeant son mandat pour lui donner un pouvoir de suivi de leur mise en œuvre. »

|1| |2| |3| |193|