Communiqués

RAMY SHAATH EST LIBRE APRÈS DEUX ANS ET DEMI DE PRISON !

Ramy Shaath aux côtés de son épouse Céline Lebrun Shaath à son arrivée à l’aéroport Roissy Charles de Gaulle, Paris, le 08/01/2021 / © Michael Bunel


Après plus de 900 jours passés en prison, sans procès, le militant égypto-palestinien Ramy Shaath est enfin libre. Il est arrivé en France et a retrouvé sa famille. Nous étions à l’aéroport pour l’accueillir. Joie intense et soulagement immense après 2 ans et demi de mobilisation !

Lire ICI

Enfermements aux frontières du droit

20 ANS D’HORREUR À GUANTÁNAMO : 9 CHOSES À SAVOIR

Un manifestant d’Amnesty International USA se tient près de la Maison Blanche pour exiger la fermeture du camp de détention américain Guantanamo Bay © JIM WATSON / AFP


Vingt ans après la création de Guantánamo Bay, on fait le point sur le tristement célèbre centre de détention. Depuis deux décennies, ce camp est devenu le symbole des violations des droits humains perpétrées par les États-Unis au nom de la « guerre contre le terrorisme ». Voici ce que vous devez savoir sur cet enfer.

Lire ICI

À Montpellier, des mineurs isolés condamnés à tort à de la prison ferme

La maison d’arrêt de Villeneuve-lès-Maguelone, près de Montpellier. Crédit : Google street view


Depuis 2016, une quarantaine de mineurs isolés, accusés d’avoir menti sur leur âge, ont été condamnés à des peines de plusieurs mois de prison ferme par un tribunal de Montpellier, dans le sud de la France. Des incarcérations jugées scandaleuses et démesurées par la Cimade, alors que la plupart de ces jeunes ont ensuite pu prouver leur minorité.

Lire ICI

La politique d’enfermement tue

TÉMOIGNAGES : « Avec la pandémie, c’est la prison dans la prison »


Cellule triplée, à Toulouse. Aurélie et Maxime racontent les problèmes d’hygiène, l’absence de gel et de masques, et l’isolement avec la fin des parloirs et des activités, pendant plusieurs semaines, voire plusieurs mois PHOTO : ©T. Chantegret pour le CGLPL


Aurélie, 27 ans, a passé plusieurs années en prison. Entre mars 2020 et juillet 2021, elle était incarcérée dans un centre de détention de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Maxime, 35 ans, était incarcéré dans une maison d’arrêt de la région parisienne, au taux de surpopulation de 160%. Comme 13 000 autres détenus, il est sorti grâce aux mesures de libération anticipée mises en place entre mars et mai 2020. Ils témoignent.

Lire ICI


Un test ou la prison

Depuis octobre, des étrangers maintenus dans des centres de rétention administrative (CRA) ont été envoyés en prison pour avoir refusé un test PCR. Une pratique jugée « illégale » par les avocats en droit des étrangers qui dénoncent une violation « des droits fondamentaux ».

La cour du centre rétention du Mesnil Amelot, à proximité de l'aéroport de Roissy Charles-De-Gaulle en mai 2019. Crédit : InfoMigrants

« Cette mesure relève d’un détournement de la procédure pour permettre un enfermement sans fin ». « On fait comprendre aux étrangers que leur corps ne leur appartient plus. On espère les faire craquer en bafouant leurs droits fondamentaux ».

LIRE ICI

En Algérie, la stratégie d’étouffement du Hirak se durcit


Des manifestants antigouvernementaux portent une affiche figurant des militants emprisonnés, à Alger, le 7 mai 2021. RYAD KRAMDI / AFP


Près de deux ans après le début du mouvement de contestation, les manifestations ont cessé mais les condamnations continuent de pleuvoir sur les militants, journalistes et défenseurs des droits humains.

Lire ICI

Canada : Mettre fin à la détention de personnes migrantes dans des prisons provinciales


© 2021 Brian Stauffer pour Human Rights Watch


Une campagne nationale exhorte les provinces à annuler des contrats ouvrant la voie aux abus
.

(Ottawa) – Les gouvernements des provinces canadiennes devraient résilier les contrats permettant la détention de personnes migrantes dans des prisons provinciales dans des conditions parfois abusives, ont déclaré aujourd’hui Human Rights Watch et Amnistie internationale lors du lancement d’une campagne nationale conjointe, #BienvenueAuCanada.

Lire ICI

Dominique Simonnot : « Dans les cellules de garde à vue en France, pas le moindre signe d’hygiène »


Dominique Simonnot, contrôleure générale des lieux de privation de liberté © AFP / Bertrand Guay


La Contrôleure générale des lieux de privation de liberté publie, ce mardi, au Journal officiel, six recommandations adressées au gouvernement, afin de revoir l’état des cellules de garde à vue. Dominique Simonnot dénonce, dans son rapport, « la totale indignité » des conditions d’accueil des gardés à vue.

Lire ICI

Ukraine : un militant bélarusse retrouvé pendu, son organisation accuse Minsk


Ukraine : un militant bélarusse retrouvé pendu, son organisation accuse Minsk


Le directeur d’une ONG aidant des opposants au régime bélarusse a été retrouvé pendu mardi en Ukraine, selon la police ukrainienne en charge de l’enquête, l’organisation du militant dénonçant pour sa part un assassinat orchestré par Minsk.


Lire ICI

« Mon mari a été tabassé à mort par des matons »


LE COMBAT POUR LA VÉRITÉ DE LA FAMILLE DE JIMONY ROUSSEAU

La famille attend désormais la mise en examen des auteurs présumés des coups. / Crédits : Nnoman Cadoret


Le 2 février 2021, le détenu Jimony Rousseau, décède à l’hôpital. Une lettre anonyme révèle à sa famille qu’il a été passé à tabac par des gardiens de prison. Depuis ses proches se battent pour faire éclater la vérité.


Lire ICI

ACTIONS DE SOLIDARITÉ POUR LES 60 ANS DE ROCKY MYERS, UN CONDAMNÉ À MORT



Rocky Myers, est détenu depuis 27 ans dans le quartier des condamnés à mort en Alabama, aux États-Unis. À l’occasion de ses 60 ans, montrez-lui votre soutien !


Lire ICI

QU’EST-CE QUE GUANTÁNAMO ?


Une membre de la compagnie de police militaire fournit de l’eau aux détenus à leur arrivée au Camp X-Ray, le 11 février 2002. Le camp X-Ray est le centre de détention des prisonniers de la base navale de Guantanamo Bay, à Cuba, pendant l’opération Enduring Freedom © US DoD


Guantánamo, LE tristement célèbre centre de détention américain. Vous en avez toutes et tous déjà entendu parler, mais que s’y passe-t-il réellement ?


Lire ICI

Libye : dans une prison de Tripoli, des migrantes victimes d’agressions sexuelles tentent de suicider


Un groupe de migrants se trouve à la frontière entre la Libye et la Tunisie, en août 2019. Image d’illustration. Crédit : FTDES


Selon le Haut-commissariat des Nations unies pour les droits humains, plusieurs tentatives de suicide de migrantes ont eu lieu dans le centre de détention de Sharah Zawiya, à Tripoli. Les femmes enfermées dans cette prison, décrite comme un « centre d’hébergement pour personnes vulnérables » par les autorités libyennes, y sont victimes de violences sexuelles commises par leurs gardiens.


Lire ICI

Lettre ouverte aux députés : la société civile s’invite dans les débats sur la prison et l’exécution des peines

POUR UNE RÉFORME DU SYSTÈME CARCÉRAL ET PÉNAL FRANÇAIS


« Une société se juge à l’état de ses prisons » disait Albert Camus…

Signez la pétition


Pour en savoir plus, c’est

ICI

et

ICI

Najah Albukai, l’artiste qui raconte en dessins l’horreur des prisons syriennes


InfoMigrants est allé à la rencontre de l’artiste syrien Najah Albukai qui a été emprisonné deux fois dans les terribles geôles d’Assad, en 2012 et 2014. À travers des dessins et des gravures, le dessinateur, aujourd’hui réfugié en France, expose à Paris pour raconter ce que personne ne voit : l’intérieur des prisons du régime. Plongée au cœur de l’horreur.


Communiqués de la LDH