Dans l’actualité


« C’est tellement déprimant » : vingt ans après le début de sa construction, le mur entre Israël et la Cisjordanie occupée sépare toujours les deux peuples.

Dans les villes judéo-arabes d’Israël, « la prochaine explosion n’est qu’une question de temps ».

Égypte : “Libérez Alaa Abdel Fattah ou il mourra”.

Libye : les murs du tribunal de Benghazi affichent les disparus victimes du régime, les proches témoignent.

Brésil: un suspect dit avoir enterré les corps des deux disparus.

Ukraine : Les mines russes mettent en danger la vie des civils.

Mozambique : une brigade de police entièrement féminine lutte contre les violences envers les femmes.

L’informatique et le numérique, encore des « domaines d’hommes » ?

Violences policières.

En Libye, l’ONU enquête sur l’existence de fosses communes de migrants

Les forces libyennes procèdent à la libération de 120 migrants à Bani Walid, mercredi 10 mars 2021. Crédit : Twitter @rgowans


Les enquêteurs des Nations unies ont lancé des investigations visant à confirmer l’existence de fosses communes de migrants évoquée par des exilés auprès de l’organisation internationale. Dans un rapport publié lundi, l’ONU dresse un bilan désastreux de l’état des droits humains en Libye et dénonce les tortures et violences systématiques dont sont victimes les exilés.

Lire ICI

Méditerranée : plus de 32 000 migrants interceptés en mer et ramenés en Libye en 2021

Des migrants africains de retour en Libye après avoir été interceptés par les garde-côtes libyens. Crédit : Ansa


Selon l’OIM, 32 425 migrants ont été interceptés alors qu’ils tentaient de traverser la Méditerranée en 2021 et ramenés en Libye, pays qu’ils cherchent à fuir. C’est près de trois fois plus qu’en 2020.

Lire ICI

En Méditerranée, le nombre de décès de migrants grimpe en flèche

A bord du bateau de Médecins sans frontières, après un sauvetage, le 17 novembre. (Virginie Nguyen Hoang /AFP)


Dans l’ombre du naufrage survenu au large de Calais, 75 personnes ont perdu la vie au large des côtes libyennes, le 17 novembre. Avec plus de 1 300 vies perdues depuis janvier sur l’une des routes les plus dangereuses du monde, l’année 2021 est d’ores et déjà plus meurtrière que chacune des trois années précédentes.

Lire ICI

« Partez immédiatement, c’est clair ? » : après un sauvetage, le Sea Watch 4 menacé par les garde-côtes libyens


Dans un message radio, les garde-côtes libyens ont menacé de kidnapper l’équipage du Sea Watch 4. Crédit : Sea Watch International / Capture d’écran


Dans un message radio diffusé par l’ONG Sea-Watch, les autorités libyennes ont exhorté hier d’un ton menaçant l’équipage du navire humanitaire allemand à quitter la zone de sauvetage où il se trouvait. Au risque de se faire « emmener en Libye ». Ce n’est pas la première fois que l’ONG fait face aux menaces des autorités maritimes libyennes en mer Méditerranée.

Lire ICI

Des crimes de guerre et contre l’humanité ont été commis en Libye, selon une enquête de l’ONU


© Ansa | Plus de 350 migrants interceptés par les garde-côtes libyens dans un centre de détention en Libye, en janvier 2018.


Des crimes de guerre et des crimes contre l’Humanité ont été commis en Libye, y compris l’utilisation d’enfants soldats, selon un rapport d’enquête d’experts de l’ONU qui se sont rendus sur place.

Les civils ont payé un lourd tribut durant les hostilités de ces cinq dernières années, souligne les experts onusiens. Des raids aériens ont tué des dizaines de familles, les infrastructures de santé ont été détruites, empêchant l’accès aux soins et les mines antipersonnel laissées par des mercenaires dans les quartiers résidentiels ont tué et blessé de nombreux civils.

Lire la suite ICI

L’Italie ouvre une enquête suite aux tirs des Libyens visant une embarcation de migrants


Selon Sea-Watch, les garde-côtes libyens ont tiré des coups de feu vers une embarcation de migrants, au large de Lampedusa. Crédit : Sea-Watch


L’Italie a ouvert une enquête pour « tentative de naufrage » après la publication d’une vidéo de l’ONG Sea-Watch montrant des garde-côtes libyens tirer des coups de feu en direction d’une embarcation de migrants, se dirigeant vers Lampedusa.


Lire ICI

Surveillance et torture en Égypte et en Libye

Libye : dans une prison de Tripoli, des migrantes victimes d’agressions sexuelles tentent de suicider


Un groupe de migrants se trouve à la frontière entre la Libye et la Tunisie, en août 2019. Image d’illustration. Crédit : FTDES


Selon le Haut-commissariat des Nations unies pour les droits humains, plusieurs tentatives de suicide de migrantes ont eu lieu dans le centre de détention de Sharah Zawiya, à Tripoli. Les femmes enfermées dans cette prison, décrite comme un « centre d’hébergement pour personnes vulnérables » par les autorités libyennes, y sont victimes de violences sexuelles commises par leurs gardiens.


Lire ICI

Le soutien psychologique aide les réfugiés à améliorer leur vie en Libye

Une demandeuse d’asile soudanaise pendant un rendez-vous chez une psychologue, organisé par l’ONG partenaire du HCR, la Fondation Cesvi Onlus, dans un centre communautaire de jour à Tripoli. © HCR/Caroline Gluck

De nombreux réfugiés et demandeurs d’asile en Libye ont besoin d’un soutien psychosocial après avoir vécu pendant des années dans un contexte de conflit et d’insécurité. Le HCR et son partenaire leur apportent une aide qui leur change la vie.

Lire ICI

Le secrétaire général de l’ONU réclame la fermeture des centres de détention libyens


Image d’archives de migrants détenus dans une prison libyenne. Crédit : EPA

Lire ICI

Sea Watch 4 : trois sauvetages en 48 heures, plus de 200 rescapés à bord


Le Sea Watch 4 a porté secours à plus de 200 migrants au large de la Libye en moins de 48 heures. Crédit : Sea-Watch



Lire ICI