Défense du droit à l’avortement

Troyes: une bonne centaine de personnes réunies ce samedi Place de l’Hôtel de ville

Droit à l’avortement

Fin du droit constitutionnel à l’avortement aux États-Unis : « C’est ridicule que neuf individus puissent déterminer nos droits humains fondamentaux »

Le 24 juin 2022, des manifestants pro-IVG à Washington entre colère et désespoir après la décision de la cour suprême de révoquer ce droit constitutionnel. (ALEX KENT / AFP)


La Cour suprême des États-Unis a abrogé vendredi le droit constitutionnel à l’IVG. Les États américains décideront désormais individuellement d’autoriser ou pas l’avortement. Face à cette situation, des manifestants se sont rassemblés à Washington pour crier leur colère.

Lire ICI


« Les vies de nombreuses Américaines sont en jeu » : le Planning familial international dénonce la « terrible » décision de la Cour suprême sur l’IVG


Droit à l’avortement : en France, le Haut Conseil à l’égalité appelle à « inscrire le droit à l’avortement dans la charte des droits fondamentaux de l’Union européenne »


Un peu de beauté et d’espoir…

Festival Un Temps pour Elles : pour que les compositrices ne soient plus  les oubliées de l'histoire musicale


Festival Un Temps pour Elles : pour que les compositrices ne soient plus les oubliées de l’histoire musicale






Les couleurs de l’exil

DROIT À L’AVORTEMENT

Le droit à l’avortement est menacé aux États-Unis. Le 1er décembre 2021, Amnesty International s’est jointe à des militants devant la Cour suprême des États-Unis pour protester contre la décision à venir qui pourrait entraîner une interdiction totale de l’avortement dans de nombreux États américains. Crédit : Amnesty International.


Ces 25 dernières années, plus de 50 pays ont modifié leur législation pour faciliter l’accès à l’avortement, en reconnaissant parfois son rôle essentiel pour la protection de la vie, de la santé et des droits fondamentaux des femmes, des filles et des personnes trans. Pour autant, dans de nombreuses régions du monde, ce droit est encore fragilisé voire interdit. 

Lire ICI

Dans le monde, une grossesse sur deux n’est pas choisie, selon les Nations unies

Le nombre alarmant de grossesses non planifiées révèle l’incapacité à faire respecter les droits des femmes, estime le rapport annuel de l’UNFPA sur la population dans le monde. 
© UNFPA/Ruth Carr


Une grossesse sur deux survient sans que la femme ait choisi d’être enceinte et de devenir mère. C’est l’une des principales conclusions du rapport annuel du Fonds des Nations unies pour la population. Des grossesses dites « non intentionnelles » : un « drame oublié » qui touche 121 millions de femmes par an. Entretien avec Diène Keita, directrice exécutive adjointe à l’UNFPA.

Lire ICI

En Afghanistan, les talibans ordonnent la fermeture des collèges et lycées aux filles

Des jeunes filles afghanes assistent à un cours à Kaboul, le 23 mars 2022. AHMAD SAHEL ARMAN / AFP


Les jeunes Afghanes venaient tout juste de retrouver les bancs des établissements scolaires, qui rouvraient mercredi pour la première fois depuis la prise de pouvoir des talibans, en août.

Lire ICI

« On va chercher à en tirer profit » : les femmes plus vulnérables que les hommes sur la route de l’exil

Dans les centres de détention de Libye, les femmes risquent à tout moment d’être vendues à des réseaux criminels. Crédit : AP Photo/Yousef Murad


Quelques jours après l’offensive russe sur l’Ukraine, des centaines milliers de personnes ont quitté le pays, direction les frontières polonaises, roumaines ou hongroises. En grande majorité, des femmes et des enfants, partis de chez eux avec seulement quelques affaires. Galina, rencontrée par InfoMigrants, a fui Kiev pour Zahony, en Hongrie, avec son fils de 8 ans, Pasha. Mais sur le chemin, les épreuves qui l’attendent sont nombreuses. Ekrame Boubtane, économiste et spécialiste des migrations internationales, détaille pour InfoMigrants les menaces spécifiques auxquelles sont confrontées les exilées, notamment la prostitution ou le chantage sexuel.

Lire ICI

8 mars à Troyes

POUR UN AVORTEMENT SÛR ET LÉGAL PARTOUT AUX ÉTATS-UNIS !


Aux États-Unis, le droit à l’avortement est menacé. De nombreux États en ont limité l’accès, le rendant quasiment impossible. C’est le cas au Texas, où une loi anti-avortement a récemment été adoptée.  

Lire et signer ICI

Droits des femmes : un 8 mars sous le signe de la présidentielle


Comme l’année dernière, un rassemblement féministe est organisé sur la place Paul-Bert, à Lorient, ce mardi, de 15 h 40 à 18 h 30. (Archives Le Télégramme)


Les collectifs féministes interpellent les candidats à la présidentielle et appellent à une « déferlante pour l’égalité » ce mardi, à l’occasion de la Journée internationale pour les droits des femmes. Leur objectif ? Dénoncer les inégalités salariales et les violences sexistes.

Lire ICI

ICI

et ICI

Rappel : Rassemblement à Troyes, place de l’Hôtel de ville, 15 h 40

PROGRAMME DU COLLECTIF TROYEN DU 8 MARS


  • JEUDI 3 et VENDREDI 4 MARS – 19h30 : Spectacle « Ma(man) chérie » par le Théâtre Populaire de Champagne – ESPACE GERARD-PHILIPPE à ST-ANDRE-LES-VERGERS
  • JEUDI 3 MARS : Happening en sorcières et distribution de violentomètres. 17h30 PLACE DE L’HOTEL DE VILLE (Nous Toutes 10)
  • VENDREDI 4 MARS : Renversement de dominos géants représentants les violeurs médiatiques en liberté. 16h30 PLACE DE L’HOTEL DE VILLE (Nous Toutes 10)
  • VENDREDI 4 MARS : Marche nocturne féministe artistique. 21H PLACE DE L’HOTEL DE VILLE ( LA BAAF et AUX ADELPHES)
  • SAMEDI 5 MARS : Marche commémorative et inauguration de l’œuvre éphémère qui dénonce les féminicides de 2022. Départ 14H PLACE JEAN-JAURES/INAUGURATION au CENTRE CULTUREL L’ART-DECO à SAINTE-SAVINE (Nous Toutes 10) – lecture de textes MRAP
  • MARDI 8 MARS : Appel à la grève pour l’égalité des droits et pour les droits des femmes. 15h40 PLACE DE L’HOTEL DE VILLE – Manifestation
  • SAMEDI 12 MARS : Atelier d’écriture « Les femmes c’est pas qu’en mars ! » animé par TRAVAILLEUSE DU TEXTE de LA DECLAM’ AUX ADELPHES à TROYES (sur inscription)

Et parce que le droit des femmes, ce n’est pas que le 8 mars :

  • MARDI 15 MARS : 18h30 Centre Social Victor-Hugo Conférence-débat « Féminisme et égalité-complémentarité : possibilité et incompatibilité » et exposition de photos «lumière des femmes » (Association l’AGUI partenariat MRAP
  • MERCREDI 23 MARS : Match de gala caritatif, équipes mixtes, au bénéfice de Solidarité Femmes. 19h STADE de L’Aube. (Le Variétés Club De France / Solidarité Femmes)DU 30 MARS au 30 AVRIL : Exposition d’affiches réalisées par les élèves de terminale STD2A du lycée ST JOSEPH-LA-SALLE, suite à une session de prévention contre les violences. HALL de TROYES-CHAMPAGNE-METROPOLE. (Solidarité Femmes)
  • SAMEDI 9 AVRIL : Scène slam (suite à l’atelier d’écriture du 12 mars), animée par TRAVAILLEUSE DU TEXTE de LA DECLAM’. 21h au FER à GUS


L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est le-rucher-creatif-logo-335x75-1.png.

Positivons ! Voir ICI



L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est CIMADE_LOGO.jpg.
Projection-débat du documentaire « La voie d’Henriette » de Safia Kessas le jeudi 10 mars à 19h. Dans le cadre des manifestations autour du 8 mars, journée internationale de lutte pour les droits des femmes, nous vous proposons de découvrir ce beau documentaire belge de 26 minutes lors d’une projection-débat en ligne.Pour vous donner envie : « Henriette est une jeune mère célibataire, et c’est aussi une personne sans papier qui est porte-parole du collectif de la voix des sans papiers. Tous les jours, elle se bat avec le soutien de son avocat, Maitre Lurquin, pour loger les familles sans papier au cœur de Bruxelles. »A l’issue de la projection, nous aurons le plaisir de vous inviter à échanger avec : Merlie Kiang, bénévole au groupe local de La Cimade à CaenViolaine Husson, responsable nationale Genre et Protections à La CimadeSous réserve, une personne ayant participé au film 
Je m’inscris à la projection-débat du jeudi 10 mars

Journée internationale des droits des femmes







Positivons ! Voir ICI



Loader Loading…
EAD Logo Taking too long?

Reload Reload document
| Open Open in new tab

Download



Projection-débat du documentaire « La voie d’Henriette » de Safia Kessas le jeudi 10 mars à 19h. Dans le cadre des manifestations autour du 8 mars, journée internationale de lutte pour les droits des femmes, nous vous proposons de découvrir ce beau documentaire belge de 26 minutes lors d’une projection-débat en ligne.Pour vous donner envie : « Henriette est une jeune mère célibataire, et c’est aussi une personne sans papier qui est porte-parole du collectif de la voix des sans papiers. Tous les jours, elle se bat avec le soutien de son avocat, Maitre Lurquin, pour loger les familles sans papier au cœur de Bruxelles. »A l’issue de la projection, nous aurons le plaisir de vous inviter à échanger avec : Merlie Kiang, bénévole au groupe local de La Cimade à CaenViolaine Husson, responsable nationale Genre et Protections à La CimadeSous réserve, une personne ayant participé au film 
Je m’inscris à la projection-débat du jeudi 10 mars

Journée Internationale des droits des Femmes 2022


Dans le cadre de la Journée Internationale des droits des Femmes 2022, qui a lieu chaque année le 8 mars, le CIDFF de l’Aube organise un cycle de visioconférences.

 

Au programme:

  • Lundi 07 mars 2022, 13h30 : Évolution de la place des femmes dans le travail
  • Mardi 08 mars 2022, 13h30 : Violences sexistes et sexuelles au travail
  • Jeudi 10 mars 2022, 13h30 : Conciliation des temps de vie
  • Vendredi 11 mars 2022, 13h30 : Stéréotypes et mixité professionnelle

Ces conférences sont prévues pour une durée d’une vingtaine de minutes environ. 

Pour vous inscrire, complétez le formulaire en cliquant sur le lien ci-après : 

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSd7HxbkLDEgA_NDPWbjZkAGQ611WKW4Bnvl7_vjPQplG_8f7g/viewform?usp=sf_link

Un lien de connexion vous sera envoyé quelques heures avant le début de la conférence (Pensez à vérifier vos spams). 

La Colombie dépénalise l’avortement jusqu’à 24 semaines

Des manifestantes pro-avortement saluent la décision de la Cour constitutionnelle de Colombie. (Raul Arboleda/AFP)


L’avortement ne sera désormais punissable « que s’il est pratiqué après la 24e semaine de gestation », a décidé la Cour constitutionnelle de Colombie.

Lire ICI

La Suisse fait part de ses préoccupations concernant les droits, y compris l’éducation des filles, aux talibans afghans

Une fille est assise devant une boulangerie dans la foule avec des femmes afghanes attendant de recevoir du pain à Kaboul, Afghanistan, le 31 janvier 2022. REUTERS/Ali Khara/File Photo


GENÈVE, 11 février (Reuters) – La Suisse a fait part de ses préoccupations concernant les droits de l’homme en Afghanistan, y compris l’éducation des filles, lors d’une réunion avec les talibans, a déclaré vendredi un porte-parole du gouvernement, alors que les nouveaux dirigeants de Kaboul terminaient une semaine de pourparlers. à Genève.

Le voyage est considéré comme une étape clé dans les efforts des talibans pour renforcer leurs efforts de sensibilisation alors qu’ils cherchent à persuader les puissances étrangères de les reconnaître officiellement et de restaurer l’argent de l’aide qui a été coupée pour protester contre leur prise de contrôle en août dernier.

La délégation a rencontré des responsables suisses ainsi que la Croix-Rouge et d’autres groupes humanitaires lors de discussions portant sur les besoins d’aide, les problèmes de sécurité et les soins de santé, selon les participants qui ont assisté aux pourparlers à huis clos.

Dans une réponse par e-mail aux questions, la porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Paola Ceresetti, a déclaré que la Suisse avait soulevé la question des enlèvements et des représailles, y compris le ciblage des journalistes, sans discuter spécifiquement de la détention de deux journalistes signalée vendredi par l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés. Lire ici.

Berne a également soulevé la question de « l’exclusion systématique » des filles et des femmes de l’éducation, de la politique, de la société et de la vie publique et a déclaré qu’elle s’attendait à ce que les filles soient de retour à l’école en mars, a-t-elle déclaré.

Sous leur régime précédent de 1996 à 2001, les talibans islamistes extrémistes interdisaient aux femmes et aux filles d’accéder à l’éducation. Ils disent avoir changé depuis mais ils sont restés vagues sur leurs plans et les filles en âge de fréquenter l’école secondaire dans de nombreuses provinces n’ont toujours pas été autorisées à retourner à l’école.

Une poignée de militantes se sont rassemblées devant l’hôtel de la délégation en début de semaine tandis que quelques dizaines de personnes ont manifesté vendredi devant le siège de l’ONU à Genève, a confirmé un porte-parole de la police.

Ceresetti a nié que les pourparlers équivalaient à une reconnaissance officielle des talibans et a souligné qu’il était important de maintenir le dialogue. « Nous parlons à tout le monde », a-t-elle déclaré.

Le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, qui a rencontré le ministre afghan de la Santé par intérim Qalandar Ebad plus tôt cette semaine au cours du même voyage, a également appelé les pays et les organisations « à poursuivre le dialogue pour soutenir le peuple afghan ».

Geneva Call, le groupe humanitaire qui a accueilli les pourparlers, a déclaré que la délégation talibane avait signé une déclaration de clôture qui s’engageait à promouvoir l’accès humanitaire, à respecter les travailleuses de la santé et à aider au déminage.

Source REUTERS (traduction automatique)

Pendant ce temps-là… – L’histoire de l’Iranienne Mona Heidari, 17 ans, décapitée par son mari


Mona Heidari, 17 ans, a été décapitée par celui avec qui elle avait été forcée de se marier. La photo de cet homme exhibant fièrement la tête de sa femme dans la rue indigne l’Iran et le monde entier. Voici son histoire, racontée par la journaliste iranienne Masih Alinejad.

Voir ICI

GUIDE PRATIQUE POUR LES FEMMES ÉTRANGÈRES VICTIMES DE VIOLENCE

Les talibans ont tué plus de 100 anciens membres du gouvernement ou de la sécurité


Un nouveau rapport de l’ONU fait également état de restriction des droits humains en Afghanistan depuis l’arrivée au pouvoir des talibans, notamment pour les femmes.

Lire ICI

Afghanistan : l’appel à l’aide d’une militante juste avant son arrestation


L’inquiétude monte après la disparition de deux militantes en Afghanistan. Tamana Zaryabi et Parawana Ibrahimkhel ont été arrêtées chez elles après avoir manifesté pour les droits des femmes à travailler, étudier, et choisir ou non de porter le voile. Peu avant sa disparition, Tamana Zaryabi a posté une vidéo du moment où les talibans sont arrivés devant chez elle, dans laquelle on l’entend appeler à l’aide. Mais selon le porte-parole des talibans, la vidéo serait un fake. Une version démentie par une amie de la jeune femme, selon la BBC. L’ONU a exprimé sa préoccupation.

Une présidente antiavortement au Parlement européen


La députée maltaise de centre droit Roberta Metsola a été élue pour succéder à l’Italien David Sassoli, décédé le 10 janvier, à la présidence du Parlement de Strasbourg. Ses positions personnelles contre l’IVG sont en contradiction avec les objectifs humanistes et éclairés de l’Union européenne.

Lire ICI