Dans l’actualité


De LGBT à LGBTQIA+ : l’évolution du sigle qui décrit la diversité des identités de genre et orientations sexuelles


Tunisie : la colère des juges ne retombe pas


RDC : Les journalistes dans le viseur des combattants au Nord-Kivu


ENS, Supélec, Polytechnique : plusieurs enquêtes pour viol ouvertes sur le campus de Saclay


A Avignon, la fresque antisémite avec Emmanuel Macron a été effacée


Un blogueur azéri, ennemi d’Aliev, a des tueurs à ses trousses en France

AFP


La police française a arrêté, le 12 juin, deux personnes près d’Angers, soupçonnées d’avoir voulu assassiner Mahammad Mirzali. Reporters sans frontières (RSF) alerte sur cette nouvelle tentative présumée d’assassinat et appelle la France et l’Azerbaïdjan à considérer cette affaire au plus haut niveau de l’État.

Lire ICI

Twitter : des ONG appellent les marques à empêcher Elon Musk de démolir la modération sur le réseau social

Le logo du réseau social Twitter à côté d’un smartphone montrant le compte Twitter du milliardaire Elon Musk, le 26 avril 2022. (KARL-JOSEF HILDENBRAND / DPA / AFP)


« Sous le management de Musk, Twitter risque de devenir une fosse de désinformation », ont déclaré 26 organisations dans une lettre ouverte adressée aux annonceurs.

Lire ICI

Rwanda : Vague de poursuites visant la liberté d’expression

Les autorités devraient libérer les journalistes, commentateurs et membres des partis d’opposition injustement emprisonnés

La prison de Nyarugenge dans le secteur de Mageragere, à Kigali (Rwanda), où plusieurs YouTubeurs sont en attente de jugement ou purgent leur peine. © 2019 Privé


(Nairobi) – Les autorités judiciaires au Rwanda poursuivent des membres de l’opposition, journalistes et commentateurs pour leurs discours et opinions, a déclaré Human Rights Watch aujourd’hui. En 2020 et 2021, Human Rights Watch a suivi plusieurs procès lors desquels les autorités judiciaires ont engagé des poursuites pour des motifs politiques et entretenu un climat d’intolérance à l’égard de la dissidence.

Lire ICI

RUSSIE : LA RÉPRESSION DU KREMLIN MUSÈLE TOTALEMENT LES JOURNALISTES INDÉPENDANTS

Deux policiers russes dans l’ombre bloquent l’accès à la place Rouge à Moscou le 2 mars 2022 / © Kirill Kudryavtsev via AFP


Vladimir Poutine mène aussi une guerre contre la liberté d’expression. Suite à l’invasion de l’Ukraine, les autorités russes ont déclenché une répression sans précédent contre le journalisme indépendant et les voix antiguerre.

Lire ICI

Guerre en Ukraine : “Poutine termine d’achever la presse indépendante russe”

Natalia KOLESNIKOVA / AFP


Après l’adoption, le 4 mars, d’un amendement qui prévoit jusqu’à quinze ans de prison pour les journalistes qui publieront des “fausses informations” sur les forces armées russes, l’avenir s’assombrit définitivement pour les derniers représentants de la presse indépendante. Reporters sans frontières (RSF) demande aux autorités russes de supprimer immédiatement cette loi liberticide.

Lire ICI

Guerre en Ukraine: en Russie, une opinion étouffée

Des policiers russes interpellent des protestataires lors d’une manifestation contre l’invasion de l’Ukraine, le 2 mars 2022 à Moscou. AFP – NATALIA KOLESNIKOVA


Au huitième jour d’offensive, la Russie est un pays fracturé et apeuré par une guerre que même ses élites n’ont pas vu venir. Il y a le soutien au pouvoir, le déni, et ceux qui avec leurs moyens tentent de protester avec les pires difficultés. Des enfants de 10 ans en Sibérie ont terminé au commissariat avec leurs pancartes : « Non à la guerre ». Malgré l’espace qui se restreint, quelques-uns tentent encore de faire entendre.

Lire ICI

Prévenir les guerres de l’information : un “système de protection” des espaces informationnels démocratiques conçu par RSF


A l’occasion de la troisième Conférence globale sur la liberté des médias organisée en Estonie les 9 et 10 février, RSF préconise la mise en place d’un mécanisme de réciprocité sur la base des principes universels pour protéger le journalisme et les démocraties.

Lire ICI

Tunisie : Les tribunaux intensifient leurs poursuites portant atteinte à la liberté d’expression


Le portail barricadé du Parlement tunisien, dans le quartier du Bardo à Tunis, photographié le 26 juillet 2021, au lendemain de la décision du président Saïed de suspendre cette assemblée dans le cadre de sa saisie de pouvoirs exceptionnels, le 25 juillet 2021. © 2021 Ahmed Zarrouki


(Tunis) – Les autorités tunisiennes poursuivent des citoyens devant des tribunaux militaires et civils et les emprisonnent pour avoir critiqué publiquement le président Kais Saïed et d’autres responsables, a déclaré Human Rights Watch aujourd’hui. Parmi les personnes poursuivies figurent des membres du parlement, des personnes connues pour leurs commentaires sur les réseaux sociaux et un animateur de télévision.

Lire ICI

ATTAQUES MONDIALES CONTRE LA LIBERTÉ D’EXPRESSION EN PLEINE PANDÉMIE


© Lilian Cazabet / Hans Lucas via AFP


Amnesty International : Dans un nouveau rapport, nous révélons que les attaques menées contre la liberté d’expression pendant la période de pandémie de COVID-19 ont un impact dévastateur sur la capacité des personnes à avoir accès à des informations exactes pour les aider à faire face à la crise sanitaire mondiale.

Lire ICI

Au Rwanda, une youtubeuse critique du pouvoir condamnée à quinze ans de prison


Le président rwandais, Paul Kagame, à Pemba, au Mozambique, le 25 septembre 2021. SIMON WOHLFAHRT / AFP


Yvonne Idamange, qui avait accusé le président Paul Kagame et son gouvernement d’avoir mis en place une dictature, a été jugée coupable d’« incitation à la violence ».

Jeudi 30 septembre, un tribunal rwandais a condamné à quinze ans de prison une youtubeuse critique du pouvoir du président Paul Kagame. Yvonne Idamange, 42 ans et mère de quatre enfants, n’était pas présente au tribunal de Kigali à la lecture du verdict la déclarant coupable de six chefs, notamment « incitation à la violence et à l’insurrection », « dénigrement des mémoriaux du génocide », « propagation de rumeurs » et « agression ».

Lire la suite ICI

Russie : Répression avant les manifestations pro-Navalny

Des policiers arrêtent un partisan d’Alexeï Navalny à l’aéroport de Vnukovo, dans la banlieue de Moscou, le 17 janvier 2021. © 2021 Emin Dzhafarov/Kommersant/Sipa via AP Images

Les autorités procèdent à des arrestations et emploient des tactiques d’intimidation, sous prétexte de mesures liées au Covid-19.

Lire ICI

Laïcité : Une scandaleuse concertation à sens unique

ÉTATS-UNIS : DES MANIFESTATIONS MENACÉES ET SANS PROTECTION

© Brandon Bell / Getty Images

À l’approche des élections américaines et depuis la mort de Georges Floyd, de nombreuses manifestations pacifiques font l’objet de menaces et d’attaques violentes de groupes armés, sans que la police n’intervienne pour protéger les manifestants. Notre dernière enquête montre que la police ne respecte pas son obligation de protéger les manifestations pacifiques.

Lire ICI l’enquête d’Amnesty International