RUSSIE : LE JOURNALISME, UN MÉTIER À HAUT RISQUE


Des journalistes russes interviewent le journaliste Dmitri Muratov, nommé prix Nobel de la paix, le 8 octobre 2021, à Moscou, Russie / Maxim Shemetov via REUTERS


Quinze portraits de journalistes qui, malgré la répression du pouvoir, continuent d’exercer leur métier : c’est ce que propose l’ouvrage : « Ils font vivre le journalisme en Russie ! » dirigé par Johann Bihr auquel notre organisation est associée.

Lire ICI

Nous espérons que le programme national pour les droits de l’Homme en Egypte sera autre chose qu’une plaisanterie de mauvais goût.

L’Égypte ayant annoncé le lancement d’un plan quinquennal pour les droits humains le 11 septembre dernier, Reporters sans Frontières suggère au président Sissi de libérer les 28 journalistes actuellement en détention arbitraire dans le pays s’il veut faire la preuve de la sincérité des autorités à améliorer la situation.

L’Égypte occupe la 166e place au Classement mondial de la liberté de la presse.




Lire ICI

Les talibans sont-ils en train de montrer leur vrai visage aux journalistes ?

Les journalistes Taqi Daryabi et Nematullah Naqdi (Etilaat Roz) tabassés et fouettés avec des câbles par les Talibans le 8 septembre 2021

Lire ICI

Les médias libres existent, voici leur carte


Médias libres, indépendants, alternatifs… Le mensuel «L’Âge de faire» a réalisé une carte de la «presse pas pareille», lancée par le journal «Le Ravi», basé à Marseille, pour définir des journaux non inféodés aux pouvoirs politiques et économiques.


Lire ICI

En Pologne, le Parlement adopte une loi sur les médias qui menace la liberté d’expression



La loi dont le projet a vivement été critiqué par Washington interdirait à un média polonais d’avoir un propriétaire non européen.


Lire ICI et ICI

Pologne: la chaîne d’information en continu TVN24 dans le viseur du gouvernement


Studio de la chaîne d’information en continu TVN24 à Varsovie, en Pologne. REUTERS – JAKUB STEZYCKI


En Pologne, près de 400 journalistes ont signé un appel pour défendre l’indépendance de la chaîne de télévision privée TVN24. La première chaîne d’information du pays, propriété du groupe américain Discovery, est menacée par le gouvernement conservateur. Le gouvernement est accusé de vouloir mettre la main sur les médias indépendants du pays, jugés trop critiques.


Lire ICI

Un responsable européen des droits de l’homme dénonce les restrictions imposées aux médias polonais


Le logo de la télévision privée TVN est visible sur les antennes satellites de leur siège à Varsovie, en Pologne, le 10 février 2021. REUTERS/Kacper Pempel


BRUXELLES, 12 juillet (Reuters) – Le haut responsable européen des droits de l’homme s’est déclaré lundi préoccupé par les restrictions imposées à la liberté des médias en Pologne, où les nationalistes au pouvoir menacent de ne pas renouveler la licence de diffusion d’une chaîne d’information télévisée critique appartenant au géant américain Discovery Inc.

L’affaire a ajouté aux inquiétudes croissantes concernant le recul des principes démocratiques en Pologne, ainsi qu’à une impasse entre Washington et son fidèle allié européen. Lire la suite

Le régulateur de la télévision a déclaré à Reuters que le diffuseur, TVN24, enfreignait le plafond de la Pologne sur la propriété étrangère des médias, et que l’organisme était divisé sur l’opportunité de renouveler la licence après l’expiration de la licence actuelle le 26 septembre.

Le parti au pouvoir Droit et justice (PiS) a soumis des projets d’amendements juridiques qui pourraient mettre Discovery au défi de céder la plupart de ses activités polonaises – estimées à plus d’un milliard de dollars – pour continuer à diffuser dans le pays de 38 millions d’habitants.

« Le nouveau projet de loi polonais sur les concessions de radiodiffusion est un nouveau signal inquiétant pour la liberté et le pluralisme des médias dans le pays », a déclaré sur Twitter la commissaire de l’Union européenne chargée des valeurs et de la transparence, Vera Jourova.

« Nous suivons de près la situation liée à TVN24 dont la licence n’a pas encore été renouvelée. »

Le PiS, de plus en plus autoritaire, a longtemps soutenu que les médias étrangers faussent le débat public et ne servent pas les intérêts polonais.

La Pologne a récemment utilisé son raffineur public, PKN Orlen (PKN.WA) , pour racheter un éditeur de journaux à des propriétaires allemands, donnant à Varsovie plus d’influence sur 20 quotidiens locaux, dont les sites Web reçoivent près de 17 millions de visiteurs par jour.

Le législateur du PiS, Marek Suski, a déclaré samedi dernier que le gouvernement polonais s’apprêtait à accroître son influence sur TVN, qui est la société mère de TVN24 et possède plus d’une douzaine de chaînes en Pologne, ainsi qu’une plateforme de vidéo à la demande.


Reportage de Gabriela Baczynska; Montage par Nick Macfie

(Traduction automatique)

Graves menaces contre les journalistes et la liberté d’informer en Bretagne

Protection et sécurité des journalistes


Depuis 2015, la plateforme du Conseil de l’Europe pour renforcer la protection du journalisme et la sécurité des journalistes enregistre une hausse quotidienne inquiétante des alertes.

 

Lire ICI


EN CHINE, EMPRISONNÉE ET TORTURÉE POUR AVOIR RÉVÉLÉ LA VÉRITÉ SUR LA COVID-19

Zhang Zhan

Le gouvernement chinois tente de cacher les informations relatives à l’épidémie de Covid-19, faisant taire allègrement les personnes qui dénoncent la gestion du virus. Zhang Zhan, journaliste citoyenne, en a été la malheureuse victime.

Lire ICI

« Implant Files » : « Le Monde » devant la justice pour défendre la liberté d’informer

Deux ans après les révélations sur le scandale des dispositifs médicaux, le tribunal administratif de Paris doit statuer sur le « secret des affaires » opposé à une demande d’information à l’organisme français de certification de ces produits.

Lire ICI

Le ministère de l’Intérieur n’a pas à mettre au pas les journalistes qui couvrent des manifestations

Communiqué du SNJ ICI

Macron tance un reporter : l’engueulade de trop

En s’en prenant publiquement à un journaliste français à Beyrouth, Emmanuel Macron n’honore pas la démocratie.

Le Nouvel Obs, par Natacha Tatu

Publié le 03 septembre 2020 à 20h56 Mis à jour le 04 septembre 2020 à 09h36


Emmanuel Macron s’est emporté contre Georges Malbrunot à Beyrouth. (Capture d’écran / LCI – TF1)

Lire ICI

CONVOCATIONS JUDICIAIRES DE JOURNALISTES

POUR LA LIBERTÉ D’INFORMER SUR L’AGROALIMENTAIRE EN BRETAGNE ET AILLEURS