Ukraine : Les forces russes ont tiré sur des véhicules civils

Le pare-brise criblé de balles de la voiture de Maksym Maksymenko, photographié en avril 2022 à Hostomel, en Ukraine. Les forces russes ont ouvert le feu sur son véhicule le 28 février 2022, alors qu’il tentait d’évacuer la ville avec sa femme, leur jeune fils, sa mère et sa belle-mère. Maksym et sa femme ont été blessés, sa mère a été tuée. © 2022 Richard Weir/Human Rights Watch


Des civils ont été tués près de postes de contrôle alors qu’ils tentaient de fuir des zones de conflit.

Lire ICI

En pleine guerre d’Ukraine, Tchernobyl souffle ses bougies radioactives

Le réacteur 4 dans la centrale nucléaire de Tchernobyl, avec au premier plan un monument aux morts. – Pxhere/CC0


Le 26 avril 1986, l’un des réacteurs de la centrale de Tchernobyl explosait. Trente-six ans après la catastrophe nucléaire, l’Ukraine est envahie par la Russie. Et les risques pour la sûreté sont réels.

Lire ICI

De la difficulté d’enquêter sur les crimes de guerre russes

DES RUINES À BOUTCHA, UKRAINE. PHOTO : IMAGO



Comment collecter les preuves ? Quelles conséquences éventuelles pour les coupables ? Un expert répond à nos questions.

Lire ICI

Guerre en Ukraine : à Severodonetsk, « tu vas chercher du pain et tu ne sais pas si tu vas revenir », racontent les habitants

Yura, un Ukrainien de 43 ans, est dans son abri sous-terrain à Sévérodonetsk, dans le Donbass (Ukraine), le 19 avril 2022. (GILLES GALLINARO / RADIO FRANCE)


Dans cette ville du Donbass, région où se concentrent désormais les combats, les habitants passent la majeure partie de leur journée dans des abris sous-terrains et redoutent les bombardements meurtriers de l’offensive russe.

Lire ICI

Médias et Ukraine : la guerre en continu

Par Un collectif d’Acrimed


Depuis le 24 février 2022 et durant plusieurs semaines, l’invasion russe de l’Ukraine a été médiatisée de façon quasi continue sur les chaînes d’information, elle a polarisé la plupart du flux audiovisuel et a occupé la Une des journaux. Cette focalisation quasi exclusive de l’agenda médiatique – stoppée nette quelques jours avant le premier tour de l’élection présidentielle – autour d’un seul sujet nous rappelle le début de la pandémie du Covid ou les lendemains d’attentats. S’il est difficile de publier des analyses transversales « à chaud » face à un tel raz-de-marée d’informations, nous tentons ici de relever les biais médiatiques les plus saillants.

Lire ICI

Crimes de guerre: «Il faut aider les enquêteurs ukrainiens à faire ce travail de documentation, ce sera long»

Un policier après le déterrement d’une fosse commune à Bucha, le 10 avril 2022. (Rafael Yaghobzadeh/Libération)


Pour l’ancien chef de l’Office central de lutte contre les crimes contre l’humanité, le travail d’enquête sur les violences de la Russie envers l’Ukraine doit faire l’objet d’une coopération internationale.

Lire ICI

Ukraine: les enfants victimes de la guerre

Pourquoi Poutine parle-t-il tout le temps des nazis ?


Poutine désigne régulièrement ses ennemis comme des néonazis. (Montage L’Obs)


VIDÉO. A coups de lois mémorielles et de défilés militaires, Vladimir Poutine a façonné un mythe de la victoire soviétique sur les nazis en 1945. Un socle sur lequel il s’appuie désormais pour qualifier ses ennemis de néonazis – une vieille pirouette soviétique – pour justifier son expansionnisme en Ukraine.

Voir ICI

GUERRE EN UKRAINE : POUR UN ACCUEIL DIGNE DE TOUTES ET TOUS

Conflit en Ukraine: l’armée russe utilise-t-elle le viol comme une arme de guerre ?

Natalya, dont le mari a été tué, crie dans son jardin de Bucha en Ukraine, le 4 avril dernier. Dans les territoires occupés, les récits selon lesquels les Russes tuent les hommes et violent les femmes se multiplient. AP Photo/Vadim Ghirda


Les récits de viols d’Ukrainiennes par des soldats russes se multiplient à Irpin, Boutcha et Hostomel, villes de la banlieue de Kiev. Les violences sexuelles perpetrées par les soldats russes contre les populations civiles sont-elles systématiques en Ukraine ?  Réponses de Véronique Nahoum-Grappe, anthropologue et ethnologue française à l’EHESS,  spécialiste des crimes de guerre et des conflits de ex-Yougoslavie (1990-1999) et de Tchétchénie (1994-1996; 1999-2000). Entretien.

Lire ICI

Ukraine: d’où vient l’argumentaire de la Russie sur les « nazis ukrainiens »?

Membres du régiment Azov le 14 mars 2020 à Kiev par STR/NurPhoto via Getty Images



Depuis le début de l’invasion Russe en Ukraine, la Russie justifie son “opération militaire spéciale” par sa volonté de “dénazifier” le pays.

UKRAINE – Mais où sont les nazis que veulent exterminer les Russes? Alors que le monde entier est encore sous le choc du massacre découvert à Boutcha après le retrait des troupes russes, Moscou nie son implication et accuse l’“Ukraine nazie”

Lire ICI

Tribunes

Guerre en Ukraine

Vivre sous l’occupation russe


TV5 Monde : Notre envoyé spécial Luc Oerthel continue de parcourir les zones reprises par l’armée ukrainienne. Il s’est rendu dans le village de Mriya, à 20 km de Boutcha. Et là aussi, les habitants racontent la terreur sous l’occupation militaire russe.



A Zaporojie se déverse toute la souffrance des territoires ukrainiens occupés

AFP/BULENT KILIK
AFP/BULENT KILIK
AFP/BULENT KILIK

Lire ICI

« Ils nous ordonnaient de creuser des trous et disaient que ce serait nos tombes », raconte un habitant de Boutcha

Artem a fui la ville de Boutcha, dans la banlieue de Kiev, le 12 mars 2022. (THIBAULT LEFEVRE / BENJAMIN THUAU / RADIO FRANCE)


Des civils de Boutcha témoignent de l’horreur vécue dans cette ville de la banlieue de Kiev au moment de l’invasion russe, alors que la communauté internationale découvre les exactions des soldats de Vladimir Poutine.

Lire ICI

Guerre en Ukraine : les étudiants africains dans la zone grise de l’administration française


Avant le début de l’invasion, les étudiants africains représentaient un tiers des étudiants étrangers en Ukraine. Eux-aussi ont été forcés de fuir mais ne bénéficient pas de la politique d’accueil exceptionnelle mise en place par l’Europe. Rostan, 20 ans, a quitté son Cameroun natal pour suivre des études à Marioupol. Arrivé en France un peu par hasard, il est englué dans les démarches administratives afin de poursuivre son cursus dans l’Hexagone.

Voir ICI

Ukraine : Les habitants de Tchernihiv manquent de biens essentiels

Une rue de Tchernihiv, dans le nord de l’Ukraine, parsemée de débris et d’éclats de verre à la suite de frappes russes ayant endommagé des immeubles résidentiels et brisé des fenêtres. Fin mars 2022, les habitants n’avaient qu’un accès très limité à l’eau courante, à l’électricité ou au chauffage, suite à l’intensification des attaques russes. © 2022 Privé


Les civils de cette ville assiégée ont besoin d’un accès à l’eau, à l’électricité et à l’aide humanitaire ; il faut faciliter leur évacuation dans des conditions sûres.

Lire ICI

Rassemblement en soutien à l’Ukraine

De la Syrie à l’Ukraine, les similitudes des guerres menées par la Russie

Un immeuble détruit par les combats à Marioupol (Ukraine), le 26 mars 2022. (ANADOLU AGENCY / AFP)


Le siège de la ville de Marioupol rappelle celui d’Alep. Dans les deux pays, l’armée russe déploie une stratégie parfois comparable.

Lire ICI

Guerre en Ukraine : le cauchemar des jeunes soldats russes sans préparation jetés sur le front

Image tirée d’une vidéo postée par des médias ukrainiens sur Twitter. On y voit un soldat affamé, en larmes alors qu’il peut parler à sa mère au téléphone. 
(Capture d’écran)


Moscou a annoncé concentrer ses forces vers le Donbass ce vendredi 25 mars. Ce changement de tactique russe peut laisser entrevoir un aveu de faiblesse de l’armée russe, voire une fatigue des soldats. Qu’en est il du moral des troupes ? Décryptage avec Carole Grimaud Potter, professeure de géopolitique de la Russie à l’université Montpellier et à l’Institut Diplomatique de Paris.

Lire ICI

Guerre en Ukraine : le désarroi des étudiants africains réfugiés en France

Des réfugiés qui ont traversé la frontière ukraino-polonaise, à Medyka, en Pologne, le 1er mars 2022. (BEATA ZAWRZEL / ANADOLU AGENCY)


Ils n’entrent pas dans le cadre du dispositif inédit mis en place en France pour les personnes ayant fui l’Ukraine. 

Lire ICI