« Nos rapports ne sont pas lus » : on a suivi les scientifiques prêts à former les nouveaux députés aux enjeux du climat et de la biodiversité

Le barnum monté pour l’opération #MandatClimatBiodiversité, le 20 juin 2022 à Paris. (THOMAS BAIETTO / FRANCEINFO)


Lancée par un climatologue et un ancien député, l’opération #MandatClimatBiodiversité vise à former les nouveaux députés aux bases scientifiques du réchauffement climatique et de la crise de la biodiversité. Et pour le moment, les nouveaux élus ne se précipitent pas sous son chapiteau.

Lire ICI

Selon l’ONU, il y a 1 chance sur 2 que le seuil de +1,5°C soit dépassé dans les 5 ans

Selon l’ONU, il y a 1 chance sur 2 que le seuil de +1,5°C soit dépassé dans les 5 ans.
(photo d’illustration) YVES HERMAN VIA REUTERS


Pour les années comprises entre 2017 et 2021, la probabilité de dépassement était de 10%. Elle est passée ”à près de 50% pour la période 2022-2026″.

Lire ICI

Spécial présidentielle


Élection présidentielle : écrivains, l’abstention générale ?


On a peu entendu les auteurs pendant cette campagne. Auraient-ils déserté le terrain politique ? Pas sûr. La preuve par vingt-six écrivains…

Lire ICI



Le rapport du Giec? Les candidats à la présidence s’en fichent

– © Camille Besse/Reporterre


Le prochain président de la République aura un rôle majeur : il reste seulement trois ans pour espérer limiter le réchauffement climatique à 1,5 °C, révèle le Giec. Pourtant, la plupart des candidats sont indifférents à la publication de son dernier rapport.

Lire ICI


Suicide assisté, euthanasie, sédation profonde… Ce que proposent les candidats à l’élection présidentielle sur le thème de la fin de vie

Les candidats de gauche plaident pour une nouvelle loi instaurant le suicide assisté. A droite, on réclame une meilleure application des textes existants sur la fin de vie. (JESSICA KOMGUEN / FRANCEINFO)


Contrairement à d’autres sujets de société, la question de la fin de vie s’inscrit dans un clivage politique traditionnel. Les six candidats de gauche se prononcent pour une nouvelle loi instaurant le suicide assisté, tandis qu’à droite on réclame une meilleure application des textes existants.

Lire ICI

Communiqués

Pour sauver le climat, taxer les riches

Marche pour le climat à Paris, le 8 décembre 2018. – © AFP/Jacques Demarthon


L’impôt sur la fortune (ISF) climatique est l’une des propositions écologiques avancée pour la présidentielle. Cette taxation des riches, qui prendrait en compte les émissions de carbone, servirait à pénaliser les investissements climaticides.

Lire ICI

Macron et l’Europe : tout pour la croissance, rien pour le climat


Emmanuel Macron, à Paris, présentait ses priorités pour la présidence française du Conseil de l’Union européennele le 9 décembre 2021. – © Ludovic MARIN / POOL / AFP


M. Macron a présenté jeudi 9 décembre ses priorités pour l’imminente présidence française du Conseil de l’Union européenne. Le climat n’en fait pas partie. La sobriété? Pas question. Le chef de l’État mise tout sur la taxe carbone aux frontières.

Lire ICI

COP26 : les mouvements de jeunes sont « la meilleure nouvelle » possible pour le climat, estime Laurence Tubiana, architecte de l’accord de Paris


Des jeunes pendant la « grève des écoles » organisée par Youth for Climate à Gand, en Belgique, le 22 octobre 2021.  (MARIJN DE KEYZER / MAXPPP)


« Les jeunes sont des témoins exigeants », a indiqué ce vendredi sur franceinfo Laurence Tubiana, directrice de la Fondation européenne pour le climat. « C’est difficile ne pas entendre des jeunes qui décident de faire grève », a ajouté Adélaïde Charlier, jeune militante belge, et co-fondatrice du mouvement « Youth for Climate ».

Lire ICI

La planète flambe

Etats-Unis : l’incendie Dixie Fire est devenu le deuxième plus grand feu de l’histoire de la Californie

L’incendie Dixie Fire dans la petite ville de Greenville, en Californie (Etats-Unis), le 5 août 2021. (JOSH EDELSON / AFP)


Lire ICI




INCENDIES EN SIBÉRIE : LES CENDRES SONT EN TRAIN D’ATTEINDRE LE PÔLE NORD

Les panaches blancs sont les fumées issues des incendies en Sibérie. Les cendres ont atteint le pôle nord. @NasaEarthObservatory


Lire ICI



Les incendies en Algérie ont fait 65 morts dont 28 militaires

Le nord de l’Algérie, notamment la Kabylie, une cinquantaine de feux brûlent en même temps depuis lundi. (RYAD KRAMDI / AFP)


Lire ICI



Italie : pic de chaleur dans le pays, touché lui aussi par les incendies


L’anticyclone responsable de la vague de chaleur accablant l’Italie, baptisé Lucifer, cause des records de températures dans plusieurs régions italiennes. © Crédit photo : STRINGER / AFP


Lire ICI



Incapable de gérer les incendies en Turquie, Erdogan préfère mettre le feu aux réseaux sociaux

Une femme turque regardant son téléphone en passant devant un portrait d’Erdogan, à Istanbul, le 21 mars 2014. AFP


Lire ICI



Climat : pour Jean Jouzel, « ce que nous vivons aujourd’hui était annoncé dès les années 1970 »

« Il y aura bientôt la Cop 26 à Glasgow, je garde espoir », indique le climatologue Jean Jouzel. (Photo d’archives François Destoc)


Lire ICI

Les femmes et les filles au cœur de la lutte pour la justice climatique

Par Mme Phumzile Mlambo-Ngcuka, Secrétaire générale adjointe des Nations Unies et Directrice exécutive d’ONU Femmes

L’égalité des sexes et la justice climatique sont inextricablement liées. Lors de chaque crise climatique, ce sont souvent les femmes et les filles qui souffrent des effets les plus graves de la dégradation de l’environnement et des catastrophes naturelles – qui se traduisent par une pauvreté accrue et l’escalade de la violence liée au genre. Pourtant, bien qu’elles contribuent à la création et à la mise en œuvre des solutions, elles sont trop souvent absentes de la direction formelle des actions en matière de climat, des initiatives innovantes et des emplois clés. La pandémie de Covid-19 n’a fait qu’exacerber nombre de ces inégalités.

Pour que les actions en faveur du climat et de l’environnement répondent aux besoins des femmes, il faut commencer par leur garantir un égal accès aux ressources productives, et en particulier aux financements, aux terres, à l’eau et à des énergies propres. Il convient également de soutenir le renforcement de leurs compétences, de leur plaidoyer et de leur accès aux technologies, et de produire des données désagrégées pour éclairer la planification et l’action.

Lors du Forum Génération Égalité à Paris, l’occasion a été offerte de donner aux femmes et aux filles la place qui est la leur, aux avant-postes de la lutte pour la justice climatique et du virage décisif vers une économie plus verte. Les Coalitions d’action féministe pour la justice climatique du Forum ont mis au point un programme concret qui comprend le financement de solutions climatiques pour les femmes et les filles, un soutien à leurs efforts – en particulier aux niveaux local et rural – pour répondre aux crises climatiques, et l’augmentation du nombre de femmes occupant les postes de direction et les emplois touchant aux domaines climatique et environnemental. Elles appellent les organisations du monde entier à se joindre à elles pour prendre des engagements en matière de climat.

Par le biais de leur travail, les coalitions aspirent à un monde où toutes les femmes bénéficient d’un accès équitable aux financements, aux technologies et aux connaissances se rapportant à la problématique du climat, et où leurs voix et leurs solutions, en particulier à l’échelle locale et au sein des populations autochtones, sont respectées et amplifiées.

Espérons des actions concrètes qui feront progresser l’égalité des sexes et la lutte contre le changement climatique, pour un monde plus équitable et plus durable.

Act for Equal 2

Le changement climatique créera plus de migration que n’importe quel autre événement dans les années à venir

National Geographic

Le changement climatique va transformer plus de 143 millions de personnes en réfugiés climatiques, cherchant à échapper aux mauvaises récoltes, à la pénurie d’eau et à la montée du niveau des mers.

La majeure partie de ce changement démographique aura lieu en Afrique subsaharienne, en Asie du Sud et en Amérique latine ; trois zones sensibles qui représentent 55 % de la population en voie de développement à travers le monde.

Ce scénario catastrophe est issu d’une étude inédite révélant les conséquences de la lente évolution du climat ; en opposition à des événements plus dramatiques tels que les ouragans et les inondations. Le rapport, Groundswell-Preparing for Interne Climate Migration, tente également de dédramatiser les conséquences de la migration transfrontalière, étant donné que la plupart des migrants fuient la guerre, la pauvreté et se mettent à la recherche d’un endroit stable pour y vivre. Les 143 millions de réfugiés climatiques ne représentent que 2,8% des populations d’Afrique subsaharienne, d’Asie du Sud et d’Amérique latine.

La montée du niveau des mers provoque déjà la migration des populations des espaces insulaires du Pacifique et d’Océanie ainsi que des zones côtières de basse altitude régulièrement inondées. De la même façon, les habitants des régions souffrant de sécheresse extrême sont partis à la recherche de terres agricoles viables. Une grande partie de la migration à venir va initier un déplacement des populations des zones rurales vers les zones urbaines sur les 30 prochaines années. Sans surprise, les personnes les plus pauvres de ces régions seront les plus touchées, et pourront, selon le rapport, difficilement se déplacer.

Les auteurs de l’étude affirment qu’il y a encore des raisons d’être optimistes : si le monde réagit à temps pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et s’engage dans une « solide planification du développement », les déplacements de migrants pourraient être réduits de 80 % .

« Nous avons à présent une petite fenêtre pour préparer le terrain à cette nouvelle réalité avant que les effets du changement climatique ne s’aggravent » , a déclaré Kristalina Georgieva, directrice générale de la Banque mondiale, dans un communiqué. « Les mesures prises par les villes pour gérer l’affluence en provenance des zones rurales, augmenter les opportunités d’éducation, de formation et d’emploi seront bénéfiques sur le long terme ».

ÉTUDES DE CAS

Le rapport distingue trois pays comme des études de cas : l’Éthiopie, le Bangladesh et le Mexique. Il souligne que les villes à croissance rapide devront se diversifier économiquement et créer des emplois indépendants du climat pour absorber correctement la croissance démographique. Le changement climatique devrait avoir des répercussions sur le Mexique en encourageant un plus grand nombre de personnes, en provenance de régions éloignées et qui risquent davantage de subir des changements, à déménager à Mexico.

Il y a cependant des exceptions. Par exemple, la baisse des précipitations dans les hauts-plateaux du nord de l’Éthiopie peut pousser les habitants à quitter le pays à la recherche de nouvelles zones où ils peuvent développer des cultures pluviales. De plus, l’absence de précipitations à Addis-Abeba, la plus grande ville d’Éthiopie, pourrait ralentir sa croissance.

En parallèle, la montée des eaux et des ondes de tempête entraîneront une croissance dans les principales villes du Bangladesh, y compris pour la capitale Dhaka. L’étude prévoit que le Bangladesh connaisse les plus grands changements et déplacements de populations de son histoire à cause du changement climatique.

Le Mexique, pays le plus riche des trois, est moins vulnérable aux changements climatiques et mieux préparé que l’Éthiopie et le Bangladesh. Mais « il faut prêter attention aux poches de pauvreté », alertent les auteurs de l’étude. La région centrale autour de Mexico et de Guatemala City, qui peut offrir de meilleures conditions climatiques, pourrait attirer de nombreux réfugiés climatiques. Il ne reste que très peu de temps pour agir. Les auteurs concluent que sans réduction des gaz à effet de serre et autres pollutions, la migration climatique va probablement croître jusqu’en 2050 puis s’accélérer.

Des habitants d' un village touché par les inondations transportent leurs biens importants par bateau à ...

Jour du dépassement : à partir de ce jeudi 29 juillet nous vivons à crédit sur la planète




Nous sommes le 29 juillet et la planète à atteint le Jour du Dépassement, alerte l’organisation internationale pour la protection de l’environnement et le développement durable WWF. A compter de cette date, nous avons épuisé toutes les ressources que la planète peut nous offrir en une année.


Lire ICI

Une nouvelle loi sur le climat approuvée par les membres de l’Union Européenne


©Pascal Rossignol/REUTERS


Une loi renvoyant à la hausse les objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre a été approuvée par l’ensemble des membres de l’UE, à l’exception de la Bulgarie.


Lire ICI


Environnement

Appel à la mobilisation le 28 mars pour une vraie loi climat

LA MOBILISATION POUR LE CLIMAT DOIT METTRE AU CENTRE LA QUESTION DES INÉGALITÉS