Projet pétrolier en Afrique : ces entreprises et financeurs français qui soutiennent Total



TotalEnergies fait face à une contestation citoyenne contre son projet pétrolier en Afrique de l’Est. Malgré le retrait d’investisseurs face à cette mauvaise presse, la multinationale peut toujours compter sur des soutiens économiques en France.

Accueilli à sa sortie de l’avion par un tapis rouge déroulé aux pieds des Pyrénées, le président chinois Xi Jinping était en visite en France les 6 et 7 mai. Parmi les discussions au programme avec Emmanuel Macron : le climat. Or, à peine un mois auparavant, le chef d’État chinois a écrit à son homologue ougandais, Yoweri Museveni, pour lui faire part de son soutien au projet EACOP, pour « East African Crude Oil Pipeline Project » (projet d’oléoduc de pétrole brut est-africain), mené par la multinationale française TotalEnergies. EACOP, c’est un chantier titanesque pour construire l’oléoduc chauffé le plus long du monde : plus de 1400 kilomètres à travers l’Ouganda et la Tanzanie.



GAZ DE SCHISTE : UN RAPPORT ACCABLE TOTALENERGIES ET SES REJETS TOXIQUES AU TEXAS




Une étude réalisée par deux ONG américaines révèle que les forages de gaz de schiste de TotalEnergies au Texas sont responsables d’importantes fuites de méthane dans l’air. Rien que dans la région d’Arlington, les auteurs du rapport ont enregistré pas moins de 85 rejets de ce gaz nocif pour la santé et l’environnement, entre août 2023 et janvier 2024. Au Texas, près d’un demi-million de personnes vivent à proximité des puits de gaz de TotalEnergies.

Le journal « Le Monde » suspendu au Burkina Faso

Cette décision du Conseil supérieur de la communication (CSC) burkinabé, qui n’a pas été notifiée officiellement, est une nouvelle atteinte au droit d’accès à l’information dans le pays.

Dans un article intitulé « Au Burkina Faso, “les soldats voulaient s’assurer qu’il n’y avait pas de survivants” » publié le 25 avril, notre journal a rapporté de façon circonstanciée la manière dont au moins 223 civils, dont une cinquantaine de femmes et d’enfants, ont été massacrés par leur propre armée dans des villages du nord du pays.

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2024/04/29/le-monde-denonce-l-annonce-de-sa-suspension-au-burkina-faso_6230664_3212.html?fbclid=IwZXh0bgNhZW0CMTAAAR3PjJutBVOa-Oe6jM3sdvG1idwXahte0sfs4g-3DA6RkprZxDzxiTz97WI_aem_Aem-l_yTaL7RER-PoGpRS9VO2PxWTTgekdgydB7Z6Lc67DYcoDrpccQ1z2h1SNO6xYCr5-_RGQaAaDxaSdX5XcL0

«Une guerre juridique homophobe»: en Afrique, de nombreux pays durcissent encore leur législation anti-LGBT+


Le Ghana, qui vient d’adopter un projet de loi répressif contre l’homosexualité, rejoint le banc des pays africains décidés à renforcer leur arsenal juridique à l’encontre des personnes LGBT+. Sur le continent, 31 pays criminalisent les relations sexuelles entre personnes de même sexe.

Lire ICI

Répression et violence pour les militant·es anti-corruption en Afrique

 La répression que subissent les défenseur·e·s des droits humains qui combattent la corruption en Afrique de l’Ouest et du Centre est très préoccupante. Ces personnes jouent un rôle crucial dans la lutte contre la corruption et dans la défense des droits fondamentaux. Pourtant, elles sont la cible d’attaques, d’intimidation, de harcèlement et de persécution lorsqu’elles font éclater la vérité (mauvais traitements, torture et décès en détention).

Agnès Callamard, secrétaire générale d’Amnesty International

La corruption est une question de droits humains. Elle interfère dans la jouissance effective des droits individuels et collectifs garantis par les traités internationaux et régionaux relatifs aux droits humains.

LIRE ICI

La difficile démocratie en Afrique


la liberté de la presse «en pleine déliquescence» au Sahel


“Dans la peau d’un journaliste au Sahel” : une enquête de RSF sur les dangers qui menacent le journalisme dans cette région d’Afrique


République centrafricaine : Rétrécissement de l’espace civique


Les élections attendues en 2023 sur le continent africain


L’Afrique face à l’influence chinoise et russe

D’ici et d’ailleurs


Hébergement, nourriture, asile : en Ile-de-France, les primo-arrivants en manque d’informations


Ukraine : Les forces russes ont pillé les institutions culturelles de Kherson


Au Laos, le difficile accès à la contraception


Les migrants constituent la troisième économie mondiale


Royaume-Uni : Londres va pouvoir expulser des migrants au Rwanda

Rapport de la FIDH: accélération des violations des droits humains au Mali en 2022

La Fédération internationale des droits humains (FIDH) présente une enquête intitulée « dans le centre du Mali, bourreaux et victimes vivent ensemble », sur les violations et les crimes commis contre populations civiles entre juin 2018 et juin 2022.

OMCT | International Federation for Human Rights

L’ONG parle d’une « accélération des violations graves des droits humains contre les civils depuis le début de l’année, notamment des violations sexuelles ».

 La FIDH a recueilli des témoignages accablants qui visent toutes les parties au conflit: groupes jihadistes, groupes d’autodéfense, les Forces armées maliennes (Fama), forces de défense et de sécurité et leurs partenaires paramilitaires russes.

Exécutions sommaires, viols, arrestations arbitraires, pillages, ou encore mise en place d’un « centre de torture dirigé par le groupe Wagner » à Diabaly. Les populations civiles du centre du Mali « vivent un enfer ».

Droits de l’Homme au Mali: plus de 800 nouvelles violations et atteintes en 3 mois, selon la Minusma

LIRE ICI

et LIRE ICI

Les affaires de Bolloré dont on ne parle pas chez Hanouna


Vincent Bolloré n’est pas seulement le meilleur ami de Cyril Hanouna. L’homme d’affaire et plusieurs cadres de son groupe sont soupçonnés d’avoir financé la réélection du président du Togo, Faure Gnassingbé, par l’intermédiaire d’une de leur filiale sur place. En échange, le chef d’état aurait permis au groupe Bolloré de décrocher de nombreux avantages et des concessions portuaires. Enquête sur le réseau politico-financier africain d’un des patrons les plus puissant de France. Antoine Etcheto, Nicolas Vescovacci.

Voir ICI

Résistance citoyenne en Afrique

Dénoncer la corruption en Afrique est risqué : l’exil, les menaces, voire la peine de mort sont parfois au bout de leur engagement.

Pourtant, à travers tout le continent, des lanceurs et lanceuses d’alerte agissent et obtiennent des résultats.

« Quand on dénonce des faits de corruption, on est considéré comme le criminel à abattre »

Malgré les représailles, les lanceurs d’alerte sont pourtant nombreux en Afrique.

Alerte Corruption Afrique - Home | Facebook

« Les gens voient les fonds publics, le futur de leurs enfants, qui leur filent sous les yeux, et veulent le dénoncer le plus vite possible. »

Aujourd’hui, ce sont les personnes qui se rendent coupables de corruption qui sont soutenues, pas les lanceurs d’alerte.

LIRE ICI

En marge de la COP27

Au mépris des droits humains et de l’environnement…

Quarante-huit des 54 pays africains explorent ou développent de nouvelles réserves fossiles et construisent de nouvelles infrastructures, d’après un rapport de plusieurs ONG publié mardi lors de la COP27. Le groupe français TotalEnergies est pointé du doigt.

Une trentaine d’ONG du monde entier publient un rapport sur le financement des énergies fossiles en Afrique. Celui-ci relève la présence de 200 entreprises sur le continent, qui explorent ou développent de nouvelles réserves de combustibles fossiles, des pipelines ou des centrales à charbon. Pourtant, ces projets « sont totalement incompatibles avec les objectifs climatiques de Paris et la limite de 1,5 degré ».

Des manifestants protestent contre le projet EACOP de TotalEnergies, le 12 mars 2022 à Paris. (VINCENT KOEBEL / NURPHOTO / AFP)

Sur le plan climatique, ces projets « sont un immense doigt d’honneur à tous ceux qui luttent contre le réchauffement climatique après les canicules terribles en Europe et les inondations meurtrières au Pakistan », estime le député européen Pierre Larrouturou. L’élu rappelle que l’Agence internationale de l’énergie (AIE) avait estimé  qu’il ne fallait pas lancer de nouveaux projets d’exploitation d’énergies fossiles pour atteindre la neutralité carbone et respecter l’accord de Paris.

LIRE ICI

ET LIRE ICI

Les pays africains sont ceux qui polluent le moins et qui subissent le plus les affres du réchauffement climatique.

Saint Louis au Sénégal est l’une des villes les plus touchée par la montée du niveau de la mer.

En 2018, le gouvernement a lancé un projet pour déplacer les populations des quartiers à risque dans une nouvelle cité. Mais plus de 4 ans après, le projet n’est pas encore sorti de terre.

Lire ICI

D’ici et d’ailleurs


En Iran, plus de 100 manifestants considérés comme des « émeutiers » inculpés après quatre semaines de contestation


Alimentation infantile en Afrique : comment mener la « révolution » 


RDC: le camp de Rumangabo, dans le Rutshuru, au bord de la crise humanitaire


Bahreïn : Condamnés à mort lors de simulacres de procès entachés d’allégations de torture

Rentrée scolaire

Plus de 1.600 enfants toujours sans logement à deux jours de la rentrée scolaire

Certains enfants dorment actuellement dans des tentes sur le trottoir à deux jours de la rentrée scolaire. © Radio France – Catherine Grain


Plusieurs associations lancent ce mardi un réseau national avec la FCPE, pour mieux repérer et reloger durablement les familles qui vivent à la rue. À deux jours de la rentrée scolaire, plus de 1.600 enfants sont sans solution de logement, ce qui va avoir un impact sur leur scolarité.

Lire ICI


LA DÉFENSEURE DES DROITS ALERTE SUR L’ACCÈS À L’ÉDUCATION DES ENFANTS EN SITUATION DE HANDICAP


À quelques jours de la rentrée scolaire, la Défenseure des droits, Claire Hédon, publie un rapport « L’accompagnement humain des élèves en situation de handicap » et propose 10 recommandations permettant d’instaurer une école réellement inclusive et sans discrimination.

Lire ICI


Afrique : De nombreuses jeunes mères sont confrontées à des obstacles à l’éducation

Dans l’actualité


En Afrique, plus de trois quarts des avortements seraient non sécurisés


Migrants : une route vers les États-Unis semée de périls


L’Iran réprime les manifestations avec le concours d’une entreprise active en Europe


Qatar Mondial 2022 : révélations sur un scandale international


Un colloque anti-IVG a-t-il été organisé par une députée RN à l’Assemblée nationale?


Violences familiales: on vous raconte le parcours d’une victime, de son arrivée au commissariat à son dépôt de plainte


Des proches du député RN Philippe Schreck menacent un journaliste


Pharmacopée africaine et traitements anti-covid. L’Afrique pourrait faire craquer Big Pharma

L’absence de crise sanitaire en Afrique reste une énigme et, parmi les hypothèses avancées, il y a un « privilège immunitaire » : la population africaine aurait naturellement développé de plus grandes défenses contre le Covid. En l’absence de vaccins occidentaux et de thérapies occidentales, les laboratoires africains, étroitement liés à la pharmacopée traditionnelle, ont créé des décoctions, des tisanes et des médicaments naturels en comprimés d’origine végétale qui ont été administrés à des milliers de patients atteints de coronavirus.

Mais il y a d’immenses intérêts économiques dans la gestion de la pandémie, Big Pharma fait des profits records, il n’y a aucune volonté de chercher des remèdes alternatifs !

Le Dr Rokia Sanogo

Lire ICI

Afrique : Les programmes d’aide liés au Covid-19 sont insuffisants



La hausse de la pauvreté et de la faim met en lumière la nécessité de renforcer la protection sociale.

(Nairobi) – La pandémie de Covid-19 a mis en évidence la nécessité pour les gouvernements africains de renforcer les systèmes de protection sociale et de respecter les droits des personnes à une sécurité sociale et à un niveau de vie suffisant, a déclaré Human Rights Watch aujourd’hui. De nombreux gouvernements africains ont introduit des mesures, comme des transferts monétaires et une aide alimentaire, pour faire face à la pauvreté et la faim croissantes occasionnées par la pandémie, mais la plupart des familles n’ont reçu aucun soutien. La Banque mondiale estime que la crise du Covid-19 aura fait basculer 29 millions d’Africain·e·s supplémentaires dans l’extrême pauvreté d’ici la fin de l’année 2021.

Voir la vidéo et lire l’article ICI

Crise de l’inégalité vaccinale – des vaccins gratuits pour l’Afrique !

Le taux de vaccination est de 70% dans l’Union européenne et de 3% en Afrique. Face à cette inégalité, un très large panel de personnalités d’Afrique et d’Europe s’élève « contre les forces de l’égoïsme et de la fragmentation ». Ils et elles demandent que l’Union européenne s’engage dans une politique massive d’exportation gratuite des vaccins vers les pays les plus démunis.

Covid-19 : « Afrique attend vaccins désespérément ! » - Le Point
L’OMS et le FMI mettent en garde contre cette « crise de l’inéquité vaccinale ». Elle est dramatique pour les Africains et dangereuse pour les Européens, la faiblesse de la vaccination dans le continent voisin facilitant la multiplication des variants.

Lire ICI

Et

L’Organisation Mondiale de la Santé dénonce la ruée des pays riches vers une troisième dose de vaccin contre le Covid-19. Pour elle, les données n’ont pas démontré la nécessité d’un rappel pour l’instant et la priorité doit être donnée à la couverture vaccinale complète des zones à faible taux de vaccination.

Est-il « moral et éthique » que les pays riches généralisent la troisième dose (sauf cas nécessaires), quand le reste du monde attend sa première injection ?

Lire ICI

Les personnes portées disparues sont les « conséquences les plus dommageables » des conflits armés


Un convoi de la Croix-Rouge escorté par des rebelles traverse Monrovia, la capitale du Liberia, lors de la guerre civile en août 2003. (GEORGES GOBET / AFP)


Le Comité International de la Croix-Rouge établit à 48 000 le nombre de personnes dont on est sans nouvelles en Afrique. Un nombre largement sous-estimé reconnaît l’organisme.

Lire ICI