« Soit on meurt de froid au camp, soit on meurt noyés en mer » : malgré un nouveau naufrage dans la Manche, les migrants décidés à partir

Le camp de Loon-Plage, près de Dunkerque, le 15 décembre 2022. Crédit : Dana Alboz/InfoMigrants


Dans la nuit de mardi à mercredi, quatre personnes sont mortes après le naufrage de leur embarcation, au milieu de la Manche. Déterminés à atteindre leur but, ni ce drame, ni les dangers liés à la traversée du détroit en hiver ne font douter les migrants du camp de Loon-Plage, près de Dunkerque.

Lire ICI

Tunisie : à Zarzis, les familles de disparus font réagir les autorités

Des femmes pleurent leurs fils disparus en mer, à Zarzis, en Tunisie, le 6 septembre 2022. Crédit : Maurice Stierl


Depuis le début de la semaine, les familles des 18 disparus suite au naufrage d’une embarcation partie de Zarzis, il y a quinze jours, se font de plus en plus entendre. Leur dénonciation de la gestion de ce drame par les autorités s’est transformée en un mouvement de protestation, donnant lieu à des blocages dans le centre-ville. En réponse, les autorités accélèrent leurs recherches des corps sur les plages, aux côtés de citoyens volontaires.

Lire ICI

À Grande-Synthe et Dunkerque, sauveteurs et associations redoutent un prochain naufrage de migrants

Au moins 250 personnes vivent dans le campement de Grande-Synthe, près de Dunkerque, en attendant de pouvoir passer au Royaume-Uni. Crédit : Mehdi Chebil pour InfoMigrants


Sur le littoral français, le naufrage du 24 novembre dernier dans la Manche et ses 27 morts, hante encore les esprits des sauveteurs en mer et des associations d’aide aux migrants. À Dunkerque, comme à Grande-Synthe, tous redoutent un nouveau naufrage meurtrier. Car malgré les températures hivernales, les tentatives de traversées ne faiblissent pas.

Lire ICI