D’ici et d’ailleurs


Belgique: faut-il interdire ou encadrer les courses-poursuites par la police? La Ligue des droits humains réclame un débat.


Népal: près de 500 000 citoyens apatrides attendent la régularisation de leur situation


Maroc: les réseaux sociaux en deuil après la mort de Meriem, avortée clandestinement à la suite d’un viol


Somalie : le pays est au bord de la famine


Soudan : « Un enfant sur trois ne va pas à l’école », s’alarment des organisations humanitaires


L’Algérie expulse une nouvelle vague de 600 migrants africains vers le Niger


Gangs et pouvoir en Haïti, histoire d’une liaison dangereuse

Maroc : mort d’une Africaine touchée par un tir de la police alors qu’elle montait dans un canot vers les Canaries

Arrestations de migrants à Laayoune, au Maroc. Crédit : compte Facebook de l’AMDH


Selon l’ONG Caminando Fronteras, une femme subsaharienne a été tuée dans la nuit de dimanche à lundi dans le sud du Maroc après avoir été touchée par un tir de la police. Elle faisait partie d’un groupe de 35 personnes qui s’apprêtaient à prendre la mer pour rejoindre l’archipel espagnol des Canaries.

Lire ICI

Maroc : une blogueuse condamnée à deux ans de prison pour offense à l’islam


Un Coran calligraphié sur parchemin du 9ème siècle, dans la bibliothèque Quaraouiyine de Fez. La tradition raconte que cette bibliothèque a été fondée par la fille d’un riche marchand tunisien établi à Fez, Fatima Al Fihrya, au 9ème siècle. La Quaraouiyine est considérée comme une des plus anciennes universités au monde encore en exercice par l’UNESCO.
© AP Photo/Samia Errazouki


Une blogueuse marocaine a été condamnée le 15 août à deux ans de prison ferme pour « atteinte à la religion musulmane ». Elle aurait commenté sur un ton satirique, en langue arabe sur sa page Facebook, des versets du Coran et des hadiths du prophète Mahomet. Son frère, Bouazza Karim, dénonce un « verdict très sévère. »

Lire ICI

D’ici et d’ailleurs


« On est devenu des presse-boutons » : pourquoi les agents de l’assurance-maladie craquent


Financement de l’audiovisuel public en France : la majorité parlementaire doit mettre fin à une logique de bricolage


« Tu es banni, tapé, livré à la police », paroles d’homosexuels au Sénégal


Au Maroc, derrière la Fête du Trône, la répression tous azimuts des journalistes


Somalie : la naissance d’un nouveau média


Éducation des jeunes filles, accès à la santé ou encore violences sexuelles, Bilan Media, un nouveau canal d’information pour sensibiliser à des sujets encore peu médiatisés.

ICI et AILLEURS


Sida : la lutte contre le virus manque de financement


Le photovoltaïque taille à la hache les forêts du Sud et gagne l’est


TotalEnergies « ne paie pas d’impôt en France », alors qu’il enregistre des « profits exceptionnels », dénonce l’économiste Maxime Combes


Restriction du droit à l’IVG aux Etats-Unis : médicaments sur la sellette


Aux cinéastes iraniens arrêtés: «Notre soutien sera sans relâche jusqu’à votre libération»


Maroc : Un « manuel » pour déguiser la répression des opposants


COMMENT LES TALIBANS S’ATTAQUENT AUX DROITS DES FEMMES EN AFGHANISTAN

Drame de Melilla : 33 migrants condamnés à de la prison ferme pour « entrée illégale » au Maroc

Des migrants après leur arrivée à Melilla, le 24 juin 2022. Crédit : DR


Le tribunal de Nador a condamné, mardi, 33 migrants africains à 11 mois de prison ferme chacun pour « entrée illégale » au Maroc à la suite de la tentative d’entrée dans l’enclave espagnole de Melilla fin juin. Au moins 23 personnes sont mortes lors cet événement.

Lire ICI

Dans l’actualité


États-Unis : une fusillade fait au moins six morts lors d’un défilé du 4 juillet


Guerre en Ukraine, en direct : Poutine ordonne de continuer la guerre, la bataille de Donetsk se prépare


Méditerranée : 71 migrants secourus au cours d’une traversée, dont un bébé de quatre mois


Drame de Melilla : au Maroc, 36 migrants passent en procès pour « violences » contre les forces de l’ordre


Burkina Faso : les menaces se multiplient contre les journalistes


« Signal très particulier », « régression », « mépris »… : des élus réagissent au passage des Outre-mer dans le giron de l’Intérieur


AUX ETATS-UNIS, LE LOBBYING DES « ÉVANGÉLIQUES » MENACE LES DROITS HUMAINS


Meta emboîte le pas à TikTok : vers la désinformation assistée par intelligence artificielle


Communautarisme : quand l’extrême-droite s’organise pour vivre entre blancs


« Malgré tous mes efforts, je suis toujours un migrant » : les sans-papiers, angle mort de la politique marocaine

Une vue de la ville de Tanger au Maroc. Crédit : DR


Il y a près de dix ans, le Maroc lançait sa Stratégie nationale d’immigration et d’asile. Le texte, inédit, garantissait des droits supplémentaires aux migrants en situation régulière et aux réfugiés. Il avait par ailleurs été suivi de deux vagues de régularisation des sans-papiers. Depuis, si la situation des exilés en règle s’est quelque peu améliorée, les migrants sans-papiers, eux, sont totalement laissés de côté par les autorités.

Lire ICI

Maroc : Souleiman Raissouni, le courage face à l’acharnement


Le journaliste marocain en détention depuis deux ans, et en attente d’une réponse sur son pourvoi en cassation, a été transféré vers une autre prison. Un transfert surprise, durant lequel ses documents et livres ont été déchirés, et après lequel il a été placé à l’isolement. RSF dénonce des méthodes qui consistent une nouvelle fois à violer les droits d’un journaliste en détention. 

Lire ICI

Au sud du Maroc, les autorités intensifient les arrestations de migrants

Les migrants arrêtés à Laayoune sont ensuite envoyés dans le désert, près de la frontière algérienne. Crédit : DR


Lamine* est à Laayoune, dans le sud du Maroc, depuis novembre 2020. Cet Ivoirien de 32 ans a pris contact avec la rédaction d’InfoMigrants pour alerter sur la multiplication des arrestations de migrants dans cette ville, connue pour être un lieu de départ vers les Canaries espagnoles. Depuis la reprise des relations diplomatiques entre Madrid et Rabat, les autorités marocaines multiplient les opérations pour empêcher les traversées de l’Atlantique. Pour cela, elles arrêtent de plus en plus de migrants et les envoient dans le désert. Témoignage.

Lire ICI

Au Maroc, quatre ans de prison pour un militant et journaliste citoyen accusé d’avoir critiqué le roi


Journaliste citoyen, Rabie Al-Ablaq est poursuivi pour avoir publié « des vidéos critiquant les disparités sociales et la corruption ».

Lire ICI

Maroc/Espagne: un millier de migrants essaient d’entrer à Melilla, près de 6 000 tentatives en une semaine

Un migrant blessé après avoir tenté de traverser les clôtures entre le Maroc et Melilla, le 2 mars 2022. Crédit : Europa Press/abaca/picture


Quelques jours après des tentatives record, un millier de migrants ont à nouveau essayé, en vain, mardi matin, d’entrer dans l’enclave espagnole de Melilla en escaladant la triple clôture depuis le Maroc. Près de 6 000 tentatives ont été recensées ces derniers jours.

Lire ICI

Au Maroc, la « tragédie » des mariages de mineures

Des femmes préparent le pain dans le village de Tamarwoute, au maroc, le 19 février 2022. FADEL SENNA / AFP


Si le Code de la famille fixe la capacité matrimoniale à 18 ans, plus de 13 000 dérogations ont été délivrées en 2020. Sans compter les mariages scellés par la simple lecture d’une sourate du Coran, qui ne sont pas reconnus par la loi.

Lire ICI

La France durcit les conditions d’obtention des visas à l’égard du Maroc, de la Tunisie et de l’Algérie


Le nombre de visas délivrés par la France baissera de 50% pour les Marocains et les Algériens, et de 33% pour les Tunisiens (illustration). Crédit : Picture alliance


La France met ses menaces à exécution et a décidé de durcir les conditions d’obtention des visas à l’égard du Maroc, de l’Algérie et de la Tunisie, a annoncé mardi le porte-parole du gouvernement. Ces trois pays rechignent à reprendre leurs ressortissants en situation irrégulière sur le territoire français.

Lire ICI


Appel urgent de l’observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’Homme

Maroc : le journaliste et défenseur des droits humains Omar Radi condamné à six ans de prison


Des manifestants appelant à la libération des journalistes détenus Omar Radi et Suleiman Raissouni, dans le centre-ville de Rabat, au Maroc, le mardi 25 mai 2021. © Mosa’ab Elshamy, AP


Une cour de Casablanca a condamné, lundi, le journaliste et défenseur des droits humains marocain Omar Radi à six ans de prison dans une double affaire d’ « espionnage » et de « viol ».  


Lire ou écouter ICI

Encore une fois, l’arbitraire vient de frapper au Maroc