Sexisme à l’école : plus d’une fille sur deux dit en avoir été victime


L’ONG Plan International dévoile ce jeudi 25 janvier son baromètre sur les violences de genre à l’école en France. Les établissements scolaires ne sont pas épargnés par les violences sexistes et sexuelles, un handicap certain pour la scolarité des filles et des jeunes femmes.

Lire ICI


A Paris, un policier qui avait insulté une femme victime d’agression sexuelle a été relaxé

Agriculteurs : différence de traitement et «bouc émissaire», les écologistes s’agacent contre le gouvernement


Yannick Jadot a rappelé ce mercredi 24 janvier les fortes sanctions prononcées à l’encontre de militants écologistes, à l’opposé de la mansuétude pour le mouvement actuel. Marine Tondelier, elle, refuse de se laisser enfermer par le gouvernement dans le rôle d’ennemie des agriculteurs.

Lire ICI


L’écologie, bouc émissaire de la colère agricole


Le gouvernement s’empêtre dans la planification énergie-climat

Chine: un article censuré rapporte des faits de torture dans un centre de détention au Xinjiang


L’article aura tenu quelques heures en ligne. « La mort du suspect Sun Renze » publié le 14 janvier par le magazine Caixin, est aujourd’hui introuvable sur l’internet chinois. Ce récit rare rapporte la face sombre de certains commissariats en Chine et des tortures pratiquées pendant les interrogatoires. Six ans après le décès de la victime, huit policiers ont été reconnus coupables de coups et blessures ayant entraîné la mort.

Lire ICI

Procès accablant pour le commissaire de police mis en cause dans l’affaire Geneviève Legay


Les 11 et 12 janvier 2024 s’est déroulé le très attendu procès du commissaire-divisonnaire Rabah Souchi, mis en cause pour avoir ordonné une charge disproportionnée et illégale lors d’une manifestation Gilets jaunes à Nice en mars 2019.

Lire ICI

Mettre fin aux pratiques policières discriminatoires, une urgence pour la France


Plus d’un mois après la décision du Conseil d’État reconnaissant un manquement de l’État dans la pratique avérée des contrôles au faciès, le gouvernement français n’a donné aucun signe indiquant qu’il comptait enfin prendre au sérieux le problème et tout mettre en œuvre pour le faire cesser.

Lire ICI

47 millions de contrôles d’identité par an, pas évalués et peu encadrés


Le rapport de la Cour des comptes pointe une pratique « massive » qui pose de nombreux problèmes. Il formule huit recommandations et étrille notamment la police nationale pour sa pratique du tutoiement et de la palpation de sécurité.

Lire ICI

Arié Alimi aujourd’hui à Sainte-Savine


17 h Grand salon 1 rue Lamoricière 

Arié Alimi sera demain à Sainte-Savine

A l’invitation de la section de l’Aube de la LDH, Arié Alimi présentera puis dédicacera son dernier livre « L’Etat hors la loi, logiques des violences policières » de 17h à 18h15, dans le grand salon de musique, 1 rue Lamoricière à Sainte-Savine (à côté de la mairie), en partenariat avec la librairie « La petite marchande de prose ». Ce temps d’information et de communication est ouvert à toutes et tous.


Loader Loading…
EAD Logo Taking too long?

Reload Reload document
| Open Open in new tab

Vidéosurveillance algorithmique : la CNIL va contrôler le ministère de l’intérieur


Le gendarme des données personnelles va se pencher sur l’usage par la police, révélé par le site « Disclose », d’un logiciel de vidéosurveillance dite « intelligente ». Certaines de ses fonctionnalités pourraient être illégales.

Lire ICI


LA POLICE NATIONALE UTILISE ILLÉGALEMENT UN LOGICIEL ISRAÉLIEN DE RECONNAISSANCE FACIALE

Interpellation et garde à vue abusives

Lettre ouverte d’universitaires en soutien à leur collègue Roland Pfefferkorn


Les membres du Conseil d’unité du « Laboratoire interdisciplinaire en études culturelles – LinCS » (CNRS/Univ. de Strasbourg) manifestent leur indignation suite à l’interpellation puis la mise en garde à vue de leur collègue Roland Pfefferkorn, Professeur émérite de sociologie à l’Université de Strasbourg, à l’issue de la manifestation strasbourgeoise « Halte au massacre à Gaza » du 28 octobre 2023.

Lire ICI

Des policiers falsifient des documents pour expulser des ados sans-papiers


« ON VA VOUS TRAITER COMME DES MAJEURS »



Le ministère de l’Intérieur affirme qu’Ibrahim a 22 ans. Il en a pourtant six de moins. Pour pouvoir expulser des étrangers, des policiers font grandir des mineurs non accompagnés d’un simple coup de crayon. Une pratique illégale.

Lire ICI

Le Conseil d’Etat ordonne au ministère de l’Intérieur de garantir le port et la visibilité du matricule des policiers



La plus haute juridiction de l’ordre administratif avait été saisie par plusieurs associations à l’automne dernier.

Lire ICI


Les contrôles au faciès «existent» mais le Conseil d’Etat s’estime incompétent

« Les preuves vont disparaître, les témoins vont s’évanouir, les enquêteurs vont protéger les policiers »

VIOLENCES POLICIÈRES : L’AVOCAT ARIÉ ALIMI REVIENT SUR CINQ DOSSIERS EMBLÉMATIQUES



Ses dossiers font la Une et il aime ça. Pour faire bouger les lignes sur la question des violences policières, Arié Alimi use du droit autant qu’il joue des médias. À travers cinq affaires emblématiques, il raconte sa méthode.

Lire ICI


Arié alimi sera parmi nous à Sainte-Savine le 30 novembre prochain à l’issue de notre AG pour présenter son livre et ses combats actuels.

Une personne en garde à vue dans des « conditions indignes » peut être remise en liberté, juge le Conseil constitutionnel



Les Sages avaient été saisis par des avocats pénalistes afin d’imposer des garanties légales pour contraindre les autorités à assurer des conditions dignes aux gardés à vue.

Lire ICI

Violences policières : 30 familles et victimes interpellent Macron


« Emmanuel Macron, il faut que cela cesse »


Non-lieux, instructions en cours : le combat sans fin des familles

 

Violences policières : pour les familles, quelques victoires symboliques

 

« J’ai été sauvagement agressé par trois policiers »


« Que justice soit faite, c’est tout ce qu’on souhaite » : des proches de victimes de violences policières s’expriment

TROYES : CONTRE LES VIOLENCES POLICIÈRES, LE RACISME ET LES DISCRIMINATIONS SOCIALES ET TERRITORIALES

JFB
JFB

DG
DG



Entre 100 et 200 personnes, selon les différentes estimations, s’étaient rassemblées ce matin place de la Libération pour alerter sur la gravité de la crise démocratique, sociale, politique, énergétique et climatique que nous traversons actuellement et dénoncer la discrimination raciale, les violences policières, et les inégalités sociales qui en découlent.

Une dizaine de ligueuses et ligueurs étaient présents. L’unité qui caractérisait cette mobilisation, où les organisations syndicales, associations, collectifs, comités de quartiers, de victimes de violences policières et certains partis politiques ont pris une parole commune, répond manifestement à une attente de l’ensemble des citoyennes et des citoyens attachés aux droits et aux libertés.

Commencé dans une intimité relative, le rassemblement a vu ses rangs se gonfler de façon notable à partir de 11h, comme ont pu en témoigner certains participants, exprimant leur satisfaction en ces termes éloquents: « Maintenant les flics n’ont qu’à bien se tenir. Pour paraphraser Pasqua* on va policer la police! « 

* Charles Pasqua, ministre de l’Intérieur de 1993 à 1995, pour les moins de 50 ans, et dont Darmanin remet d’actualité le fameux « théorème » et les techniques réprouvées de maintien de l’ordre avec la résurrection des « Voltigeurs » aujourd’hui renommés BRAV-M.

RD


Police : l’usage de la force sur la voie publique en nette hausse en 2022, selon l’IGPN


Violences policières : des marches sous surveillance (et discrédit) médiatique

Mort de l’adolescent blessé dans une collision avec un véhicule de police à Elancourt, dans les Yvelines


Le parquet de Versailles avait ouvert deux enquêtes à la suite de l’accident, l’une pour « refus d’obtempérer », visant le jeune homme, l’autre pour « blessures involontaires par conducteur ». Deux policiers sont en garde à vue.

Lire ICI

Mort d’Adama Traoré : non-lieu pour les trois gendarmes l’ayant interpellé



La justice a prononcé, ce vendredi 1er septembre, un non-lieu en faveur des trois gendarmes impliqués dans l’affaire Adama Traoré, mort le 19 juillet 2016 à 24 ans après avoir été interpellé. Une décision qui «déshonore l’institution judiciaire», selon l’avocat de la famille, qui fait appel.

Lire ICI

Affaire Hedi : le policier marseillais remis en liberté après 40 jours de détention



Placé en détention provisoire après les graves blessures du jeune Marseillais en marge des émeutes de juillet, ce qui avait suscité un mouvement de grogne dans la police, l’agent a été remis en liberté ce vendredi 1er septembre.

Lire ICI

Affaire Otman à Marseille : le policier soupçonné de violences mis en examen et placé sous contrôle judiciaire



Le policier soupçonné de violences sur Otman, un homme trentenaire, lors des émeutes à Marseille début juillet a été mis en examen et placé sous contrôle judiciaire ce mercredi soir à l’issue de sa garde à vue, indique le parquet de Marseille à franceinfo.

Lire ICI