Manifestation ce samedi matin à Troyes pour « la paix en Palestine »


Ils ont manifesté ce samedi matin à Troyes pour dénoncer « le génocide en Palestine » suite à l’appel du collectif aubois pour la paix et l’arrêt des massacres à Gaza.

Lire ICI


Stop aux massacres !
Cessez le feu immédiat !
Pour une paix juste et durable !


Depuis plus de quatre mois, les habitants de Gaza sont sous le feu des bombardements de l’armée
israélienne. Plusieurs dizaines de milliers personnes sont déjà mortes, blessées ou disparues dont une grande majorité de femmes et d’enfants. Ces massacres de la population palestinienne ne font que s’accentuer chaque jour.

Les hôpitaux sont bombardés, ceux qui ne sont pas encore détruits sont exsangues et submergés par les blessés. Les soins sont quasiment impossibles et les amputations sont réalisées sans anesthésie. Près de deux millions de personnes ont été obligées de quitter leur logement dans l’urgence et la peur. Mais le sud de Gaza où se réfugient les habitants du Nord de l’enclave est aussi bombardé, alors que la densité de population au km carré y a dépassé les 10 000 habitants.

Le massacre et les actes de terreur perpétrés par le Hamas le 7 octobre contre des civils israéliens ne justifient en rien les massacres actuellement à l’oeuvre contre le peuple palestinien tout entier.

La poursuite de cette offensive est en flagrante violation des ordonnances de la Cour Internationale de Justice, qui pointe des signes concordants d’un génocide en cours.

Le gouvernement israélien bafoue à nouveau le droit international après l’avoir fait depuis des décennies avec l’occupation des territoires palestiniens par les colons israéliens. Ce gouvernement dominé par l’extrême-droite mène ouvertement une politique d’apartheid et poursuit inexorablement la colonisation de la Cisjordanie et de Jérusalem Est, au mépris de toutes les décisions internationales.

Comme seule réponse à la décision de la Cour internationale de justice du 26 janvier dernier qui lui ordonne de tout mettre en oeuvre pour prévenir le génocide, Benyamin Netanyahou et son cabinet de guerre entament une nouvelle phase de son offensive en ciblant Rafah, où plus de la moitié de la population de la Bande de Gaza se trouve concentrée à la suite de déplacements forcés. Cela va plonger cette population dans une horreur absolue.

Nous saluons l’Afrique du Sud qui vient de déposer une nouvelle requête auprès de la Cour Internationale de Justice.

Nous interpellons les autorités françaises qui ont encouragé, l’offensive israélienne. Il ne suffit pas d’exprimer « sa plus vive préoccupation », il faut passer aux actes. Il faut suspendre toute coopération militaire avec Israël et prendre des sanctions diplomatiques et économiques contre l’État criminel tant qu’il ne se conforme pas aux aux ordonnances de la Cour Internationale de Justice.

Une paix juste et durable ne sera possible que dans le cadre de la reconnaissance des droits du peuple palestinien, de l’arrêt de la colonisation et de la fin de l’occupation israélienne des terres palestiniennes, d’un état Palestinien indépendant, dans le respect de l’ensemble des résolutions de l’ONU.


Dans cette situation, nous appelons à poursuivre la mobilisation

le 2 mars à 10H30 Place de l’Hôtel de Ville à Troyes

pour exiger :

– Un cessez-le-feu immédiat.

– La levée immédiate du blocus inhumain qui affame la population de Gaza. 

– L’acheminement de médicaments et de moyens matériels et et humains pour les hôpitaux.

– L’arrêt des déplacements forcés de la population.

– La protection du peuple palestinien à Gaza et en Cisjordanie.

– La libération des otages du Hamas et des prisonniers palestiniens.

– La fin de l’occupation des territoires palestiniens.

– La reconnaissance par la France de l’Etat Palestinien.

– L’arrêt des ventes d’armes à Israël.


À l’appel dans l’Aube des organisations :
MRAP, LDH, GREENPEACE, AGUI, LIBRE PENSEE, COLLECTIF LOUISE MICHEL, LFI, POI, PCF, GENERATION.S, CGT, collectif LOUISE MICHEL,

AR
SG
SG
SG
SG

Deux ans de guerre en Ukraine: le peuple «fait face à la situation avec résilience et détermination»


Ce samedi 24 février, l’Ukraine entrera dans sa troisième année de guerre avec la Russie. À la veille du deuxième anniversaire de l’offensive russe, quelle est l’atmosphère dans le pays, et dans sa capitale ? La victoire des Ukrainiens est-elle encore possible ? Entretien avec Gaël Veyssière, ambassadeur de France en Ukraine.

Lire ICI


Ukraine : les enfants épuisés par deux années de guerre


Des drones russes s’écrasent sur Odessa, Moscou célèbre son armée

Après deux ans de guerre en Ukraine, la fatigue de l’opinion publique russe



Troyes: le collectif aubois pour la paix appelle à marcher pour l’Ukraine  à Paris ce samedi 24 février

Le collectif aubois composé de la CGT, la CFDT, la FSU, Solidaires et les associations Greenpeace Troyes, LDH de l’Aube et AGUI invite les Aubois à exprimer leur soutien au peuple ukrainien après deux ans de guerre.

N’organisant aucune manifestation au niveau local, le collectif invite celles et ceux qui le peuvent à se joindre à la marche pour l’Ukraine organisée samedi à Paris et qui s’élancera à 14 h de la place de la République: il s’agira surtout de marquer cette date symbolique de l’invasion de l’Ukraine et de montrer que nous restons solidaires avec le peuple ukrainien, les travailleuses et travailleurs et leurs familles qui subissent cette guerre meurtrière.

Crise agricole : vers un recul écologique et social orchestré par la FNSEA et l’agrobusiness ?


Les premières mesures annoncées par le gouvernement pour tenter de répondre à la colère des agricultrices et agriculteurs ciblent l’écologie, comme le demande la FNSEA. Sans apporter de réponse pour une juste rémunération.

Lire ICI


POSITION ET APPEL DES SOULÈVEMENTS DE LA TERRE SUR LE MOUVEMENT AGRICOLE EN COURS


En France et à Bruxelles, le double langage de la FNSEA


Peut-on être écolo et pro-européen ?


Nitrates: quand les services de l’Etat laissent couler

France: la grogne s’étend


DÉCRYPTER LE MOUVEMENT DES AGRICULTEURS


Colère des agriculteurs : qu’est-ce que l' »exception agricole française » évoquée par Gabriel Attal lors de sa déclaration de politique générale ?


Face à la détresse du monde agricole, la remise en cause des accords de libre-échange



Grève des profs jeudi 1er février : « Je me mobilise demain car je refuse de faire partie d’une Education nationale qui pratique la ségrégation scolaire »



Artisans du BTP en colère dans l’Aube : ils déversent des bennes de gravats devant le centre des impôts

Peu convaincus du discours d’Attal, les agriculteurs de l’A6 se lancent en direction de Paris


Dans l’attente de nouvelles annonces ce mardi 30 janvier, la FNSEA et les Jeunes Agriculteurs bloquent toujours plusieurs autoroutes menant à Paris. Un cortège parti du Lot-et-Garonne tente de poursuivre coûte que coûte son avancée vers Rungis à l’appel de la Coordination rurale.

Lire ICI

Pourquoi le Rassemblement national surfe-t-il sur la colère des agriculteurs?


La France a connu une semaine de tensions sociales avec la mobilisation des agriculteurs. Hier vendredi, le Premier ministre Gabriel Attal a annoncé une série de mesures pour calmer la colère du monde agricole. Est-ce que cela suffira ? Réponse dans les prochains jours. En attendant, le Rassemblement national espère bien capitaliser sur ce mouvement de grogne.

Lire ICI

Derrière la colère des agriculteurs, la petite musique de la convergence des luttes


Les syndicats les plus radicaux comme la CGT et Solidaires rejoignent la cause en faisant le lien entre la situation du monde social et la colère agricole. Une esquisse de convergence et une tentative de sortir du « match entre le gouvernement et la FNSEA ».

Lire ICI


« C’est une guérilla interne » : derrière la colère des agriculteurs, les revendications divergentes des principaux syndicats


Cultivateur, grand patron, maire… Six choses à savoir sur Arnaud Rousseau, le puissant président de la FNSEA


«On répond pas à la souffrance en envoyant des CRS» ose Gérald Darmanin


Dégradation de bâtiments publics par les agriculteurs : Gérald Darmanin en flagrant déni


Paysans : histoire d’une extinction de masse


Actions des militants écolos et des agriculteurs : un deux poids, deux mesures ?


Julien Le Guet, opposant aux mégabassines : «Le gouvernement continue de laisser les agriculteurs s’enferrer dans leur système»


Dernière minute:

Colère des agriculteurs : ce qu’il faut retenir des annonces de Gabriel Attal

Colère des agriculteurs : les manifestants bénéficient d’une « longue tradition » de « bienveillance » des autorités, pointe un sociologue



La tolérance affichée par les politiques et les forces de l’ordre face aux actions des agriculteurs s’explique notamment, pour Bertrand Hervieu, par les relations étroites qu’ils entretiennent au quotidien.

Lire ICI


Le Haut conseil pour le climat appelle à une transformation profonde du secteur agricole et alimentaire


FNSEA : Le gouvernement au chevet des « agro-terroristes »

Radicalisation néonazie : comment des ados sont passés à l’acte


Quatre mineurs ont été jugés après le tabassage de collégiens aux cris de « sales bougnoules ». Les enquêteurs ont constaté un processus de radicalisation vers une idéologie d’extrême-droite très violente, devant leurs parents désarmés.

Lire ICI


En Allemagne, plus de 1,4 million de personnes ont manifesté contre le parti d’extrême droite AfD depuis vendredi, selon les organisateurs


L’extrême droite peut être battue : la preuve par la Pologne

Environ deux cents manifestants contre la loi immigration ce samedi à Troyes


Ils étaient près de deux cents ce samedi 20 janvier à Troyes à manifester contre la loi « asile et immigration » alors que le Conseil constitutionnel doit se prononcer sur le texte jeudi.

Lire ICI

Loi Immigration : au moins 110 000 personnes, dont 30 000 enfants, pourraient perdre leurs droits sociaux, selon une étude


Dans une note publiée ce vendredi 19 janvier, le collectif Nos services publics mesure les conséquences concrètes de la loi Immigration si elle venait à être promulguée en France, notamment son volet sur la « préférence nationale ». Selon le rapport, elle plongerait au moins 110 000 personnes dans la grande pauvreté.

Lire ICI


Loi immigration : quel impact financier concret pour les personnes concernées par la « préférence nationale » ?


Plus de 300 élus appellent à manifester dimanche contre la loi Immigration


Un collectif dévoile les terrifiantes conséquences de la loi immigration


Loi Darmanin : le 25 janvier, bloquons le pays !


À Marseille, des étudiants se mobilisent contre la loi immigration


Après la la loi immigration en France, le traité entre Royaume-Uni et Rwanda…

Entre l’Italie et l’Albanie, un accord migratoire sur le banc des accusés


DEMAIN SAMEDI 20 JANVIER A 14 H

RASSEMBLEMENT

PLACE de L’HÔTEL DE VILLE DE TROYES 

Sainte-Soline : l’Etat obtient la condamnation des neuf opposants


Le tribunal judiciaire de Niort (Deux-Sèvres) a rendu son jugement dans le procès des neuf opposants aux bassines. Ils sont condamnés à des peines de prison avec sursis et d’interdiction de se rendre dans les Deux-Sèvres. Les Soulèvements de la Terre dénoncent « une justice au service du pouvoir ».

Lire ICI

DÉLIBÉRÉ SAINTE-SOLINE – UNE JUSTICE AU SERVICE DU POUVOIR ET DU SYSTÈME BASSINES

(communiqué des Soulèvements de la Terre)

En France, des milliers de manifestants dans la rue contre la loi Immigration


Des milliers d’opposants à la loi immigration se sont rassemblés ce dimanche 14 janvier dans plusieurs villes de France pour réclamer son « retrait total » et maintenir la « pression » avant la décision du Conseil constitutionnel le 25 janvier.

Lire ICI


Retirer la loi immigration pour ne pas laisser l’extrême droite gagner


Marche contre la loi immigration

Le 20 janvier à 14h00

Rassemblement place de l’Hôtel de ville à Troyes

Retrouvez ICI tous nos articles relatifs à la loi immigration

Halte aux massacres ! Pour une paix juste et durable.

Ce matin à Troyes

DD
DD
DD
DD
DD

HALTE AUX MASSACRES À GAZA ET EN CISJORDANIE ! CESSEZ-LE-FEU TOTAL ET PERMANENT, PROTECTION DU PEUPLE PALESTINIEN, SANCTIONS CONTRE L’ETAT D’ISRAËL !



Guerre dans la bande de Gaza : l’Afrique du Sud développe sa plainte contre Israël pour « actes de génocide » devant la plus haute cour de l’ONU


Devant la CIJ, Israël dit être engagé «dans une guerre de défense»


contre-attaque.net


Les Palestiniens de Cisjordanie face à l’intensification de la colonisation


Les demandeurs d’asile abandonnés d’un centre social francilien


Depuis l’arrivée d’un nouveau chef de service, personne ne s’occupe des demandeurs d’asile d’Ozoir-la-Ferrière, en Seine-et-Marne. Près de la moitié d’entre eux dénonce le bafouement de leurs droits et revendique une prise en charge adaptée.

Lire ICI



Mobilisation à Troyes le samedi 20 janvier

Ils disent non au service militaire : « Je ne justifierai jamais ce qu’Israël fait à Gaza »


Le 26 décembre, le premier objecteur de conscience qui a refusé de faire son service militaire depuis le début de la guerre avec le Hamas a été emprisonné en Israël. Ces voix minoritaires qui refusent de participer à « l’oppression des Palestiniens », tentent de changer la donne par leur engagement politique.

Lire ICI


300 avocats appellent au respect du droit international et à la justice au Proche-Orient


MANIFESTATION »HALTE AUX MASSACRES À GAZA ET EN CISJORDANIE

 le 13 janvier 2024 à 10h30 Place Jean Jaurès.


HALTE AUX MASSACRES À GAZA ET EN CISJORDANIE !

CESSEZ-LE-FEU TOTAL ET PERMANENT, PROTECTION DU PEUPLE

PALESTINIEN !

Ce qui est en train de se passer à Gaza est un crime contre toute l’Humanité.

Les bombardements, attaques militaires par voies terrestres, aériennes et maritimes sont toujours en cours et avec toujours plus d’intensité. L’armée israélienne vise maintenant le Sud, là où des centaines de milliers de personnes ont été obligées de se réfugier. En tout, 1,9 million de personnes ont été déplacées.

C’est une guerre atroce et criminelle entreprise par l’Etat d’Israël contre la populationpalestinienne de Gaza. Les 22000 morts, dont plus de 70% de femmes et d’enfants, les 56000 blessés, les milliers de disparus, les familles anéanties, les 75 journalistes tués sont autant de vies, de personnalités, de visages dont il faut rappeler le souvenir. Nous condamnons les arrestations massives indiscriminées dans la population de Gaza, elles sont menées dans des conditions inhumaines et dégradantes.

Chaque victime israélienne comme palestinienne est à déplorer. Chaque vie compte autant qu’une autre à nos yeux.

C’est une guerre qui vise à vider Gaza de sa population par n’importe quel moyen. Les crimes commis le 7 octobre ne peuvent justifier une telle attaque contre toute une population et ses infrastructures vitales.

Des rapporteurs de l’ONU évoquent « un risque de génocide ».

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Gutteres, a activé l’article 99 pour alerter d’une

catastrophe humanitaire « aux conséquences irréversibles pour les Palestiniens dans leurensemble et pour la paix et la sécurité dans la région ». Nous encourageons la dernière résolution du 22 décembre 2023 qui exige de toutes les parties au conflit qu’elles autorisent et facilitent l’acheminement « immédiat, sûr et sans entrave » d’une aide humanitaire à grande échelle directement à la population civile dans toute la bande de Gaza.

En Cisjordanie, sous état de siège, la population palestinienne subit les attaques conjuguées de l’armée et des colons, qui ont fait plus de 260 morts depuis le 7 octobre. Plusieurs communautés ont été chassées de leurs terres, les cultures palestiniennes sont prises pour cible. Nous dénonçons ce processus de nettoyage ethnique. Les arrestations de masse, extrêmement violentes, touchent toute la population, hommes, femmes et enfants.

Nous exigeons un cessez-le-feu total et permanent pour la Bande de Gaza, l’arrêt définitif des bombardements, des offensives terrestres et des déplacements forcés de populations.

Nous exigeons l’entrée immédiate et sans restriction de l’aide humanitaire d’urgence et la levée durable du blocus de la bande de Gaza.

Nous exigeons la libération de tous les prisonniers politiques palestiniens détenus dans les

prisons israéliennes dans des conditions inhumaines. 150 prisonniers ont été libérés pendant

la trêve. Mais depuis le 7 octobre, l’armée israélienne a procédé à plus de 3 000 arrestations en Cisjordanie occupée, y compris à Jérusalem-Est.

Nous demandons la libération des otages civils israéliens.

Nous demandons la protection de la population palestinienne de Cisjordanie y compris à

Jérusalem-Est

Nous exigeons que la France et l’Union européenne s’engagent activement et sans ambiguïté pour le cessez-le-feu, y compris par des sanctions contre l’État d’Israël et en arrêtant immédiatement toute coopération militaire et sécuritaire.

Une paix juste et durable ne sera possible que dans le cadre de la reconnaissance des droits du peuple palestinien, et notamment de son droit à l’autodétermination. Elle implique l’arrêt de la colonisation et la fin de l’occupation israélienne, ainsi que le respect de l’ensemble des

résolutions de l’ONU, y compris la résolution 194 qui prévoit le droit au retour des réfugiés.

  • Cessez-le feu total, immédiat et permanent !
  • Arrêt définitif des bombardements et des déplacements forcés de la population !
  • Levée immédiate, complète et durable du blocus de Gaza !
  • Protection du peuple palestinien à Gaza et en Cisjordanie !

À Troyes, nous appelons à une manifestation samedi 13 Janvier à 14h30 – Bourse du Travail, 54 Pl. Jean Jaurès.

Troyes, le 07 Janvier 2023

Membres du Collectif Aubois pour une Paix Juste et Durable entre Palestiniens et Israéliens signataires de l’appel :

Associations : AGUI, GREENPEACE Aube, LDH, FEDERATION DE L’AUBE DE LA LIBRE PENSEE,

MRAP

Partis politiques : GENERATION.S, PCF, POI, LFI

“L’APPEL DES 201 CONTRE LA LOI IMMIGRATION”, PUBLIÉE SUR MEDIAPART



Mobilisation contre la loi immigration à Troyes samedi 20 janvier


Marchons pour la Liberté, l’égalité, la fraternité !

Troyes: journée d’action du samedi 16 décembre


HALTE AUX MASSACRES À GAZA ET EN CISJORDANIE !

CESSEZ-LE-FEU TOTAL ET PERMANENT, PROTECTION DU PEUPLE PALESTINIEN !

Après 71 jours de bombardements qui ont visé l’ensemble de la population de la Bande de Gaza et qui ont détruit plus de la moitié de ses bâtiments et de ses infrastructures, après 71 jours de siège inhumain qui a privé la population d’eau, de nourriture et de médicaments et malgrés la trêve fragile du 23 novembre , les bombardement sont toujours en cour.

Malgré tout, rester silencieux face à l’horreur, n’est pas une option ! C’est pourquoi nous continuons et continuerons, accompagné de millions de manifestants dans le monde, à nous mobiliser afin de dénoncer les fausses promesses des gouvernements ainsi que d’imposer un processus de paix juste et durable, seule issue viable à cette guerre.

C’est pourquoi nous saluons toujours la libération d’otages civils israéliens et étrangers, une priorité que le gouvernement israélien a dû accepter sous la pression du mouvement des familles.

La libération des prisons israéliennes d’une centaine de femmes et de jeunes palestiniens a été une bonne nouvelle pour eux-mêmes et leurs familles. Mais nous observons que depuis le 7 octobre, ce sont 3000 nouveaux Palestiniens dont 200 mineurs qui ont été emprisonnés par Israël, et que des arrestations massives, y compris de personnel médical, sont effectuées par l’armée israélienne à Gaza, dans des conditions qui restent inconnues. Et ce sont des milliers de prisonniers politiques palestiniens, jugés par des tribunaux d’occupation ou détenus sans jugement, qui restent emprisonnés par Israël dans des conditions inhumaines.

C’est une guerre atroce et criminelle qui a été entreprise par l’Etat d’Israël contre la population palestinienne de Gaza. Les 15.000 morts, les 35.000 blessés, les milliers de disparus, les familles anéanties, ce sont autant de vies, de personnalités, de visages dont il faut rappeler le souvenir. C’est une guerre qui vise à expulser la population palestinienne de Gaza. Personne ne peut encore évaluer la profondeur du traumatisme subi par les hommes, femmes, et enfants palestiniens de Gaza. Rien ne peut justifier une telle attaque contre toute une population et ses infrastructures vitales : cette guerre doit enfin s’arrêter pour de bon.

En Cisjordanie, la population palestinienne subit les attaques conjuguées de l’armée et des colons, qui ont fait plus de 200 morts depuis le 7 octobre. Plusieurs communautés ont été chassées de leurs terres, les cultures palestiniennes sont prises pour cible, nous dénonçons ce processus de nettoyage ethnique.

Nous demandons un cessez-le-feu total et permanent pour la Bande de Gaza, l’arrêt définitif des bombardements, des offensives terrestres et des déplacements forcés de populations, ainsi que la levée durable du blocus. Nous demandons aussi la protection de la population palestinienne de Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est.

Nous exigeons que la France et l’Union européenne s’engagent activement et sans ambiguïté pour le cessez-le-feu, y compris par des sanctions contre l’État d’Israël.

Une paix juste et durable ne sera possible que dans le cadre de la reconnaissance des droits du peuple palestinien, et notamment de son droit à l’autodétermination. Elle implique l’arrêt de la colonisation et la fin de l’occupation israélienne, ainsi que le respect de l’ensemble des résolutions de l’ONU.

Cessez-le feu total, immédiat et permanent !

Arrêt définitif des bombardements et des déplacements forcés de la population ! Levée immédiate, complète et durable du blocus de Gaza !

Protection du peuple palestinien à Gaza et en Cisjordanie !

Membres du Collectif Aubois pour une Paix Juste et Durable entre Palestiniens et Israéliens signataires de l’appel

Associations : AGUI, GREENPEACE Aube, LDH, FEDERATION DE L’AUBE DE LA LIBRE PENSEE, MRAP

Partis politiques : GENERATION.S, PCF, POI, LFI

Syndicats : CFDT, CGT, FSU, SOLIDAIRES

Collectif : LOUISE MICHEL

TA



Vous pouvez encore signer la pétition :

Palestine,

Halte aux massacres ! Il y a urgence !


ICI

 

 

 

 

 

Les organisations appellent au retrait du projet de loi asile et immigration

CONTRE L’IMMIGRATION JETABLE

POUR UNE POLITIQUE BASEE SUR L’ACCUEIL, LE RESPECT ET L’EGALITE DES DROITS

Le projet de loi « Pour contrôler l’immigration, améliorer l’intégration » vient d’être rejeté par l’Assemblée nationale.

Mobilisé·es depuis plus de 15 mois contre ce texte dangereux pour la dignité et les droits des migrants, nous associations, CIMADE, LDH et MRAP, avec le soutien d’organisations syndicales et politiques et de citoyennes et citoyens engagé-es :

  • alertons solennellement la Représentation Nationale et le Gouvernement sur les conséquences dramatiques de ce projet
  • appelons désormais le gouvernement à le retirerdéfinitivement. 

En effet, ce projet n’apporte aucune solution pour répondre à la situation des migrants.

Les intentions du Gouvernement restent les mêmes : elles visent à précariser les migrants, à les réprimer, à les assimiler à des délinquants, à les marginaliser, à les exclure et à les expulser. Elles portent atteinte aux droits fondamentaux. Elles remettent en cause l’accès aux soins et la cohésion nationale. Tout renvoi du texte vers le Sénat ou une commission mixte paritaire serait une manœuvre politicienne désastreuse.

L’Etat veut réduire de façon drastique l’accueil et le séjour en France des migrants qui fuient la guerre, les persécutions, la misère et les conséquences du dérèglement climatique.

Arrêtons d’accuser les étrangers vivant en France de tous les maux. Arrêtons de distiller à leur encontre des propos discriminatoires et racistes.

Les étrangers ne sont pasdes boucs émissaires. Ils ne sont pas responsables :

–        Des problèmes économiques

–        De l’inflation

–        Des déficits publics en ponctionnant les ressources de la France au détriment des Français.

–        De l’insécurité et de l’aggravation de la délinquance.

Plutôt que de se répandre en discours xénophobes et stigmatisants à l’égard des migrants, nous affirmons qu’une autre politique est possible, 

  • une politique migratoire basée sur l’accueil, le respect et l’égalité des droits fondamentaux pour tous.
  • Une politique pour construire un système de solidarité et d’inclusion, unique rempart contre l’inhumanité et l’intolérance.
  • Une politique pour permettre à tous de vivre dignement sur notre territoire.

A l’occasion de la Journée internationale des personnes migrantes, nous, organisations de la société civile, CIMADE, LDH et MRAP restons mobilisées pour agir et défendre une telle politique.

Nous disons non à l’immigration jetable et nous voulons une politique basée sur l’accueil, le respect et l’égalité des droits.


A la suite du rassemblement et de la lecture de cet appel au retrait du projet de loi, les militants des 3 organisations, rejoints par des citoyennes et des citoyens ont ensuite recueilli en ville les signatures de personnes à qui ils proposaient une pétition et à qui ils offraient des cartes illustrées d’arguments pertinents contre la « loi asile et immigration » de Darmanin.

RD


Vous pouvez toujours signer cette pétition:

CONTRE L’IMMIGRATION JETABLE

POUR UNE POLITIQUE BASEE SUR L’ACCUEIL, LE RESPECT ET L’EGALITE DES DROITS

ICI

 


Cette publication dans la presse locale ne pouvait pas mieux tomber, en ce jour où nous étions rassemblés à l’occasion de la journée internationale des migrants (qui aura lieu lundi 18 prochain).

Ce projet de loi risque de revenir encore davantage durci après examen par la « commission mixte paritaire » et nous demeurerons vigilants.

Les trois organisations Cimade, LDH et MRAP sont particulièrement sensibles au sort des mineurs non accompagnés qui posent tant de problèmes à certains élus, alors qu’ils ont connu durant leur adolecence des parcours particulièrement difficiles pour arriver en France, qu’ils ont été accueillis et pris en charge par les départements, qu’ils sont reconnus comme des élèves particulièrement motivés et sérieux dans leurs études, qu’ils obtiennent pour la plupart des diplômes qualifants à l’issue de leur formation, que leurs employeurs (qui les ont eux-mêmes formés) ne veulent pas s’en séparer après les avoir embauchés dans leur entreprise, qu’ils sont tous engagés dans une démarche d’intégration parfaitement réussie dans notre société et que les OQTF (Obligation de Quitter le Territoire Français) dont les gratifie l’Etat à leur majorité brisent chez eux tout espoir. C’est indigne d’une démocratie qui décide de les renvoyer vers leur pays d’origine, souvent en guerre ou en crise, et où les conditions d’existence extrêmement périlleuses leur offrent un avenir bien sombre quand ce n’est pas simplement la mort.

Non, Monsieur l’élu de la majorité, votre rejet xénophobe et particulièrement discriminant des mineurs isolés est inacceptable et nous ne vous laisserons pas promouvoir les idées nauséabondes des extrêmes-droites qui cherchent à se développer dangereusement dans l’opinion publique.

Plainte pour génocide présentée à la Cour Pénale Internationale (CPI) le jeudi 9 novembre 2023 – La justice est la réponse à la violence


Autour de Maître Gilles Devers, avocat au barreau de Lyon, un groupe de 300 avocats français et internationaux s’est constitué afin de déposer une plainte pour le crime de génocide et transferts de population, s’agissant des faits en cours sur le territoire palestinien de Gaza, auprès de la Cour Pénale Internationale (CPI) de La Haye (Pays-Bas), au nom de plus de 200 associations du monde entier.

Lire ICI


Gaza : Les frappes israéliennes illégales contre des hôpitaux aggravent la crise sanitaire


Troyes: rassemblement pour la paix samedi 18 novembre